L'Économie d'Aquitaine au 1er semestre 1999

De
Publié par

Bilan économique de l'aquitaine par secteur d'activité : Industrie, bâtiment et travaux publics, transport de passagers et de marchandises, agriculture et viticulture, commerce, commerce extérieur, tourisme, marché du travail, créations d'entreprises.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

LE QUA T RE P A GES
INSEE AQUITAINE
L’ÉCONOMIE D’AQUITAINE
erAU 1 SEMESTRE 1999
Amorcée en 1996, la reprise
s’est confirmée en 1997 et plus encore Classiquement, les trois grands secteurs -biens
en 1998, en dépit du ralentissement intermédiaires, biens d’équipements et biens de
industriel observé en début d’année. consommation réagissent diéremmff ent à ce nouvel
environnement. Ce ralentissement se prolonge
sur les premiers mois de 1999
Les biens intermédiaires, en amont, sont les premiers
et l’activité dans son ensemble enregistre
concernés par les retournements danti’ cipations.
une modeste croissance de 0,3 %
La production de papier carton se replie tout auau premier trimestre.
long de 1998. Au niveau mondial, la contraction deSur le reste de l’année, en liaison
certains marchés accentue la tendance à la surpro-
avec la reprise de la demande mondiale
duction.
et particulièrement celle des échanges
La croissance ralentit dans la chimie de base. Lainterindustriels dans la zone euro,
baisse des prix est importante et mondiale ; ellela croissance du PIB se redresserait
touche toutes les branches de la chimie.progressivement.
Elle passerait d’un rythme annuel Les biens d’équipement, qui répondent non seule
ment à la demande extérieure m ais aussi intérieured’un peu moins de 2 %
à travers le comportement d’investissement des en-au premier semestre à 2,5 % au second.
trepreneurs, sont restés bien orientés grâce à laL’industrie, secteur précurseur
construction aéronauti que.tant pour les crises
que pour les reprises, Les ventes d’Airbus exportés depuis la France sont
de 136 appareils, en hausse de 15 % par rapport àdevient au cours de l’année 1998
1997. Les commandes s’élèvent à 556 appareilsle secteur le moins dynamique.
dont la moitiéserai ent livrés en 1999. L’optimismeIl a été affecté par la forte contraction
des constructeurs prévaut autant pour la fabricationdu commerce mondial et
de moteurs que pour celle des cellules d’avions.
par l’ajustement des stocks suscités par
C’est essentiellement laéronauti’ que civile qui tire le
la dégradation du contexte international.
marché. Les avions d’affaires connaissent en parti-
Le contraste est marqué entre l’industrie culier une évolution très favorable. De surcroît,
en ralentissement, et les autres secteurs l’aéronautique militaire, spécificité de l’Aquitaine,
(services, commerce, construction) connaîtrait une meilleure orientation L’Et. at a notifié
qui bénéficient en 1998 du dynamisme à Dassault Aviation la commande de 48 avions
de la demande des ménages. Rafale. Cette commande marque le démarrage in-
dustriel et commercial du Rafale.
Enfin, le secteur des biens de consommation connua
une croissance assez soutenue en 1998, en raison
de la bonne tenue de la consommion desat ména-
L’industrie ges. Mais, en Aquitaine, dans les secteurs habille-
ment cuir chaussures et pharmacie savons entre-
L’industrie marque encore plusnett ement le pas à
tien, les plus significatifs en termes d’emplois pour
partir de l’été 1998. Après avoir fortement progressé
le premier et de valeur ajoutée pour le second, les
jusqu’à la mi 1998, l’indice de la production manu-
situations sont contrastées.
facturière se tasse jusqu’au mois de février 1999.
Depuis et jusqu’en mai 1999, la tendance est de Le climat est morosedans l ’habillement-cuir chaus INSEE
nouveau à la hausse. sures. En 1998, les productions sont en baisse :AQUITAINE
INSTITUT NATIONAL
DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES
ÉCONOMIQUES1998. La situaion dans t la régionappa Landes et de Lot-et-Garonne affichentMalgré la crise as iatique et ses effets en chaîne
sur l’économie mondiale, l’année 1998 en raît globalement plus favorable qu’en une légère progression.
