L'ultrapériphéricité définit-elle un modèle de croissance ?

De
Publié par

La diversité des territoires et la volonté politique de renforcer la cohésion économique et sociale au sein de l’UE ont conduit les institutions européennes à distinguer sept régions ultrapériphériques : les quatre départements français d’Outre-mer (Guadeloupe, Guyane, Martinique et Réunion), la Communauté autonome espagnole des îles Canaries et les deux régions autonomes portugaises des Açores et de Madère. Des contraintes géo-économiques communes : Le traité d’Amsterdam (299-2) constitue le fondement juridique de la notion d’ultrapériphéricité et définit les caractéristiques communes partagées par les RUP : insularité, éloignement, faible superficie, relief et climat difficiles et dépendance vis-à-vis d’un nombre limité de produits. Des régions aux marges extrêmes de l’Europe : Les RUP sont en effet localisées aux marges géographiques de l’espace européen. Les départements français d’Amérique (DFA - Guadeloupe, Guyane et Martinique) sont situés à environ 7 500 km de Paris et Saint-Denis de La Réunion à près de 10 000 km. Las Palmas (Canaries) est à 3 500 km de Madrid (mais à moins de 250 km de Laâyoune au Maroc) ; et 3 200 km séparent Funchal (Madère) de Lisbonne. Enfin, l’île de Florès, la plus extrême de l’archipel des Açores, est à un peu plus de 2 000 km de la capitale portugaise. Toutefois, ces distances kilométriques ne reflètent qu’imparfaitement l’éloignement réel des RUP. Les travaux engagés dans le cadre d’Eurisles1 ont permis d’évaluer un éloignement "virtuel" (exprimé en kilomètres) tenant compte des temps de transport routier et maritime pour le fret ainsi que des ruptures de charge. Comme le montre le tableau 1, les RUP se révèlent en pratique presque quatre fois plus éloignées du centre de l’Europe (soit à pratiquement 20 000 km virtuels de Maastricht) que ne l’indique la seule géographie physique (un éloignement moyen d’environ 5 000 km).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 35
Tags :
Nombre de pages : 127
Voir plus Voir moins

REUNION
L'ultrapériphéricité
définit-elle
un modèle de croissance ?
Prix : 12€
Code SAGE : CROISRE0684
ISBN : 978-2-11-097777-9Directeur de la publication : Jean Gaillard
Rédactrices en chef : Réjane Hugounenq et Valérie Reboud (AFD)
Ont également collaboré à cette étude :
INSEE : Claude Joeger
IEDOM : John Baude, Olivier Simon
AFD : Vanessa Jacquelain
Fabrication et couverture : Marie-Andrée Thazar (INSEE)
© INSEE 2007L'ULTRAPÉRIPHÉRICITÉ
DÉFINIT-ELLE UN MODÈLE DE
CROISSANCE ?
1LES PUBLICATIONS CEROM
Bilans macro-économiques de territoire
La collection Bilans macro-économiques offre une analyse sur longue période des dynami-
ques de croissance des économies ultramarines.
Etudes thématiques
La collection Etudes thématiques propose un approfondissement de certaines particularités
des économies ultramarines.
Document de travail
L’analyse des économies d’outre-mer requiert la mise au point de méthodologies particuliè-
res : cette collection regroupe différents travaux techniques.
Tableaux de bord
Deux fois par an environ, pour chaque économie, les principaux agrégats et indicateurs
économiques sont présentés sous forme d’un "tableau de bord" de l’économie.
Synthèses
Cette collection regroupe les analyses élaborées chaque année à partir des comptes rapi-
des calculés pour l’année précédente, mais aussi des synthèses d’études thématiques.
2CONTEXTE DE L'ÉTUDE
Cette étude s’inscrit dans le cadre du partenariat CEROM (Comptes économiques rapides
pour l’Outre-mer).
Le partenariat CEROM, qui a débuté en 2003, regroupe sept institutions - l’Institut National
de la Statistique et des Études Économiques (INSEE), l’Agence Française de Développe-
ment (AFD), l’Institut d’Émission des Départements d’Outre-Mer (IEDOM), l’Institut d’Émis-
sion Outre-Mer (IEOM), l’Institut de Statistique de Polynésie Française (ISPF), le Service du
Plan et de la Prévision Économique de Polynésie Française (SPPE), l’Institut de la Statistique
et des Études Économiques de Nouvelle-Calédonie (ISEE).
