Épargne-crédit : Plus d’épargne, moins de crédits

De
Publié par

Epargne-crédit Plus d’épargne, moins de crédits points) et de l’épargne à long termeL’année 2007 se caractérise u 31 décembre 2007, l’ensemble 1 (1,7 point). La répartition des actifsA des actifs financiers recensés dupar une progression toujours financiers est équilibrée entre les pla-département s’établit à 5 608 millions soutenue des actifs financiers cements liquides ou à court termed’euros. Ils progressent de 9,8 % sur un (34,5 % du total), les dépôts à vuean, en légère accélération par rapport àcollectés par le système (33,2 %) et l’épargne à long termedécembre 2006 (+9,1%). En valeur, les bancaire local auprès des (32,3 %). Sur un an, la part des dépôtsactifs financiers augmentent de 501 à vue est inchangée, celle des place-agents martiniquais tandis millions d’euros (contre +293 millions ments liquides ou à court terme gagned’euros l’année précédente), répartis àque le rythme de progression 1,4 point au détriment de l’épargne àhauteur de 240 millions d’euros pour annuel de l’encours sain des long terme (-1,5 point).les placements liquides ou à court ter- me, 176 millions d’euros pour lescrédits octroyés aux agents Les ménages demeurent les principauxdépôts à vue et 85 millions d’euroséconomiques martiniquais détenteurs d’actifs financiers avecpour l’épargne à long terme. s’infléchit sur un an. 75,4 % du total.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 34
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

Epargne-crédit
Plus d’épargne, moins de crédits
points) et de l’épargne à long termeL’année 2007 se caractérise u 31 décembre 2007, l’ensemble
1 (1,7 point). La répartition des actifsA des actifs financiers recensés dupar une progression toujours
financiers est équilibrée entre les pla-département s’établit à 5 608 millions
soutenue des actifs financiers cements liquides ou à court termed’euros. Ils progressent de 9,8 % sur un
(34,5 % du total), les dépôts à vuean, en légère accélération par rapport àcollectés par le système
(33,2 %) et l’épargne à long termedécembre 2006 (+9,1%). En valeur, les
bancaire local auprès des (32,3 %). Sur un an, la part des dépôtsactifs financiers augmentent de 501
à vue est inchangée, celle des place-agents martiniquais tandis millions d’euros (contre +293 millions
ments liquides ou à court terme gagned’euros l’année précédente), répartis àque le rythme de progression
1,4 point au détriment de l’épargne àhauteur de 240 millions d’euros pour
annuel de l’encours sain des long terme (-1,5 point).les placements liquides ou à court ter-
me, 176 millions d’euros pour lescrédits octroyés aux agents
Les ménages demeurent les principauxdépôts à vue et 85 millions d’euroséconomiques martiniquais détenteurs d’actifs financiers avecpour l’épargne à long terme.
s’infléchit sur un an. 75,4 % du total. Néanmoins, cette pro-
portion régresse de 2,4 points sur un anLes placements liquides et à court ter-
au bénéfice des entreprises et desme constituent le premier contributeur
«autres agents» (respectivement à l’évolution d’ensemble (à hauteur de
22,4 % et 2,3 %). En dépit de la vigueur4,7 points), suivis des dépôts à vue (3,4
de l’encours des entreprises (+228 mil-
lions d’euros), les ménages apportent la
Croissement notable des placements liquides et à court terme plus forte contribution (+5 points) à
Evolutions des actifs financiers par catégorie de placement à la Martinique l’évolution d’ensemble grâce à une
croissance de 6,4 % de leur encours,
En millions d’euros
soit +253 millions d’euros.
Taux des actifs financiers au 31/12/02007 : 5 608,2 €
Au terme de l’année 2007, les place-2 200
(+10,4 %)1 864,0 1 932,6 (+14,2 %) 1 811,7(+4,9 %) ments liquides ou à court terme s’élè-2 000
1 800 vent à 1 933 millions. Depuis deux
1 600 exercices, leur rythme de progression
1 400
s’accélère : à +10,4 % en 2007 après1 200
1 000 +4,5 % en 2006. Ils constituent les
800 premiers contributeurs à la croissance
600
des actifs financiers, à hauteur de400
200 4,7 points. D’abord, les certificats de
0 dépôt atteignent 148,1 millions d’euros
Dépôts à vue Placements liquides Epargne à long terme
ou à court terme (+136,1 %). Puis, les comptes sur
livrets (53,2 % de l’encours total), lesSource : IedomDéc. 2005 Déc. 2007Déc.2004 Déc.2006
1) Dépôts à vue, placements liquides ou à court terme et épargne à long terme. Ces données concernent l’activité
de collecte de dépôt des établissements de crédit installés localement.
