La croissance se confirme

De
Publié par

Le premier semestre 2004 confirme la reprise entamée à la fin de l'année 2003. Le produit intérieur brut a progressé de près de 1,5 % sous l'effet d'une consommation des ménages particulièrement vigoureuse. Les Pays de la Loire ont bénéficié de cette embellie. L'emploi salarié a enregistré une reprise au deuxième trimestre après avoir stagné au premier trimestre. Le taux de chômage ligérien s'est légèrement infléchi. Les prévisions nationales pour la fin de l'année sont toutefois en demi-teinte.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 25
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/pays-de-la-loire
N° 30. Novembre 2004
La croissance
se confirme
A REPRISE amorcée en France en Après avoir augmenté de 1 % au pre-Le premier semestre
fin d’année 2003 se confirme au mier trimestre 2004, les dépenses ont2004 confirme la reprise
premier semestre 2004. Après progressé au deuxième trimestre à unentamée à la fin L rythme plus modéré (0,6 %), sous l’effetune hausse de 0,8 % au premierde l’année 2003.
trimestre 2004, le produit intérieur brut notamment d’une diminution des dépen-
Le produit intérieur brut a poursuivi sa progression au deuxième ses en énergie. Les dépenses de consom-
a progressé de près mation des administrations publiquestrimestre avec une augmentation de
de 1,5 % sous l’effet se sont accrues légèrement plus au0,7 %.
d’une consommation des deuxième trimestre 2004 qu’au premierCette croissance s’est inscrite dans un
(+ 0,9 % contre + 0,5 %).ménages particulièrement contexte international porteur. Malgré
vigoureuse. L’investissement des entreprises a con-un ralentissement au printemps, les
tinué à bénéficier de la bonne tenue deLes Pays de la Loire économies américaines et chinoises
la demande des ménages, de celle desont restées dynamiques. Toutefois, lesont bénéficié de cette
l’extérieur et de conditions financièresexportations françaises ont augmenté àembellie. L’emploi salarié
particulièrement favorables. Il a poursuiviun rythme plus faible au premier semestrea enregistré une reprise
sa hausse tout au long du semestre,2004 qu’en fin d’année 2003. La demande,au deuxième trimestre avec une nette accélération au deuxièmenotamment celle des États-Unis s’est
après avoir stagné au trimestre (+ 1,9 %). L’investissement eninfléchie, et les exportations vers ce pays
premier trimestre. logement des ménages a suivi la mêmerestent pénalisées par l’appréciation de
Le taux de chômage tendance. En revanche, celui des admi-l’euro. Les importations ont progressé
nistrations publiques est resté quasi-ligérien s’est légèrement depuis le début de l’année et leur rythme
ment stable par rapport au deuxièmeinfléchi. Les prévisions de croissance s’est accéléré au deuxième
semestre 2003.trimestre. Au total, le solde du commercenationales pour la fin
extérieur a contribué négativement àde l’année sont toutefois Pour répondre à la forte demande interne,
l’évolution du PIB.en demi-teinte. la production a progressé au premier
La croissance a été portée par une con- semestre 2004 au même rythme qu’au
sommation vigoureuse des ménages. second semestre 2003. Dans l’industrie,
Les dépenses ont été particulièrement la hausse a continué et a atteint 0,6 % auAline CLÉMOT
fortes pour les biens durables comme deuxième trimestre. Elle a été particu-Laurence HAUTBOIS
Christelle RIEG l’automobile et l’équipement du foyer. lièrement soutenue dans l’industrieConjoncture
La croissance se confirme
automobile alors que dans la branche Du côté des entreprises, avec le ralen- dans l’industrie de biens d’équipement.
