La création d'entreprises en Haute-Normandie : 2001, une année stable

De
Publié par

Après une mauvaise année 2000, la création d'entreprises en Haute-Normandie stagne en 2001. Les créations d'entreprises nouvelles enregistrent cependant une progression soutenue qui compense en partie les mauvais résultats de l'année précédente. Par effet de rattrapage également, l'emploi nouveau, créé ou sauvegardé, est en progression notable. Les transferts d'établissements restent en grande partie limités à l'espace régional. La Haute-Normandie reste peu attractive car elle perd plus d'établissements qu'elle n'en attire.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 11
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

LA CRÉATION D’ENTREPRISES EN HAUTE-NORMANDIE
2001, une année stable
André BOHL
mouvements d’une année sur l’autreAprès une mauvaise année assez conformes à ce que l’on observe
sont la construction, le commerce detraditionnellement. Le tissu productif2000, la création d’entreprises
détail et l’hôtellerie-restauration : nonhaut-normand se renouvelle d’un
en Haute-Normandie stagne en
seulement ces entreprises se renouvel-dixième tous les ans ; en France, ce taux
2001. Les créations d’entreprises lent plus vite que les autres mais ellesest de 11,1%. De ce point de vue, la
sont aussi plus souvent réactivées ounouvelles enregistrent Haute-Normandie n’arrive qu’au quin-
reprises.zième rang des régions françaises decependant une progression
Si l’on compare les deux départe-métropole.
soutenue qui compense en ments haut-normands, on s’aperçoit que
partie les mauvais résultats de la création d’entreprise ex-nihilo est un
peu moins fréquente dans l’Eure qu’enLES CRÉATIONS NOUVELLESl’année précédente. Par effet de
Seine-Maritime (56,9% contre 59,3%).REDÉMARRENT…rattrapage également, l’emploi
En revanche, la part des reprises d’entre-
nouveau, créé ou sauvegardé, prises dans les créations est légèrementAvec plus de 3 000 créations pures,
est en progression notable. Les plus forte (22,6% contre 21,9%).l’année 2001 s’est révélée assez favo-
rable. La région s’est démarquée de latransferts d’établissements
tendance hexagonale qui était à la stabi-restent en grande partie limités
…LES CRÉATIONS D’EMPLOIS SUIVENTlisation. Ce bon chiffre régional permet
à l’espace régional. La de rattraper une partie des résultats
La bonne tenue des créations cetteHaute-Normandie reste peu 2000 en baisse (-3,6% contre +4,2% en
année a eu des répercussions positivesFrance). Néanmoins, la Haute-Nor-attractive car elle perd plus
sur l’emploi (5 110 emplois créés ou sau-mandie demeure moins dynamique que
d’établissements qu’elle n’en
vegardés, soit +7,7% par rapport à 2000la moyenne nationale : son taux de créa-
attire. contre +1,2% pour la France). Plus de lation pure (5,8%) reste inférieur de
moitié des créations d’emplois salariés1,4 point à la moyenne nationale.
ont eu lieu dans les trois secteurs duLes activités qui subissent le plus de
urant l’année 2001, 5 070 entre-D prises se sont créées en
TAUX DE CRÉATION D’ENTREPRISES PAR RÉGION EN 2001
Haute-Normandie. Cette évolution traduit
Languedoc-Roussillonune stabilisation par rapport à l’année
Provence-Alpes-Côte d’Azur
précédente (-0,3%), presque compa- Corse
Aquitainerable à la France (-0,5%). Un an aupara-
France
vant, l’évolution était de -3,9% pour la Midi-Pyrénées
Ile-de-Francerégion et de +1,2% pour l’hexagone.
Rhône-Alpes
Dans notre région, la part des entre- Pays de la Loire
Lorraineprises créées de toutes pièces est tou-
Bretagne
jours plus faible qu’en France : sur cent Alsace
Poitou-Charentesentreprises créées en Haute-Normandie,
Basse-Normandie
on compte 59 créations nouvelles, Nord-Pas-de-Calais
Haute-Normandie19 réactivations et 22 reprises.
Picardie
Le secteur tertiaire reste le plus créa- Centre
Franche-Comtéteur avec 78% des créations essentielle-
Champagne-Ardenne
ment dans l’hôtellerie, le conseil et Bourgogne
Auvergneassistance ou le commerce de détail. La
Limousin
création d’entreprises concerne aussi 0 2 4 6 8 10 12 14 16
beaucoup le bâtiment.
Source : INSEE - Fichier DEMO/SIRENE Unité : %Les résultats de l’année 2001 sont
24 CAHIER D’AVAL n° 61 - Juillet 2002
ACTIVITÉS
ÉCONOMIQUESLES CRÉATIONS D’ENTREPRISES EN 2001 trepris le chemin inverse en cinq ans.
Eure Seine-Maritime Haute-Normandie France Les transferts d’établissements inté-
Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % ressent aussi les salariés. Entre 1997 et
Créations pures 961 57,0 2 045 60,4 3 006 59,3 177 027 65,4
