Une progression de l'emploi salarié plus forte

De
Publié par

La progression de l'emploi en Rhône-Alpes se confirme et s'accélère en 2006, avec une croissance de 1,0 %, soit environ 13 300 emplois. Cette hausse est trois fois plus importante que l'année dernière. Elle s'explique par un ralentissement des destructions d'emplois dans l'industrie, conjugué à un secteur tertiaire en bonne croissance. Le secteur de la construction reste toujours le plus dynamique.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 25
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Emploi
Une progression de l'emploi salarié plus forte
La progression de l'emploi en Rhône-Alpes se confirme et s'accélère en 2006, avec une croissance
de 1,0 %, soit environ 13 300 emplois. Cette hausse est trois fois plus importante que l'année dernière.
Elle s'explique par un ralentissement des destructions d'emplois dans l'industrie, conjugué à un
secteur tertiaire en bonne croissance. Le secteur de la construction reste toujours le plus dynamique.
e ralentissement de la baisse de l'emploi industriel et pour la métallurgie (-1,4 %). On observe pour ces deuxLest un des faits marquants de l'année 2006. Les derniers secteurs, un ralentissement de la baisse assez
entreprises industrielles de la région ont enregistré une prononcé entre 2005 et 2006. Le secteur automobile est
perte de 5 200 salariés (-1,2 %). Cette baisse est en léger recul (-0,4 %).
nettement moins forte que les années précédentes et Cette année, cinq activités industrielles ont une évolution
s'explique par la conjugaison de deux facteurs. Le premier positive ou nulle de l'emploi, contre trois seulement en
est une progression forte de l'emploi dans le secteur de 2005. Le secteur de la construction navale, aéronautique
la pharmacie-parfumerie-entretien (+5,9 %). Le second et ferroviaire est stable et ne perd plus d'emploi. L'industrie
est le net ralentissement de la perte de salariés pour le de l'équipement électrique comme l'année précédente ne
secteur habillement-cuir avec -4,1 % en 2006 contre connaît pas d'évolution de ses effectifs. Les secteurs de
-10,9 % en 2005, ainsi que pour celui du textile (-4,9 % l'industrie des composants électriques (+0,9 %) et celui
contre -8 %). Les secteurs de l'édition-imprimerie des produits minéraux (+1,4 %) sont avec la pharmacie
(-2,6 %), industrie du bois-papier (-3,8 %), équipement les seuls à avoir créé des emplois.
du foyer (-5,9 %) continuent à perdre des emplois. Le
secteur de l'équipement du foyer enregistre la plus forte Le ralentissement de la baisse de l'emploi industriel touche
baisse de l'emploi industriel en 2006. l'ensemble des départements, excepté la Loire (-2,7 %)
La baisse de l'emploi est modérée pour les secteurs de et la Haute Savoie (-3,4 %) où le recul de l'emploi salarié
l'industrie agro-alimentaire (-0,8 %), des équipements est proche de celui de 2005. En revanche, il est
mécaniques (-0,6 %), de la chimie-caoutchouc (-2,5 %) particulièrement marqué dans la Drôme (-0,2 %
Baisse des pertes d'emplois Une évolution forte de l'emploi
dans l'industrie dans la construction
(1)Evolution de l'emploi salarié Evolution trimestrielle de l'emploi salarié en Rhône-Alpes depuis 1999
en Rhône-Alpes
15 000 125
Indice base 100Service Industrie
120 Construction Ensemble10 000
Commerce115
5 000
110
1050
100-5 000
95
-10 000
90
2004-2005 2005-2006
85-15 000
1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006Industrie Construction Tertiaire Ensemble
(1) Les évolutions depuis 1999 couvrent ici le secteur des services opérationnels hors intérim.
