L'année économique et sociale 2004

De
Publié par

L'Insee s'est associé à huit services publics régionaux pour analyser l'année 2004 et en dresser le bilan. L'année 2004 restera celle de bien des contrastes. La reprise de l'activité est là, l'ouverture vers l'étranger s'accélère et les créations d'entreprises ont rarement été aussi nombreuses ; mais le marché du travail reste atone, le chômage persiste et l'emploi fait du surplace. La situation agricole est meilleure, le bâtiment connaît une activité record, alors que l'industrie reste convalescente. Enfin, après plusieurs décennies de baisse de sa population, le Limousin connaît une légère inflexion démographique.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 36
Voir plus Voir moins

Bilan économique et social 2004 insee limousin 11111

Sommaire
CONJONCTURE ÉCONOMIQUE
Environnement économique national .................................................................... 4
Conjoncture dans l’industrie .................................................................................. 6
Commerce extérieur ................................................................................................ 8
Démographie d’entreprises................................................................................... 10
MARCHÉ DU TRAVAIL
Emploi ..................................................................................................................... 12
Chômage................................................................................................................. 14
Politique de l’emploi .............................................................................................. 16
ANALYSES THÉMATIQUES
Démographie .......................................................................................................... 18
Agriculture .............................................................................................................. 20
Secteur du bâtiment et des travaux publics ........................................................ 22
Construction neuve ............................................................................................... 24
Vente de logements neufs ..................................................................................... 26
Enseignement......................................................................................................... 28
Santé ....................................................................................................................... 30
Tourisme ................................................................................................................. 32
Intervention de l’État.............................................................................................. 35
2 insee limousin Bilan économique et social 2004Éditorial
Comme chaque année, l'Insee s'est associé à huit services publics régionaux pour analyser l'année
économique et sociale 2004 et en dresser le bilan. Cette publication témoigne de la complémentarité et
de la richesse des informations détenues par chacun des partenaires.
L'année 2004 restera celle de bien des contrastes. La reprise de l'activité est là, l'ouverture vers l'étran-
ger s'accélère et les créations d'entreprises ont rarement été aussi nombreuses ; mais le marché du
travail reste atone, le chômage persiste et l'emploi fait du surplace. La situation agricole est meilleure, le
bâtiment connaît une activité record, alors que l'industrie reste convalescente. Enfin, après plusieurs
décennies de baisse de sa population, le Limousin connaît une légère inflexion démographique.
Coordonné et publié par la Direction régionale de l'Insee, le bilan économique et social a été réalisé
avec la participation de :
· la Banque de France ;
· la Direction interrégionale des Douanes et des Droits indirects de Poitiers ;
· la Direction régionale des Affaires Sanitaires et Sociales ;
· la Direction régionale de l'Agriculture et de la Forêt ;
· la Direction régionale de l'Équipement ;
· la Direction régionale du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle ;
· le Rectorat de l'Académie de Limoges ;
· la Trésorerie générale de la région.
Je tiens à remercier tous les auteurs, et plus particulièrement ceux des organismes extérieurs, qui ont
apporté leur contribution à cet ouvrage collectif. Grâce à la mobilisation de chacun, il a été possible cette
année d'avancer la date de publication, et de rassembler plus tôt l'information économique et sociale
utile aux acteurs de la vie régionale.
Le directeur régional,
M. Deroin-Thévenin
Bilan économique et social 2004 insee limousin 33333Environnement économique national
La reprise, dans la prudence
La vigueur de la demande mondiale au premier semestre et la bonne tenue de la
consommation intérieure sur l'ensemble de l'année en attestent : 2004 a bien été
l'année de la reprise pour l'économie française. Cette reprise est cependant moins
intense que la précédente de 1997… Un deuxième semestre hésitant, l'emploi à
la traîne : le cycle vertueux « activité - investissement - emploi » tarde à se
déclencher.
algré une stagnation au troi- et consommation des ménages cial. Les exportations françaises ontMsième trimestre, la France a pourraient se tasser ; la croissance perdu des parts de marché ; ces
indiscutablement renoué avec la de l'emploi salarié, au mieux, serait pertes vont même au-delà des sim-
croissance en 2004 : le produit in- faible. ples effets de change.
