La conjoncture en Haute-Normandie au 3è trimestre 2005 : Activité morose en attente d'une reprise

De
Publié par

Au 3e trimestre 2005, l'activité industrielle marque le pas en Haute-Normandie, contrastant avec le dynamisme observé au plan national. L'agroalimentaire et les biens d'équipement sont toutefois épargnés par cette dégradation. Dans la construction, le fort ralentissement des mises en chantier ne semble pas altérer l'optimisme des entrepreneurs. Enfin, si le commerce de détail reprend vigueur, la situation se dégrade toujours pour le commerce de gros.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

ANALYSES CONJONCTURELLES
LA CONJONCTURE EN HAUTE-NORMANDIE AU 3e TRIMESTRE 2005
Activité morose en attente d’une reprise
Fabien CARRÉ
dustrie agroalimentaire et les biens d’équipement font excep-Au 3e trimestre 2005, l’activité industrielle
tion. Pour la fin de l’année, les entrepreneurs prévoient une
marque le pas en Haute-Normandie, contrastant
reprise de la production sans que la demande ne s’améliore.
avec le dynamisme observé au plan national.
Selon les chefs d’entreprise de l’industrie agroalimentaire,
L’agroalimentaire et les biens d’équipement sont la demande et la production sont en nette progression, grâce
toutefois épargnés par cette dégradation. Dans la notamment à la reprise de la demande extérieure. Les perspec-
construction, le fort ralentissement des mises en tives pour l’avenir sont très bonnes et les carnets de commande
se remplissent vigoureusement.chantier ne semble pas altérer l’optimisme des
Dans les biens de consommation, la production et la de-entrepreneurs. Enfin, si le commerce de détail
mande sont finalement jugées en net recul, contrairement à cereprend vigueur, la situation se dégrade toujours
qui avait été prévu le trimestre précédent. Cette tendance est
pour le commerce de gros.
particulièrement marquée pour l’industrie des équipements du
foyer. Les chefs d’entreprise envisagent une poursuite de cette
dégradation au prochain trimestre en dépit des meilleures pers-
n France, au 3e trimestre 2005, l’activité repart à la
pectives qu’offre l’édition-imprimerie.Ehausse. Le PIB croît de 0,7 % ce trimestre, contre 0,1 %
Les entrepreneurs du secteur des biens intermédiaires esti-
le trimestre précédent. Selon les entrepreneurs, la production
ment également leur demande et leur production à la baisse.
dans l’industrie maintient un bon rythme de croissance et de-
Cette dégradation affecterait surtout la chimie, la métallurgie et
vrait le conserver dans les mois à venir. La demande globale
l’industrie des composants électroniques. La situation s’amélio-
aussi reste à la hausse mais ralentit sa croissance. Elle devrait
rerait au contraire pour l’industrie textile. Dans les prochains
néanmoins encore progresser au prochain trimestre. Dans le
mois, la demande globale devrait se stabiliser. Cette stagnation
bâtiment, l’activité est également favorablement orientée, sur-
prévue cache de fortes disparités entre de très bonnes pers-
tout pour ce qui concerne le logement, et devrait continuer sur
pectives, comme dans l’industrie des composants électriques,
cette lancée. A l’opposé, dans le commerce de détail comme
et des prévisions assez pessimistes comme c’est le cas dans la
dans le commerce de gros, le volume des ventes diminue et les
métallurgie. Selon les entrepreneurs, la production devrait
commandes futures devraient elles aussi se réduire.
néanmoins reprendre de l’élan au quatrième trimestre.
Dans les biens d’équipement, les entrepreneurs estiment
INDUSTRIE : STABILITÉ
que leurs carnets de commande sont bien remplis. Selon eux,
la production reste orientée à la hausse mais sa progression
En Haute-Normandie, au 3e trimestre 2005, les industriels
semble moins franche qu’au cours du trimestre précédent.
estiment leur production à un niveau stable et leur demande à
Malgré un fléchissement prévu de la demande au prochain tri-
la baisse. Ce ralentissement contraste fortement avec les bons
mestre, la production devrait nettement augmenter, sauf
résultats du 2e trimestre. L’activité de l’industrie haut-normande
peut-être dans l’industrie des équipements électriques et élec-
retrouverait ainsi son atonie du début de l’année. Toutefois, l’in-
troniques. Elle répondrait ainsi avec un léger retard à la hausse
ÉVOLUTION DE LA DEMANDE ET DE LA PRODUCTION PASSÉES DANS L’INDUSTRIE ÉVOLUTION DE LA DEMANDE ET DE LA PRODUCTION PRÉVUES DANS L’INDUSTRIE
50 50
40 40
30 30
20 20
Production passée Production prévue
10 10
0 0
-10 -10
Demande passée Demande prévue
-20 -20
-30 -30