énergie, la production a diminué. Pour tissement de la demande, l’investisse- Celle-ci a stabilisé ses emplois, après
l’ensemble des services, du commerce ment serait toujours favorable mais à un toutefois une baisse de 0,7 % en début
et de la construction, la croissance au rythme ralenti (+ 0,9 % par trimestre). d’année. Le recul de l’emploi industriel
premier semestre s’est poursuivie à un La hausse du prix du pétrole aurait est particulièrement marqué dans l’indus-
rythme proche de celui du second surtout un impact sur les taux de trie des biens de consommation. Ce
semestre 2003 (+ 0,9 % par trimestre). marge, les entreprises ne répercutant secteur enregistre sur les deux premiers
Le commerce a enregistré une progres- pas instantanément la hausse sur leurs trimestres 2004 des pertes respectives
sion plus soutenue au deuxième trimestre prix de vente. de 1,8 % et de 1,1 %. L’industrie auto-
(+ 1,2 %) du fait du dynamisme de la mobile, malgré un premier trimestre
Suite à la croissance de l’activité enre-
consommation des ménages en bien favorable (+ 0,4 %), a connu un prin-
gistrée depuis mi 2003, l’emploi salarié
d’équipement. temps morose en enregistrant une baisse
marchand devrait redémarrer progressi-
de 1,6 % de ses effectifs. La croissance
Malgré la forte croissance de l’activité vement au second semestre 2004.
des emplois d’intérim dans l’industrie
enregistrée depuis la mi 2003, l’emploi Les effectifs augmenteraient d’environ
atténue ce constat de diminution des
salarié des secteurs marchands non 40 000 emplois. Dans les branches non
effectifs industriels.
agricoles est resté quasiment stable au marchandes, l’emploi reculerait du fait
premier semestre 2004. Les effectifs de la diminution du nombre de bénéfi- Dans les services, l’emploi a progressé
ont augmenté de 0,1 % au deuxième ciaires de contrats aidés. Au total, de 0,8 % au deuxième trimestre. Cette
trimestre après avoir enregistré un recul 6 000 emplois seraient créés au second hausse se retrouve dans l’ensemble
de 0,1 % au premier trimestre. L’indus- semestre 2004. La population active des composantes des services, mais
trie a continué à perdre des emplois au diminuerait, du fait notamment du dispo- elle est tout particulièrement prononcée
même rythme sur les deux premiers sitif de retrait d’activité des salariés aux dans les services aux particuliers
trimestres 2004 (- 0,6 % par trimestre). carrières longues. Le taux de chômage (+ 0,9 %), et l’éducation, santé, action
En revanche, après une stabilité au baisserait aussi de 0,1 point par rapport sociale (+ 0,7 %). Sur un an, les effec-
premier trimestre, les effectifs du secteur à la fin du premier semestre pour tifs des services ont augmenté de
tertiaire, ont augmenté de 0,3 % au s’établir à 9,8 % en fin d’année. 1,6 %. L’emploi dans la construction a
deuxième trimestre. également progressé tout au long du
semestre : + 1 % au premier trimestreLégère reprise de l’emploi
et + 0,5 % au second. Ainsi, de juinUne croissance plus modérée salarié ligérien début 2004
pour le second semestre 2004
La croissance soutenue de l’activité L’intérim ligérien orienté
Au deuxième semestre 2004, la crois- économique enregistrée au premier à la hausse fin juin 2004
sance en France devrait revenir sur un semestre 2004 s’est répercutée modé-
Avec 39 500 équivalents-emploisrythme de 0,5 à 0,6 % par trimestre. En rément sur l’évolution de l’emploi dans
à temps plein en fin de deuxième
moyenne annuelle, elle atteindrait ainsi les Pays de la Loire. Au deuxième tri- trimestre 2004 (en données corrigées
2,4 % en 2004 contre 0,5 % en 2003. mestre, l’emploi salarié des secteurs des variations saisonnières), l’intérim
Aux États-Unis, l’activité continuerait marchands non agricoles a augmenté régional est en hausse de 2,4 %
toutefois à ralentir, notamment sous de 0,4 %, après avoir enregistré une par rapport à la fin de l’année 2003,
l’effet d’une moindre augmentation du stabilité au premier trimestre. Ce regain soit près de 950 postes supplémentaires.