térieur brut du pays a en effet cru
○○○○○○○○
○○○○○○○
○○○○
○○○○○○○○○○○
de 2,5 % (2,3 % après correction Les échanges extérieurs Les achats des ménages
des jours ouvrables, à comparer aux ont souffert ont sauvé la reprise
0,5 % de 2003). Confiance et pru-
La croissance mondiale, en 2004,dence ont cependant alterné, la re- À l'inverse de la situation connue
reste inégalée depuis vingt ansprise se révélant moins robuste au chez nos voisins allemands ou ita-
(4,5 %), grâce aux États-Unis (prèsfil des mois. Sur fond de hausse des liens, la consommation des ména-
de 4 %) et aux pays en fort déve-prix du pétrole et des matières pre- ges est restée très dynamique en
loppement (Inde, Chine). La de-mières, c'est la demande intérieure France, malgré un pouvoir d'achat
mande internationale s'est ainsiqui s'est révélée le principal moteur en hausse mesurée (+1,6 %) et des
maintenue à un niveau élevée etde la croissance. salaires peu dynamiques (hors in-
aurait pu tirer vers le haut les ex-Dans ce contexte, les prévisions flation, +0,8 % dans le secteur con-
portations françaises. Cependant,pour le premier semestre de 2005 currentiel). En 2005, l'effet des me-
nos deux principaux partenaires,sont mitigées. Demande extérieure sures fiscales, qui ont pu soutenir
l'Allemagne et la consommation, devrait s'amenui-
l'Italie, ont connu ser et la faible progression du pou-Croissance :
une conjoncture voir d'achat fait craindre une ten-2004 mieux que les années précédentes
difficile qui a affai-+1,2 dance à la baisse des achats des
bli leur demande. ménages.+1,0
Le pétrole a at- L'investissement des ménages
+0,8
teint au qua- (achats de logements) a lui aussi été
+0,6 trième trimestre très dynamique. L'immobilier est
+0,4 34 euros par ba- dopé par des taux d'intérêt encore
+0,2 ril de brent, con- très bas. Au-delà de ce simple effet
tre 25 au début0 monétaire, le haut niveau de de-
de l'année. Cette mande en logements s'explique par-0,2
hausse, celle des la croissance du nombre de ména-
-0,4
prix des matières ges (+1 % par an), plus forte que
-0,6 premières, ainsi l'offre. Les craintes vont de l'exis-
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 que le cours tence d'un déficit structurel en loge-
2002 2003 2004 élevé de l'euro ments à la formation d'une bulle im-
(1,30 dollar), ont mobilière. Face à la montée des prix,
Glissement trimestriel du PIB en euros constants (%) - données cvs fait apparaître un les possibilités des ménages se ré-
Source : Insee déficit commer- duisent et leurs investissements
4 insee limousin Bilan économique et social 2004Pas d'effet d'entraînement sur l'emploi
2003 2004
3ème 4ème 3ème 4ème Niveau fin 20041er 2ème 1er 2ème
trimestre trimestre trimestre trimestre (en milliers)trimestre trimestre trimestre trimestre
Emploi salarié marchand -0,3 -0,1 -0,2 +0,2 0,0 +0,1 0,0 0,0 15 408
Industrie -0,6 -0,6 -0,7 -0,7 -0,6 -0,5 -0,5 -0,3 3 887
Construction +0,1 +0,4 +0,2 +0,3 +0,4 +0,1 +0,3 +0,4 1 296
Tertiaire marchand -0,3 0,0 -0,1 +0,5 +0,1 +0,4 +0,2 +0,1 10 225
Glissement trimestriel de l'emploi dans les secteurs essentiellement marchands (%) - données CVS Source : Insee
pourraient marquer le pas en 2005. la santé du secteur privé enregis- faible teneur en emploi salarié. On
L'incertitude sur la pérennité de la trent une nette progression peut estimer que la croissance de
demande intérieure a dominé une (+2,1 %). La fonction publique d'État l'emploi, depuis le creux du cycle,
grande partie de l'année. Ainsi, c'est perd des postes (-20 000) et l'em- est en retard d'environ deux points
la prudence qui a régné chez les ploi non salarié est reparti à la par comparaison aux deux reprises
entrepreneurs, voire l'attentisme. Si baisse. précédentes.
globalement, l'investissement a aug- Le nombre de chômeurs a oscillé
menté modérément, il a fait du sur- toute l'année entre 9,9 et 10,0 % de
place dans beaucoup de secteurs. la population active. Les nouveaux
emplois dans le tertiaire n'ont pas
○○○○
fait baisser le taux de chômage : en
Créations d'emploi :
effet, ils ont répondu à la hausse de
déception
l'activité féminine, mais pas aux be-
L'emploi total n'a augmenté que soins nés des destructions de poste
L'activité par secteurde 20 000 postes en 2004. L'indus- dans l'industrie.
