Entreprises en Limousin : les jeunes pousses à l'épreuve de la crise

De
Publié par

Malgré la crise économique, les jeunes entreprises limousines créées en 2006 affichent le même taux de survie à trois ans que leurs aînées : sept sur dix sont toujours actives en 2009 Plus que le secteur d'activité, ce sont le profil et l'entourage du créateur qui expliquent le bon taux de survie en Limousin. Trois ans plus tard, trois créateurs sur quatre sont satisfaits de leur démarche entrepreneuriale. Neuf sur dix prévoient de maintenir ou développer leur activité. Un faible taux de création Un effet sectoriel légèrement positif Un lien avec le marché du travail L'influence de l'entourage Les autodidactes font mieux en Limousin Un appel fréquent à l'emprunt bancaire Un créateur sur deux accroît son chiffre d'affaires Les unités pérennes créent de l'emploi Encadrés Reprises : un enjeu d'avenir Objectif Création Suivre les nouvelles entreprises
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Entreprises en Limousin :
les jeunes pousses à
l’épreuve de la crise
La pérennité des nouvelles très présente, alors que le commerce, Malgré la crise écono-
entreprises limousines ne se secteur très créateur d’entreprises, est mique, les jeunes en-
dément pas : parmi celles créées moins développé qu’ailleurs en province.treprises limousines créées
au premier semestre 2006, sept La création d’entreprises se développe, en 2006 affchent le même
sur dix sont encore en activité en Limousin comme en France, depuis les taux de survie à trois ans
en 2009. Ce taux de survie à trois années 2000, mais elle demeure sensible que leurs aînées : sept sur
ans place toujours le Limousin à la conjoncture. La crise économique a dix sont toujours actives en
parmi les régions de métropole entraîné un ralentissement des créations 2009
les plus performantes. Les re- en 2008 et une hausse des défaillances,
prises d’affaires existantes,
moins nombreuses, sont encore Des entreprises pérennes
plus viables que les créations
France métropolitaine : 66 %pures. 63Plus que le secteur
d’activité, ce sont le 61
63
profl et l’entourage du 66Un faible taux 71 6662créateur qui expliquent 67de création 72
le bon taux de survie en
67 68Limousin. Cette pérennité est d’autant 69 68
plus remarquable et nécessaire
70que le Limousin est, avec sa voi-
70 66sine auvergnate, la région où le 70
taux de création est le moins dy- %
Trois ans plus tard, 75 65namique : une création pour dix
70
trois créateurs sur 64 69 65 66entreprises existantes. L’orien-
60quatre sont satisfaits de tation générale de son système
leur démarche entrepre- productif vers des secteurs
74
neuriale. Neuf sur dix d’activité en moyenne moins
prévoient de maintenir ou porteurs de projets contribue à Taux de survie à 3 ans des entreprises créées en 2006
Source : Insee, enquête SINE 2006, l’expliquer. L’agriculture reste développer leur activité.
interrogations 2006 et 2009
© IGN - Insee 2011vorable de la spécialisation sec-Taux de survie : la conjugaison de deux effets
torielle. C’est un effet résiduel
qui prédomine, lié à d’autres Effet structurel < 0 Effet structurel > 0
Effet résiduel > 0 Effet résiduel > 0 facteurs : profl et entourage du + 6
créateur (âge, formation, emploi
Corse+ 5 précédent…) et conditions de
Bretagne
Champagne-Ardenne mise en œuvre du projet (capital
+ 4 investi, aides publiques…).
Des taux de survie proches ca-
Poitou-Charentes + 3
chent parfois des différences. Rhône-Alpes
Pour un même taux de péren-+ 2 LimousinBourgogne
nité, Poitou-Charentes se dis-
Midi-PyrénéesFranche-Comté
+ 1 tingue du Limousin par un effet
Alsace Centre sectoriel négatif sur le taux de Basse-Normandie Pays de la Loire0 survie des nouvelles unités, lar-- 1,5 - 1 - 0,5 0 + 0,5 + 1 + 1,5
Auvergne gement compensé par un effet - 1 Lorraine
résiduel positif plus fort.