2001, ils étaient près de 32 000 salariés
Réactivations 345 20,4 608 18,0 953 18,8 51 995 19,2
concernés par ces transferts d’établisse-
Reprises 382 22,6 730 21,6 1 112 21,9 41 560 15,4
ments, dont 7 200 emplois pour la seule
Ensemble 1 688 100,0 3 383 100,0 5 071 100,0 270 582 100,0
année 2001. Sur cinq ans, le solde néga-
Source : INSEE - Fichier DEMO/SIRENE
tif concernant les établissements se ré-
percute un peu sur l’emploi. En effet, la
LES CRÉATIONS D’ENTREPRISES PAR SECTEUR EN 2001
Seine-Maritime a perdu 292 emplois sa-Pures Réactivations Reprises Total
lariés et l’Eure en a gagné 152, donnantEnsemble 3 010 950 1 110 5 070
dont un solde négatif de 140 emplois. Les
Construction 17,4 12,9 7,0 14,3
transferts d’établissements étant princi-Commerce de détail 17,2 21,1 25,8 19,8
palement limités à la région, près de neufConseil et assistance 14,8 5,8 1,8 10,3
salariés sur dix ont gardé une localisa-Hôtels, restaurants 3,5 18,3 32,0 12,5
Sous total 52,9 58,1 66,6 56,9 tion régionale. En 2001, plus de la moitié
Autres 47,1 41,9 33,4 43,1 ont changé d’adresse sur la même com-
mune de travailSource : INSEE - Fichier DEMO/SIRENE Unités : création, %
Champ : industrie, commerce, services marchands hors agriculture et activités financières
commerce (1 365 postes salariés), de la Globalement, la Haute-Normandie LA CRÉATION D’ENTREPRISES
construction (705) et de l’hôtellerie-res perd un peu plus d’établissements-
Les nouvelles entreprises peuvent avoir troistauration (530). qu’elle n’en attire : une soixantaine
origines différentes : les créations «ex-nihilo»
Les créations d’entreprises ex-nihilo depuis cinq ans dont la moitié dans
ou créations «pures», les réactivations (cons-
ont permis l’embauche de 1 410 salariés, l’Eure. Les transferts entre les départe- tituées d’entités momentanément mises en
sommeil) et enfin les reprises d’unités parles reprises, la sauvegarde de 3 260 em ments de la Haute-Normandie sont-
une personne physique ou morale de moyens
plois et les réactivations d’entreprises assez rares. 140 d’entre eux ont quitté la de production existants.
ont généré 440 emplois. Seine-Maritime pour l’Eure et 110 ont en-
Par exemple, dans l’industrie textile,
secteur peu générateur d’emplois,
TYPOLOGIE DES TRANSFERTS ENTRE 1997 ET 2001 EN HAUTE-NORMANDIE
135 emplois ont été créés ou sauvegar-
Nombre d’établissements Répartition (en %)
dés. Dans les services, ce sont les activi-
Transferts internes à la Haute-Normandie 7 491 78,3
tés récréatives et sportives et les Dont
Transferts intracommunaux 3 547 37,1
services opérationnels qui ont été les Dans l’Eure 911 9,5
En Seine-Maritime 2 636 27,6plus porteurs : respectivement 139 et
Transferts intercommunaux mais intradépartementaux 3 693 38,6181 emplois supplémentaires. Dans l’Eure 1 035 10,8
En Seine-Maritime 2 658 27,8
Transferts interdépartementaux 251 2,6
de l”Eure vers la Seine-Maritime 111 1,2
de la Seine-Maritime vers l’Eure 140 1,5DES TRANSFERTS D’ÉTABLISSEMENTS
Tranferts entre la Haute-Normandie et le reste de la France 2 077 21,7ESSENTIELLEMENT LIMITÉS
de l’Eure vers le reste de la France 461 4,8
À LA RÉGION du reste de la France vers l’Eure 433 4,5
de la Seine-Maritime vers le reste de la France 607 6,3
du reste de la France vers la Seine-Maritime 576 6,0
Les transferts d’établissements Ensemble des transferts concernant la Haute-Normandie 9 568 100,0
concernent en moyenne 1 900 unités par Source : INSEE - Fichier DEMO/SIRENE
an. Depuis 1997, les établissements
haut-normands sont relativement plus LA CRÉATION D’ENTREPRISES PAR EFFECTIF SALARIÉ AU DÉMARRAGE EN 2001 EN HAUTE-NORMANDIE
mobiles et cette tendance s’est un peu Créations pures Reprises Réactivations Ensemble
Effectif salarié
au démarrage Nombre % Nombre % Nombre % Nombre %accentuée en 2001 (+3,3%). L’essentiel
Pas de salarié 2 525 84,0 560 50,4 787 82,6 3 872 76,4de ces mouvements se fait à l’intérieur
Un à deux salariés 333 11,1 288 25,9 113 11,9 734 14,5même de la région (80%) voire dans le
Trois à cinq salariés 101 3,4 135 12,1 34 3,6 270 5,3
département d’origine pour les trois
Six à neuf salariés 26 0,9 70 6,3 15 1,6 111 2,2
quarts. Il s’agit aussi pour 40% d’entre
Dix salariés et plus 21 0,7 59 5,3 4 0,4 84 1,7
eux de déménagements sur une faible
Ensemble 3 006 100,0 1 112 100,0 953 100,0 5 071 100,0
distance.
Source : INSEE - Fichier DEMO/SIRENE Unités : entreprise, %
Champ : industrie, commerce, services marchands hors agriculture et activités financières.
CAHIER D’AVAL n° 61 - Juillet 2002 25

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.