Partant du constat de l’existence dans les collectivités d’Outre-mer de systèmes d’informa-
tion économique et statistique développés et néanmoins de leur insuffisance face aux
enjeux spécifiques de ces collectivités, le partenariat CEROM s’est fixé comme objectifs :
- la construction de modèles économiques permettant la réalisation de comptes rapides
sur la base des comptabilités existantes ;
- l’échange de bonnes pratiques méthodologiques visant à améliorer la production statisti-
ques dans ces économies ultramarines ;
- la promotion de l’analyse économique des collectivités d’Outre-mer.
C’est dans ce contexte que L’Agence Française de Développement (AFD), l’Institut d’Émis-
sion des Départements d’Outre-Mer (IEDOM) et l’Institut National de la Statistique et des
Études Économiques (INSEE) ont confié au cabinet DME (Didacticiels & modélisation éco-
nomiques) le soin de réaliser une étude comparative des régions ultrapériphériques.
Le Comité de pilotage comprenait les membres du CEROM suivants :
- AFD : Vanessa Jacquelain, Valérie Reboud
- IEDOM : Réjane Hugounenq, Bertrand Savoye, Olivier Simon
- INSEE : Claude Joeger
Les analyses et commentaires développés dans ce rapport n’engagent que leurs auteurs.
Les institutions membres du CEROM ne sauraient en être tenus responsables.
3SOMMAIRE
Introduction générale :
Un grand dénominateur commun : l’ultrapériphéricité ........................................ 16
PREMIÈRE PARTIE :
Des régions hétérogènes
Introduction :
Une hétérogénéité des situations démo-économiques ................................................... 21
1 - Des régions européennes au statut institutionnel différencié .......................... 23
Des régions ibériques autonomes ............................................................................... 23
Décentralisation mais pas d’autonomie pour les RUP françaises .................................... 24
2 - Des dynamiques démographiques contrastées ............................................... 26
Des trajectoires diversifiées ............................................................... 26
Des modèles démographiques plutôt nationaux que régionaux ..................................... 37
De fortes pressions sur les territoires ............................................................................ 37
3 - Des économies en croissance rapide ............................................................. 41
Des régions en queue de peloton européen ................................................................. 41
Des en croissance rapide ................................................................................ 44
Un triple mouvement de convergence ......................................................................... 46
4 - Une croissance forte de l’emploi mais qui ne s’accompagne pas toujours
d’une réduction du chômage .............................................................................. 51
Une croissance vigoureuse de l’emploi dans toutes les RUP .......................................... 51
5 -Des économies tertiarisées ............................................................................. 62
Une richesse créée à 80 % dans les services ................................................................ 62
6 - Des expositions différenciées à la concurrence internationale ......................... 73
Une ouverture commerciale plus faible que dans les autres PEI ..................................... 73
Des recettes touristiques conséquentes et qui réduisent certains déficits courants ............. 77
Des relations commerciales avec la métropole et le reste de l’UE .................................. 78
7 - Des finances publiques à géométrie variable ................................................. 79
Des pressions fiscales plus faibles qu’au niveau national ............................................... 80
Des interventions publiques différenciées selon les régions ............................................ 81
Des finances publiques régionales déséquilibrées ......................................................... 83
Les solidarités européennes en faveur des RUP ............................................................. 84