PACA
- 2 Languedoc-
Nord-Pas de Calais Roussillon
Aquitaine
- 3 Un lien avec le
Haute-Normandie marché du travail
- 4
En Limousin comme ailleurs, - 5
les relations que le créateur
- 6 entretient avec le marché du PicardieEffet structurel < 0 Effet structurel > 0
travail et l’appui qu’il trouve Effet résiduel < 0 Effet résiduel < 0
dans son entourage infuencent Effet de la structure par activité
sa réussite.
Pour le taux de survie à trois ans des nouvelles entreprises, la position favorable du Limousin est due à la S’être éloigné trop longtemps structure sectorielle des créations (effet structurel > 0), mais aussi et surtout à un effet résiduel.
À structure d'activité comparable, le taux de survie est, en effet, meilleur en Limousin qu'en province. du marché du travail apparaît
Les régions figurant au-dessus de la diagonale ont un taux de survie supérieur à la moyenne de province. comme un facteur pénalisant.
Source : Insee, enquête SINE 2006, interrogations 2006 et 2009 Les salariés ou indépendants
qui se lancent dans la démarche notamment dans la construction. L’entrée créations. La région et ses
créent des entreprises plus en vigueur du régime de l’auto-entreprise, créateurs se distinguent par
pérennes : 75 % d’entre elles début 2009, a fortement redynamisé la d’autres particularités. Comme
sont encore en activité trois création. Cet effet perdure mais se sta- Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées
ans plus tard. Pour ceux qui bilise : l’économie limousine a créé plus ou le Centre, le Limousin pré-
étaient au chômage, le taux de de 5 000 entreprises en 2010 (dont 56 % sente un taux de survie de ses
réussite tombe à 65 %, voire d’auto-entreprises), contre moins de 2 400 jeunes entreprises supérieur à
moins pour les chômeurs de en 2006. la moyenne qui ne s’explique
longue durée.Malgré le fort ralentissement de l’activité qu’en partie par un léger effet fa-
en 2008 et la récession de 2009, la crise
semble avoir eu peu d’effet sur la survie L'auto-entreprise dynamise la création
des jeunes entreprises. En Limousin
350comme en France, celles créées en 2006
se sont révélées aussi pérennes, trois ans 300
après, que la génération 2002. Crise
250 Entrée en vigueuréconomique
du statut d'auto-
entrepreneur au Loi en faveur des PME
er200 1 janvier 2009(août 2005)
Loi Dutreil sur l'initiativeUn effet sectoriel
économique (août 2003)
150légèrement positif
100
Les chances de survie varient selon le
50secteur d’activité. Les jeunes entreprises,
par exemple, sont moins pérennes dans le 0
1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4commerce, le transport, l’hébergement- 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
restauration que dans l’industrie. Mais
Évolution trimestrielle des créations d'entreprises en Limousin de 2000 à 2010 - Indice base 100le bon taux de survie global en Limousin erau 1 trimestre 2000
Source : Insee, SIRENEdoit peu à la structure sectorielle des
INSEE Limousin - mai 2011
Effet résiduelDes taux de survie variables selon le secteur d'activité Suivre les nouvelles entreprises
Adm. publique, enseignement,
Le Système d’information sur les nou-santé humaine et action sociale
velles entreprises (SINE) permet de Industrie
suivre une génération d’entreprises, Activités scientifiques, techniques,
services administratifs et de soutien trois et cinq ans après leur création.
Construction Cette étude porte sur les unités créées
Activités immobilières, financières au cours du premier semestre 2006,
et assurance, info.-communication
interrogées de nouveau en septembre Commerce, transport,
hébergement et restauration 2009. Grâce à un fnancement com -
Autres activités de services plémentaire pris en charge par la
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 Région, l’enquête est exhaustive sur
Limousin Province le Limousin.