Avec l’amélioration de la conjoncturepouvoir d’achat des ménages. En Chine, de dynamisme permet une évolution
au premier semestre 2004, l’industrieles importations ralentiraient égale- positive sur un an de l’emploi salarié
ligérienne a enregistré une hausse dement, indiquant probablement une ligérien (+ 0,3 % entre juin 2003 et
4,9 % du nombre de postes d’intérim
modération de la demande intérieure. juin 2004).
par rapport à fin 2003. Dans la
La hausse du prix du pétrole pèserait construction, le volume de travailAu deuxième trimestre 2004, l’industrie
sur l’ensemble des pays industrialisés. temporaire a évolué plus modérémentligérienne a de nouveau perdu des em-
(+ 2,5 %). Dans le secteur tertiaire,La consommation des ménages revien- plois (- 0,6 %). Les effectifs de tous les
l’emploi intérimaire a reculé (- 4 %).
drait vers un rythme de croissance plus secteurs industriels ont reculé, excepté
modéré. Le pouvoir d’achat des ménages Reprise de l'emploi intérimaireAugmentation de l’emploi ligérien
continuerait de s’améliorer et l’inflation re- dans les Pays de la Loireau premier semestre 2004
au deuxième trimestre 2004culerait, du fait notamment des accords
Évolution de l’emploi salarié par département Nombre d’équivalents temps pleins en milliersentre industriels et grands distributeurs edepuis le 4 trimestre 1997 en données corrigées
50des variations saisonnièrespour réduire les prix de marque et de la
128stabilisation du prix du tabac. La hausse
CVS
124du prix du pétrole se répercuterait directe-
40
ment sur les prix de l’énergie mais n’aurait 120
Brutpas d’effet dominant sur l’inflation. Au total, 116
les dépenses de consommation des
112
30
ménages enregistreraient une hausse de
Loire-Atlantique108
Maine-et-Loire0,8 % au deuxième semestre. Parallèle-
Mayenne104
Sarthement, les dépenses d’investissement
Vendée 20100
1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004en logement des ménages devraient 1997 1998 2000 2001 20021999 2003 2004
Source : Ministère du Travail-Daresralentir à la fin de l’année. Source : INSEE, exploitation des bordereaux URSSAF
2
INSEE PAYS DE LA LOIRE - LA CROISSANCE SE CONFIRME - NOVEMBRE 2004Diminution du taux de chômage de la Loire entre juin 2003 et juin 2004
ligérien au premier semestre 2004 alors que la tendance est à la hausse
Premier semestre favorableTaux de chômage corrigé des variations saisonnières sur l’ensemble de l’Hexagone (+ 1,1 %).
en fin de chaque trimestre (en % des actifs) pour l’industrie agroalimentaire
13 ligérienne
Maintien dans l’industrie
12
Selon les chefs d’entreprise ligériens,
11 Au premier semestre 2004, selon les la demande adressée aux industries
chefs d’entreprise, le rythme de10 agroalimentaires (IAA) s’est raffermie
France croissance de la demande adressée aux depuis le début de l’année 2004,9
s’approchant de sa moyenne de longindustriels ligériens a fortement pro-
8 terme. Les entreprises ont puisé dansPays de la Loire gressé. Le phénomène s’est même ac-
7 leurs stocks pour répondre à cettecentué au deuxième trimestre. Au
demande accrue mais la production6 niveau national, la reprise des investis-
1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 a également augmenté sur le premiersements a largement compensé, au
Source : INSEE, taux de chômage calculés selon la définition semestre. Les effectifs ligériens de ce
du Bureau International du Travail printemps, le léger ralentissement de la secteur ont suivi la même tendance.
