Transports : 15 000 emplois régionaux apparaissent liés à la présence des ports

De
Publié par

10 000 emplois directement portuaires - pour l'essentiel des transports - sont implantés à proximité immédiate des ports de commerce : Marseille-Fos d'abord, mais aussi Toulon, Nice et Arles. Dans les transports terrestres - en grande majorité routiers - l'équivalent de 5 000 personnes sont affectées au traitement de marchandises transitant par un port de la région. Le périmètre d'impact se dessine autour du port de Marseille-Fos et le long de la vallée du Rhône jusqu'à Avignon et même Orange. L'impact se concentre aux abords immédiats du port de Marseille-Fos et reste ailleurs d'intensité limitée.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 26
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 40 - juin 2001
Transports : 15 000 emplois
régionaux apparaissent liés
à la présence des ports
A côté du transport proprement dit se10 000 emplois directement por-
développent des activités liées à l’orga-
tuaires - pour l’essentiel dans les
nisation des trafics, de plus en plus sou-
vent externalisées, en lien avec unetransports - sont implantés à proxi-
technicité croissante et des compétences
mité immédiate des ports de com- spécifiques qui ont peu à voir aujour-
d’hui avec celles requises dans le char-merce : Marseille-Fos d’abord, mais
gement, le transport et la livraison de
aussi Toulon, Nice et Arles. Dans les marchandises. C’est l’ensemble de ces
activités, des métiers traditionnelstransports terrestres (1) - en gran-
(conducteurs, entreposeurs, dockers…)
de majorité routiers - l’équivalent aux fonctions plus récentes (suivi élec-
tronique des marchandises, assurancede 5 000 personnes sont affectées
pour compte client… et autres fonctions
au traitement de marchandises logistiques) que l’on recense dans le
transport au sens large.transitant par un port de la région.
Impact sur les transports :Le périmètre d’impact se dessine
deux emplois directement
autour du port de Marseille-Fos et portuaires pour un "entra n "
le long de la vallée du Rhône jus- Un certain nombre de professions
appartiennent au secteur portuaire ouqu’à Avignon et même Orange.
maritime. Aujourd’hui le mouvement
L’impact se concentre aux abords d’externalisation des activités s’est
traduit par une plus grande indépen-immédiats du port de Marseille-
dance entre les autorités du port et cer-
Fos et reste ailleurs d’intensité taines professions portuaires. Qu’il
s’agisse de services aux navires oulimitée.
liés au traitement des marchandises ou
encore à la réception des passagers
(pilotage, remorquage, avitaillement,Lieu de transit, point d’acheminement de
administration des ports, douanes,marchandises ou de passagers, embar-
manutention, réparation navale, assu-qués ou débarqués, un port est un maillon
rances ou affaires maritimes, gardien-dans la chaîne de transport qui permet de
nage…), dans leur quasi-totalité cesrelier deux localités parfois fort éloignées
emplois n’existeraient pas sans la pré-l’une de l’autre… L’origine et la destina-
sence du port.tion sont parfois situées loin des ports, ce
qui suppose, en complément, le recours à
(1) Selon une enqu te r alis e par l INSEE en collabora-
d’autres moyens de transport, terrestres
tion avec le Port Autonome de Marseille et l Observatoire
(y compris fluvial) ou aériens. R gional des Transports.N° 40 - juin 2001
Les emplois de transports li s aux ports plus concentr s autour de Marseille
Emplois de transport li s aux ports au lieu de r sidence des actifs Emplois de transport au lieu de r sidence des salari s
4
1
0,2
IGN-INSEE 2001' IGN-INSEE 2001'
Sources : enqu te Activit s li es la mer 1999-2000, INSEE - PAM Source : INSEE - DADS 1998
et DADS 1998
Pour rendre les deux cartes comparables, les limites de tranche ont t prises proportionnelles, le coefficient de proportionna lit tant : emplois de transport li s aux
ports/emplois de transport = 0,19.
