Un taux d'activité plus fort en Franche-Comté qu'en métropole

De
Publié par

En janvier dernier, l'estimation de la population franc-comtoise réalisée à partir des premiers résultats de l'enquête de recensement effectuée en 2004, montrait un rythme de croissance de la population comparable à celui de la période 1990-1999. En revanche, la hausse de la population française s'est accélérée depuis 1999. L'exploitation des données individuelles permet à présent de présenter, au niveau de chaque région, des éléments statistiques sur le logement, sur l'activité et sur les migrations résidentielles des habitants. Pour l'instant, les données portent uniquement sur la population des personnes vivant dans des ménages et ne comptabilisent pas les habitants des communautés (foyers, maison de retraite...).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
1
INSEE Franche-Comté
- l'essentiel Nº 79 - juillet 2005
www.insee.fr
insee-contact@insee.fr
0 825 889 452 (0,15
/mn)
nº 79
juillet 2005
ESS057918 Prix : 2,50
En janvier dernier, l’estimation de la population franc-
comtoise réalisée à partir des premiers résultats de l’enquête
de recensement effectuée en 2004, montrait un rythme de
croissance de la population comparable à celui de la période
1990-1999. En revanche, la hausse de la population
française s’est accélérée depuis 1999. L’exploitation des
données individuelles permet, à présent, de présenter, au
niveau de chaque région, des éléments statistiques sur le
logement, sur l’activité et sur les migrations résidentielles
des habitants. Pour l’instant, les données portent uniquement
sur la population des personnes vivant dans des ménages
et ne comptabilisent pas les habitants des communautés
(foyers, maison de retraite...).
Au 1
er
janvier 2004, la po-
pulation des ménages francs-
comtois est de 1 103 000
personnes, soit une augmen-
tation de 0,6% par rapport à
1999. En 2004, les moins de
20 ans représentent 25,3%
de la population des ména-
ges (26,5% en 1999). Cette
baisse de la part des moins
de 20 ans s’explique en par-
tie par un déficit migratoire
des jeunes de la région, ainsi
que par une natalité plus fai-
ble que dans les années 80.
À l’inverse, la part des 75 ans
et plus continue de croître
pour passer de 6,3% à 7,4%
en cinq ans. En même temps,
la part des per-
sonnes âgées de
60 à 74 ans dé-
croît légèrement,
conséquence du
déficit des naissances de
1935 à 1945. Cette baisse
concerne plus particulière-
ment les femmes. La propor-
tion de femmes de cette tran-
che d’âge dans l’ensemble
de la population féminine di-
minue de 0,7 point sur la
période, alors que la part des
hommes reste stable, grâce
à l’augmentation
de leur espérance
de vie.
La part de per-
sonnes âgées de
plus de 60 ans est au même
niveau que celle de la France
métropolitaine, soit 20,5%.
Les premiers résultats de l’en-
quête de recensement publiés
en janvier 2005 montrent
Des échanges
nombreux
avec les régions
limitrophes
2
INSEE Franche-Comté
- l'essentiel Nº 79 - juillet 2005
que le déficit migratoire ré-
gional apparent tend à s’at-
ténuer. Il faudra toutefois at-
tendre plusieurs campagnes
de recensement pour avoir
une confirmation de ces pre-
miers résultats.
La proximité géographique
joue un rôle primordial dans
les migrations interrégiona-
les. En effet, comme en
1999, les nouveaux arrivants
dans la région viennent prin-
cipalement de Rhône-Alpes,
de Bourgogne, d’Île-de-
France et d’Alsace. Les sor-
tants de la région se dirigent,
quant à eux, vers les mêmes
régions, mais également vers
la région PACA. Le solde mi-
gratoire de la Franche-
Comté avec
les régions
limitrophes
reste positif
avec la Bourgogne et la Lor-
raine.
C’est pour les 20 à 29 ans
que le déficit migratoire est
le plus élevé. Il progresse par
rapport à la période 1990-
1999.