France s’inscrit dans la phase de reprise amorcée
France. Tous les segments du marchéà la mi-1996 et apporteles m eilleurs résultats de
De fait, les principales productionsla décennie. La croissance du Produit intérieur contribuent à la reprise du secteur.
brut s’établit en moyenne annuelle à 3,2 % en aquitaines sont touchées par des baisses
1998 après 2 % en 1997 et 1,1 % en 1996. Ce L’année 1998 se caractérisepar l a mon- de prix, à l’exception notable des fraisesrésultat masque un ralentissement de l’activité
en cours d’année : le rythme annuel de la crois tée en puissance des autorisations de et des carottes primeur. Toutefois, cela
sance est divisé par deux entre le second semes-construire dans les logements collectifs ;ne signifie pas nécessairement une
tre de 1997 et le second semestre de 1998,
évolution directement liée à l’effet de lma oins bonne orientaion des marchést .passant de presque 4 % à 2%’an. l
date butoir de fin du dispositif fiscal En ce qui concerne le maïs, la sse d bai esEn fait, le ralentissement du rythme de crois er
sance du PIB relète lf e tassement de la produc Périssol le 1 janvier 1999. rendements entraîne un repli de la ré-
tion dans l’industrie, secteur exposé afecté pf ar colte qui demeure à un niveau élevé. La
la crise asiatique. En 1998, la progression de A l’inverse de 1997, les mises en chan collecte s’écoule sans tension grâce àl’activité repose sur la vigueur de la demande
tier de logements collectifs tirent laintérieure, contrastant avec 1997, année pen une demande à l’exportation dynami-
dant laquelle le commerce extérieur a contribuécroissance globale alors que celles des que et les cours se maintiennent au des-pour plus de la moitié à la croissance.
logements individuels se tassent nette- sus du prix d’intervention ; ce qui n’estLa demande mondiale adressée à la zone ment. La meilleure orientation se pro- pas le cas du blé. Pour le vin, le marchéeuro et à la France s’est nettement ralentie er 1998/99 affectant les exporta- longe au 1 trimestre de 1999 : au total,jusqu’à l’hiver s’inscrit dans une tendance au fléchis-tions de l’ensemble des pays de la zone euro.
on enregistre 6 200 logements mis enEn effet, l’exceptionnelle vigueur de l’écono sement tant des transactions que des prix,
mie américaine n’a pas com pensé l’impact chantier, chiffre jamais atteint depuis le qui, il est vrai, ont dépassé en août 1998négatif des récessions asiatiques et de leurs e 3 trimestre 1991.
effets en chaîne sur l’économie mondiale, ni le seuil de 11 000 francs le tonneau pour
celui du ralentissement britannique. De plus, le bordeaux rouge, vrac, tous millésimes.D’après les autorisations de logementsles produits européens ont souffert des gains
er Ces mouvements correspondent plutôt àde compétitivité réalisés par les pays du Sud- observées au 1 trimestre de1999, cette
Est asiatique à la suite de la dépréciation de un apaisement du marché.évolution favorable devrait se poursui-leurs monnaies. Toutefois, le ralentissement de
la demande mondiale n’a pasesé de p la même vre. Leur progression résulte de deux
Le tourismemanière sur tous les pays de la zone euro.
mouvements contradictoires : une con
L’Allemagne et l’Italie, pays davantage exposés Le bilan de la saison estival 1998, ge lo-traction des autor isations dans le collec-
aux effets de la crise asiatique que les autres
balement positif au niveau national, esttif mais une poussée dans l’individuel.membres de la zone euro, ont enregistré un choc
plus marqué sur leurs exportations. La France a stationnaire en Aquitaine, pour la
été moins affectée. Outre undegré d ’ouverture Mesuré par le volume des travaux, le deuxième année consécutive. En fait,à l’Asie du Sud Est (hors matériel aéronautique)
climat en 1998 dans lesect eur des tra-inférieur à celui des ses voisins, les livraisons c’est la croissance du nombre de touris-
d’Airbus, au départ de la France, se sont pour- vaux publics en Aquitaine est plutôt tes étrangers tant dans les hôtels quesuivies en 1998, les contrats ayant été honorés
favorable comparé à celui observé enpar les clients asiatiques. dans les campings qui soutient l’activité
France, en raison des grands chantiersalors qu’au contraire, on relève une
qui ont démarré dans la région : auto- nette désaffection des tourtes fis rançais
baisse légère dans l’habillement, mais leroutes, RN10, plate forme multimodale dans l’hôtellerie classée non compen-
repli est plus sévèredans le secteur du d’Hourcade. Cependant, compte tenu sée par la croissance de leur fréquenta-
cuir-chaussures. Ils subissent de plein de l’ampleur de ces chanti ers et de la tion des campings.