en 2004trie a détruit 76 000 emplois sala- En conclusion, la reprise de l'éco-
riés. La construction en a créé nomie française est moins vigou-
La production manufacturière a
17 000 et le secteur tertiaire envi- reuse que celle de 1997 et se rap-
augmenté de 1 % au quatrième tri-ron 80 000, malgré la baisse du proche plutôt, par sa modération, de
mestre et de 2,9 % sur l'année. Cenombre de contrats aidés (emplois celle connue en 1993. La spécificité
bon résultat est très inégal selon lesjeunes, CES, CEC). L'éducation et du redressement actuel est bien sa
branches. L'activité reste en effet
Consommation et investissement donnent le ton peu vigoureuse dans l'industrie des
biens intermédiaires comme celle
2
des biens de consommation. En
1,5
revanche, l'automobile et les biens
1 d'équipement retrouvent une santé.
0,5 L'activité dans le BTP a nettement
0 décéléré au second semestre, et a
été pénalisée par le faible niveau-0,5
des travaux publics. Elle reste ce--1
pendant en hausse de 1,9 % sur-1,5
l'année.Dépenses de consommation des ménages
-2 Investissement (FBCF*) des SNFEI** Les services marchands terminent
-2,5 l'année sur une bonne note. LeT1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4
commerce également (+2 %), fai-
2002 2003 2004
sant oublier un troisième trimestre
Glissement trimestriel en euros constants (%) - données cvs
décevant.
* formation brute de capital fixe
** sociétés non financières et entrepreneurs individuels Source : Insee
Yann Leurs
Direction régionale de l’Insee
d’après la note de conjoncture
nationale de l’Insee de mars 2005
Bilan économique et social 2004 insee limousin 55555







○Conjoncture dans l’industrie
L’activité s’améliore,
emploi et investissement décrochent
La France, comme les pays de la zone euro, a bénéficié l'année dernière de con-
ditions plus favorables qu'en 2003. Cette reprise relative a gagné les entreprises
industrielles du Limousin. En 2004, celles-ci ont répondu au redémarrage de l'ac-
tivité. Ce regain, d'abord timide, mais confirmé à la fin du premier semestre, est
pourtant resté sans effet sur les investissements et sur l'emploi, qui s'inclinent de
façon très nette.
aisant suite à un exercice 2003 pénalisant de l'euro. Les exporta- Les prévisions des chefs d'entre-Ftrès laborieux, les premiers tions ont redémarré (+5,7 %), mais prise pour 2005 montrent que le
mois de 2004 ont vu le retour pro- avec des résultats très contrastés chiffre d'affaires (+3,9 % prévus
gressif de l'activité dans l'industrie. selon les secteurs. cette année) et les exportations
Cependant, il a fallu attendre la fin (+4,9 %) devraient se consolider.
○○○○○○
du printemps pour voir les carnets L'année commencée verrait enfin leInvestissement
de commande se remplir substan- retour de l'investissement : le niveauet emploi en berne
tiellement. Sur l'ensemble de l'année de la demande restera le principal
2004, la croissance du chiffre d'af- Cet optimisme ne s'est pas diffusé déterminant de son ampleur. Pas
faires s'élève à 2,2 %, après une en direction de l'emploi, ni des in- d'amélioration en vue, en revanche,
baisse de 0,7 % en 2003. Cette pro- vestissements. En 2004 comme en sur le front des effectifs : d'après les
gression est toutefois inférieure à la 2003, la dégradation des effectifs anticipations des entrepreneurs,
prévision que formulaient les entre- salariés a touché un grand nombre l'emploi industriel va même poursui-
preneurs à la fin de l'année 2003 d'industries : seul l'agroalimentaire vre sa dégradation en 2005.
(+3 %). La demande étrangère a fi- a été épargné. L'investissement glo-
○○○○○○○○
nalement été solide, malgré le cours bal a diminué de 20 %. Industries agroalimentaires :
une année sans relief
Agroalimentaire : emploi préservé Le repli modéré observé en 2003
dans l'agroalimentaire a laissé place
en 2004 à une progression faible deChiffres d'affaires
l'activité. Seule l'industrie des vian-
des a vu à nouveau une baisse de
Exportations
son chiffre d'affaires. Le climat
d'amélioration a gagné la plupart
Rentabilité des entreprises, notamment les fro-
mageries et le travail du grain. Les
Effectifs exportations se maintiennent et les
marges sont satisfaisantes.