Le recensement de la popu-
lation comptabilise comme
étranger toutes les personnes
qui n’ont pas la nationalité
française mais qui résident en
France pour une durée de six
mois au moins. En Franche-
Comté, le nombre d’étran-
gers âgés de 18 ans ou plus
a diminué de près de 2 500
personnes en 5
ans. Leur part
(3,5% des habi-
tants de la ré-
gion) baisse de
0,3 point alors qu‘elle reste
stable en province. L’exploi-
tation de la seule enquête
2004 du recensement ne per-
met pas encore de ventiler
avec une fiabilité suffisante
les données selon la natio-
nalité. Il faudra pour cela at-
tendre la réalisation de plu-
sieurs enquêtes annuelles de
recensement.
Le nombre de Français par
acquisition de 18 ans ou plus
augm ente,
quant à lui,
de
14,2%
pour s’éta-
blir à 36 000 personnes.
La population active a connu
une hausse plus importante
que celle de la population
des ménages (+ 5,8% con-
tre + 0,6%). Avec près de
72% des personnes de 14 à
64 ans qui ont un emploi ou
en recherchent un, le taux
d’activité de la région est su-
périeur d’un point à celui en-
registré au niveau national.
Il gagne 4,0 points en cinq
ans. Le taux d’activité natio-
nal, quant à lui, augmente de
2,4 points sur la même pé-
riode. À toutes les tranches
d’âges, le taux
d’activité régio-
nal est en pro-
gression. Cette
augmentation
est à mettre en grande partie
au crédit d’une plus forte pré-
sence des femmes sur le mar-
ché du travail.
C’est le taux d’activité des
moins de 25 ans qui pro-
gresse le plus avec une aug-
mentation de près de 9 points
sur la période (elle n’est que
de 5,6 points en métropole).
Ainsi, 42,3% des jeunes de
moins de 25 ans sont actifs
dans la région, contre 39,2%
en France métropolitaine.
L’activité féminine, en aug-
mentation de 5,0 points en
Légère baisse
du nombre d’étrangers
de plus de 18 ans
Le taux d’activité
féminine
se rapproche
du taux masculin
Moins de 25 ans
30,0
36,9
+6,9
30,4
35,7
+5,3
De 25 à 49 ans
80,7
85,7
+5,0
81,9
85,0
+3,1
50 ans ou plus
45,0
51,4
+6,4
46,4
52,4
+6,0
Ensemble
61,3
66,5
+5,2
62,6
66,0
+3,4
2004
1999
2004
1999
Franche-Comté
France
Source : INSEE - Enquête annuelle de recensement de 2004
Taux d’activité féminine par âge en %
Variation
en points
Variation
en points
3
INSEE Franche-Comté
- l'essentiel Nº 79 - juillet 2005
5 ans (66,5%), dépasse dé-
sormais celle relevée sur le
territoire national. Seul, le
taux d’activité des femmes de
plus de 50 ans est en deçà
de celui de la métropole.
Malgré un taux de chômage
en 2004 plus bas que celui
de la France métropolitaine,
le nombre de chômeurs
francs-comtois, selon la dé-
finition du recensement de la
population (cf. définitions),
est
en
légère
hausse
depuis
1999. Il passe de
10,2% à 10,7%,
alors qu’il baisse de 0,8 point
en France. Avec l’Alsace et
l’Île-de-France, la Franche-
Comté est la seule région à
avoir un taux de chômage de
la population des ménages
de 14 à 64 ans croissant sur
la période.
Cette hausse du taux de chô-
mage est exclusivement le fait
des hommes (+1,0 point)
puisque celui des femmes est
en diminution sur la période
de 0,2 point. L’augmentation
du taux d’activité des moins
de 25 ans s’accompagne
d’une baisse de 2,4 points de
leur taux de chômage.
Le nombre moyen de person-
nes par logement poursuit
son recul. Il passe de 2,42 en
1999 à 2,30 en 2004. C’est
à
peine
moins que
la
moyenne nationale. Ainsi,
près de 66% des ménages ne
se composent que d’une ou
deux personnes,
alors
qu’ils
étaient 62% il y a
5 ans.
Le nombre moyen de person-
nes par logement est plus
élevé en maison individuelle
(2,54) qu’en appartement
(1,95).