consommation des ménages. De plus, Au niveau national, la conjoncture a été2003 à juin 2004, il a augmenté de
selon les chefs d’entreprise ligériens, la moins favorable. En effet, la production2,3 %, la plus forte progression de la
demande extérieure, quelque peu ralen- s’est stabilisée au deuxième trimestrerégion par secteur d’activité. Les effec-
après une augmentation de 1 % autie au premier trimestre, s’est nette-
tifs du commerce ont, quant à eux, aug- premier.ment redressée par la suite dans les
menté de 0,5 % au deuxième trimestre
Pays de la Loire, dépassant sa moyenne Les industriels ligériens deaprès une quasi-stabilité en début d’année.
de long terme. Cette évolution est l’agroalimentaire prévoient toutefois
en partie due à l’augmentation de la un fléchissement de leur activitéHausse du chômage
demande étrangère en biens d’équipe- au troisième trimestre 2004, entraînépour les jeunes femmes
par un ralentissement général de laments et intermédiaires. Pour répondre
demande. Parallèlement, les effectifsAprès une légère remontée au second
se stabiliseraient.semestre 2003, le taux de chômage
ligérien a connu une baisse au premier Progression constante de la demande
semestre 2004. Fin juin 2004, il s’éta- industrielle ligérienne
blit à 8,2 %, soit 0,2 point de moins que Écart entre le pourcentage des chefs d'entreprises
estimant l'activité en hausse et le pourcentagefin décembre 2003. De juin 2003 à juin
de ceux la jugeant en baisse (en CVS)
2004 , le taux de chômage a ainsi pro- Les biens d’équipement
40
gressé de 0,1 point, au même rythme progressent au premier
30
qu’au niveau national. L’écart par rap- semestreProduction
20port à la France reste donc stable de-
Prévisions Au niveau national, l’activité dans le
10puis un an, à 1,7 point. secteur des biens d’équipement a été
0 favorable au premier semestre 2004.À la fin du premier semestre 2004,
Demande
- 10 La production a progressé de 1,1 %102 600 demandeurs d’emploi de caté-
au deuxième trimestre après une
- 20gorie 1 étaient inscrits à l’ANPE (en don-
hausse de 1,9 % au premier
nées observées) dans la région. Si leur - 30 trimestre. Cette croissance a été1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
nombre a diminué au cours du premier soutenue par la demande intérieure.Source : INSEE-enquêtes de conjoncture nationales repondérées
semestre, il demeure supérieur de 3 ,4 % selon la structure de la masse salariale régionale En effet, l’investissement des
à celui de juin 2003. Dans l’Hexagone, entreprises en biens d’équipement
la progression annuelle est de 2,1 %. En s’est accéléré en fin de semestre
à cette progression de la demande, les après un début d’année déjà favorable.Pays de la Loire, elle touche en premier
Les dépenses de consommation deslieu les jeunes de moins de 25 ans, dont entreprises ligériennes auraient de nou-
ménages demeurent soutenues et lesveau puisé dans leurs stocks.le nombre a augmenté de 4,6 %. Cette
exportations progressent légèrement.progression reste inférieure à celle
Le rythme de croissance de la produc-
observée au niveau national (+ 5,6 %). Selon les chefs d’entreprises ligériens,tion industrielle ligérienne a été bien
Les jeunes femmes sont particulière- la demande a augmenté tout
orienté tout au long du semestre, particulièrement pour les biensment touchées par la dégradation du
marquant toutefois un léger ralentisse- d’équipement mécanique, entraînantmarché du travail. De juin 2003 à juin
ment au deuxième trimestre. Ce ralentis- une production soutenue dans ce2004, le nombre de jeunes femmes ins-
sement de la production ligérienne secteur. La production de lacrites à l’ANPE en Pays de la Loire a
s’observe tout particulièrement dans construction navale, aéronautique et
progressé de 6,5 % contre 2,3 % pour ferroviaire a également progressé,l’industrie des biens de consommation.
