La création d'entreprises en Haute-Normandie en 2005 : Les créations d'entreprises conservent un niveau élevé

De
Publié par

Plus de 6 000 entreprises ont été créées en 2005 en Haute-Normandie, ce qui reste un niveau élevé, bien qu'en recul de 3,8 % par rapport à 2004. Avec un taux de création de 11,2 %, la Haute-Normandie se situe à 0,7 point au-dessous de la moyenne nationale et se classe au 15e rang des régions françaises. Le commerce de détail et la construction attirent toujours les créateurs mais pour la première fois, en 2005, une création sur deux intervient dans les services. dans tous les secteurs d'activité, les créations sont un peu moins nombreuses qu'en 2004 sauf dans les services aux entreprises où elles augmentent de 3,5 %. Le dynamisme des créations est particulèrement élevé dans l'immobilier (+ 18 %).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

LA CRÉATION D’ENTREPRISES EN HAUTE-NORMANDIE EN 2005
Les créations d’entreprises conservent un niveau élévé
Isabelle BIGOT
André BOHL
maintientàunniveauélevéaprèsdeux Seine-Maritime(- 4 %)quedansl’EurePlus de 6000 entreprises ont été
années de très forte augmentation.En (- 3,3 %). Ces baisses sont surtout lecréées en 2005 en
2003 en effet, un certain nombre de fait des créations par reprise qui ontHaute-Normandie, ce qui reste
mesures ont été prises par les pou- chuté de 10,8 % en Seine-maritime et
un niveau élevé, bien qu’en
voirs publics afin de favoriser la créa- de 8,9 % dans l’Eure. Les créations
recul de 3,8% par rapport à tion d’entreprises. Le tissu productif pures sont restées dynamiques, avec
2004. Avec un taux de création haut-normand s’est renouvelé de un niveau en léger retrait par rapport à
de 11,2%, la Haute-Normandie 11,2 % ce qui place la région au 15e 2004 mais supérieur de 16 % à celui
rangdesrégionsfrançaisesà0,7 point de 2003 dans l’Eure et de + 10 % ense situe à 0,7point au-dessous
au-dessous de la moyenne nationale. Seine-Maritime.de la moyenne nationale et se
Seules les régions du sud méditerra- Sur 100 entreprises créées enclasse au 15e rang des régions
néen, l’Aquitaine et Rhône-Alpes dé- 2005, 64 sont totalement nouvelles
françaises. Le commerce de
passent ce seuil. (créations pures), 18 sont des reprises
détail et la construction attirent Cette légère diminution des créa- et 18 des réactivations. Le taux de
toujours les créateurs mais pour tions d’entreprise, également cons- création pure, qui mesure le dévelop-
la première fois, en 2005, une tatée en France est plus sensible en pement du tissu productif, s’élève à
création sur deux intervient
dans les services. Dans tous les TAUX DE CRÉATION D’ENTREPRISES PAR RÉGION EN 2005
secteurs d’activité, les créations
Languedoc-Roussillon
Provence-Alpes-Côte d’Azursont un peu moins nombreuses
Corse
Aquitainequ’en 2004 sauf dans les
Pays de la Loire
Rhône-Alpesservices aux entreprises où elles
France métropolitaine
Poitou-Charentesaugmentent de 3,5%.
Midi-Pyrénées
Ile-de-FranceLe dynamisme des créations est
Nord-Pas-de-Calais
Centreparticulièrement élevé dans
Franche-Comté
Bretagnel’immobilier (+18%).