1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005
Source : INSEE Unité : soldes d’opinions en % des réponses exprimées Source : INSEE Unité : soldes d’opinions en % des réponses exprimées
6 AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 51 - Janvier 2006ANALYSES CONJONCTURELLES
ÉVOLUTION DE L’ACTIVITÉ PRÉVUE DANS LA CONSTRUCTIONÉVOLUTION DE L’ACTIVITÉ PASSÉE DANS LA CONSTRUCTION
5050
4040
30 30
Ensemble Gros oeuvre
20 20
1010 EnsembleSecond oeuvre
00
-10 -10
-20 -20
Second oeuvreGros oeuvre
-30-30
-40-40
2001 2002 2003 2004 20052001 2002 2003 2004 2005
Source : INSEE Unité : soldes d’opinions en % des réponses exprimées Source : INSEE Unité : soldes d’opinions en % des réponses exprimées
de la demande enregistrée au 3e trimestre. Les statistiques de la construction confirment que les mises
Enfin, dans l’industrie automobile, les chefs d’entreprise en chantier de logements se maintiennent à un bon niveau au
constatent une diminution de la demande globale, et ce malgré 3e trimestre. Toutefois, elles révèlent aussi une forte baisse sai-
une bonne reprise de la demande extérieure. Cette situation sonnière par rapport aux deux trimestres précédents pendant
contraste avec les performances du trimestre précédent. La lesquels la construction avait connu des niveaux d’activité parti-
production suivrait également un mouvement à la baisse. Le culièrement élevés. Les autorisations de construire repartent à
moral des entrepreneurs reste très mauvais pour les prochains la hausse et permettent de rester optimiste sur l’activité à venir.
mois et la demande comme la production devraient continuer à Dans le bâtiment non résidentiel, au contraire, les mises en
se dégrader. chantier et les autorisations de construire sont en net recul par
rapport au 2e trimestre.
BÂTIMENT : RALENTISSEMENT SAISONNIER
Au 3e trimestre, les entrepreneurs haut-normands du sec- COMMERCE DE DÉTAIL : À LA HAUSSE
teur de la construction évaluent toujours leur activité à la
hausse. Cette progression semble plus marquée dans le En septembre-octobre, les chefs d’entreprise haut-nor-
second-œuvre que dans le gros-œuvre. Elle accuse toutefois mands du commerce de détail considèrent que le volume de
un léger tassement par rapport au trimestre précédent, surtout leurs ventes repart à la hausse, après avoir diminué en juil-
dans le domaine de la charpente-couverture. Par ailleurs, si let-août. Cette progression se manifeste surtout dans les hyper-
l’activité est estimée à la hausse dans le logement, elle semble marchés. A l’inverse, le volume des ventes aurait nettement
en repli dans le bâtiment non résidentiel. Les carnets de com- reculé dans les autres commerces de détail, notamment ceux
mande ne restent que timidement orientés à la hausse et se dé- de l’électroménager et de la photographie. Parallèlement, les
garnissent même dans l’installation. Les chefs d’entreprise effectifs sont jugés à la hausse dans l’ensemble du secteur
prévoient cependant une nouvelle hausse de leur activité mais tendraient à se réduire dans les grandes surfaces. Pour la
durant les prochains mois. fin de l’année, les entrepreneurs prévoient une diminution de
leurs effectifs tout en restant optimistes sur le niveau des
commandes.
MÉTHODOLOGIE
COMMERCE DE GROS : LA DÉGRADATION SE POURSUIT
Cette note a été établie d’après les résultats des enquêtes nationales de
conjoncture menées par l’Insee auprès des entreprises du secteur concur-
Selon les entrepreneurs, les ventes du commerce de grosrentiel. Les résultats régionaux sont obtenus par pondération des résultats
nationaux. Les coefficients servant à cette sont construits à haut-normand en septembre-octobre poursuivent une dégrada-
partir de la masse salariale issue des DADS (Déclarations Annuelles de
tion qui n’avait pas faibli en juillet-août. Cette baisse est généra-
Données Sociales) répartie par secteur d’activité.
lisée à toutes les branches et s’accélère particulièrement pourCes enquêtes sont réalisées tous les trois mois dans l’industrie et le bâti-
ment et tous les deux mois dans le commerce. le commerce de gros de produits chimiques. Les effectifs se
Les résultats sont exprimés en solde d’opinion (différence du nombre de ré-
sont bien ressaisis mais cette amélioration semble ne pas
ponses en hausse et du nombre de réponses en baisse rapportée au
devoir se poursuivre lors des prochains mois. Enfin, les com-nombre total de réponses).
mandes devraient encore faiblir en novembre-décembre
AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 51 - Janvier 2006 7

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.