L'appareil productif en Haute-Normandie : Un tissu économique dense et diversifié

De
Publié par

La Haute-Normandie est composée de deux départements assez dissemblables du point de vue économique. En effet, les moyennes régionales recouvrent souvent de grandes différences dans les structures sectorielles mais aussi dans les organisations productives. Diversifié en Seine-Maritime, l'appareil productif est plus spécialisé dans l'Eure.Chaque département accueille aussi quelques activités bien spécifiques : automobile, production de carburants et industrie du verre en Seine-Maritime, pharmacie dans l'Eure. L'analyse locale montre également de réelles spécificités productives au niveau des zones d'emploi.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 20
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

L’APPAREIL PRODUCTIF EN HAUTE-NORMANDIE
Un tissu économique dense et diversifié
Éric DÉON
La Haute-Normandie est
SPÉCIALISATION ET SPÉCIFICITÉ
composée de deux
départements assez
Les données concernant la spécialisation et la spécificité sont issues du recense-
dissemblables du point de vue
ment de la population de 1999 (exploitation complémentaire au quart) à partir d’un
économique. En effet, les croisement entre les communes et les activités regroupées selon la nomenclature
économique de synthèse en 16 ou 36 secteurs (NES16 ou 36). L’étude porte sur lesmoyennes régionales recouvrent
actifs (salariés et non salariés) au lieu de travail des secteurs marchands non agrico-souvent de grandes différences
les et hors travail temporaire. Au total, près de 430 900 actifs haut-normands ont été
dans les structures sectorielles
observés, soit 64,9% de l’emploi total.
mais aussi dans les
Les données portant sur la dépendance et le rayonnement sont issues des déclara-
organisations productives. tions annuelles de données sociales (DADS 2000).
Diversifié en Seine-Maritime,
L’indice de spécialisation indique si la établissements dans l’économie de la
l’appareil productif est plus
production d’une zone est plus ou zone (part des quatre ou dix plus gros-
spécialisé dans l’Eure. Chaque moins orientée dans quelques activités ses unités dans l’emploi de la zone
département accueille aussi particulières. Plus le coefficient est étudiée).
élevé, plus une part importante dequelques activités bien
l’emploi est concentrée dans ces Le taux de dépendance mesure pour unspécifiques : automobile,
secteurs. territoire la part des emplois qui sont
production de carburants et
contrôlés par des centres de décision
industrie du verre en L’indice de spécificité montre si la zone situés hors de ce territoire.
Seine-Maritime, pharmacie dans d’étude est spécialisée dans des activi-
tés dans des proportions nettement Le taux de rayonnement mesure l’in-l’Eure. L’analyse locale montre
plus fortes qu’ailleurs. fluence des centres de décision du terri-également de réelles spécificités
toire étudié à partir du nombre
productives au niveau des zones
Les indices de concentration produc- d’emplois, localisés hors de ce terri-
d’emploi. tive mesurent l’importance des grands toire, qu’ils contrôlent.
’appareil productif de la Haute-Nor- loin derrière la Franche-Comté reil industriel est assez proche de
Lmandie offre un large portefeuille (11,6%), la Corse (9,2%) et le Limousin l’industrie alsacienne, lorraine ou de
d’activités. Il n’est donc pas particulière- (8,6%). Rhône-Alpes. Cette ressemblance est
ment spécialisé (prépondérance de quel- Les activités les plus spécifiques de liée à la forte présence de l’industrie des
ques secteurs). En matière de notre région sont essentiellement indus- biens intermédiaires, notamment la
diversification des activités, la Haute-Nor- trielles. La Haute-Normandie se distingue chimie-caoutchouc-plastiques, le
mandie se situe en 12e position des ré- des autres régions surtout par la produc- bois-papier et les équipements
gions françaises : elle n’est pas aussi tion de combustibles et carburants, la pré- mécaniques.