fouet la concurrence asiatique. situation morose dusect eur en France,
Dans l’hôtellerie classée, la baisse deles entreprises locales sont confrontéesEn revanche, chiffres d’affaires et pro-
l’offre d’hébergement, mesurée enà une vive concurrence de la part d’en-ductions sont en hausse dans les sec
nombre de chambres proposées, s’esttreprises extérieures à la région.teurs de la pharmacie et de l’entretien.
accentuée en 1998. Sur les cinq derniè-
Agriculture res années la capacité d’accueil s’estLe dynamisme de la consommation des
réduite de 11 %. La réduction porte es-ménages stimule également l’activité de Le revenu agricoleaquitain diminuerait
sentiellement sur les hôtels de catégoriel’emballage en bois ou en carton. De de 3 % en 1998 en raison principale-
une étoile. Ainsi, les bilans dacti’ vité demême, le regain d’activité dans le bâti- ment de la baisse des prix sur le vin, le
l’année 1998 sont supérieurs à ceux dement influe favorablement sur les produc-maïs et le porc (d’après les comptes
l’an passé pour les catégories trois ettions de sacs pour matériaux ou de papierprovisoires de l’agriculture calculés se-
quatre étoiles.de garnissage ainsi que sur l’industrie des lon la nouvelle base 1995, voir enca
produits minéraux. dré). Les Pyrénées Atlantiques enregis
Les transports
trent le plus mauvais résultat régional.
La construction En 1998, l’orientation de la croissance,Après quatre années de croissance soute
plus tirée par la consommation des mé-nue, la Gironde accuse une légère dimi-En Aquitaine, la reprise de l’activité
nages et l’investissement que par ledans le secteur de la construction, déjànution. La baisse est plus atténuée en
commerce extérieur, favorise le trans-perceptible en 1997, se confirme en Dordogne. Enfin, les départements des
1 Ces données sont issues des comptesrimes t triels nationaux cvs cjo, en nouvelle base (base 95), aux prix de 1995 (voir encadré).
LE Q U A T RE P A G E S N˚ 7 7
A O ÛT 1 9 9 9INSEE AQUITAINEBayonne. Cependant, ce dernier main- l’aéronautique, bien qu’en retrait de
e
Indice Base 100 au 4 trim.1996
114 tient son trafic légèrement en dessous des 4,3 % en 1998 par rapport à 1997, elles
112 4,5 millions de tonnes frô lées en 1997. se situent toujours à un niveau particu-
110
Services lièrement élevé, plus de 6 milliards de108 Tous secteurs
En 1998, le trafic ferroviaire de m chan ar106 francs contre moins de 5 milliards en 1996.
104 dises aquitain dégage, également, des
ConstructionCommerce102
résultats moins favorables que ceux Les produits des industries agroalimen-100
Industrie
98 constatés en France. En effet, la forte taires restent de loin le premier produit
96
Déc. Mars Juin Sept. Déc. Mars Juin Sept. Déc. progression de ce trafic observée sur exporté grâce notamment aux ventes de
1996 1997 1997 1997 1997 1998 1998 1998 1998
Évolution de l'emploi salarié privé l’année 1997 s’est brutalement inter- vins vers le Japon.
Aquitaine par secteurs
rompue en 1998. Le repli du trafic fret
Source : Urssaf - traitement Insee
Les ventes à l’extérieur de produits chimi-SNCF est de l’ordre de 7 %.