6
N° 70 - Martinique - Septembre 2008Epargne-crédit
dépôts à terme (19,3 %) et les OPCVM en 2006 et concerne l’ensemble des Ralentissement
monétaires (13,1 %) participent à la agents. Les ménages détiennent une de la croissance des crédits
tendance haussière. Les comptes nouvelle fois la majeure partie des dis-
d’épargne-logement enregistrent une ponibilités à vue du département. Au 31 décembre 2007, l’encours sain
hausse modeste de +1,5 %. Ces évolu- Toutefois, leur part se replie de 2,8 des crédits octroyés aux agents
tions annuelles affectent peu la structu- points sur un an au profit des sociétés économiques martiniquais, par les
re des placements liquides ou à court non financières qui concentrent désor- établissements de crédit installés ou
terme par produit. Avec 53 % du total mais 39 % des dépôts à vue. Alors que non localement, atteint 6,5 milliards
(-3,8 points), les comptes sur livrets toutes les composantes de l’épargne à d’euros, en progression de 8,1 %
demeurent le placement favori des long terme baissent, la progression de sur un an (+487 millions d’euros). Le
Martiniquais, suivis des dépôts à terme l’encours total est exclusivement por- rythme annuel ralentit de 6,6 points
(19,3 % de l’ensemble) en hausse de tée par les autres actifs, composés de par rapport à décembre.
0,7 point sur un an. Enfin, les OPCVM l’assurance-vie à 47,5 % du total. À
monétaires pèsent désormais 13,1 % l’inverse, les OPCVM non monétaires Le premier poste d’endettement des
dans le total des placements liquides ou chutent de 10 % en un an, et les plans agents martiniquais est constitué des
à court terme, contre 12,6 % en 2006. d’épargne populaire et plans crédits à l’habitat (42,1%) dont l’en-
d’épargne-logement, respectivement, cours atteint 2,7 milliards d’euros. Sur
Forte progression de -8,3% et -3,0%. Enfin, les porte- un an, ceux-ci progressent de 4,9 %
des placements liquides feuilles titres sont stables sur un an (- (+127 millions d’euros). Les crédits
des entreprises 0,1 %), mais leur évolution est condi- à l’équipement gagnent 287,3 millions
tonnée aux incertitudes de la d’euros (+16,5%) à 2 milliards d’euros.
La croissance des actifs financiers pro- conjoncture financière mondiale du L’encours des crédits de trésorerie
vient en premier lieu des entreprises fait de la crise des subprimes. Les atteint 1,1 milliard d’euros. Après un
dont les encours progressent de plus ménages demeurent les principaux repli en 2006, son rythme de croissan-
de 42 % sur la période. Cette vigueur détenteurs de l’épargne longue (96%) ce s’accélère (+7,9%).
est à rapprocher de l’engouement même si la progression de leurs avoirs
pour les placements indexés sur les diminue (+5,9 % en 2007 et +14,8 % Concentrant 45,7 % de l’encours sain,
2taux du marché . Les avoirs des en 2006). les entreprises demeurent la principa-
ménages, premiers détenteurs le clientèle des établissements de
d’épargne liquide, progressent de crédit. Leur poids se replie de 0,7
+7,6 % et s’établissent à 1,4 milliard
d’euros au 31 décembre 2007. Ils sont Croissance tirée par les crédits à l’équipement
constitués à 80 % de comptes Évolution des passifs financiers de l’ensemble
des établissements de crédit par type d’épargne à régime spécial (+6,9 %
sur un an). Leur croissance est notam- Total des passifs financiers : 6 470,4 M€ (+ 8,1%)En millions d’euros
ment liée au dynamisme (+24,5 % en
3 000
2 726,1 (+4,9 %)glissement annuel) des livrets de
développement durable (117 M ). 2 500
2 032,4 (+16,5 %)
2 000Au 31 décembre 2007, le total des
dépôts à vue s’élève à 1,9 milliard 1 500
1 033,0 (+7,9 %)d’euros, en hausse de 176 millions
1000d’euros sur un an. Pour la troisième
397,7 (-2,0 %)année consécutive, le rythme annuel 500
173,9 (+4,1 %)de croissance des dépôts à vue reste 37,3 (-16,0 %)
0élevé à +10,4 % en 2007 après 10,1 % Créances Crédits Crédits Crédits Comptes Autres crédits
de trésoreriecommerciales à l'équipement à l'habitat ordinaires
débiteurs
Déc. 2005 Déc. 2007 Source : IedomDéc.2004 Déc.2006
2) du fait des meilleurs rendements issus des revalo-
risations successives des taux directeurs de la
Banque centrale européenne
7
N° 70 - Martinique - Septembre 2008Epargne-crédit
point par rapport à 2006. Leur sent de 106,9 millions d’euros en millions d’euros au 31 décembre 2007
encours, à 2,9 milliards, progresse de 2007 (contre +141,7 millions d’euros (+7,9 % par rapport à décembre 2006).