Taux de survie à trois ans des entreprises créées en 2006 selon le secteur d'activité (%)
Source : Insee, Enquête SINE 2006,
interrogations 2006 et 2009
Les autodidactes font
Les chômeurs cumulent des conditions de réalisation de mieux en Limousin
facteurs peu favorables : ils son projet.
créent souvent des entreprises Les créateurs limousins sont plus souvent
individuelles, plus fragiles que des autodidactes, ayant au maximum L’infuence
les sociétés, et investissent un niveau Certifcat d’études primaires de l’entourage
davantage dans le commerce, (CEP), fn de troisième. Mais, dans la ré -
secteur au taux de survie plus Un entourage entrepreneurial gion, les créateurs sans diplôme, comme
faible. Les entreprises créées favorise à la fois la création et ceux issus de l’enseignement profession-
par des chômeurs ont donc la pérennité. La majorité des nel, réussissent mieux qu’ailleurs. Alors
moins de chances de survie que créateurs connaissent un en- que les bacheliers et diplômés du supé-
les autres. trepreneur. Et le taux de survie rieur ne se distinguent pas. Si le diplôme
Cependant, le dispositif des à trois ans de leur entreprise donne des chances supplémentaires
aides publiques à la création, atteint 72 %, contre 64 % pour d’assurer la pérennité de son entreprise,
qui cible en priorité les por- ceux qui ne bénéficient pas le faible niveau d’études en formation gé-
teurs de projets en diffculté, d’un tel entourage. La création nérale n’apparaît pas comme un handicap
s’adresse notamment aux chô- d’entreprises ne doit pas, non insurmontable.
meurs créateurs d’entreprises. plus, être un exercice solitaire. S’entourer ne sufft pas : avoir une solide
Et il apparaît que ces derniers Les entrepreneurs qui agissent expérience et connaître son secteur d’ac-
réussissent mieux lorsqu’ils seuls en Limousin réussissent tivité sont aussi des atouts pour assurer
sont aidés. moins que ceux qui reçoivent la pérennité de son entreprise. Or, en
Au-delà du profl du créateur, l’appui de leur conjoint ou d’un Limousin, les créateurs sont nombreux
la réussite est aussi très liée organisme de soutien à la créa- à cumuler plus de dix ans d’expérience
à son environnement et aux tion d’entreprises. professionnelle. Lors de leur création, les
entreprises limousines pérennes avaient
à leur tête, plus souvent que celles qui
Reprises : un enjeu d’avenir ont disparu, un dirigeant avec une longue
expérience et s’installant dans l’activité
Reprendre une entreprise existante ou en créer une ne conduit où il exerçait auparavant son métier.
pas aux mêmes chances de survie. Même si un repreneur sur deux
rencontre des problèmes commerciaux ou fnanciers, les unités
reprises en 2006 sont 9 fois sur 10 encore en activité trois ans plus Un appel fréquent à
tard (7 fois sur 10 pour les créations pures). l’emprunt bancaire
Il est ainsi plus facile d’assurer la continuité d’une affaire exis- Plus de la moitié des créateurs en Limou-
tante que de garantir la survie d’une nouvelle entreprise, qui doit sin empruntent auprès d’une banque pour
se constituer une clientèle. Les reprises sont fréquentes dans les fnancer tout ou partie de leur projet,
services aux particuliers et le commerce, plus rares dans l’industrie contre 45 % en province. Ces projets, dont
ou la construction. Mais dans ces deux secteurs, les repreneurs ont la viabilité est contrôlée pour remplir les
souvent de l’expérience et le taux de survie est encore meilleur. critères d’attribution des prêts bancaires,
Avec l’arrivée à l’âge de la retraite des générations nombreuses ont un meilleur taux de réussite.
nées après la guerre, la reprise devient un enjeu important pour le Par ailleurs, plus le capital initial investi
maintien des petites entreprises et de l’emploi qu’elles génèrent. est important, plus l’entreprise a de
INSEE Limousin - mai 2011chances d’être pérenne. Or 52 % des Une variation positive Objectif créationcréateurs limousins ont investi plus de