Lorraine
Haute-Normandie
Basse-Normandie
Alsace
Picardie
urant l’année 2005, 6 055 en- Bourgogne
Champagne-ArdenneDtreprises ont été créées en
Limousin
AuvergneHaute-Normandie.Le nombre de créa-
02468 10 12 14 16
tionsestenlégèrebaisseparrapportà
Source : INSEE - REE (SIRENE) Unité : %l’année précédente (- 3,8 %), mais se
Champ : industrie, commerce, services marchands hors agriculture et activités financières
LES CRÉATIONS D’ENTREPRISES EN 2005
Eure Seine-Maritime Haute-Normandie France
Évolution Évolution Évolution Évolution Évolution Évolution Évolution Évolution
2004-2005 2003-2005 2004-2005 2003-2005 2004-2005 2003-2005 2004-2005 2003-2005
2005 (%) (%) 2005 (%) (%) 2005 (%) (%) 2005 (%) (%)
Créations pures 1 358 - 2,8 16,4 2 544 - 1,3 10,3 3 902 - 1,8 12,4 224 829 0,4 12,8
Réactivations 399 0,3 8,4 675 - 5,9 5,3 1 074 - 3,7 6,4 51 164 - 5,0 -5,8
Reprises 360 - 8,9 3,4 719 - 10,8 1,1 1 079 - 10,2 1,9 40 832 - 3,3 2,2
Ensemble 2 117 - 3,3 12,4 3 938 - 4,0 7,7 6 055 - 3,8 9,3 316 825 - 1,0 7,9
Source : INSEE - REE (SIRENE) Unités : entreprise, %
Champ : industrie, commerce, services marchands hors agriculture et activités financières
26 CAHIER D’AVAL n° 73 - Juin 2006
ACTIVITÉS
ÉCONOMIQUESaprès avoir progressé de 2,4 % en rapidement (+ 4 %) en 2005.
TAUX DE CRÉATION
2004. Dans le secteur de l’immobilier, quiC’est le rapport entre le nombre de créa-
tions observées au cours de l’année n et le En Haute-Normandie, 1 365 entre- représente 4 % des créations d’entre-
stock d’entreprises au 1er janvier de cette
prises se sont créées dans le secteur prisesenHaute-Normandie,lenombre
même année n.
des services aux entreprises, soit une d’entreprises créées a évolué de 51 %
LES DIFFÉRENTS TYPES DE progression de 3,5 %. Les créations entre 2003 et 2004. En 2005, il pro-
CRÉATIONS D’ENTREPRISES
avaient déjà progressé de 21 % en gresse encore de 18 % pour atteindreLes entreprises créées peuvent être des
créations pures, des reprises ou des 2004. Cette évolution est portée par 250 créations.Au niveau national, l’im-
réactivations.
les activités de conseils et assistance mobilierestégalementtrèsdynamique
Une création est dite pure si l’activité
exercée ne constitue pas la poursuite d’une et par le secteur de l’immobilier. En avec une progression des créations de
activité de même type exercée antérieure- 2005, 695 créations ont été enregis- 7 % en 2005 et de 18 % en 2004.
ment au même endroit par une autre
trées dans le secteur du conseil et de Le commerce reste un secteurentreprise.
Une création est dite par reprise lorsqu’il y l’assistance qui représente une créa- jouant un rôle important dans les créa-
a reprise de tout ou partie des moyens de
tion sur dix, soit 11,5 % de plus qu’en tions avec 28 % d’entre elles.En 2005,production d’une autre entreprise, rachat ou
location gérance d’un fonds de commerce. 2004. Les entreprises de conseil en celles-cienregistrentunreplide9 %et
On comptabilise une création par réactiva-
systèmes informatiques, de réalisation retrouvent un niveau inférieur à celui
tion dans les cas où une personne physique
reprend une activité non salariée après l’a- de logiciels et de matériel informatique de 2003.
voir interrompue. contribuent largement à cette évolu- Les créations d’entreprises ont di-
tion. Au niveau France entière, la part minué dans tous les secteurs du com-
des créations relevant du conseil et de merce. Dans le commerce de détail,7,2 % en 2005 dans la région, soit 0,3
l’assistance est plus élevée mais le quireprésenteunecréationsurcinq,le
pointdemoinsqu’en2004etilrestein-
nombre de créations a évolué moins nombre d’entreprises créées se replieférieur de 1,3 point au taux national de
8,5%.
LES CRÉATIONS D’ENTREPRISES PAR SECTEUR EN 2005 EN HAUTE-NORMANDIE
Pures Réactivations Reprises Total %HAUSSE DES CRÉATIONS DANS LES
Industrie 224 95 126 445 7,4SERVICES AUX ENTREPRISES
Construction 687 157 77 921 15,3
Commerce 1 054 303 319 1 676 27,9
En 2005, les services aux person- Dont Commerce de détail 762 256 265 1 283 21,4
nes concentrent 27 % des créations et Services aux entreprises 1 145 169 51 1 365 22,7
Dont Immobilier 184 59 8 251 4,2
les services aux entreprises en repré-
Conseil et asistance 615 68 12 695 11,6
sentent 23 %. Au total, une entreprise Services aux personnes 792 350 506 1 648 27,4
Dont Hôtels, cafés, restaurants 149 194 399 742 12,4sur deux est créée dans le domaine
Ensemble 3 902 1 074 1 079 6 005 100,0des services, contre 47,5 % en 2004.