Ces résultats n'ont toutefois pasInvestissements
été suffisants pour empêcher la
chute de l'investissement. L'emploi
-35 -30 -25 -20 -15 -10 -5 0 5 10 15
lui-même n'a pas diminué, maisTendances 2004 dans l'industrie agroalimentaire :
variation en % par rapport à 2003 Source : Banque de France cette stabilité apparente des effec-
6 insee limousin Bilan économique et social 2004











○tifs cache souvent un remplacement diaires ont continué de perdre du lurgie, la fabrication de composants
des salariés permanents par des in- terrain. Ce secteur, qui regroupe un électriques, les matériaux de cons-
térimaires. salarié de l'industrie sur deux en Li- truction et l'industrie du bois.
mousin, a pourtant reconquis un En revanche, la porcelaine a
○○○○○○○○
peu de santé à partir du deuxième connu une passe particulièrementBiens intermédiaires :
trimestre 2004. La demande retrou- tourmentée en 2004, comme en té-mieux qu'en 2003
vée a permis une hausse du chiffre moignent les difficultés rencontrées
L'emploi et les investissements d'affaires et un maintien des expor- par l'une des entreprises limou-
dans l'industrie des biens intermé- tations. C'est le cas dans la métal- geaudes les plus renommées
du secteur. Quant aux papeteries,
Biens intermédiaires : la prudence domine elles ont subi une dégradation de
leurs comptes.
○○○○○○○○○
Chiffres d'affaires
Biens d'équipement
et industrie automobile :
Exportations progression modérée
Les industries des équipements
Rentabilité
mécaniques et électriques, ainsi que
l'automobile se sont distinguées par
Effectifs des investissements toujours en
hausse en 2004. La demande exté-
Investissements rieure a été au rendez-vous, comme
en témoigne la bonne progression
des exportations. Les résultats (chif--30 -25 -20 -15 -10 -5 0 5 10
fres d'affaires notamment) auraientTendances 2004 dans l'industrie des biens intermédiaires :
variation en % par rapport à 2003 Source : Banque de France pu s'accroître davantage, sans la
hausse des prix du pétrole et des
matières premières qui sont venuesBiens d'équipement et automobile : l'emploi ne suit pas
ternir le milieu et la fin de l'année.
L'emploi a continué sa baisse, sous
Chiffres d'affaires l'effet notable d'une contraction de
l'intérim.
Exportations
○○○○○○○○○○○○○○○○
Biens de consommation :
Rentabilité année mitigée
Dans ce vaste secteur, qui re-
Effectifs
groupe notamment la parachimie,
l'équipement de la personne, la fa-
Investissements brication de meubles, l'imprimerie et
l'édition, l'activité a stagné et le chif-
-10 0 10 20 30 40 50 60 70 80 fre d'affaires global est en recul. Les
entreprises n'ont pas dégagé suffi-
Tendances 2004 dans l'industrie des biens d'équipement et l'industrie automobile :
variation en % par rapport à 2003 Source : Banque de France samment de marges pour amélio-
rer leurs comptes. L'emploi a fait les
frais de ce climat morose et les in-Biens de consommation : rentabilité dégradée
vestissements ont été très inégaux.
La demande a été fluctuante dans
Chiffres d'affaires l'habillement et le cuir, domaine où
la concurrence est particulièrement
forte. Dans l'industrie du meuble, deExportations
grandes entreprises ont connu des
difficultés. L'imprimerie et l'édition,
Rentabilité
quant à elles, se redressent légère-
ment.
Effectifs
Investissements
Yann Leurs
Direction régionale de l’Insee-20 -15 -10 -5 0 5
d’après le rapport de la
Tendances 2004 dans l'industrie des biens de consommation :
Banque de Francevariation en % par rapport à 2003 Source : Banque de France
Bilan économique et social 2004 insee limousin 77777







○Commerce extérieur
Les échanges atteignent un niveau sans précédent
Alors que la demande mondiale est forte et que les pays de la zone euro affichent
une conjoncture plus optimiste, le Limousin se tourne de plus en plus vers l'exté-
rieur : exportations et importations sont d'une amplitude inconnue jusqu'ici. Ce-
pendant, les ventes à l'étranger progressent trois fois moins vite que les imports,
et l'excédent commercial se réduit à son niveau le plus faible depuis dix ans.
