Il y a trente ans dans le Courrier des statistiques - Les services de l'Insee aux Antilles et en Guyane

De
Publié par

Il y a trente ans dans le Courrier des statistiques - Les services de l’Insee aux Antilles et en Guyane

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 9
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Il y a trente ans dans le Courrier des statistiques - Il y a trente ans dans le
Courrier des statistiques - Il y a trente ans dans le Courrier des statistiques
Les services de l’Insee aux Antilles
et en Guyane
Article initialement paru dans le Courrier des statistiques n° 9 de janvier
1979, écrit par Léna Lori, à l'époque directeur régional du Service
inter-régional Antilles-Guyane (Sirag).
es services statistiques implan- mer avec les orientations fixées par la celles des départements métropo-Ltés par l’Insee dans cette zone direction générale, et d’assurer leur litains. Mais les conditions sociales
sont au nombre de quatre : trois compatibilité avec les programmes et économiques étant différentes,
services départementaux attachés à les informations statistiques ne peu-retenus pour l’ensemble des services
1un service interrégional , l’ensemble vent pas être de même nature qu’en de l’Insee. Il présente à la direc-
étant placé sous l’autorité du chef Métropole. La production nationale tion générale les programmes ainsi
de la division des Départements et de l’Insee peut dans ses retombées définis. C’est lui qui organise l’aide
Territoires d’Outre-mer, au départe- satisfaire certains besoins des dépar-technique que la direction générale
ment de la Coopération et des servi- tements métropolitains, mais son peut apporter en cas de besoin aux
ces d’Outre-mer à Paris. contenu ne concerne ni de près ni de services statistiques d’Outre-mer.
loin les DOM. Donc, à l’inverse des
unités régionales métropolitaines dont Les services départementaux A – Structures
la création a d’abord été justifiée par
Le chef de la division des Départe- la nécessité de répartir sur l’ensemble Les services ont
ments et Territoires d’Outre-mer a une du territoire les travaux de collecte et été créés en 1964 en Martinique, en
fonction de coordination des services de production, c’est d’emblée pour 1965 en Guadeloupe, et en 1970 en
statistiques d’Outre-mer. Il est chargé répondre aux besoins d’information Guyane.
en particulier de veiller à la conformité sur les problèmes locaux, que les
des programmes de travail annuel et Les structures administratives des services statistiques d’Outre-mer ont
à moyen terme des services d’Outre- DOM sont à peu près identiques à été créés.
Avant son implantation dans les I – Organisation des services
départements d’Outre-mer, l’Insee
A B C et D Total y effectuait des missions de courte
durée pour améliorer la collecte des
Service inter-régional Antilles-Guyane Sirag (Pointe-à-Pitre) 4 2 7 13
données d’origine administratives Chef de service : Melle Lori, Administrateur de l’Insee
Chef adjoint : M.Courbain, Attaché de l’Insee et pour encadrer l’exécution des
recensements de la population et Service départemental de la Guadeloupe (Basse-Terre) 4 (1) 1 18 23
Chef de service : M. L. Breas, Attaché de l’Insee des enquêtes auprès des ménages
Chef adjoint : Mme. A. Breas, Attaché de l’Insee 1(emploi, budget).
Service départemental de la Martinique (Fort-de-France) 5(1) 1 21 27
Chef de service : M. Ragot, Attaché de l’Insee L’activité des services qui au départ
Chef adjoint : M. Guglielmetti, de l’Insee était orientée pour répondre à une
demande principalement administra-Service départemental de Guyane (Cayenne) 3 3 + 1 7
Chef de service : M. Morales, Attaché de l’Insee vacataire tive a été confrontée progressivement
à temps
à une demande locale de plus en
partiel
plus diversifiée tant au point de vue
16 4 50 70 de son contenu, que du point de
(1) dont 2 VAT : les volontaires de l’aide technique (VAT) sont affectés pour une durée de seize mois
dans le cadre de leur service national.
