Entreprise : la création d'entreprise augmente en 2003.

De
Publié par

La Réunion est une des régions françaises ou les taux de création d'entreprises sont les plus importants . Mais c'est également la région qui connaît les taux de survie les plus faibles. Alors que le taux de création pour la France entière se situe autour de 10 %, la Réunion connaît des taux fréquemment supérieurs à 15 % et un renouvellement de l'appareil productif important.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 2
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Créations d’entreprises Nouveau dynamisme
La Réunion est une des régions françaises où les créations d’entreprises sont les plus nombreuses. Mais c’est également celle où leur survie est la plus courte. Alors que le taux de création pour la France entière se situe autour de 10 %, La Réunion connaît des taux fréquemment supérieurs à 15 %. Le renouvellement de l’appareil productif est important.
’année 2003 est une bonne année pour la création d’entreprises. Envi coLntre 4 400 en 2002 et 4 450 en 2001. ron 4 900 entreprises été créées Les nouvelles structures de production représentent 17,8 % du nombre total d’établissements, soit untaux de créa tionsupérieur à celui de l’année 2002 (16,8 %).
évolution comparative du taux brut et du nombre de créations
Après une pause en 2002 les créa tions d’entreprises ont de nouveau augmenté en 2003.
Les trois quart des créations sont des entreprises totalement nouvelles, un cin quième des nouvelles unités de produc tion sont le fait de la reprise d’une acti vité cessée antérieurement (on les appelle créations par réactivation) et le reste concerne la reprise totale ou partielle de l’activité d’un ou plusieurs établisse ments par la même unité légale (création par reprise). Cette répartition est sensi blement identique pour tous les secteurs d’activité.
L’augmentation du nombre d’entreprises concerne essentiellement les créations pures. La proportion de créations pures est supérieure à celle observée en 2002, mais le nombre de créations par reprise a baissé tandis que la proportion de réacti vations se maintient au même niveau.
Les entreprises créées sont généralement de petite taille : 91 % sont des entrepri ses individuelles et 2 % ont plus de 10 salariés. Un tiers des entreprises de plus de 10 salariés exerce dans le bâtiment, alors que les entreprises individuelles sont pour 75 % des services et des com merces. La forte hausse des créations pures en 2003 est surtout le fait d’entre prises n’ayant aucun salarié au démar rage (+ 13,5 %).
En ce qui concerne la catégorie juridique, 1 360 sociétés ont été crées en 2003 contre environ 1 200 en 2002, mais la part des sociétés dans les créations est restée la même, soit 27 %. Les sociétés représentent 39 % du total des entrepri ses en activité au premier janvier 2004.
La majorité des nouvelles créations a été faite sous la forme de personnes physi ques. Cette situation est différente de celle observée au niveau national ou 51 % des créations de l’année 2003 sont des sociétés.
Plus de créations dans la construction et le commerce
En nombre d’entreprises, le secteur des services reste le secteur le plus impor tant avec 12 000 entreprises au premier janvier 2004 et 1 990 entreprises qui ont été créées dans l’année. En terme de taux de création il est en troisième posi tion avec 18 %. Les plus forts taux de création concernent les secteurs de la construction et du commerce. C’est une situation qu’on pouvait déjà observer en 2002
L’industrie revient à son niveau de 2001. Il y avait 2 200 entreprises au premier janvier 2003, 280 entreprises se sont créées dans l’année, soit un taux de créa tion de 13 % qui place ce secteur en 4e position. En tenant compte du nombre d’entreprises ayant cessé d ‘exister entre
économie après la pause de 2002
années d’éxistence. Ceci se manifeste Taux de création par secteur Lexique par un taux de création de 21 % et un taux net d’évolution de 6 %. On observe une forte progression des création Taux de création: rapport entre le d’entreprises de construction dans lesnombre de créations observées communes du Sud. Dans les communesl’année n et le stock d’entreprises au premier janvier de cette même de SaintJoseph et de l’EntreDeux, les année n. taux de création sont de 30 % Dans les communes de SaintPhilippe, Saint LouisTaux d’évolution: rapport entre le et SaintPierre, les taux de création sontnombre d’entreprises comptabilisées supérieurs à 20 %. au premier janvier de l’année n et le nombre d’entreprises comptabilisées Les entreprises de bâtiment renforcentau premier janvier de l’année n1. également leur implantation dans l’Est, à SaintAndré le taux brut de création est Premier pour le nombre de créa de 28 %et le secteur a progressé de tions d’entreprises le secteur des 14 %. A SaintBenoît et SainteSuzanne Champ d’étude services n’est que troisième pour le taux de création.les tauxde création sont du même ordre, mais avec une progression du secteur Le champ retenu pour l’article est le premier janvier 2003 et le premierproche de 10 %. Dans le reste de l’île, le celui des entreprises produisant des janvier 2004, le secteur de l’industriesecteur du bâtiment qui était déjà bien biens et des services destinés à être s’est accru de 3 %. implanté, a progressé de manière plusvendus. C’est le champ dit “ICS” : faible (+ 3 % pour le Nord et + 4 % pourindustrie, commerce, services. Ce Le nombre d’entreprises du secteur des champ est plus restreint que celui l’Ouest). transports se maintient autour de 1 500 observé dans le répertoire SIRENE. Il unités depuis les trois dernières années.Le nombre d’entreprises de commerce ane couvre pas le secteur primaire et Une centaine d’entreprises de transportsaugmenté de 6 %. L’accroissement a étéles activités financières. En sont également exclus les établissements sont créées tous les ans et simultanémentplus fort pour le commerce de gros qui QUI relèvent du secteur public ou une centaine d’entreprises disparaissent.est passé de 1 900 à 2 100 entreprises d’organisme privés, ainsi que certaines Le taux de création de ce secteur est ledans le courant de l’année 2003. Néan sociétés civiles. plus faible : 7 %. Quant autaux d’évolumoins le commerce de détail, représente tion65 % des entreprises de commerce et ail est de 0 %. En raison des particularités de progressé de 4,5 %.l’économie locale, le champ d’étude Le secteur du bâtiment est connu pour utilisé à La Réunion est légèrement avoir des taux de survie faibles. En effet,Olivier CANILLAC différent de celui utilisé en métropole. moins de la moitié des entreprises de En ce qui concerne l’industrie agro construction survivent au delà de trois alimentaire, la fabrication artisanale associée à la vente au détail de pain, pâtisseries, viennoiseries et de produits Taux de création d’entreprises et taux d’évolution des secteurs d’activité entre 2003 et 2004 à base de viande, est inclue dans le champ “commerce” alors que ces Nbre d’enNbre d’enNbre deTaux deTaux activités sont considérées comme des treprises autreprises aucréations créations d’évolution industries par la nomenclature 01012003 010120042003 20032003/2004 d’activité française. Industrie 2240 2316 28213 3 Industrie agroalimentaire219 225 178 3 Industrie automobile27 28 1 44 Ind. biens et consommation1 1001 138155 143 Ind. biens d’équipement298 303 30 102 Ind. biens intermédiaires584 608 77 134L’auteur énergie 1214 217 17 Olivier CANILLAC est volontaire civil Commerce 9009 9570 1789 206 de l’aide technique à la direction Construction 3577 3796 74921 6 Transports 1499 1504 997 0régionale de la Réunion. Services 11262 12000 1996 187 Activité immobilières414 461 82 2011 Services aux entreprises3 8904 089649 175 Services aux particuliers3 4353 665731 217 Éducation, santé, action sociale3 5233 785534 157 Total 27587 29186 4915 186 Source : Sirène
2e trimestre 2004
éconoDE LmAie REUNION5
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.