Ces établissements opèrent directement plein temps toute l’année, l’équivalentUn poids plut t lev des transports
dans la r gion sur le domaine maritime (dans l’encein- de 30 % de leurs effectifs sont employés
La cha ne de transport sur longue distance com- te portuaire) ou en relation directe avec à traiter des marchandises transitant par
bine souvent transport maritime et transport ter-
restre, qu il s agisse du routier, du fluvial ou du des fonctions portuaires. L’ensemble de un port de la région.
ferroviaire. La pr sence d un port d une certaine
leurs emplois constitue l’impact direct. Au total, près de 5 000 emplois du trans-taille va souvent de pair avec un poids lev des
activit s de transport implant es sur le territoire.
Ils n’appartiennent pas tous à une entre- port terrestre et de la logistique de laNon seulement du fait des activit s proprement
portuaires, le plus souvent situ es proximit prise de transport, notamment la répara- région (3) peuvent être considérés comme
imm diate, voire dans l enceinte du port, mais
aussi parce que les tablissements de transports tion navale ou les douanes, mais 85 % "entraînés" par la présence des ports de
et de logistique y sont attir s, pour des raisons de
s’y trouvent. Au total, 10 000 emplois commerce. Ils représentent 16 % desproximit qui facilitent aujourd hui encore le suivi
des marchandises. sont concernés dans la région. emplois du transport terrestre. ToutesDe fait, plusieurs zones d emploi de la r gion pr -
sentent un surcro t d emplois dans les transports Pour les autres acteurs du transport, qui les professions du transport sont repré-
par rapport ce qui est observ en moyenne
dans les zones d emploi du pays. En effet, dans ne sont pas directement liés aux ports, sentées, avec davantage de cadres, de
huit zones d emploi de la r gion - totalisant 45 %
la mesure de l’impact (2) des ports est commerciaux, d’administratifs et agentsdes emplois - les salari s du transport (1) p sent
plus de 7 % de l ensemble des salari s du champ plus complexe. Tous n’ont pas de lien des opérations de douane, et moins de
marchand non agricole, contre 4,7 % en moyen-
ne en France (5,9 % pour l ensemble de PACA). avec un port et, lorsqu’il existe, ce lien manutentionnaires et de conducteurs
Pourtant, parmi les secteurs qui contribuent
faire vivre le territoire (2), les transports n appa- est plus ou moins étroit. Seule une routiers. C’est le cas notamment dans
raissent pas comme une ressource de premier
enquête auprès des établissements per- un secteur particulièrement lié auxplan dans la r gion.
Mettre en relation ce surcro t d emplois dans les met d’obtenir une information cruciale ports comme l’organisation de trans-
transports avec la pr sence Marseille-Fos du
premier port de marchandises de France suppo- lorsqu’on prétend mesurer l’impact de port international. On estime donc à
se de prendre en compte deux ph nom nes sus-
la présence des ports sur ce secteur 15 000 l’ensemble des emplois deceptibles d affecter la mesure d impact localis e
de l activit portuaire sur les transports.
d’activité. Au terme d’une telle investi- transport liés dans la région à la pré-D une part, une grande agglom ration est un mar-
ch qui concentre proximit davantage d activi- gation, 36 % des transporteurs ou logis- sence des ports (emplois directs et
t de transport et de distribution que d emploi en
g n ral, soit du fait des axes de communication ticiens implantés en Provence-Alpes- emplois entraînés dans le transport).
qui y conduisent et la desservent, soit parce que
Côte d’Azur répondent qu’ils ont un Ils présentent de fortes spécificités ensa localisation en fait un carrefour routier ou un
nˇud ferroviaire. De ce point de vue, une solide lien avec un port de la région, pour une termes de métier, mais aussi de répar-implantation des transports Marseille n autorise
aucune d duction sur le r le du port. part au moins de leur activité. Ils trans- tition spatiale. A l’exception de la
A cela s ajoute le fait qu une part difficile mesu-
rer - mais significative - du transport est r alis e portent, organisent le transport ou stoc- Corse où résident 5 % des actifs tra-
par des tablissements qui ne sont pas implant s
kent des marchandises qui ont ou qui vaillant directement en lien avec undans la r gion.
