La création d'entreprises en Haute-Normandie en 2003 : Une vrai reprise

De
Publié par

Après trois années moroses, la création d'entreprises en 2003 s'est nettement redresssée. Classées parmi les moins dynamiques, la région retrouve un taux de création un peu plus proche de la moyenne nationale. Les entreprises totalement nouvelles sont en forte progression, en particulier dans le secteur tertiaire. Leur activité est plutôt tournée vers le commerce, l'hôtellerie ou la restauration. Cependant, les services aux entreprises de conseil ou d'assistance sont également bien représentées. Ces structures créées ex nihilo ou faisant l'objet de reprises pourvoient cependant peu d'emplois au démarrage. En 2003, elles ont été relativement peu créatrices d'emploi.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 6
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

LA CRÉATION D’ENTREPRISES EN HAUTE-NORMANDIE EN 2003
Une vraie reprise
Christian CAMESELLA
André BOHL
LES CRÉATIONS D’ENTREPRISES EN 2003Après trois années moroses, la
Eure Seine-Maritime Haute-Normandie Francecréation d’entreprises en 2003
Nombre % Nombre % Nombre % Nombre %
s’est nettement redressée. Créations pures 1 167 62,0 2 306 63,1 3 473 62,7 199 333 67,9
Classées parmi les moins Réactivations 368 19,5 641 17,5 1 009 18,2 54 320 18,5
Reprises 348 18,5 711 19,4 1 059 19,1 39 942 13,6dynamiques, la région retrouve
Ensemble 1 883 100,0 3 658 100,0 5 541 100,0 293 595 100,0
un taux de création un peu plus
Source : INSEE - Fichier DEMO/SIRENE Unités : création, %
Champ : industrie, commerce, services marchands hors agriculture et activités financièresproche de la moyenne
nationale. Les entreprises
tions d’entreprises, d’envergure natio- jours le moteur de la création d’entrepri-
totalement nouvelles sont en nale, est d’égale importance en ses en région comme en France. Les
Seine-Maritime (+18%) et dans l’Eure créations les plus fréquentes se retrou-forte progression, en particulier
(+19%). Elle est surtout portée par les vent dans les activités commerciales
dans le secteur tertiaire. Leur
créations ex-nihilo (650 unités supplé- dont beaucoup sont des créations pures.
activité est plutôt tournée vers mentaires) et en partie
par les réactivationsle commerce, l’hôtellerie ou la
LES CRÉATIONS D’ENTREPRISES PAR SECTEUR EN 2003(+170 entreprises
restauration. Cependant, les EN HAUTE-NORMANDIE
réactivées).
Pures Réactivations Reprises Totalservices aux entreprises de
Ensemble 3 473 1 009 1 059 5 541
conseil ou d’assistance sont dont
LE TERTIAIRE CRÉE Construction 15,3 11,7 5,5 12,7également bien représentés. Ces
TOUJOURS Commerce de détail 19,8 26,0 25,5 22,0
structures créées ex nihilo ou DE NOUVELLES Conseil et assistance 14,1 6,1 2,4 10,4
UNITÉS…faisant l’objet de reprises Hôtels, cafés, restaurants 4,7 16,7 35,4 12,7
Sous total 53,9 60,5 68,8 57,8pourvoient cependant peu
L’analyse par sec-
Autres 46,1 39,5 31,2 42,2
d’emplois au démarrage. En teur d’activité montre
Source : INSEE - Fichier DEMO/SIRENE Unités : création, %
que le tertiaire reste tou- Champ : industrie, commerce, services marchands hors agriculture et activités financières2003, elles ont été relativement
peu créatrices d’emploi.
TAUX DE CRÉATION D’ENTREPRISES PAR RÉGION EN 2003
Languedoc-Roussillon
Provence-Alpes-Côte d’Azuru cours de l’année 2003, 5 540
CorseA entreprises se sont créées en Aquitaine
Midi-PyrénéesHaute-Normandie. C’est une forte évolu-
Rhône-Alpes
tion par rapport aux trois années précé-
France
dentes puisque les créations augmentent Poitou-Charentes
Ile-de-Francede 19%, chiffre largement supérieur à la
Pays de la Loire
moyenne nationale (+9%). Le tissu pro- Alsace
Bretagneductif régional s’est renouvelé de 10,7%.
Lorraine
Ce bon résultat place la région au 13e Haute-Normandie
Basse-Normandierang des régions françaises (elle était au
Nord-Pas-de-Calais
19e rang en 2002), à 0,9 point de la
Franche-Comté
moyenne nationale. Seules les régions Centre
Picardiedu sud méditerranéen avec l’Aquitaine et
Champagne-Ardenne
Rhône-Alpes dépassent ce seuil. Le lan- Bourgogne
Limousinguedoc-Roussillon, région la plus dyna-
Auvergne
mique de ce point de vue, se situe à un
0 2468 10 12 14 16
taux de 15,7%.
Source : INSEE - Fichier DEMO/SIRENE Unité : %Cette forte augmentation des créa-
26 CAHIER D’AVAL n° 67 - Juillet 2004
ACTIVITÉS