1. La Guadeloupe, la Martinique et la Guyane A : Administrateurs et chargés de mission de niveau équivalent
ont été érigées en départements en 1946 puis A’ : Attachés et chargés de mission de niveau équivalent
B : Contrôleurs et chargés de de ont été dotées du statut de région en 1975, ce
C : Commis, sténo-dactylographes qui explique les termes : services départemen-
D : Agents de bureau taux et services inter-régional.
Courrier des statistiques n° 128, septembre-décembre 2009 71Léna Lori
II – Les travaux du Sirag par thème en 1978
Travail Responsable Grade Affectation
Démographie-Emploi M. Guengant Chargé de mission de l’Insee Pointe-à-Pitre
Entreprises :
Exploitation statistique des fichiers BIC-BNS M. Courbain Attaché de l’Insee Pointe-à-Pitre
Sirene (optique statistique) M. Courbain Attaché de l’Inseee
Sirene (optique gestion) Mme. A. Breas Attaché de l’Insee Basse-Terre
Indices de prix de détail M. Loue VAT Basse-Terre
-
-
Données sociales M. Remblin Pointe-à-Pitre
Commerce extérieur Mme Diman Contrat DOM-TOM et contrat d’études Fort-de-France
Annuaires statistiques M. Arcade contrat d’études
Bulletin de statistiques et séries de statistiques Melle Burnet Attachée de l’Insee Fort-de-France
Organisation de la production statistique locale M. Guglielmetti Attachée de l’Insee
Centralisation de la gestion M. Hevre VAT Basse-Terre
Travaux encore au stade de la réflexion : Mme.A. Breas Attachée de l’Insee Pointe-à-Pitre
Diffusion, Documentation M. Delrieu Contrôleur de
Revenus-Emploi
vue de la clientèle. L’implantation Dans ce système, il s’avérait difficile centrer les différents travaux autour
du centre universitaire des Antilles- d’améliorer de façon sensible la qua- d’un axe défini pour l’ensemble des
Guyane, l’évolution des liens écono- lité et la quantité des services rendus quatre services.
miques et financiers avec la métro- par l’Insee aux Antilles et en Guyane.
Cette organisation est a priori plus pole… et aussi l’activité de diffusion Pour cela il a paru nécessaire, soit de
logique, les services départementaux et d’assistance développée par les créer une quatrième unité chargée de
services statistiques, ne sont pas étant par vocation en contact direct et réaliser les études nécessaires à la
étrangers au changement de nature permanent avec le public et les admi-connaissance du milieu et de coor-
de la demande. nistrations locales, et ayant la lourde donner les travaux effectués dans
responsabilité de la gestion d’un per-les services départementaux. C’est
sonnel relativement nombreux.la seconde solution qui a été choisie Le service inter-régional Antilles-
et qui a conduit à la création en 1974 Guyane
L’intégration du Sirag a été progres-du Sirag.
sive ; son rôle vis-à-vis des services
Le système qui mettait en relation
départementaux, d’une part, et de la Cette solution conduit d’ailleurs de directement les services départemen-
division des DOM-TOM, d’autre part plus en plus à un développement des taux avec la division des DOM-TOM,
est en train de se préciser, un bon services départementaux puisqu’une présentait un certain nombre d’incon-
équilibre s’étant établi entre le rôle amélioration en quantité et en qua-vénients.
d’animation du Sirag, de coordination lité des services rendus entraîne une
de la division des DOM-TOM, et de augmentation en quantité et en qua-Les programmes de travail des ser-
contact avec le public des services lité de la demande d’information.vices étaient établis à Paris, puis
départementaux.notifiés aux DOM. La conception des
Actuellement, les services départe-travaux d’envergure était entièrement
mentaux se spécialisent dans les tra-mise au point à Paris et ces travaux
vaux de production (organisation de B – Principaux axes des étaient délégués dans les services
la collecte et exploitation des don- programmes de travail départementaux sans possibilités de
nées de base) tandis que le Sirag est annuels et à moyen termeles superviser efficacement.
chargé de la définition des objectifs
Du fait de la très forte centralisation, et de l’organisation de la production Les cadres des services départemen-
les services départementaux étaient dans une perspective de mise en taux et du Sirag ont cherché, dans
isolés les uns des autres. Par ailleurs, place d’un véritable système sta- un premier temps, à organiser et à
les liaisons entre les services et tistique aux Antilles et en Guyane rentabiliser au maximum les travaux
l’échelon central se faisaient essen- françaises. effectués dans les services dépar-
tiellement par lettres et téléphone, tementaux, tout en limitant au strict
et la distance rendait les missions Le Sirag est essentiellement un lieu de nécessaire le lancement de travaux
coûteuses. réflexion et de direction : il s’agit de nouveaux.
