L'année économique et sociale 2006 - Synthèse nationale

De
Publié par

En 2006, la croissance de l'économie française est plus importante qu'en 2005 (+ 2 % contre + 1,7 %). Cependant, elle est inférieure à celle de la zone euro. Elle a bénéficié de l'arrêt de la dépréciation de l'euro et d'un contexte européen et international plus favorable. La consommation des ménages est le moteur essentiel de la croissance. L'investissement des entreprises demeure bien orienté. Les créations d'emplois sont en hausse et le niveau de chômage a diminué. Il se situerait fin 2006 à 8,6 % de la population active.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 3
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

6
Synthèse nationale
France : une croissance modérée en 2006
n France, le produit intérieur le taux d’épargne des ménages augmente une hausse de l’emploi dans le secteur
brut (PIB) a progressé de 2 % en en 2006 et s’établit à 15,5%. non marchand (1,2 %).E volume en 2006. Ce résultat est
Le point marquant de 2006 est la baisse
Croissance modéréemeilleur que celui de l’année précédente
du chômage : le taux de chômage se si-
(+ 1,7 %). Il s’explique par un contexte des investissements tuerait à 8,6 % de la population active fin
européen et international plus favorable,
2006 contre 9,5 % un an auparavant. Ce
Les entreprises ont encore accru leursl’arrêt de l’appréciation de l’euro et aussi,
résultat est toutefois provisoire (voir le
investissements de 4,1 % en 2006,sans doute, grâce à une inflation maîtrisée
chapitre Marché du travail). Cette décrue
comme en 2005. Les investissementsmalgré les cours élevés du pétrole. Toute-
est plus forte pour les personnes de plus
dans le secteur du bâtiment et des travauxfois,lacroissanceenregistréeenFrance
de 25 ans, la situation des jeunes ne se
publics, dûs au nombre élevé des misesest restée inférieure à celle de la plupart
serait que très légèrement améliorée.
en chantier, ont permis de compenser lades principaux pays industrialisés ainsi
moindre croissance des investissementsqu’à celle de la zone euro, notamment à Léger ralentissement
en produits manufacturés et en services.celle de l’Allemagne qui a connu une de l’inflation
embellie économique.
En 2006, l’inflation s’est établie à 1,6 %Une nouvelle annéeL’économie de la France s’est
après 1,8 % en 2005. L’inflation éner-
distinguée par une forte demande inté- de morosité industrielle
gétique s’est infléchie en 2006 (6,5 %
rieure. Le marché du travail est mieux
après 10,1 % en 2005) suite à un apai-La production manufacturière a aug-orienté qu’en 2005 : les créations
sement des tensions sur les marchésmenté seulement de 1,4 % en 2006. Led’emplois ont doublé en un an et le
mondiaux du pétrole à l’automne. Lessecteur automobile a connu uneniveau du chômage a diminué.
prix des loyers continuent de croîtreconjoncture peu favorable qui a pesé
sous l’effet d’une relative pénurie dessur l’ensemble de la branche manufac-Les importations toujours en hausse
logements (+ 3,6 %), entraînant tou-turière. Devenus moins compétitifs, les
Les exportations françaises ont été jours une inflation soutenue dans lesgroupes français ont perdu des parts de
dynamiques en 2006 (+ 5,5 %), surtout services (2,5 %).marché en France et en Europe au pro-
celles de produits manufacturés. Le fit des constructeurs japonais, coréens D’après la note de conjoncture de mars 2007
rythme des importations a aussi pro- et allemands. Dans ce contexte de et les comptes nationaux en 2006
gressé de près de 7 %. Dans ces condi- concurrence, ils sont amenés à réduire
tions, le déficit du commerce extérieur ■■■■ Christèle RANNOU-HEIMsensiblement leur taux de marge.
s’est stabilisé en 2006, mais reste élevé. Insee, Service études et diffusion
Toutefois, il a moins pénalisé l’éco-
Petite reprise de l’emploi Définitionsnomie qu’en 2005, mais a encore eu
et décrue du chômageune contribution négative à la crois- Produit intérieur brut (PIB) : agrégat