Source : Insee-Epure Source : Insee-Epure (données CVS)
8 L’année économique et sociale 2006 - Dossier n° 152Emploi
contre -2,2 % en 2005), la Savoie (-0,9 % contre -2,8 %) un rythme compris entre +1,5 % à +1,6 %. On observe
et l'Ardèche (-2 % contre -4 %). par rapport à 2005 une progression forte de l'emploi pour
le commerce de gros (+1,4 %). Le commerce et la
La situation économique favorable de la construction réparation automobile évolue lui aussi positivement en
et des travaux publics est comme l'année dernière 2006 (+0,8 %) alors que l'année passée avait été un
un facteur de forte augmentation de l'emploi exercice neutre. Le commerce de détail (+0,9 %)
(+4,3 %). En Rhône Alpes, ce secteur a créé 5 800 augmente ses effectifs avec une évolution proche de
emplois salariés, trois fois plus qu'en 2004 et 1 000 de l'année 2005.
plus qu'en 2005. Cette hausse se répercute sur l'ensemble
des départements de la région. L'Ain est le département Le département du Rhône est le principal moteur
où la hausse est la plus forte (+5,4 %). On trouve ensuite régional. La plus forte progression de l'emploi salarié
un groupe de départements à plus de 4 % de progression, privé est à son actif avec une croissance de 1,8 %. Il
l'Ardèche (+4,8 %), la Drôme (+4,7 %), le Rhône confirme la tendance de 2005. A l'inverse, la Savoie,
(+4,7 %) et la Loire (+4,6 %). L'Ardèche, en retard sur département le plus dynamique les années précédentes,
les autres départements en 2005, a enregistré une nette semble s'essoufler pour cette année (+0,4 %). L'Ardèche,
progression cette année. Un peu en retrait par rapport à après une année de forte destruction d'emploi, inverse la
la région, on trouve à des niveaux déjà élevés la Savoie tendance et enregistre une évolution positive (+0,7 %).
(+3,9 %), l'Isère (+3,5 %), et la Haute Savoie (+3,4 %). La Loire se redresse lentement et obtient, après plusieurs
années de baisse, une progression de l'emploi salarié de
En 2006, la progression de l'emploi est confirmée pour +0,3 %. L'Ain (+1,4 %), la Drôme (+0,8 %), l'Isère
le tertiaire, qui reste le principal fournisseur d'emplois (+1,3 %) confirment les résultats de l'an passé. La Haute-
de la région, 56 % des salariés travaillant dans ce secteur. Savoie continue à perdre des emplois, accentuant la
L'évolution de l'emploi est de +1,7 %, une croissance tendance avec une diminution de -0,7 %, contre
dans la lignée de l'année précédente (+1,4 %). 12 700 seulement -0,4 % l'an passé.
emplois ont ainsi été créés. Le secteur des services
(+2,1 %) affiche une progression identique à celle de
2005. Le secteur du commerce est moins dynamique
(+1,1 %), mais il progresse nettement par rapport à Christophe Privas
l'année dernière (+0,4 %). A l'exception des activités Insee Rhône-Alpes
culturelles, sportives et récréatives (-0,4 %), l'ensemble
des activités du tertiaire connaît une évolution positive ou
nulle de l'emploi. Parmi les services, l'activité de conseil-
assistance (+4,0 %) est la plus créatrice d'emploi, devant
les activités financières (+2,2 %) et de recherche et
développement (+2,1 %). Un groupe d'activités, transport,
services personnels, hôtellerie-restauration s'inscrit dans
L'emploi confirme sa progression,
excepté en Haute-Savoie
Pour comprendre les résultatsGains et pertes d'emplois par département en 2005 et 2006
8 000
Emplois salariés du secteur privé
7 000
Les évolutions de l'emploi salarié se basent sur les indices trimestriels
6 000
d'Epure (données Urssaf exploitées par l'Insee) qui couvrent le secteur
5 000
concurrentiel privé hors Agriculture, intérim, services opérationnels,
4 000
personnels domestiques rémunérés par les particuliers, Santé,
3 000
Éducation.
2 000
Les grandes entreprises nationales (EDF, GDF, France Télécom, La
1 000
Poste, SNCF, Air France) ne font pas partie du champ observé. Le champ
0
de l'étude représente environ 60 % des effectifs salariés totaux.
-1 000
2004-2005 2005-2006 Le volume des gains ou pertes d'emplois est calculé ici à partir des-2 000
niveaux donnés par les estimations annuelles d'emploi (sur un champ
Rhône Isère Ain Drôme Loire Savoie Ardèche Haute-Savoie
partiel) et les évolutions données par la source Epure.
Source : Insee-Epure
L’année économique et sociale 2006 - Dossier n° 152 9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.