ÉCONOMIQUESLes créations dans le «conseil et l’assis- tend toutefois à se resserrer : 6,7% en LA CRÉATION D’ENTREPRISES
tance aux entreprises», souvent créées Haute-Normandie contre 7,9% en
Les nouvelles entreprises peuvent avoir trois
de toutes pièces, et les hôtels, cafés, res- France.
origines différentes : les créations «ex-nihilo»
taurants, qui font le plus souvent l’objet ou créations «pures», les réactivations (cons-
de reprises sont aussi dynamiques. Dans tituées d’entités momentanément mises en
sommeil) et enfin les reprises d’unités parle secondaire, les créations concernent …MAIS LES CRÉATIONS
une personne physique ou morale de moyens
plus fréquemment les entreprises du bâ- ET LES SAUVEGARDES de production existants.
timent totalement nouvelles. D’EMPLOIS DIMINUENT
Le renouvellement du tissu productif
est mesuré par le taux de création pure. Ce contre-choc sur la création d’en- souvent qu’habituellement, des créations
Même bien orienté, le taux régional treprises ne se traduit pas par une re- de toutes pièces. Par rapport à 2002, la
accuse encore un écart avec la moyenne montée de la création d’emplois, en création ou la sauvegarde d’emplois en
nationale de 1,2 point, différentiel qui partie car les unités créées sont, plus région a diminué de plus d’un cinquième
tandis que ce volume a été à peine main-
tenu en France (-0,4%). Les créationsLA CRÉATION D’ENTREPRISES PAR EFFECTIF SALARIÉ AU DÉMARRAGE EN 2003 EN HAUTE-NORMANDIE
pures ont ainsi généré 15% d’emplois enCréations pures Réactivations Reprises EnsembleEffectif salarié
moins (1 280 salariés), les reprises d’ac-
au démarrage Nombre % Nombre % Nombre % Nombre %
tivité ont sauvegardé 28% d’emplois en
Pas de salarié 2 947 84,9 870 86,2 547 51,7 4 364 78,8
moins (2 650 salariés), seules les réacti-
Un à deux salariés 394 11,3 81 8,0 262 24,7 737 13,3
vations voient leurs effectifs augmenter
Trois à cinq salariés 90 2,6 40 4,0 141 13,3 271 4,9
de 7% (520 salariés). Plus de la moitié
Six à neuf salariés 28 0,8 9 0,9 54 5,1 91 1,6
des emplois créés ou sauvegardés
Dix salariés et plus 14 0,4 9 0,9 55 5,2 78 1,4
(53,5%) sont logiquement des emplois
Ensemble 3 473 100,0 1 009 100,0 1 059 100,0 5 541 100,0
de commerce (1 064 postes salariés), de
Source : INSEE - Fichier DEMO/SIRENE Unités : entreprise, %
l’hôtellerie-restauration (715) ou de laChamp : industrie, commerce, services marchands hors agriculture et activités financières.
construction (599)
LES DÉFAILLANCES D’ENTREPRISES EN 2003 : UNE NETTE AMÉLIORATION
En Haute-Normandie, 750 entreprises (soit 1,7% du total ré- des suppressions d’emplois sont imputables aux dix plus
gional), concernant 3 900 salariés ont fait faillite au cours de importantes cessations. Dans le bâtiment, 560 emplois ont
l’année 2003. En baisse régulière depuis 1996, on observe été supprimés. Dans les services, ce sont les entreprises de
une stabilisation pour la période 2001-2002. Cette année est transport qui ont été les plus touchées (-260 emplois), sui-
marquée par une baisse des faillites d’entreprises (-5,7%) et vies des entreprises de services opérationnels (230) et de
une forte baisse du nombre de salariés concernés. En 2003, l’hôtellerie-restauration (210).
la Haute-Normandie se positionne au
quatorzième rang des régions fran-
çaises quant à son taux de défaillan-
TAUX DE DÉFAILLANCE DES ENTREPRISES PAR SECTEUR EN 2003
ces, derrière le Limousin et
Industrie IAA
l’Aquitaine et devant Poitou-Charen-
Industrie hors IAAtes et Midi-Pyrénées.
En région, comme au niveau national, Construction
les plus importants taux de défaillan- Commerce et réparation automobile
ces sont observés dans la construc-
Commerce de gros Haute-Normandie
tion, les transports et l’industrie hors
FranceCommerce de détail
IAA. La grande majorité des entrepri-
Hôtels, cafés, restaurantsses défaillantes sont des sociétés,
essentiellement des SARL (53%), et Transports et télécommunications
des entreprises individuelles (arti- Activités immobilières
sans, artisans-commerçants et
Services aux entreprises
commerçants).
Services aux particuliers
En 2003, on note une forte proportion
0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0de suppressions d’emplois dans l’in-
dustrie (45,3%), particulièrement Source : INSEE - Fichier DEMO/SIRENE Unité : %
dans l’habillement-cuir et la métal-
lurgie (-910 emplois). Près du tiers
CAHIER D’AVAL n° 67 - Juillet 2004 27

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.