ques pharmaceutiques ou de l chimia e
Solde des réponses CVS en %
Dernier point : mai 1999 Le trafic de voyageurs sur les aéroports de base sont également en progression.40
stocks aquitains, comme en France, tire pr ofit
20 Les importations, chiffres moins signifi-de l’amélioration du climat économi-
catifs de l’activité dans la région enque qui a un effet sur l’ensemble des0
raison de leur dépendance aux lieuxdéplacements personnels et profes-
production récente-20 d’enregistrement douanier, connaissentsionnels. Son augmentation de 7,3 %
une moindre croissance qu’en 1997. Leest plus soutenue que la moyenne des-40
Janv. Janv.Janv. Janv. Janv. Janv. Janv. Janv. Janv. Janv. Janv. mouvement est plus fort en Aquitaine
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 aéroports de province. Bordeaux Mérignac
qu’en France.Opinion des industriels français* a renoué avec une hausse de strafon ic,
Production et stocks
* Dans l'ensemble de l'industrie manufacturière atteignant presque le seuil de 2,8 mil-Source : Insee - Enquête mensuelle de conjoncture Emploi et marché du travail
lions de passagers. Les aéroports de Pau
e En 1998, en Aquitaine,’empl l oi salariéeIndice base 100 : 4 trim. 1989 et de Bayonne-Anglet-Biarritz, de leurDernier point : 1 trim. 1999
110 dans les secteurs marchands non agri-côté, ont chacun dépassé, en 1998, le
100 coles enregistre, selon des données pro cap des 600 000 passagers.
France visoires, une croissance de 3,4 % hors90
Ralentissement intérim contre 1,6 % esti mé en1997.
80
du commerce extérieur
Aquitaine
70 Le recours au chômage partiel recule
En 1998, en Aquitaine, le rythme de nettement. L’intérim a encore progressé.60
e e e e e e e e e e4tr. 4tr. 4tr. 4tr. 4tr. 4tr. 4tr. 4tr. 4tr. 4tr. croissance des échanges se tasse plus1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 Ces évolutions sont confortées par
Mises en chantier de logements nettement qu’en France.
Source : Ministère de l'Équipement
L’infléchissement du rythme de crois-
Indice base 100 en 1987 er
Dernier point : 1 trim. 1999 sance des exportations est particulière La nouvelle base 1995
110
de la comptabilité nationalement net en Aquitaine (+ 4,4 % en 1998
105
Aquitaine Après les bases 56, 59, 62, 71, 80, l’I nsee publiecontre + 17 % en 1997). Il est moins pro-
100 désormais les comptes nationaux annuels et tri-
noncé en France où la progression des mestriels dans une nouvelle base, la base 95.
95
exportations reste en ligne avec celle de
France Le langage des statiticis ens associe le nom d’un90
la demande mondia le, alors qu’elle se changement de base à l’année des prix cons-
85 tants, ainsi la base 80 correspond à des prixsitue en retrait en Aquitaine.
80 constants de l’année 1980, la nouvelle base 95
e e e e e e e e e e e e
1 tr. 1 tr. .1 tr. 1 tr. 1 tr. 1 tr. 1 tr. 1 tr. 1 tr. 1 tr. 1 tr. 1 tr. à des prix constants de l’année 1995.1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999
Les principaux produits exportés par
Créations totales d'entreprises Outre la modification du système des prix cons-
l’Aquitaine ont pratiquement tous étéSource : Insee-Sirene tants, un changement debase comprend au mi-
nimum deux autres améliorations substantielles :affectés par le ralentissement des expor-
- une meilleure adaptation de la couverture ettations ; certains enregistrent un recul de
des définitions des comptes aux réal ités écono-leurs ventes à l’étranger, notamment lesport intérieur de marchandises plutôt miques nouvelles et aux besoins d’informations
céréales et les produits de l’élevage, du nouveaux (par exemple, l’extension de l’inves-que le transport international.
tissement à une partie de l’immatériel et enpapier carton et de l’aéronautique. Pour
particulier aux logiciels);
La progression des tonagesn embarqués les deux premiers produits, il ’agis t en - et une réévaluation du niveau des grands
agrégats par la mobilisation de sources statisti-et débarqués sur les ports aquitains, enpartie d’un effet prix. La baisse des prix
ques non exploitables tous les ans.1998, est moindre que celle observée n’est pas compensée par la croissance des
Pour les comptes de l’aicultgr ure, de nouveauxau niveau national. Elle résulte d’une quantités dans le cas des céréales alors concepts ont été introduits : l’optique produc-
remontée du trafic sur le port de Bor qu’elle est accentuée par la baisse des tion (récolte) remplace l’optique livraisons
(commercialisation) et la période de référencedeaux, après trois années de repli et quantités dans le cas du papier carton.
n’est plus l’année civile mais la campagne.