72Les services de l’Insee aux Antilles et en Guyane
Pour mener à bien cet objectif géné- 1.3 Gérer les fichiers administratifs nouvelle formule des « déclarations
dont l’Insee est responsable annuelles de salaires » (DAS) ;ral, il a paru indispensable au départ
de ne pas se laisser entraîner par des
– Sirene ; – exploitation des fichiers sur les pressions extérieures, sans toutefois
bénéfices industriels et commerciaux les décourager, et aussi d’adopter de
– registre informatisé des métiers ; (BIC), et sur les déclarations sur les bonnes méthodes de travail interne,
chiffres d’affaires (CA3) ;entretenues par des réunions fré-
– fichiers de la sécurité sociale.quentes des cadres des quatre ser-
– exploitation des fichiers sur les vices.
1.4 Informer le public bénéfices non commerciaux (BNC).
Le recensement des travaux en cours
– réponse aux demandes ;dans les services départementaux fait 2.3 Mesurer l’efficacité du poten-
apparaître quatre grandes catégories tiels productif sous l’angle des
– bulletins de statistiques mensuelles d’objectifs : revenus :
et trimestrielles ;
– remplir les fonctions qui, tradition- – étude des salaires d’après les états
– annuaires statistiques ;
nellement ou administrativement, sont « 2460 » ;
du ressort de l’Insee ;
– publication d’ouvrages ;
– étude des revenus fiscaux (impôt
sur le revenu, BNC) ;– organiser la collecte statistique
– information des organismes inter-
pour faciliter l’analyse économique
nationaux.
– étude des transferts sociaux et sociale ;
(Sécurité sociale et Allocations fami-
1.5 Archiver et gérer l’information liales).– mettre en place des instruments
statistique et économique :pour mesurer et prévoir l’activité éco-
nomique ; 2.4 Situer l’économe dans son
– élaboration de fichiers de séries
environnement international
chiffrées ;
– gérer dans les meilleures condi-
tions possibles les moyens en per- – statistiques du commerce exté-
– amélioration des techniques de
sonnels et les moyens matériels dont rieur ;
documentation (notamment grâce à
disposent les services statistiques.
la procédure « Sphinx ») ;
– analyse des structures des échan-
ges extérieurs.
– microfichages de fichiers statisti-1 – Les responsabilités de premier
ques.ordre pour l’Insee
3 – L’analyse économique à court,
Un certain nombre de travaux ont moyen et long terme2 – La collecte de l’information
pour les statisticiens de l’Insee un statistique
caractère impératif : ceux-ci s’organi- Il s’agit d’étudier le fonctionnement du
sent selon cinq sous-objectifs : système décrit ci-dessus et d’en ana-La production régulière des données
lyser les circuits et les mécanismes, de base nécessaires à toute connais-
1.1 Recenser la population totale afin de pouvoir établir des prévisions. sance de la réalité économique locale
L’objectif est de fournir aux différents et observer ses structures se situe dans les quatre sous-objec-
partenaires de l’activité économique tifs ci-dessous :
– recensement de la population ; les instruments nécessaires à leurs
prises de décision. Les sous-objec-2.1 Mesurer la population active et
– recensements complémentaires ; tifs et les travaux énumérés dans ce le chômage :
paragraphe ne sont indépendants ni
– recensement des Antillo-Guyanais entre eux, ni des objectifs décrits – participation au recensement des
en métropole. dans les autres paragraphes. Ainsi, fonctionnaires ;
la confrontation des différentes séries
– enquêtes sur l’Emploi. disponibles dans les services dépar-1.2 Suivre de façon permanente
tementaux dans une optique macro-l’évolution démographique
économique aura des répercussions 2.2 Décrire l’appareil de production
– statistiques d’état-civil ; sur la conception des travaux cités au (établissements productifs)
paragraphe 1.4.