vont transiter par un port de la région. port (personnel navigant des compa-(1) Il s agit d tablissements ayant une activit cono-
mique principale de transport : seuls sont comptabili- Ces établissements emploient la moitié gnies maritimes chargées d’assurer la
s s les transporteurs et les logisticiens op rant pour
compte d autrui. Ceci exclut de fait une bonne partie des effectifs du secteur. Sur la base d’un continuité territoriale, pour l’essentiel),
des transports li s la grande distribution d s lors
(2) Cette tude se limite mesurer l impact dans les transports. Mais la pr sence d un port de commerce est suscep-qu ils sont r alis s sous la marque du distributeur.
tible d entra ner de l activit et des emplois dans d autres secteurs, surtout industriels comme Marseille-Fos(2) cf. "Industrie et agriculture font vivre en grande
(Sid rurgie dans la zone industrialo-portuaire, p trochimie autour de l tang de Berre ) et au-del (agro alimentaire).partie les zones d emploi de Provence-Alpes-C te
(3) Y compris le transport de croisi ristes par autocar lors des escales (100 emplois annuels environ).d Azur", SUD INSEE l’essentiel n¡36, janvier 2001.N° 40 - juin 2001
long de la Côte d’Azur. Pour comparer
Plus de huit sur dix résident dans les Bouches-du-Rhône
la concentration spatiale de deux popu-
R partition des actifs selon Emplois directs Emplois entra n s
lations, les échelles ont été choisies dele d partement de r sidence (portuaires) du transport
telle sorte que les deux cartes de densi-
Bouches-du-Rh ne 84,4 82,3
té (cf. cartes ci-contre) soient directe-Vaucluse 1 5,8
Var 4,4 2,8 ment comparables et permettent de
Alpes-Maritimes 1,5 2,7
visualiser la répartition différente desAlpes-de-Haute-Provence < 0,5 < 1
Hautes-Alpes < 1 emplois liés aux ports, d’une part et de
l’ensemble des emplois de transport,R gion Provence-Alpes-C te d Azur 91,7 94,8
Hors r gion 8,3 5,2 d’autre part.
dont Corse 5,2 < 0,5
Or, les emplois liés aux ports sont plusTotal 100,0 100,0
Nombre d’emplois 10 100 4 700 denses autour de Marseille dans un tri-
angle reliant Port-Saint-Louis-du-Sources : emplois directs : INSEE DADS 1998, CCI du Var et des Alpes Maritimes, Port
Autonome de Marseille Rhône à l’ouest, Cavaillon au nord et
emplois entra n s : enqu te Activit s li es la mer 1999 - 2000, INSEE, PAM et DADS 1998.
Aubagne à l’est. Autour de Toulon, ils
se limitent à Toulon, La Valette-du-Var,95 % des emplois (directs et entraînés) Une implantation
marqu e autour des ports La Seyne-sur-Mer et Six-Fours-les-sont occupés par des habitants de
Plages. Nice seule est concernée dansProvence-Alpes-Côte d’Azur. Plus de Desservir des populations urbaines
les Alpes-Maritimes. Au total, dans 18huit sur dix résident dans les Bouches- nécessite des transports terrestres et
communes de la région résident plus dedu-Rhône. Assez logiquement, les une organisation logistique. Les actifs
24 actifs au km occupant un emploi liéactifs occupant un emploi portuaire du transport se répartissent d’ailleurs à
aux ports (soit directement portuaire,résident plus souvent près des ports peu près comme l’ensemble des sala-
soit entraîné dans le transport et laque les autres actifs du transport lié aux riés, tous secteurs confondus. Avec
logistique). Cette densité est dix foisports. Ainsi le Var arrive en deuxième toutefois une implantation plus mar-
plus élevée que celle que l’on observeposition des départements de résidence quée autour des bassins de Fos-sur-
en moyenne sur le territoire régional.pour les emplois portuaires (4,4 %). Mer et dessinant un continuum le long
