L'année économique et sociale 2002 : Synthèse régionale

De
Publié par

Bilan de l'année 2002 en Rhône-Alpes, dans les différents domaines de l'économie

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 6
Tags :
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

Synthèse régionale
L'éclaircie espérée n’est pas arrivée
En 2002, la reprise attendue après le fort ralentissement de 2001 ne s’est pas concrétisée, ni dans la région ni en
France. De nombreux chocs (hausse du prix du pétrole, baisse des bourses, incertitudes géopolitiques), conjugués
avec les inquiétudes suscitées par le manque de ressort de la zone euro, et plus particulièrement de l’Allemagne,
ont maintenu les entrepreneurs dans l’attentisme. Il en est résulté une croissance très lente, y compris en terme
d’emploi avec une progression de 0,7 % de l’emploi salarié dans la région qui contraste avec une évolution
démographique toujours dynamique. Dans ce contexte, le chômage a continué de se développer en Rhône-Alpes
en progressant de 6,4 % sur l’année, plus particulièrement au troisième et quatrième trimestre.
Les demandeurs d’emploi représentent désormais 8,1 % de la population active fin 2002 contre 7,7 % à la fin 2001.
En 2002, la croissance naturelle de la population s’est maintenue à un niveau élevé, +30 000 personnes. La
stabilité des naissances, conjuguée à une hausse du nombre de décès a cependant entraîné une légère diminution
élèves du premier et second degré ont été plus nombreuxdu solde naturel par rapport à 2001. Corrélativement, les
qu’en 2001.
L’année économique avait plutôt bien commencé mais les espoirs suscités par un début 2002 bien orienté dans
l’industrie ont laissé place à l’attentisme dès la fin du printemps. Les reports d’investissements et le déstockage
ont pesé sur l’activité et le moral des industriels de la région. Les exportations régionales, et plus encore les
importations ont continué de se replier tandis que l’emploi industriel, qui avait résisté en 2001, a diminué sensiblement
en 2002. Seul le secteur des biens de consommation a pu bénéficier d’une consommation des ménages qui est
restée soutenue.
commerce et les services où il a progressé de 2,3 %, à un rythmeA l’inverse, l’emploi a bien résisté dans le
supérieur à celui de 2001 (+2 %). Cette progression est principalement le fait des services aux entreprises et à un
moindre niveau les services aux particuliers. Par contre, l’emploi est resté stable dans le commerce où le niveau
d’activité a été jugé bas aussi bien dans le commerce de gros que dans le commerce de détail.
fréquentation touristique a fléchi légèrement en 2002, seule la fréquentation des campings a progressé,La
soutenue par l’augmentation de la clientèle étrangère.
Dans les transports, 2002 a été une bonne année pour le transport ferroviaire de voyageurs tandis que l’activité
aérienne est restée au ralenti. La route est restée globalement le mode de transport privilégié.
L’activité dans le secteur du BTP s’est inscrite en rupture avec la forte croissance de ces trois dernières années.
Alors que l’activité dans le bâtiment s’est stabilisée, celle dans les travaux publics a connu une baisse notable.
Dans l’agriculture, les récoltes de céréales ont été excellentes. La production de fruits a augmenté mais les prix
ont été moins favorables qu’en 2001. Les livraisons de lait ont atteint des records.
L’année 2002 a également été marquée par le développement de l’intercommunalité.
Fin 2002, les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) concernent près de 86 % de la population
et 78 % des communes. L’adhésion à la taxe professionnelle unique (TPU) concerne désormais 37 % des
communautés de communes mais également, depuis cette année, la communauté urbaine de Lyon.
3

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.