d’un léger tassement sur le port de Quant aux exportations du secteur de
LE Q U AT RE P A G E SN˚ 77
A O Û T 19 99 INSEE AQUITAINELE Q U A T RE P A G E S N˚ 7 7
A O Û T 1999 INSEE AQUITAINE
l’augmentation des déclarations préala- tion à l’échelle nationale et européenne derniers ont, comme en 1997, profité
bles à l’embauche. impliquant le groupe pétrolier Total. des dispositifs spécifiques de la politi-
que de l’emploi et notamment de la
Tous les secteurs ont bénéficié du raf-La meilleure orientation du marché du remontée du nombre de bénéficiaires
fermissement de l’activité en 1998, travail se traduit maintenant par une de contrats en alt ernance et de la mon
notamment ceux de la construction et baisse du chômage, mesuré par le taux de tée en charge des emplois jeunes.
des services. chômage ou par les demandes d’emploi
en fin de mois. Fin mars 1999, le taux de Le chômage des ho mmes est aussi en
Cependant, l’avenir du bassin d empl’ oi chômage au sens du BIT s’établit à 12,5 %recul. Celui des femmes gresseré mais
de Lacq dépend des orientations prises de la population active en Aquitaine, soit il diminue moins rapidement que le
par le groupe Elf Aquitaine. Il doit inté- 0,5 point de moins qu’il y a un an. chômage masculin.
grer simultanément une recherche de
productivité (le plan performance ré- D’après les caractéristiques des deman- Enfin, le chômage de longue durée est
cemment retiré contenait des suppres- deurs d’emploi en fin de mois de caté-quasi stagnant en 1998. Il décroît de
sions importantes de postes notamment gorie 1, l’année 1998 est marquée par 0,4 % entre décembre 1997 et décem-
à Pau) et un mouvement de restructura-la baisse du chômage des jeunes. Ces bre 1998. Dans un contexte de baisse
du chômage, la part des chômeurs de
longue durée s’accr oît.
Baisse de 0,5 point du taux de chômage aquitain depuis mars 1998
Catherine MEUNIER
Nord-Est
de la Dordogne
POUR EN SAVOIR PLUS...
Périgueux
Bordeaux-
TerrassonCubzacais • "Note de conjoncture" Insee
Bordeaux-Médoc
Libourne-Montpon- 3 numéros et 2 points conjoncturels
Ste-Foy-la-Grande
Bordeaux- Sarlat- 210 FF par an.
Zone-centrale la-CanédaBergeracBordeaux-
Entre- • Note de conjoncture internationale" -
Deux-MersBordeaux-
Insee Direction de la Prévision Arcachonnais Villeneuve-Marmande-
sur-Lot-Langon-Bazas- Casteljaloux 2 numéros et 2 points conjoncturels
FumelLa Réole
155 FF par an.
Mont-de-Marsan-
AgenHaute-Lande • "Informations rapides" Insee
350 numéros 1 750 FF par an.Aquitaine : 12,5 %
Dax France : 11,5 % • "Tableau de bord hebdomadaire" - Mont-de-Marsan-
Est-des-Landes Insee 50 numéros et 1 supplément "Séries
Sud-des- © INSEE-IGN 1999
Landes longues" 1 500 FF par an.
Taux de chômage (%)
Lacq-Orthez • "Banque de données macroéconomi fin mars 1999
Bayonne-Pyrénées ques (BDM)" Insee 200 000 séries chro
Pau
De 7,9 à 9,9 nologiques nationales et internationales
De 10,0 à 11,9Oloron-Mauléon Quelques séries régionales.
De 12,0 à 13,0
• "Comptes provisoires de l’agriculture
De 13,1 à 14,6
Source : Insee 1998" Agreste Aquitaine n° 2 Juin 1999.
Supplément inclus : "Emploi salarié privé : évolutionimes tr trielle"
Directeur de la publication : Michel Schrantz - Rédacteur en chef : Paul Ahmed Michaux Secrétaire de fabrication : Daniel
Lepphaille - INSEE Aquitaine - 33, rue de Saget 33076 Bordeaux cedex.
Tél. 05 57 95 05 00 - Fax : 05 57 95 03 58 - Minitel : 3615 ou 3617 INSEE - Imprimé à l’Insee Aquitaine
e© INSEE 1999 - n° ISSN 1246-3809 - Dépôt légal t 3rimestre 1999.
Code Sage IA7708INSEE Prix : 13 FF 1,98( e) - Abonnement : France : 12 numéros 120 FF18,2 ( 9 e) - Étranger : 150 FF (2,87 2 e)
AQUITAINE Étranger par avion : 162 FF (24,70e )

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.