Pour les emplois entraînés dans le Dans une trentaine de communes, lesde la vallée du Rhône, entre Salon-de-
transport c’est le Vaucluse qui arrive en Provence et Avignon. Autour de Nice, actifs occupant un emploi lié au port sont
second avec près de 6 % des actifs. les actifs du transport résident tout le surreprésentés par rapport aux actifs du
Impact sur les transports : 45 communes autour de Marseille-Fos
Sources : enqu te Activit s li es la mer 1999 - 2000, INSEE - PAM, et DADS 1998N° 40 - juin 2001
Comment mesurer l impact conomique ?L’impact concentré autour de Marseille et vers la vallée du Rhône
Actifs des transports Ensemble Ensemble La notion d impact conomique est entendue ici
terrestres entra n s des salari s des salari s comme une mesure de l emploi li - aujourd hui -
par les ports du transport (hors fonction la pr sence des ports. L emploi est la variable
terrestre publique) d impact privil gi e car, contrairement au chiffre
d affaires et la valeur ajout e, il est bien connu
au lieu de r sidence, Nombre (en %) en % des (en %) (en %) par l tablissement et n est pas sujet aux doubles
dans la r gion d emplois salari s du comptes par le biais de la sous-traitance. On dis-
transport tingue trois types d impact :
terrestre
- Au premier niveau celui des emplois directe-
Ensemble (localis en r gion PACA) 5 000 100,0 17,5 100,0 100,0 ment li s l activit maritimo-portuaire : ceux
dont l’existence m me est li e aux ports. Ce sontP rim tre d impact (1) 4 250 85,0 31,0 48,0 31,7
toutes les professions portuaires li es aux pres-
dont : Marseille 2 500 50,0 49,2 17,8 17,6 tations fournies aux navires et la marchandise
qu’ils transportent l’occasion des chargements,Sources : enqu te Activit s li es la mer 1999-2000, INSEE - PAM et DADS 1998
d chargements, stockage : avitaillement, r para-(1) Alors que 85 % des personnes affect es au transport terrestre en lien avec les ports r sident
tion navale, lamanage, pilotage, remorquage,dans le p rim tre d impact, l ensemble de ces actifs y repr sentent 31 % des salari s du secteur
manutention, assurances maritimes, transitaires,(contre 17,5 % dans l ensemble de la r gion)
douanes, services du port, etc.
7 500 emplois induits dans les services à la population - La pr sence des ports engendre aussi un effet
indirect entra n sur les entreprises d autres sec-
Emplois induits par les teurs de l conomie. C est notamment le cas -
mais pas seulement - des tablissements deR partition des emplois induits emplois directs emplois de transport
transport terrestre, de stockage et/ou de logis-(portuaires) entra n s par les ports
tique, dans la mesure o il faut bien acheminer%%
les marchandises vers les ports et, inversement,
Bouches-du-Rh ne 93,2 86,9 charger les marchandises qui arrivent aux ports
Vaucluse 0,9 6,2 pour les transporter vers les lieux de transforma-
Var 3,8 2,7 tion, de stockage/aiguillage ou de consomma-
tion. Cette tude se limite l impact entra n Alpes-Maritimes 1,9 3
dans les transports pour compte d autrui et laAlpes-de-Haute-Provence < 0,5 < 0,7
logistique externe.Hautes-Alpes < 0,5 < 0,7
Total Provence-Alpes-C te d Azur 100,0 100,0 - Les personnes occupant un emploi li aux ports
Nombre d’emplois 5 020 2 500 consomment, avec leurs familles, des services l
o elles r sident : l impact induit est la sommeSources : INSEE, Recensements de 1990 et 1999, enqu te Activit s li es la mer 1999-2000,
des emplois n cessaires pour satisfaire laINSEE - PAM
consommation de ces personnes.
transport. Elles sont toutes situées à proxi- communes (cf. carte page précédente).