spécialisée que la Corse, la sence de la chimie-caoutchouc-plastiques, La région se différencie radicalement
Franche-Comté ou l’Ile-de-France mais elle la pharmacie-parfumerie-produits d’entre- de la Corse, de l’Ile-de-France et du Lan-
n’est pas non plus aussi diversifiée que tien et l’industrie automobile. Dans les ser- guedoc-Roussillon, avant tout par la
Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes ou l’Aquitaine. vices, seuls les transports apparaissent faible proportion de ses services aux en-
En termes de concentration produc- comme une véritable spécificité régionale treprises et aux particuliers.
tive, les dix plus grands établissements dans le sens où cette activité tertiaire est La Haute-Normandie détient le taux
mobilisent 5,7% des actifs haut-nor- nettement sur-représentée comparative- de dépendance le plus élevé des ré-
mands, ce qui classe la Haute-Nor- ment aux autres régions. La présence de gions françaises : 54% des emplois sa-
mandie en 8e position des régions deux grands ports dans la région contribue lariés sont contrôlés par des sièges
métropolitaines. Cela confirme le poids à cette situation. sociaux extérieurs. Viennent ensuite la
des grandes unités productives dans La comparaison des structures secto- Picardie et le Centre avec un peu plus de
notre région, qui se situe cependant rielles régionales montre que notre appa- 51% d’effectifs dépendants. La forte pré-
AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 36 - Juin 2004 5
ÉCONOMIEINDICE DE RESSEMBLANCE DE LA HAUTE-NORMANDIE
les caractéristiques lesPAR RAPPORT AUX AUTRES RÉGIONS FRANÇAISES Seine-Maritime possède un éventail
plus proches de l’Eure d’activités plus étoffé. Il reste toutefois
sont la Loire et l’Oise : que ce département se distingue par la
chimie-caout- présence de l’automobile et de la pro-
chouc-plastiques, duction de combustibles et de
bois-papier et équipe- carburants.
mentiers mécaniques y Enfin, à l’image de la région, les
sont notamment bien deux départements se caractérisent
implantés. La Seine-Ma- par un important taux de dépendance
ritime est proche de la (54% dans l’Eure, 54,9% en Seine-Ma-
Meurthe-et-Moselle et de ritime) et un taux de rayonnement très
la Vienne par la forte re- moyen (4,8% dans l’Eure et 5,9% en
présentation de l’industrie Seine-Maritime).
automobile, deie
des produits minéraux
ainsi que de la métallurgie LA VALLÉE DE LA BRESLE
et de la transformation ET VERNEUIL-SUR-AVRE FONT PARTIE
des métaux. DES ZONES D’EMPLOI LES PLUS
Du point de vue de SPÉCIFIQUES EN FRANCE
la spécialisation et de
L’indice de ressemblance permet de rechercher les zones qui
la concentration des ac-ressemblentleplusàlazoneétudiéeentermesdestructurepro- Les zones d’emploi de Ver-
ductive. Ici, il compare la structure des activités économiques de tivités, les deux dépar- neuil-sur-Avre et de la Vallée de la Breslela Haute-Normandie avec celle des autres régions en indiquant
la proportion de l’emploi total qu’il faudrait redistribuer entre les tements haut-normands figurent parmi les 15 plus spécifiques,
différents secteurs d’activité pour que les structures productives
sont également dissem- les 15 plus spécialisées et les 10 oùdes deux régions soient similaires. Plus cet indice est faible, plus
les zones sont proches. Plus il est élevé, plus les zones sont blables. L’Eure se posi- l’emploi est le plus concentré dans quel-
différentes. tionne au 35e rang dans ques grands établissements.
le classement des départements fran-sence d’établissements de grands grou- La zone d’emploi de Ver-
çais les plus spécialisés, la Seine-Mari-pes, le poids important de l’industrie, la neuil-sur-Avre est fortement spécialisée
time, plus diversifiée, est 76e. L’Eure estproximité de la région francilienne sont dans les secteurs de la métallurgie et de
plutôt spécialisée dans les biens inter-autant de facteurs qui favorisent cette la transformation des métaux. Elle est
médiaires (notamment les fabricants desituation. aussi très spécifique puisque l’on trouve
composants électroniques). Les biensParallèlement, son rayonnement est rarement dans les autres zones d’emploi
de consommation apparaissent commemodeste : les salariés travaillant hors de une telle concentration de ces emplois.