6,4 % en 2007 (+22,2 % en 2006). en 2006). Ils devancent les crédits de Toutefois, le poids des douteux dans
Cette hausse est imputable aux crédits trésorerie qui s’accroissent de 98,1 l’encours brut reste inchangé sur un an.
à l’équipement (+151,9 millions d’eu- millions (+10,5 %). A 6,8 %, il conserve le plus faible
ros) et aux crédits d’exploitation Avec 54,5 % de l’ensemble des niveau observé depuis huit ans. En
(+16,7 millions d’euros). L’encours concours, les ménages sont la princi- 2007, les établissements de crédit
sain des crédits aux ménages s’élève à pale clientèle des établissements de locaux concentrent 86,4 % du total glo-
2,6 milliards d’euros (+271,3 millions crédit locaux. Leur encours sain aug- bal des créances douteuses brutes, soit
d’euros). Leur rythme annuel de crois- mente de 258,8 millions d’euros en une baisse de 5,6 points par rapport
sance s’accélère de 8,5 % en 2006 à
Les crédits à l’habitat toujours aussi vigoureux11,5 % en 2007. Les ménages
Évolutions des passifs financiers des établissementsconcentrent près de 42 % de l’en-
de crédit locaux par type de clientèle
cours sain total (+1,2 point sur un an).
Ce dynamisme est imputable aux cré- En millions d’euros Passifs financiers des établissements de crédit locaux : 4 452€ (+10,3%)
dits à l’habitat (+13,5 %). Les crédits à 2 000
1 737,9 (+14,4%)
1 800la consommation totalisent 930 mil-
1 600lions d’euros en 2007 (+9 %). Enfin,
1 400les passifs financiers des collectivités 1 186,9 (+9,9%)
1 200
1 033,6 (+10,5%)locales représentent 11,4 % de l’en-
1 000
semble des concours octroyés. Ils pro- 800
gressent de 38 millions d’euros 600
288,5 (-2,0%)(+5,4 %) en glissement annuel, pour 400
37,1(-16,3%) 167,9 (+3,9%)200atteindre 738 millions d’euros à fin
0décembre 2007. Leur endettement est
Créances Crédits Crédits Crédits Comptes Autres
presque exclusivement constitué de commerciales de trésorerie à l'équipement à l'habitat ordinaires crédits
débiteurscrédits à l’équipement (97,9 % contre
Source : IedomDéc. 2005 Déc. 2007Déc.2004 Déc.200684,7 % en 2006). L’encours total de
crédits enregistré dans le département
est scindé entre les concours consentis 2007, après une progression de 172,3 à 2006 (92 %) au détriment des établis-
par les établissements locaux et ceux millions en 2006. Cette croissance est sements de crédits non installés locale-
non installés localement. Au 31 essentiellement portée par les crédits ment. Ces derniers enregistrent une
décembre 2007, 68,8 % de l’encours à l’habitat (+12 %). À l’inverse, les progression de la sinistralité de leur
global de crédits distribués en crédits aux entreprises octroyés par les portefeuille, leur taux de créances dou-
Martinique proviennent de l’activité établissements de crédit locaux pro- teuses progressant de 1,3 point sur un
des établissements locaux (+1,4 point gressent (+12 %) moins qu’en 2006 an pour atteindre 3,1 %, soit le plus
par rapport à 2006). (+16,3 % en 2006). Avec des tensions haut niveau atteint depuis plus de deux
de trésorerie plus vives en 2007, les ans. Les créances douteuses brutes des
Au 31 décembre 2007, l’encours sain entreprises martiniquaises ont eu établissements de crédit locaux s’éta-
des crédits octroyés par les établisse- recours aux facilités de court terme. Les blissent à 408,7 millions d’euros à fin
ments de crédit locaux s’établit à crédits d’exploitation gagnent 39 mil- décembre 2007 (+1,3 % sur un an
4,5 milliards d’euros (+417,5 millions lions d’euros sur la période, soit +10 %. contre -6,3 % en 2006). Compte tenu
d’euros, +10,3 % par rapport à 2006). de la vigueur de l’encours sain, leur
Cette évolution est, en premier lieu, Sinistralité en hausse poids dans le total des concours bruts
liée aux crédits à l’habitat qui perd 0,7 point pour s’établir à 8,4 %.
augmentent de 219,3 millions d’euros Après une baisse entre 2005 et 2006
sur un an (+14,4 %), après +207,4 (-1,7 %), les créances douteuses brutes
millions d’euros fin 2006. En second des établissements de crédit, installés IEDOM Martinique - Services Etudes
lieu, les crédits à l’équipement progres- ou non localement, s’élèvent à 473,1 agence@iedom-martinique.fr
8
N° 70 - Martinique - Septembre 2008

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.