sance du PIB de - 0,4 point. représentant le résultat final de l’activité de pro-Le nombre total des emplois progresse-
duction des unités productrices résidentes.
rait de 1 % en 2006. Dans le contexte de
La consommation des ménages Taux d’investissement : dépenses d’inves-petite reprise économique, 160 000 em-
tissement rapportées à la valeur ajoutée.est le moteur essentiel plois ont été créés dans le secteur mar-
chand (hors agriculture), soit presquede la croissance Pour en savoir plus
deux fois plus qu’en 2005. La hausse
ArnaudF.,AviatA.,FriezA. : « Les comptesLa consommation des ménages a aug- des emplois a été importante dans le
de la Nation en 2006 - Accélération de l'activité »,menté de 2,1 % en 2006. Elle a bénéfi- secteur des services marchands et de la
Insee première, n° 1134, mai 2007.cié de l’amélioration de la situation sur construction. En revanche, l’industrie
« Note de conjoncture de l’Insee de mars 2007 ».le marché du travail et plus généra- perd toujours des emplois (- 65 000),
www.insee.fr/fr/indicateur/analys_conj/lement de la croissance du pouvoir mais à un rythme plus modéré que les
conj_article.htmd’achat du revenu (+ 2,3 %). L’accé- années précédentes (- 1,7 % en 2006).
« Conjoncture industrielle », Sessi, ministèrelération des dépenses de services (+ 2,8 %)
de l’Economie, des finances et de l’industrie,est plus élevée que celle des biens Le nombre de bénéficiaires d’emplois
mars 2007.(+ 1,4 %). Après trois années de baisse, aidés a progressé, contribuant ainsi à
Insee Ile-de-France 2007 Regards sur... l’année économique et sociale 2006France : une croissance modérée en 2006 7
Equilibre ressources-emplois en volume en France Taux de chômage (en %) au sens du BIT
aux prix de 2000, moyennes annuelles, en % taux en fin de période, CVS
25
2005 2006*
PIB 1,7 2,0
Importations 5,0 6,8 20
Dépense de consommation des ménages 2,2 2,1
Dépense de consommation des administrations 0,9 1,4
FBCF totale, dont : 4,0 3,7 15
Stés non financières et entreprises indust. 2,7 4,1
Ménages 6,2 4,5
10Exportations 2,8 5,5
Contributions :
Demande intérieure hors stocks 2,2 2,2
Variations de stocks 0,0 0,2 5
Echanges de biens et services -0,6 -0,4
*chiffres provisoires.
0
er e e e er e e eSource : Insee, mai 2007 1T. 2T. 3T. 4T. 1T. 2T. 3T. 4T.*
2005 2006
Ensemble Moins 25 ans 25à49ans 50 ans ou plus
*chiffres provisoires
Source : Insee, mars 2007
Croissance du PIB dans les principaux pays industrialisés Evolutions des prix à la consommation
moyennes annuelles en % moyennes annuelles en %
2004 2005 2006* 2004 2005 2006
Etats-Unis 4,2 3,2 3,3 Alimentation 0,6 0,1 1,6
Japon 2,3 1,9 2,2 Tabac 24,5 0,5 0,3
Royaume-Uni 3,1 1,9 2,7 0,2 -0,5 -0,3Produits manufacturés
Zone euro 1,8 1,5 2,8 Energie, dont : 4,9 10,1 6,5
Allemagne 1,1 1,5 2,8 Produits pétroliers 8,6 15,3 6,8
Espagne 3,1 3,4 4,0 Services, dont : 2,6 2,6 2,5
France 2,5 1,7 2,0 Loyers-eau 2,9 3,7 3,6
Italie 0,9 0,1 2,0 Services de santé 0,8 1,0 2,5
Transports et communications 0,8 1,0 -1,9*prévision, sauf acquis pour la France.
Autres services 3,1 3,0 2,9
Source : Insee, mars et mai 2007
2,1 1,8 1,6Ensemble
Inflation sous-jacente* 1,7 1,0 1,2
Evolution de l'emploi en France *indice hors tarifs publics et produits à prix volatils, corrigé des mesures fiscales.
glissements annuels, taux d'évolution en %, CVS
Source : Insee, mars 2007
2004 2005 2006
0,4 0,6 1,0***Emploi total*
Salariés des secteurs marchands, dont : 0,2 0,6 1,0
Industrie, dont : -2,3 -2,2 -1,7
Industrie manufacturière -2,6 -2,5 -1,9
IAA -1,8 -1,2 -1,0
Energie 0,4 -1,1 -0,8
Construction 2,0 3,6 4,1
Tertiaire marchand 1,0 1,2 1,6
Tertiaire non marchand** 0,5 0,8 1,2***
* y compris salariés agricoles et non-salariés.
** y compris établissements privés.
*** chiffres provisoires.
Source : Insee, mars 2007
Insee Ile-de-France 2007 Regards sur... l’année économique et sociale 2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.