L'année économique et sociale 2005 - Démographie des entreprises

Publié par

Après deux années de croissance, le nombre de créations d'entreprises semble avoir atteint un plafond. En 2005, 72 000 entreprises ont vu le jour soit une baisse de 1,1 % par rapport à 2004. Le nombre de créations pures est resté stable en 2005 (+ 0,2 %), ces créations représentent toujours plus de 80 % des créations. La part des entreprises individuelles continue de régresser au profit des sociétés. Le nombre de créations nouvelles sans salarié a augmenté d'un tiers depuis 2002. En 2005, la hausse du nombre de créations de services aux entreprises est nettement ralentie en 2005 (+ 1,9 % après + 13,6 % en 2004) et les créations dans les services aux particuliers enregistrent une baisse prononcée (- 5,2 %). Le nombre de défaillances reste stable en 2005 par rapport à 2004. La hausse des défaillances la plus importante (+ 3,9 %) est observée dans le secteur des transports.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

40 Démographie des entreprises
Le nombre de créations d’entreprises
se maintient à un niveau élevé
près deux années de forte En 2005, plus de 83 % des nouvelles en- teurs les plus dynamiques en termes de
croissance en 2003 et 2004 treprises de la région n’ont pas de salarié. création. La hausse des défaillances laA (+ 8,7 % et + 10,7 %), le Le nombre de créations nouvelles sans plus importante (+ 3,9 %) est observée
nombre de créations d’entreprises semble salarié a augmenté d’un tiers depuis dans le secteur des transports.
désormais avoir atteint un plafond. En 2002, alors que celui des créations avec
■■■■ Geneviève ANO
2005, 72 000 entreprises ont vu le jour en au moins un salarié est resté stable. Catherine DRIGNY-MERIEL
Ile-de-France, soit une baisse de 1,1 % Insee, Service statistique
Des créations dans les servicespar rapport à 2004. Dans le même temps,
le volume des défaillances d’entreprises En Ile-de-France, 32 % des créations re- La loi en faveur des PME
est resté quasiment identique. lèvent du secteur des services aux entre- Adoptée en août 2005, cette loi s’inscrit
prises et 24 % du commerce-réparation.L’Ile-de-France compte près de dans la continuité de celle pour l’initiative
Après deux années de forte croissance12 entreprises créées pour 100 exis- économique de 2003 qui visait à renforcer
(+ 8,6 % et + 13,6 %), la hausse dutantes en 2005. Ce taux de création les conditions de démarrage des entrepri-
nombre de créations dans les servicesest supérieur à celui de la province ses, au travers notamment d’un allégement
aux entreprises est ralentie (+ 1,9 %)(11,4 %). L’Ile-de-France fait partie de leur fiscalité et d’un accompagnement
mais reste plus importante que dans lades régions les plus dynamiques en social de leurs dirigeants. Elle a pour objec-
plupart des autres secteurs. Le com- tif de favoriser l’emploi, le développementmatière de créations d’entreprises
merce-réparation se replie (- 4,1 %) et la transmission des entreprises. Lesavec le Languedoc-Roussillon, la
principales dispositions sont :après deux années de forte hausse. LaCorse, la Provence-Alpes-Côte d’Azur
construction, tout en conservant le tauxet l’Aquitaine. Près de 40 % des créations - l’exonération de droit de donation pour les
de création le plus fort (16,8 %), perd defranciliennes sont concentrées à Paris. sommes réinvesties par les enfants pour le
son dynamisme. Particulièrement tou- financement d’une création d’entreprise ;
Les effectifs des créations pures chés par la chute des créations dans - l'abattement fiscal applicable à certaines
sont stables l’hôtellerie-restauration, les services aux conditions aux successions et donations
particuliers enregistrent également une d’entreprise porté de 50 % à 75 % de la va-Près de 80 % des créations sont entièrement
baisse prononcée (- 5,2 %). Dans les leur de l’entreprise ou des titres transmis ;nouvelles, 10 % sont des réactivations
secteurs à effectifs moins importantset 9 % des reprises. Grâce aux aides pu- - la possibilité de réaliser des provisions
« activités immobilières et éducation,bliques et aux dispositifs de la loi pour pour investissements ;
santé, action sociale », les créations sontl’initiative économique d’août 2003 - le conjoint d’un chef d’entreprise non sala-
en revanche en plein essor (+ 7,5 % etmise en place pour soutenir la création rié qui participe à l’activité de l’entreprise
+5,2%).d’entreprises, le nombre de créations devra choisir entre trois statuts : conjoint
pures est resté stable en 2005 (+ 0,2 %). salarié, conjoint associé ou conjoint
Stabilité des défaillances
En revanche, les mesures de la loi en fa- collaborateur ;
veur des PME d’août 2005 favorisant la En 2005, 10 700 défaillances d’entre- - un dispositif de tutorat d’entreprise est ou-
transmission des entreprises n’ont pas prises ont été enregistrées en vert aux professionnels indépendants (sauf