Source : INSEE - REE (SIRENE) Unités : entreprise, %En Haute-Normandie au cours de
Champ : industrie, commerce, services marchands hors agriculture et activités financières
l’année 2005, 1 650 entreprises de
services aux personnes se sont
LES CRÉATIONS D'ENTREPRISES EN HAUTE-NORMANDIE
créées, soit 1,5 % de moins qu’en
2 0002004 mais 2,7 % de plus qu’en 2003.
Le secteur de l’hôtellerie-restaura-
tion se renouvelle très rapidement et 1 500
contribuepourunelargepartauxcréa-
tions de services aux personnes. Il re-
1 000présente 12,3 % du total des
entreprises créées en Haute-Nor-
mandie et 37 % des reprises. Cepen- 500
dant, en 2005, les créations sont en
repli de 3 % après avoir progressé de
0
8 % en 2004. Ce sont les créations Industrie Construction Commerce Services Services
aux entreprises aux particulierspures qui expliquent cette évolution
avec un recul de 11 %. En France, le 2002 2003 2004 2005
nombre de créations dans ce secteur
Source : INSEE - REE (SIRENE) Unité : entreprise
Champ : industrie, commerce, services marchands hors agriculture et activités financièresd’activité a reculé de 6,5 % en 2005
CAHIER D’AVAL n° 73 - Juin 2006 27LA CRÉATION D’ENTREPRISES PAR EFFECTIF SALARIÉ AU DÉMARRAGE EN 2005 EN HAUTE-NORMANDIEde 2,3 % en 2005 après le niveau
Créations pures Réactivations Reprises Ensemblerecord de 1 300 créations enregistré
Nombre % Nombre % Nombre % Nombre %
en 2004. Il se maintient toutefois à un
Pas de salarié 3 354 86,0 977 91,0 591 54,8 4 922 81,3
niveau élevé, supérieur de 5 % au
Un à deux salariés 397 10,2 67 6,2 280 25,9 744 12,3
nombre de créations de 2003.Le com-
Trois à cinq salariés 99 2,5 20 1,9 133 12,3 252 4,2
merce de gros connaît une désaffec- Six à neuf salariés 27 0,7 7 0,7 58 5,4 92 1,5
tion avec un nombre de créations en Dix salariés et plus 25 0,6 3 0,3 17 1,6 45 0,7
chute de 33 % en 2005. De même, le Ensemble 3 902 100,0 1 074 100,0 1 079 100,0 6 055 100,0
commerce et la réparation automobile Source : INSEE - REE (SIRENE) Unités : entreprise, %
Champ : industrie, commerce, services marchands hors agriculture et activités financières.
reculent de 9 %.
Danslesecondaire,c’estlesecteur
de plus en plus souvent adopté par les ses créées en 2005 n’emploient aucundu bâtiment qui se trouve être le plus
chefs d’entreprises. Au niveau natio- salarié et 86 % des créations pures neporteur avec 15,2 % du total des créa-
nal,depuis2004,plusd’uneentreprise génèrent que l’emploi de l’entrepre-tions et 18 % des créations pures.
neur. Depuis 2000, les créations d’en-Dans ce secteur, le nombre de créa- surdeuxestcrééeaveclestatutdeso-
ciété. En 2005, les créations de socié- treprisessanssalariéontprogressédetions intervenues au cours de l’année
40 %, celles d’entreprises ayant au2005 est inférieur de 2,4 % à celui de tés augmentent de 0,2 %, celles
d’entreprises individuelles diminuent moins un salarié évoluant de 24 %.2004 mais reste à un niveau très
En 2005, l’emploi salarié généré ouau-dessus de l’année 2003. Au niveau de 6,1 %. Le statut le plus fréquent au
sein des entreprises individuelles sauvegardé au sein des entreprisesnational, les créations d’entreprises de
créées a diminué de 9,4 % en Franceconstruction ont progressé de 1,6 %. créées est celui de commerçant
(22 %), le statut d’artisan étant adopté et représente 2 %de l’emploi salarié.IlDans l’industrie, qui représente 7 %
des créations, le nombre d’entreprises dans 12,5 % des cas. Dans 36 % des a par contre progressé de 1,1 % en
cas, les créateurs d’entreprises choi- Haute-Normandie et atteint 3 445 em-créées en Haute-Normandie recule de
12,7 % contre - 3,7 % en France. sissent de se déclarer en SARL. Le plois ; ce nombre est toutefois moins
nombre de créations sous cette forme importantqu’en2003où4 450emplois
juridique progresse de 2,9 % en 2005. avaient été créés ou sauvegardés.