près plusieurs années sance de 4,4 %, cette progression le matériel électrique arrive en têteAd'échanges excédentaires, la étant l'une des meilleures enregis- des produits exportés, et consolide
France a connu en 2004 un déficit trées par les régions françaises. son avance (+2,7 %). Les produits
commercial. Les exportations fran- Mais la hausse des importations est pharmaceutiques constituent l'autre
çaises (341 milliards d'euros) ont beaucoup plus forte (+14 %). article le plus demandé ; leurs ex-
très nettement augmenté (+5,6 %), Contrairement au solde commercial portations ont généré plus de 200
mais les importations encore plus de la France avec l'étranger, celui millions d'euros, chiffre en hausse
(349 milliards d’euros, +8,6 %), à du Limousin est toujours positif. de 6,6 % : Europe, Asie du Nord et
l’origine du déficit de plus de 7,7 mil- Cependant, l'excédent continue de Japon ont accru leur demande.
liards d'euros. L'obstacle de l'euro diminuer : s'élevant à 230 millions Les produits de la culture et de
fort, le renchérissement du coût des d'euros, son recul est net en 2004 l'élevage ont perdu beaucoup de ter-
matières premières et du pétrole (-29 %). rain (-10 %), sous l'effet d'une moin-
donnent l'interprétation de ce résul- dre demande italienne, espagnole
○○○○○
○○○○○○○○
tat. et britannique. Le repli des maté-Les produits phares :
Le Limousin continue de s'ouvrir à riaux de construction et produitsmatériel électrique,
l'international. Les exportations ar- céramiques, dont la porcelaine, estproduits pharmaceutiques
rivent à un nouveau cap en 2004, confirmé (-2,7 %). On peut relever,
plus très loin d'un milliard et demi Avec des ventes pour l'étranger en revanche, les fortes ventes
d'euros. Elles connaissent une crois- dépassant les 280 millions d'euros, d'équipements pour automobiles
Produits échangés : moins de viandes, plus de médicaments
Montant Montant
Évolution Évolution Évolution Évolution
des échanges des échanges
Produits exportés 2003-2004 2002-2003 Produits importés 2003-2004 2002-2003
en millions en millions
(en %) (en %) (en %) (en %)
d'euros d'euros
Matériel électrique 281,7 +2,7 -3,2 Produits de la construction automobile 313,5 +10,8 +125,8
Produits pharmaceutiques 203,1 +6,6 +29,4 Produits pharmaceutiques 133,8 +212,9 +140,7
Produits de la culture et de l'élevage 128,2 -9,9 +14,5 Matériel électrique 117,0 +15,7 +51,6
Pâte à papier, papiers et cartons 108,3 -1,1 +4,6 Métaux non ferreux 62,8 +22,8 -1,0
Equipements pour automobiles 96,8 +24,0 +62,3 Pâte à papier, papiers et cartons 56,7 +6,3 -7,6
Viandes, peaux 94,8 -9,2 +14,1 Produits de la chimie organique 40,4 -17,1 +26,2
et produits à base de viande Viandes, peaux 39,7 -4,3 -24,5
Produits céramiques 80,2 -2,7 -11,3 et produits à base de viande
et matériaux de construction Articles d'habillement et fourrures 32,2 +0,1 +0,5
Produits en matières plastiques 74,0 +95,0 +127,0 Produits sidérurgie 31,3 +7,0 +6,8
Composants électroniques 62,2 +8,7 -15,7 et 1ère transformation de l'acier
Produits du travail du bois 48,5 -8,9 +6,1 Équipements pour automobiles 30,7 -19,5 +10,5
Produits exportés, produits importés en 2004 et évolution des échanges Source : Direction régionale des Douanes et Droits indirects de Poitiers
8 insee limousin Bilan économique et social 2004Pays partenaires : peu d'échanges intercontinentaux d'euros, soit +11 %).