4SOMMAIRE
SECONDE PARTIE
Des schémas de croissance régionale modulés par les politiques nationales
Introduction :
Un grand dénominateur commun : des dynamiques régionales dépendantes du
contexte national ............................................................................................... 89
8 - Trois schémas de croissance .......................................................................... 91
Une accumulation du capital plus importante dans les RUP espagnole et portugaises
que dans les Dom ..................................................................................................... 91
Le poids déterminant de la consommation privée dans les Dom .................................... 92
L’influence des comportements d’agents sur les rythmes de croissance ........................... 95
Trois schémas de croissance ....................................................................................... 99
9 - Des schémas de croissance régionaux conditionnés par les politiques
économiques nationales ................................................................................... 100
Une synchronisation des conjonctures entre les RUP et leur métropole ......................... 100
La transmission des par le canal des échanges ....................................... 101
Des conjonctures régionales marquées par les politiques économiques nationales
et européennes. ....................................................................................................... 105
10. Conclusion ................................................................................................. 116
Une croissance intensive dans les Dom, extensive ailleurs ........................................... 116
Des économies domiennes plutôt introvertis et plutôt ouvertes aux Canaries
et à Madère ............................................................................................................ 117
Choix privés et décisions collectives : une pluralité des situations ................................. 117
Des modèles de croissance et des performances régionales dépendant des
politiques nationales ................................................................................................ 118
ANNEXES :
1 - Note méthodologique sur la confection des comptes régionaux espagnol et
portugais ................................................................................................................ 121
2 - Principales références bibliographiques ................................................................ 122
5SIGLES ET ACRONYMES
AFD Agence française de développement IPC Indice des prix à la consommation
APU Administrations publiques IRPP Impôt sur le revenu des personnes
CAF Coût, assurance et fret physiques
CEE Communauté économique euro- LOOM Loi d’orientation pour l’outre-mer
péenne (France)
CEROM Comptes économiques rapides de LOOM Loi de programme pour l’outre-mer
l’outre-mer (France)
CNES Centre national des études spatiales nd Non disponible
CNUCED Conférence des Nations unies pour NUTS Nomenclature des unités territoriales
le commerce et le développement statistiques de l’UE
CRPM Conférence des régions périphéri- OCDE Organisation de coopération et de
ques maritimes développement économiques
DEM Deutschemark OFCE Observatoire français des conjonctu-
DFA Départements français d’Amérique res économiques
DGTPE Direction générale du Trésor et de PAC Politique agricole commune
la politique économique
PEI Petites économies insulaires
DME Didacticiels et modélisation écono-
PIB Produit intérieur brut
miques
Pm Pour mémoire
DOCUP Document unique de programmation
POPRAM Programme opérationnel de la
DOM Départements d’Outre-mer
région autonome de Madère
ECU Unité de compte européenne
PPA Parité de pouvoir d’achat
€ Euro
RDM Revenu disponible brut
FBCF Formation brute de capital fixe
RIC Réserve d’investissement des îles
FEDER Fonds européen de développement
Canaries
régional
RSO Revenu de solidarité (France)
FEOGA Fonds européen d’orientation et de
RUP Régions ultrapériphériques
garantie agricole
SAU Superficie agricole utile
FMI Fonds monétaire international