encore eu, pour l’instant, d’effet mesu- Ile-de-France, soit autant qu’en 2004. professions libérales) qui cèdent leur
rable sur la reprise. Le nombre de reprises Elles représentent le quart des défail- entreprise.
recule de 5,6 % en 2005 après une lances nationales. Les services aux en-
hausse de 5,8 % en 2004. Les réactiva- treprises, le commerce-réparation et la
Pour en savoir plus
tions suivent la même évolution (- 7,1 %). construction concentrent 71 % des dé-
Fabre V. : « Nouvelles entreprises, cinq ansfaillances, mais ce sont aussi les sec-
Toujours plus de sociétés après : l’expérience du créateur prime sur le di-
Définitions plôme », Insee première, n° 1064, janvier 2006.avec un minimum de salariés
Fabre V. : « En 2005, les créations d’entre-Création pure : la création est dite pure siDepuis plusieurs années, la part des en-
prises se maintiennent à un haut niveau »,l’activité exercée ne constitue pas la pour-treprises individuelles créées continue de
Insee première, n° 1063, janvier 2006.suite d’une activité de même type exercéerégresser (38 % en 2005) au profit des so-
antérieurement au même endroit par une Guillon Deshayes N. : « Créer une entre-ciétés (62 % en 2005). Les avantages juri-
autre entreprise. prise : le montage du projet, facteur primor-diques de la personnalité morale incitent
dial de réussite. », Ile-de-France à la page,Taux de création : c’est le rapport entre lelescréateursàchoisirdeplusenplussou-
n° 256, octobre 2005.nombre de créations et le stock d’entreprises.vent le statut de société.
Insee Ile-de-France 2006 Regards sur... l’année économique et sociale 2005Le nombre de créations d'entreprises se maintient à un niveau élevé
41
Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2005
Ile-de-France Province
IDF/France
Secteur d'activité Evolution Taux de Evolution Taux de (%)
Nombre % 2005/2004 création Nombre % 2005/2004 création
(%) (%) (%) (%)
Industries agricoles et alimentaires 831 1,2 -5,0 12,4 6 065 2,6 2,0 10,4 12,1
Industries hors I.A.A. 2 824 3,9 -6,6 7,2 10 233 4,4 -5,5 7,1 21,6
Construction 9 631 13,3 -1,6 16,8 38 870 16,9 2,2 13,1 19,9
Commerce-réparation 17 354 24,0 -4,1 12,5 60 787 26,4 -4,2 12,0 22,2
Transports 2 021 2,8 0,3 8,0 4 555 2,0 -3,1 7,2 30,7
Services aux entreprises 22 914 31,8 1,9 13,5 36 997 16,1 3,9 13,4 38,2
Activités immobilières 2 949 4,1 7,5 11,9 10 581 4,6 7,0 18,7 21,8
Education, santé, action sociale 4 433 6,1 5,2 6,7 17 072 7,4 -1,9 6,4 20,6
Services aux particuliers 9 208 12,8 -5,2 10,3 44 839 19,5 -2,4 13,6 17,4
dont : hôtellerie-restauration 4 963 6,9 -9,8 12,8 24 731 10,8 -5,9 14,0 16,7
Ensemble 72 165 100,0 -1,1 11,9 229 999 100,0 -0,8 11,4 23,9
Source : Insee, Répertoire des entreprises et des etablissements (Sirene) - champ ICS : Industrie, Commerce, Services (hors activités financières)
Créations d'entreprises en Ile-de-France et en France Répartition des créations d'entreprises en Ile-de-France
base 100 en 1993, données CVS selon la forme juridique en 2005
%Total personnes physiques 37,9130
Professions libérales 17,3
120
Commerçants 10,9
110 Artisans 6,2
Artisans-commerçants 1,7100
Agents commerciaux 1,6
90
Autres personnes physiques 0,1
80 Total personnes morales 62,1
56,4SARL70
SA conseil d'administration 0,3
60
SA actions simplifiées 3,2
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005
SNC 1,6
Créations pures Reprises Réactivations
Autres personnes morales 0,7
Total Ile-de-France France
0 10 2030 4050 60 70
Source : Insee, Répertoire des entreprises et des etablissements (Sirene) - Source : Insee, Répertoire des entreprises et des etablissements (Sirene) -
champ ICS : Industrie, Commerce, Services (hors activités financières) champ ICS : Industrie, Commerce, Services (hors activités financières)
Evolution des créations des nouvelles entreprises Défaillances d'entreprises par secteur d'activité en 2005
selon le nombre de salariés
Ile-de-France Province
60 000
IDF/
Secteur d'activité Evol. Evol. France
Sans salarié Nombre % 2005/ Nombre % 2005/ (%)50 000
2004 2004
Industrie agricoles et alimentaires 110 1,0 11,1 805 2,7 -11,4 12,040 000
Industrie hors IAA 971 9,1 -5,5 2 819 9,3 -5,0 25,6
Construction 2 623 24,5 1,0 7 349 24,3 5,5 26,3
30 000
Commerce-réparation 2 762 25,8 0,7 8 497 28,1 4,7 24,5
Transports 565 5,3 3,9 1 233 4,1 1,1 31,4
20 000
Au moins un salarié Services aux entreprises 2 204 20,6 -0,8 3 707 12,3 3,2 37,3
Activités immobilières 200 1,9 -1,0 522 1,7 -10,6 27,7
10 000
Services aux particuliers 1 280 11,9 2,7 5 282 17,5 3,1 19,5
dont : hôtellerie-restauration 738 6,9 0,1 4 087 13,5 2,7 15,3
0
Ensemble 10 715 100,0 0,3 30 214 100,0 2,5 26,2
2000 2001 2002 2003 2004 2005
Source : Insee, Répertoire des entreprises et des etablissements (Sirene) -
Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements (Sirene) champ ICS et BODACC, jugements rendus, données brutes
Insee Ile-de-France 2006 Regards sur... l’année économique et sociale 2005

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.