une activité tout à fait spécifique de cela Haute-Normandie qui dépendent de Pechiney-Rhénalu, qui transforme l’alu-
centres de décision haut-normands re- département, du fait de l’implantation minium, Safet qui fabrique des emballa-
présentent à peine 4,9% des effectifs d’un grand pôle pharmaceutique. La ges légers en métal et la Compagnie
régionaux.
QUELQUES INDICATEURS SOCIO-ÉCONOMIQUES DES TERRITOIRES DE HAUTE-NORMANDIE
Densité de Densité Taux
Nombre Rang/France population Rang/France économique Rang/France d’emploi* Rang/FranceUN SYSTÈME PRODUCTIF
d’habitants (1) (habitants/km2) (1) (actifs/km2) (1) (%) (1)
DANS L’EURE PLUS SPÉCIALISÉ
Zones d’emploi
QUE CELUI DE LA Rouen 724 721 13 231,2 46 57,0 40 24,7 79
Le Havre 360 488 35 287,3 37 69,9 34 24,3 86SEINE-MARITIME
Evreux 167 934 94 102,7 123 24,2 118 23,6 109
Dieppe 98 451 172 118,2 104 28,0 105 23,7 106
Vernon 88 767 183 126,6 94 31,1 87 24,6 82Les moyennes régionales
Bernay 62 183 256 55,0 216 11,4 214 20,7 213
masquent des disparités impor- Lillebonne 59 573 262 131,2 91 36,1 70 27,5 31
Vallée de la Bresle 47 672 291 67,4 185 20,5 139 30,5 18tantes entre les deux départe-
Pont-Audemer 40 450 307 65,8 188 14,1 187 21,5 188
ments. Ainsi, l’activité dans l’Eure
Fécamp 40 081 309 169,0 66 29,0 98 17,2 314
est davantage tournée vers l’in- Pays-de-Bray 35 025 321 47,4 242 11,4 215 24,0 99
Gisors 27 529 333 81,4 153 15,2 177 18,7 276dustrie. A contrario, le tertiaire y
Verneuil-sur-Avre 27 318 334 46,0 248 11,6 211 25,2 64
est nettement moins développé.
Eure 541 054 43 89,6 40 20,5 40 22,9 47
Les emplois dans la construction
Seine-Maritime 1 239 138 10 195,7 17 48,5 15 24,8 20
représentent le même poids,
Haute-Normandie 1 780 192 13 143,9 4 34,8 4 24,2 5
dans les deux départements.
Source : INSEE - Recensement de la population 1999
Les départements présentant Champ : secteur marchand non agricole hors intérim
(1) classement parmi 348 zones d’emploi, 96 départements et 22 régions
* nombre d’actifs pour 100 habitants
6 AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 36 - Juin 2004PRINCIPAUX CRITÈRES DE CARACTÉRISATION DES TERRITOIRES DE HAUTE-NORMANDIE Le Pays de Bray, du fait
Part des 4 plus Part des 10 plus de la présence de deuxIndice de Indice de
grosses grosses
spécialisation spécificité gros établissements indus-unités productives unités productives
Actifs Part des actifs
triels dans l’automobile (Au-% Rang/France % Rang/France % Rang/France % Rang/France
(1) (1) (1) (1) toliv France) et
l’agro-alimentaire (Danone)Zones d’emploi
Rouen 178 666 41,5 9,2 343 6,5 343 5,3 329 9,6 334 est, lui aussi, assez spéciali-
Le Havre 87 659 20,3 26,5 162 20,3 140 13,6 110 21,1 126
sé. La zone d’emploi deEvreux 39 587 9,2 15,4 305 11,4 302 9,2 212 16,6 199
Dieppe 23 329 5,4 22,1 223 15,4 246 8,7 231 16,7 197 Pont-Audemer est plutôt
Vernon 21 820 5,1 26,3 163 20,4 135 13,0 121 21,8 114
tournée vers l’industrie duBernay 12 883 3,0 27,6 143 20,2 142 15,3 79 24,5 76
Lillebonne 16 401 3,8 29,2 123 22,3 94 21,5 26 31,6 21 bois-papier, celle de Lille-
Vallée de la Bresle 14 529 3,4 40,6 14 34,6 8 25,5 7 36,9 4
bonne se distingue des
Pont-Audemer 8 695 2,0 32,8 66 23,8 70 12,4 134 22,7 97