La loi pour l’initiative économique de 22 % de ces emplois relèvent du bâti-LE STATUT DE SOCIÉTÉ
2003 prévoit un assouplissement des ment,18 %del’hôtellerie-restauration,DE PLUS EN PLUS ADOPTÉ
règles de création de ce type de 12 % du commerce de détail et 10 %PAR LES CRÉATEURS D’ENTREPRISES
société. des industries agro-alimentaires (qui
Les créations, reprises ou réactiva- incluent les boucheries charcuteries etParmi l’ensemble des entreprises
créées en 2005 en Haute-Normandie, tions d’entreprises permettent de gé- les boulangeries). Les entreprises de
nérer ou sauvegarder des emplois. En conseil et assistance en emploient61 % sont des entreprises individuel-
les et 39 % des sociétés. Ce statut est Haute-Normandie, 80 % des entrepri- 5,5%❏
FLÉCHISSEMENT DES DÉFAILLANCES D’ENTREPRISES EN 2005
En Haute-Normandie, 802 entreprises l’hôtellerie-restauration (2,3%). La majorité
TAUX DE DÉFAILLANCE D'ENTREPRISES EN 2005concernant 3 200 salariés ont fait faillite des entreprises défaillantes sont des SARL
durant l’année 2005, soit un taux de défail- (54%) et 39% sont des entreprises indivi-
Haute-
lance de 1,9% (*). L’année 2005 est marquée duelles (artisans, artisans-commerçants et Normandie France
par un léger tassement des faillites d’entre- commerçants).
Industries agro-alimentaires 2,0 1,4prises, inférieures de 1% à celles enregistrées Les défaillances d’entreprises industrielles
en 2004 et par une baisse de 20% du nombre sont à l’origine de 1 050 suppressions de Industries hors IAA 2,2 2,1
de salariés concernés. La Haute-Normandie postes, soit le tiers des salariés concernés. Construction 2,4 2,8
se positionne en 2005 au dixième rang des ré- Dans le secteur de la construction, les failli-
Commerce et réparation automobile 1,3 2,0
gions françaises pour son taux de défaillance, tes ont provoqué la disparition de 570
Commercedegros 2,0 2,5
ex-aequo avec les régions Rhône-Alpes et postes. Dans les services opérationnels,
Commerce de détail 1,5 1,5Aquitaine, derrière la Bourgogne et Midi-Pyré- elles sont à l’origine de 325 suppressions de
Transports et télécommunications 2,0 2,2nées et devant la Champagne-Ardenne et la postes.
Picardie. Activités immobilières 1,1 1,0
En Haute-Normandie, les plus importants (*) Taux de défaillance : rapport entre le nombre de dé- Services aux entreprises 1,8 1,9
faillances observées dans l’année et le stock d’entrepri-taux de défaillances sont observés dans les aux particuliers 2,0 1,9ses au premier janvier, ramenés aux mêmes activitéssecteurs de l’hôtellerie-restauration (2,5%), la dont hôtels, cafés, restaurants 2,5 2,3après exclusion des catégories juridiques ne pouvant
construction (2,4%) et l’industrie hors IAA faire l’objet d’une défaillance (nouveau mode de calcul Ensemble 1,9 2,0
(2,2%). Au niveau national, les faillites les pour 2005). Ces taux ne sont donc pas directement
Source : INSEE - REE (SIRENE) Unité : %plus fréquentes sont observées dans la cons- comparables à ceux publiés dans les bilans des années
truction (2,8%), le commerce de gros (2,5%) et précédentes.
28 CAHIER D’AVAL n° 73 - Juin 2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.