– migratoires ; – utilisation statistique de Sirene ;
En outre, quel que soit le domaine de
– statistiques des interruptions volon- – exploitation des états « 2460 » sur travail abordé, l’approche classique
taires de grossesses. les salaires et mise en place de la bute aux Antilles sur le problème des
Courrier des statistiques n° 128, septembre-décembre 2009 73Léna Lori
revenus non monétaires et de l’auto- 3.3 Décrire les circuits financiers : – secrétariat et dactylographie ;
consommation. Nous inscrivons
cette préoccupation pour mémoire – statistiques financières ; – informatique.
en attendant de l’aborder spécifique-
ment plus à fond. – analyse du patrimoine des entre- 4.3 Centraliser efficacement la
prises. gestion du personnel et des maté-
Les objectifs d’analyse économique riels à Pointe-à-Pitre :
sont donc les suivants : 3.4 Situer l’auto-consommation
et l’économie de subsistance aux – le but est double ici : il s’agit d’une
3.1 Suivre l’activité économique à Antilles et en Guyane part de rechercher une efficacité dans
court terme : la gestion et d’autre part de libérer les
– dans ce domaine de l’analyse éco- chefs de service pour une meilleure
– indice des prix de détail à la nomique, la collaboration qui existe direction des travaux statistiques pro-
consommation des ménages ; déjà entre l’Université et l’Insee aux prement dits. Les procédures devront
Antilles-Guyane sera encore encou- être suffisamment souples pour ne
– amélioration de l’indice au plan de ragée, et devrait se développer fruc- pas aggraver les difficultés découlant
la conception et des techniques de de l’éloignement des services gérés, tueusement au cours des prochaines
fabrication ; mais devront néanmoins satisfaire, années.
sur le fond, les règles de rigueur
– enquête hôtelière mensuelle ;
indispensables dans le domaine de
4 – La gestion des moyens de fonc-
la gestion ;
– enquête Loyers ; tionnement des services
– gestion administrative ;
– enquête Artisanat ; 4.1 Organiser la production statis-
tique – comptabilité générale ;
– indice du coût des travaux neufs à
la construction ; – structuration des ateliers de pro- – gestion des matériels techniques et
duction ; du mobilier.
– indice des prix des moyens néces-
saires à l’exploitationa gricole. – recherche d’une répartition opti- – à plus long terme, une réflexion
male des travaux informatiques entre globale sur la gestion du patrimoine
3.2 Mettre en place des indicateurs le centre local (centre inter-adminis- immobilier de l’Insee aux Antilles et
pour l’analyse macroéconomique tratif de Fort-de-France) et les centres en Guyane est envisagée ; cette étude
et les prévisions à moyen et long nationaux informatiques de l’Insee en sera plus aisée lorsque les perspecti-
terme : métropole. ves de développement des services
seront plus concrètes.
– collecte pour la Comptabilité éco-
4.2 Assurer la promotion et le per-
nomique ;
fectionnement professionnel du 4.4 Résoudre de façon durable les
personnel : problèmes rencontrés pour l’im-– analyse des comptes économi-
pression de la production diffusée ques ;
– organiser la préparation des par les services
concours ;– études des perspectives démogra-
– le souci de mener à bien ces dif-phiques ;
férents sous-objectifs s’inscrit dans – assurer la formation profession-
l’objectif général poursuivi, qui est de nelle ;– constitution des dossiers pour la
concevoir et de réaliser, à la satisfac-planification ;
– Sirene (NOE) ; tion du public le plus large, des pro-
– élaboration d’indicateurs sociaux grammes annuels et à moyen terme
et réunion de données sociales. – techniques documentaires ; cohérents sous tous leurs aspects. n
74

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.