Fécamp 6 883 1,6 24,4 188 15,9 231 13,9 102 24,0 81 autres territoires métropoli-
Pays-de-Bray 8 398 1,9 33,7 57 22,1 96 24,9 13 33,4 13 tains par la présence d’un
Gisors 5 152 1,2 20,3 255 14,4 264 11,5 153 23,2 89
important complexeVerneuil-sur-Avre 6 894 1,6 42,3 10 33,6 10 25,3 11 36,7 5
pétrochimique.Eure 123 856 28,7 20,7 35 16,5 26 4,1 69 7,7 69
Toutes les zones, com-
Seine-Maritime 307 040 71,3 14,7 76 10,8 75 5,0 54 7,9 61
prenant des villes de
Haute-Normandie 430 896 100,0 13,3 12 10,7 9 3,6 8 5,7 8
moyenne ou grande taille
Source : INSEE - Recensement de la population 1999
Champ : secteur marchand non agricole hors intérim (Le Havre, Vernon, Dieppe,
(1) classement parmi 348 zones d’emploi, 96 départements et 22 régions
Evreux, Rouen) possèdent
cheveurs - se sont rapprochées pour un appareil productif diversifié.Européenne de Zirconium font partie des
former un système productif local qui n’a Les zones d’emploi de Ver-dix plus gros employeurs de ce territoire.
pas d’équivalent ailleurs en France. neuil-sur-Avre et de Vernon présententDans la Vallée de la Bresle, encore ap-
Dans ces deux zones, l’appareil pro- les taux de dépendance les plus élevéspelée la “vallée du verre”, l’industrie des
ductif est dominé non seulement par (supérieurs à 60%) tandis que les zonesproduits minéraux y est très implantée.
quelques secteurs mais également par d’emploi de Pont-Audemer, de la ValléePrès de 3 000 emplois dépendent de deux grands établissements. Ainsi, de la Bresle et d’Evreux affichent les tauxgros établissements de l’industrie verrière
dans chaque zone, les dix plus gros em- de rayonnement les plus forts (respecti-(les Verreries du Courval et
ployeurs regroupent près de 37% de vement 15%, 8,4% et 8,4%)Saint-Gobain-Desjonquères). Les entrepri-
l’emploi.ses de la zone - verriers, moulistes, para-
ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES
Haute-Normandie
En partenariat avec le FASILD (Fonds d’action et de soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations),
l’INSEE de Haute-Normandie a élaboré ce dossier qui vise à renforcer la connaissance de l’immigration
dans notre région en mettant en évidence des situations vécues par les populations immigrées.
Ce document fournit des données exhaustives sur les flux de populations étrangères dans la région depuis 1982,
sur la nature et l’origine des nouveaux courants migratoires, sur les processus d’intégration dans le monde du travail
et pour l’’accès à l’habitat.
L’ “Atlas des populations immigrées en Haute-Normandie” est un véritable outil de travail,
objectif et complet, pour les professionnels et les acteurs locaux.
Activité, emploi, chômageAu sommaire
- taux d’activité
- structure de la population active
- chômagePopulation
- la population immigrée en Haute-Normandie
- nationalités et pays d’origine
Education, formation
- structure par sexe et par âge
- niveau d’études et diplômes
Ménages - Familles Prix : 7,60€ Logement
- caractéristiques des ménages et des familles - type et espace d’habitation, statut d’occupation
AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 36 - Juin 2004 7

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.