L enqu te aupr s des tablissements deL’essentiel de l’impact (85%) estmité du port de Marseille-Fos, à l’ouest,
transport terrestre
concentré dans le périmètre qui comptede Port-Saint-Louis-du-Rhône à Istres, au
48 % des actifs du transport routier et La mesure de l impact indirect entra n dans lessud et à l’est de l’étang de Berre, de Berre-
transports provient d une enqu te men e parde la logistique résidant dans la régionl’Etang à Aubagne en incluant Marseille l INSEE, en collaboration avec le Port Autonome de
et 32 % de l’ensemble des salariés. Marseille et l Observatoire R gional des Transports,
et l’ensemble des communes de la Côte de novembre 1999 mars 2000, aupr s d un
chantillon de plus de mille tablissementsBleue et à La Ciotat. L impact induit : un emploi
implant s dans la r gion, repr sentatifs du trans-
pour deux actifs li s aux ports port routier de marchandises pour compte d au-45 communes concern es
trui, de stockage et de logistique externe. Les
par l impact sur les trans- A l’impact direct (10 000 emplois) et acteurs des transports ferroviaire et fluvial, peu
nombreux comparativement, ont aussi t ports terrestres et la logistique entraîné dans les transports (5 000) il
enqu t s selon des modalit s adapt es. De
convient, pour mesurer plus globalement m me que les tablissements de transport deSur les transports terrestres, l’impact
passagers par autocar.l’impact des ports, d’adjoindre l’emploientraîné par la présence des ports de la
L enqu te demandait aux tablissements si cer-induit par la consommation de ces actifsrégion apparaît significatif dans un
taines marchandises (ou passagers) trait es par
et de leurs familles, là où ils résident. Cetensemble de 45 communes situées eux transitaient par un port de la r gion. Cette
question filtre conditionnait la suite de l entretien.impact induit peut être estimé à 7 500autour de l’étang de Berre et formant un
On leur demandait ensuite de pr ciser le nombre
dans la région, soit environ la moitié detriangle de 70 kilomètres de côté qui va d emplois affect s dans leur tablissement au
traitement de marchandises "portuaires". Dans lel’impact direct et entraîné.de Marseille et même Aubagne et
but de localiser cet impact au lieu de r sidence,
Gémenos à l’est, à Port-Saint-Louis-du- les tablissements li s taient invit s pr ciserProvence-Alpes-Côte d’Azur présente
les communes o r sident les effectifs.Rhône à l’ouest, jusqu’à Cavaillon dans un nombre élevé d’emplois de transport.
Le champ de l enqu te couvre au total 28 450le Vaucluse au nord. Les actifs concernés Outre la présence de deux aéroports
emplois dont 52 % dans des tablissements li s
y représentent une part limitée mais non internationaux et d’une fonction de car- aux ports de PACA. Dans ces derniers, un tiers
des emplois est directement affect au traitementnégligeable de 0,3 % à 3 % de l’en- refour dont l’importance reste à cerner,
de marchandises portuaires.
semble des résidents salariés. Cette zone la présence des ports, et tout particuliè-
Cette tude fait suite aux recommandations dupeut être considérée comme le périmètre rement de celui de Marseille-Fos,
CRIES Provence-Alpes-C te d’Azur sur la
d’impact sur les emplois du transport ter- explique sans doute une bonne partie de n cessit de d velopper l’information sur les acti-
vit s li es la mer. Les principaux r sultats sontrestre et de la logistique. Ailleurs, autour cette caractéristique régionale.
issus d’un rapport au PREDIT (octobre 2000).
des autres ports, on ne constate que des
effets ponctuels, limités à une ou deux Fran ois Guillaumat-Tailliet
Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques
Provence-Alpes-Côte d’AzurDirecteur de la publication : Pierre Audibert
17, rue Menpenti
Directeur adjoint : Jean Laganier 13387 Marseille Cedex 10
Rédacteur en chef : Annie MulardN° ADEP : 09041305336 Téléphone : 04 91 17 57 57
Fax : 04 91 17 59 58N° ISSN : 1287-292X
Pour vous abonner : Internet : www.insee.fr/pacaPrix : 15 F ou 2,29 euros
Monique Campana - tél : 04 91 17 59 12
Code Sage : SIE014032

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.