de l'emploi salarié
8 000 euros en 2006, contre 48 % de leurs
140 Depuis 2007, la Région Li-homologues en province.
mousin et ses 15 partenaires 130
(réseaux consulaires et as-120
sociatifs) accompagnent les Un créateur sur deux 110
porteurs de projet par « Objec-accroît son chiffre 100
tif Création ». Ils sont épaulés d’affaires 90 de l’idée à la formalisation du
80 projet, et jusqu’aux premiers
Comment les jeunes entreprises pérennes
70 pas de l’entreprise. Ils peu-
se développent-elles en Limousin ? Com-
60 vent bénéfcier de formations
ment voient-elles leur avenir ? Limousin Province
et d’aides fnancières (Pass’ 50Leurs résultats économiques ne les dis- Salarié Non salarié Total Conseil, Pass’ Création, prêts
tinguent guère de leurs homologues de Volume d'emploi en 2009 pour 100 emplois d’honneur …), aides boni-
créés en 2006 dans les nouvelles entreprisesprovince. La moitié ont fait progresser
fées pour les jeunes créateurs
Pour 100 emplois salariés créés en 2006 parleur chiffre d’affaires en trois ans, et 12 %
(moins de 30 ans).les nouvelles entreprises, on compte, en 2009,dépassent les 300 000 euros. Six fois sur
115 salariés en Limousin, contre 133 en pro- Aujourd’hui le dispositif a ac-
dix, les nouveaux entrepreneurs limousins vince.
cueilli plus de 8 500 porteurs Source : Insee, enquête SINE 2006,se déclarent satisfaits de leur dernier
interrogations 2006 et 2009 de projet et accompagné la
exercice fnancier. Trois sur dix affrontent
création et la reprise de plus
pourtant des difficultés de trésorerie, (conseil, formation, communi-
de 2 600 entreprises.
souvent liées à des défauts de paiement cation…) est moins répandu en
En savoir plus :de leurs clients. Ils ont alors recours au Limousin qu’ailleurs.
0 800 03 07 09découvert bancaire. Un créateur sur deux dispose
Deux jeunes entreprises sur trois ont in- d’autres revenus que ceux de
vesti entre 2007 et 2009, dans le matériel son entreprise, apportés sept subsiste dans les entreprises
destiné à la production, les véhicules, la fois sur dix par le conjoint. pérennes 85 % du volume d’em-
bureautique ou l’agencement de locaux. ploi global créé en 2006. Ce
Le recours aux prestations de service bilan, moins favorable que la
Les unités pérennes moyenne, est comparable à la
créent de l’emploi situation observée dans un arc
de cercle qui va de l’Aquitaine
Créer une entreprise, c’est au Languedoc-Roussillon en
29 rue Beyrand d’abord créer son propre em- passant par l’Auvergne.
87031 Limoges cedex ploi. Près de huit entreprises Malgré le contexte économique
sur dix démarrent sans aucun diffcile de l’année 2009, les créa -
salarié. Dans un premier temps, teurs d’entreprises pérennes
c’est donc l’emploi non salarié font preuve d’une certaine
Informations statistiques 09 72 72 40 00 qui profte de la dynamique de confance en l’avenir. Neuf sur
création. Ensuite seulement, dix envisagent de maintenir
c’est l’emploi salarié qui pro- ou développer leur activité.
gresse. Les trois quarts se déclarent
Les jeunes entreprises de 2006 satisfaits de leur démarche en-www.insee.fr
qui ont survécu ont créé 336 trepreneuriale. Ils se défnissent
Directrice de la publication Fabienne Le Hellaye
emplois en trois ans, surtout souvent comme artisan, chef Rédactrice en chef Nathalie Garrigues
Mise en forme Martine Herny des emplois salariés. Mais, d’entreprise ou indépendant.
Impression Sotiplan - Limoges
comme en France, cette crois- Des valeurs qui se réfèrent à des Maquette iti communication
sance ne sufft pas pour com - notions de métier ou de savoir-
Publication exclusivement diffusée à titre gracieux penser les pertes d’emplois, en faire, s’inscrivant dans une dé-
Dépôt légal : mai 2011 majorité non salariés, dues aux marche guidée par l’autonomie
cessations. Au total, en 2009, il et la responsabilité.
Code SAGE : FOC117324
ISSN : 1765-4475
Copyright - INSEE 2011
Nathalie Garçon,
« La rediffusion, sous quelque forme que ce soit, des fonds de cartes issus
du fchier GéoFLA® de l’IGN est soumise à l’autorisation préalable de l’IGN Claude Mallemanche
et au paiement auprès de cet organisme des redevances correspondantes ».

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.