SEC Système européen des comptesFSE Fonds social européen
SPA Standard de pouvoir d’achatHab. Habitant
TCAM Taux de croissance annuel moyenIEDOM Institut d’émission des départements
d’outre-mer TCER Taux de change effectif réel
IFOP Instrument financier d’orientation de TEE Tableau économique d’ensemble
la pêche UE Union européenne
INE Instituto Nacional de Estadistica USD Dollar des États-Unis d’Amérique
(Espagne)
VA Valeur ajoutée
INE Instituto nacional de Estatistica
VAB Valeur brute
(Portugal)
ZEC Zone spéciale des Canaries
INSEE Institut national de la statistique et
des études économiques (France)
6DONNÉES DE BASE
7
RUP Ensem-
Guade- Marti- La Cana-
Guyane DOM Açores Madère portu- ble Espagne France Portugal
loupe nique Réunion ries
gaises RUP
Démographie
Population :
- en milliers 447 190 395 785 1 817 241 244 485 1 928 4 271 43 198 60 340 10 356
- en % du total des RUP 10,5 4,4 9,2 18,4 42,5 5,6 5,7 11,4 45,1 100
- en % du total national 0,7 0,3 0,7 1,3 3,0 2,3 2,3 4,7 4,5 3,8 a
Taux de natalité (‰) 16,4 28,4 13,4 18,9 18,1 12,5 12,1 12,3 10,2 13,9
Taux de mortalité (‰) 6,3 4,0 7,2 5,1 5,7 10,1 11,0 10,6 6,7 6,7
Taux de croissance naturelle
10,1 24,4 6,2 13,8 12,4 2,4 1,1 1,8 3,5 7,2 0,1
(‰)
Taux de migration (‰) - 1,0 5,7 - 0,5 1,0 0,7 - 1,9 - 0,7 - 1,3 24,0 10,4 0,4
Taux de croissance (‰) 9,1 30,1 5,7 14,8 13,1 0,4 0,5 0,5 27,5 17,6 0,5
Densité (hab./km²) 261 2 366 313 (b) 307 103 295 154 264 (b) 256 79 111 113
PIB
PIB (milliards d'€) 7,0 2,5 6,9 11,0 27,5 2,9 4,0 6,9 34,2 68,6 840,1 1 659,0 143,5
PIB par habitant
-en€ 15 853 12 887 17 609 14 338 15 268 12 039 16 589 14 227 18 126 16 062 19 678 26 619 13 662
- en % moyenne national 60 48 66 54 57 88 121 104 92 (a)69
-en€ et en SPA (c) 14 380 11 690 15 973 13 006 13 850 14 175 19 532 16 854 19 950 16 556 21 658 24 146 16 086
- en SPA, base 100 =
66,9 54,4 74,3 60,5 64,4 65,9 90,8 78,4 92,8 77,0 100,7 112,3 74,8
UE-27 (c)
Taux de croissance du PIB réel (en %) :
- 1980-85 0,5 11,6 3,3 5,0 3,5 nd nd nd - 3,7 nd 0,8 2,0 1,0
- 1985-90 4,4 10,1 4,4 7,4 5,9 7,3 6,9 7,1 6,2 5,6 1,0 3,2 5,1
- 1990-95 2,4 4,9 2,0 2,9 2,7 2,0 5,1 3,9 2,3 2,6 1,5 1,2 0,9
- 1995-2000 4,5 0,9 2,9 4,3 3,9 5,8 6,0 5,9 6,4 4,4 4,7 2,8 3,8
- depuis 2000 2,8 5,9 2,9 4,9 3,7 2,4 3,0 2,8 3,5 4,2 3,1 1,5 0,6
- depuis 1990 3,2 5,0 2,5 4,2 3,2 3,5 5,0 4,4 3,1 3,5 2,8 1,8 1,9
Taux de croissance du PIB réel
par hab. 1990 (dernière année 2,3 1,8 1,9 2,7 2,3 3,5 5,5 4,7 1,4 2,1 2,1 1,1 1,4
connue) (en %) (d)8
RUP Ensem-
Guade- Marti- La
Guyane DOM Açores Madère portu- Canaries ble Espagne France Portugal
loupe nique Réunion
gaises RUP
Répartition sectorielle de la valeur ajoutée (en %)
Agriculture 4,3 5,3 4,1 2,0 3,3 9,6 3,0 5,6 1,4 2,5 3,7 2,6 3,8
Industries 6,8 13,6 7,9 6,9 7,6 9,6 7,1 8,1 6,4 7,0 19,1 16,1 20,1
BTP 9,0 9,4 6,3 6,4 7,3 7,8 9,3 8,7 9,5 8,6 10,0 5,6 7,0
Services : 80,0 71,7 81,7 84,7 81,8 73,1 80,6 77,6 82,7 81,9 67,2 75,7 69,0
- Commerce 14,4 12,4 13,7 14,0 13,9 12,0 13,9 13,1 11,0 12,2 10,8 10,2 14,8
- Autres services marchands 33,0 16,3 33,5 33,4 32,0 22,3 21,1 21,6 51,9 42,0 36,6 43,9 26,5
- Services non marchands 32,6 43,1 34,4 37,3 35,9 38,8 45,6 42,9 19,9 27,7 19,8 21,6 27,8
Répartition sectorielle de l'emploi (en %)
Agriculture 77825 24 14 193664 10
Industries 78777 10 12 1167 18 17 20
BTP 565659 15 12 16 12 13 6 10
Services : 82 79 80 85 83 56 59 58 75 74 64 72 60
- Commerce 13 81314131313131715151316
- Autres services marchands 27 23 25 23 24 15 21 18 34 28 25 30 20
- Services non marchands 41 48 43 49 45 28 26 27 24 31 23 29 24
Chômage et inflation (en %)
Taux de chômage, 2005 24,3 26,5 23,2 31,9 27,6 3,4 3,0 3,2 10,7 17,2 8,7 9,7 7,6
1,3 1,4 1,9 2,6 2,0 2,5 2,6 2,6 2,5 2,3 3,4 1,5 2,2
Taux d'inflation, 2005
Échanges extérieurs (en % du PIB)
Taux d'ouverture (f) 14,8 17,2 16,9 16,7 16,4 (e) nd 27,4 nd 22,4 (g) 20,1 20,6 23,8 11,1
Taux de couverture (h) 8,4 12,7 17,4 7,0 10,5 nd 28,4 nd 23,2 (g) 18,8 74,6 99,1 62,5
Solde commercial -30 - 28 -30 - 33 -30 nd - 31 nd -28 (g) - 29 - 6,0 - 0,2 - 5,1
Taux de couverture incluant les
19,1 12,7 27,5 16,6 19,6 nd 132,8 nd 50,7 (g) 43,9
exportations touristiques

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.