L'Allemagne est à présent
Montant Montant le troisième pays destina-
Évolution Évolution Évolution ÉvolutionPaysdes échanges des échangesPays clients taire des exportations li- 2003- 2004 2002-2003 2003-2004 2002-2003fournisseursen millions en millions
(en %) (en %) (en %) (en %) mousines, la hausse des
d'euros d'euros
achats germaniques n'attei-
Italie 273,8 -1,0 +7,7 Allemagne 450,6 +16,6 +65,0 gnant pas moins de 41 %
Espagne 216,4 +11,5 +41,0 Italie 136,6 +4,6 +16,8 en 2004. Les États-Unis
Allemagne 155,5 +41,6 +9,6 Etats-unis 130,4 +164,4 +129,4 n'arrivent qu'en septième
Royaume-uni 135,6 +1,6 +0,9 Espagne 82 -4,0 -1,1 position des pays destina-
Belgique 69,5 -21,1 -8,7 Belgique 53,3 +21,5 -13,9 taires, avec des achats en
Grèce 66,7 +14,6 +22,7 Pays-bas 52,5 -11,1 +8,6 baisse de près de 10 % l'an
États-unis 53 -9,8 -24,6 Chili 50,5 +34,4 +2,0 dernier.
Portugal 48,3 -4,8 +15,0 Suede 40,2 +30,7 -9,0 De nouveaux clients
Pays-bas 35,6 -2,5 -0,3 Portugal 36,1 +9,0 +31,1 émergent : la Pologne, la
Suisse 27,9 +5,8 -10,1 Royaume-uni 24,8 -18,6 -2,4 République Tchèque et la
Hongrie, nouveaux États
Pays clients, pays fournisseurs en 2004 et évolution des échanges Membres de l'Union, mais
Source : Direction régionale des Douanes et Droits indirects de Poitiers aussi la Russie, tandis que
le Japon est en net retrait.
(+24 %, soit 100 millions d'euros). confirment leur hausse remarqua- Enfin, le volume très marginal des
Si les produits pharmaceutiques ble depuis deux ans (+10,8 % en exports vers les zones dont la de-
et le matériel électrique sont les plus 2004, après un doublement en mande se développe (Chine, Inde,
vendus à l'étranger, il figurent aussi 2003). Brésil) apparaît comme une fai-
dans le trio de tête des produits les blesse de la région.
○○○○○○○○○○○○○
plus importés. Le poids des échan-
○○○○○○○○○○○○○○○○○Faiblesse des débouchés
ges entre entreprises d'un même
hors de l'Europe Vers une nouvelle hiérarchie
groupe explique une partie de ce
des pays fournisseurs
phénomène. Les produits pharma- Les produits échangés traversent
ceutiques importés enregistrent une peu les océans. Le commerce exté- La hausse des importations en
hausse spectaculaire (en valeur, rieur du Limousin est toujours très provenance de l'Allemagne, premier
plus du triple de 2003), due au re- dépendant de l'Europe : en 2004 pays fournisseur, est en grande par-
tour remarqué des États-Unis dans comme en 2003, les trois quarts des tie responsable de la réduction de
ce secteur. échanges (import comme export) l'excédent commercial. En 2004,
Les produits de la construction se font en provenance ou à desti- pas moins de 450 millions d'euros
automobile, largement en tête du nation des pays de l'Union Euro- de marchandises allemandes
palmarès des produits importés, péenne à vingt-cinq. Les importa- (+17 %) ont été achetées par la ré-
tions du reste du monde gion, dont beaucoup de véhicules.
gonflent de 44,5 %, mais Le second pays, l'Italie, réalise en
Une hausse sans précédent les exportations en direc- Limousin un marché en hausse plus
de la valeur des importations tion de ces pays ne pro- mesurée (+4,5 %). La part de l'Es-
1500
gressent que de 2,8 %. pagne se réduit. Dans le même
1250 Exportations L'Italie reste le premier temps, le boom des importations
1000 client des produits limou- depuis les États-Unis (130 millions
sins. Les ventes en direc- d'euros, soit deux fois et demi le750 Importations
tion de ce pays ont légè- chiffre de 2003), grâce aux produits
500
rement diminué (274 mil- pharmaceutiques, permet à ce pays
250 Solde lions d'euros, -1 % en de se hisser au troisième rang.
0 2004). L'Espagne offre La plus forte progression des pays
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 depuis quelques années fournisseurs est celle de la Chine
Montants du commerce extérieur en Limousin depuis dix ans au Limousin son (+52 %). Sa part, sans doute appe-
(millions d'euros)
deuxième débouché à lée à croître, ne dépasse cependant
Source : Direction régionale des Douanes et Droits indirects de Poitiers
l'export (216 millions toujours pas 2 % des importations
limousines.
Yann Leurs
Direction régionale de l’Insee
d’après le rapport de la
Direction régionale
des Douanes
et Droits indirects de Poitiers
Bilan économique et social 2004 insee limousin 99999

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.