Dans les résidences principa-
les, le nombre moyen de piè-
ces passe de 4,14 en 1999 à
4,28 en 2004. L’augmenta-
tion est de même niveau
qu’en France métropolitaine
mais la taille moyenne est lé-
gèrement plus élevée en
Franche-Comté
qu’en province
(4,13). Les per-
sonnes de 60 à
75 ans vivent dans les plus
grands logements avec 4,57
pièces en moyenne.
Le
nombre
de
Francs-
Comtois vivant seul (hors
communautés) a sensible-
ment augmenté, passant de
135 600 personnes en 1999
à 156 700 en 2004, soit une
hausse de 15,5%. L’allonge-
ment de la durée de vie ac-
croît le nombre de ménages
constitués d’une seule per-
sonne après 60 ans. Au-delà
de 75 ans, 57% des femmes
vivent seules, contre 22% des
hommes. Le différentiel
d’espérance de vie au pro-
fit des femmes associé à un
âge en moyenne plus faible
que celui de leurs conjoints
explique que les hommes
vivent plus souvent en cou-
ple à cet âge.
La diminution du nombre
de personnes par ménage
combinée à une
légère hausse
de la popula-
tion a entraîné
une augmentation du nom-
bre de logements dans la
région.
Le parc de logements aug-
mente nettement plus vite que
LA NOUVELLE MÉTHODE
DE RECENSEMENT
Depuis 2004, le comptage
traditionnel effectué tous les huit
à neuf ans est remplacé par une
technique d’enquêtes annuelles.
Le recensement a lieu désormais
chaque année, en janvier et en
février. Tous les habitants ne
sont pas recensés la même
année, mais l’ensemble du
territoire français est pris en
compte au bout d’un cycle de
cinq ans. Le premier cycle
s’achèvera en 2008.
La méthode est différente selon
la taille des communes.
Les communes de moins
de 10 000 habitants :
tous les cinq ans, elles font
l’objet d’un recensement
exhaustif.
Elles sont réparties en
cinq groupes. Un groupe est
recensé exhaustivement chaque
année, ce qui représente plus de
7 000 communes par an en
France et 355 en Franche-
Comté. En cinq ans, la totalité
des habitants des communes de
moins de 10 000 habitants sont
recensés.
Les communes de 10 000
habitants ou plus :
elles
sont toutes concernées chaque
année par une enquête de
recensement portant sur 8% des
logements. La France compte
environ 900 communes de 10
000 habitants ou plus, dont 11
en Franche-Comté. En cinq ans,
tout le territoire est pris en
compte et environ 40% de la
population des communes de 10
000 habitants ou plus est
enquêtée. Les logements
nouvellement construits sont
recensés de façon exhaustive.
Avec cette nouvelle méthode,
8,5 millions de personnes sont
recensées en France chaque
année, soit 42,5 millions de
personnes au bout de cinq ans.
En Franche-Comté, l’enquête
annuelle de recensement porte
sur environ
185 000
personnes.
Des logements
plus grands mais
moins peuplés
Hausse
du chômage
chez les hommes
Moins de 25 ans
18,5
23,7
20,7
21,1
23,0
22,0
De 25 à 49 ans
7,5
12,3
9,8
9,1
13,1
11,0
50 ans ou plus
6,8
8,9
7,8
8,3
10,0
9,1
Ensemble
8,8
12,9
10,7
10,4
13,5
11,9
Femmes
Ensemble
Taux de chômage par âge en %
Hommes
Femmes
Ensemble
Hommes
Franche-Comté
France
Source : INSEE - Enquête annuelle de recensement de 2004
Moins de 29 ans
17 000
25,0
13 600
15,3
30 à 59 ans
34 400
50,5
24 200
27,3
60 à 74 ans
9 800
14,5
22 200
25,1
75 ans et plus
6 800
10,0
28 700
32,3
Ensemble
68 000
100,0
88 700
100,0
%
Personnes seules dans leurs logements en 2004
Nombre
%
Nombre
Hommes
Femmes
Source : INSEE - Enquête annuelle de recensement de 2004
4
INSEE Franche-Comté
- l'essentiel Nº 79 - juillet 2005
NOUVELLE QUESTION
Une nouvelle question permettant de connaître le nombre de personnes
déclarant vivre en couple, indépendamment de leur état matrimonial
(marié, veuf divorcé) a été intégrée en 2004.
En Franche-comté, 62,3% des individus de 14 ans ou plus vivent en couple
et 51% sont mariés.
28% des célibataires vivent en couple (ici, le terme « célibataire » fait
référence à l’absence d’autre état matrimonial, et inclut les personnes
liées à un PACS). Chez les 30 à 49 ans, la moitié des célibataires vivent
en couple.
DÉFINITIONS
Taux de chômage :
dans l’enquête du recensement de la population,
sont classées comme chômeurs les personnes qui se sont déclarées comme
telles et à la recherche d’un emploi, qu’elles soient inscrites ou pas à
l’ANPE. Il s’agit donc d’un chômage déclaratif, qui diffère de la définition
du Bureau International du Travail.
Ménages :
ensemble des personnes qui partagent un même logement
à titre de résidence principale. Elles ne sont pas nécessairement
apparentées (un sous-locataire ou un salarié logé fait partie du ménage).
Un ménage peut se réduire à une seule personne.
Ne font pas partie des ménages les personnes vivant dans les habitations
mobiles (nomades, mariniers) et la population des communautés (foyers
de travailleurs, maisons de retraite, résidences universitaires, maisons de
détention…).
Toutes les définitions sont disponibles sur www.insee.fr, dans la rubrique
« Nomenclatures-définitions-méthodes ».
Pour plus d‘informations sur le recensement, www.insee.fr, rubrique
«Recensement ».
CHAMP DE L’ÉTUDE
L’étude porte sur le seul champ des ménages. Sont donc exclues les
populations des communautés (cités universitaires, maisons de retraite...)
dont la collecte est trop partielle à l’issue d’une seule vague d’enquête.
MIGRATIONS INTERNES
Les éléments sur les migrations présentés ici ne portent que sur la
population des ménages de cinq ans et plus qui résidait en France
métropolitaine en 1999 et 2004, les échanges avec les DOM et avec
l’étranger ne sont pas intégrés. Le solde migratoire interne d’une région
est estimé par différence entre les arrivants et les sortants de la région, il
ne concerne que les échanges entre régions de France métropolitaine.
le nombre de leurs occu-
pants. Le nombre de résiden-
ces principales a augmenté
de 6,2% de 1999 à 2004
alors que dans le même
temps la population des mé-
nages a pro-
gressé de 0,6%.
En France mé-
t r o p o lit a in e ,
l’augmentation est de 6,8%
pour les résidences principa-
les et de 2,9% pour leurs oc-
cupants.
Ainsi près de 29 000 rési-
dences principales ont été
construites depuis 1999, ce
qui représente environ 6 000
nouveaux logements par an.
S’agissant des caractéristi-
ques structurelles du parc, la
INSEE
Franche-Comté « le Major » 83, rue de Dole - BP 1997 25020 BESANÇON Cedex Tél : 03 81 41 61 61 Fax : 03 81 41 61 99
Directeur de la publication :
Didier Blaizeau
Rédacteur en chef :
François-Xavier Dussud
Rédacteur en chef adjoint :
Patrice Perron
Mise en page :
Maurice Boguet
Imprimerie :
Noir sur Blanc - Nº de CPPAP : 3 021 AD - ISSN : 1248-2544 © INSEE 2005 - dépôt légal : juillet 2005
part des maisons individuel-
les est en légère baisse (– 1,6
points), au profit de l’habitat
collectif qui représente 41,7%
du parc.
La proportion de logements
vacants reste
quasiment sta-
ble dans la ré-
gion
alors
qu’elle diminue au niveau
national. La part des rési-
dences secondaires et des
logements occasionnels
baisse d’environ un point
en Franche-Comté, alors
que dans le même temps
elle reste stable sur le terri-
toire national.
„
Cathy LÉONI
29 000 résidences
principales
supplémentaires
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.