les jeunes hommes. Le nombre de de- notamment en fin de semestre. Les
mandeurs d’emploi âgés de 25-49 ans a Pour les mois à venir, les perspectives perspectives pour les trois prochains
cru plus vite dans la région que sur l’en- des chefs d’entreprise ligériens sont mois des entrepreneurs régionaux
semble de la France tandis que le nom- bien orientées. La demande se situerait sont bonnes : la demande continuerait
d’être orientée à la hausse, enbre des plus de 50 ans se replie tant toujours à la hausse. La production
particulier dans la constructiondans la région qu’au niveau national. Le serait elle aussi en augmentation. Les ef-
navale, aéronautique et ferroviaire.nombre de personnes inscrites à l’ANPE fectifs industriels continueraient toute-
La production demeurerait stable.depuis un an ou plus (chômage de lon- fois à décroître, mais à un rythme moins
gue durée) a diminué de 1,2 % en Pays important qu’aux trimestres précédents.
3
INSEE PAYS DE LA LOIRE - LA CROISSANCE SE CONFIRME - NOVEMBRE 2004La croissance se confirme
Tableau de bord du deuxième trimestre 2004
France métropolitaine Pays de la Loire Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée
2003 2004 2003 2004 2003 2004 2003 2004 2003 2004 2003 2004 2003 2004
Éévolution de l'emploi salari
a)u deuxièmet*rimestre (en % -*0,1 + 0,1 + 0,3 + 0,4+40,2+40,+10,+20, -00, 00, 02, -50,+80, + 0,
Nombre d'équivalents temps plein
d7ans l'intérim au mois de juin 5274 79 624 77 41 542 44 373135 949146 027751874930203380728489077102 7 98
Taux de chômage fin juin CVS
(8en % des actifs) 99, 9, 8,1 8,2 92,0 95, 85, 89, 59, 58, 70, 81, 72, 7,
C5réations d'entreprises au premier semestre1152 23 176 39 6 395 7 59727662311119181546 440 437 882 9471932 1 55
-7dont créations pures 1501 60 122 96 3 886 4 792107042708 737 939 205 289 582 640 612 82
Nombre de logements ordinaires commencés
asuperemiere7mestr 1249 11 170 03 11 813 13 51445649555311742114 728 636134415933319 3 24
Nombre de logementsordinaires autorisés
aru premier seemest 1966 194 206 23 12 233 16 52047726655023022978 9911115164112663515 4 40
Immatriculations de voitures neuvesu cours du premier seemest 10069 200 1 067 80 41 950 40 300187 758126 567587776023682356679560806768 6 75
Nombre de nuitées dans l'hôtellerie
d/e mai à août en (milliers) /// // 2 431 024 2 555 62215040 53918113 304511 654931 521709 201722 022797 823109 485871 79 579 27
Sources : INSEE, MES-DARES
* La source utilisée pour la France métropolitaine n’est pas identique à celle utilisée pour la région et les 5 départements
CVS : corrigé des variations saisonnières.
Ces données sont aussi disponibles sur internet à l’adresse www.insee.fr/pays-de-la-loire à la rubrique « conjoncture ».
le plus à cette augmentation (+ 30 %). 73 % des entrepreneurs ont déclaré ren-Ralentissement de la
La construction de locaux non résiden- contrer des difficultés de recrutementcroissance dans le bâtiment
tiels, qui s’était redressée en fin d’année au deuxième trimestre contre 64 % au
Après l’accélération en fin d’année 2003, s’est de nouveau détériorée au cours des sept dernières années.
2003, l’activité du bâtiment dans les premier semestre 2004. La construction
Pour le second semestre 2004, lesPays de la Loire a retrouvé son rythme de bureaux et d’équipements collectifs
entrepreneurs ne prévoient pas de chan-de long terme au premier semestre pour la santé est en retrait au premier
gement notable du volume d’activité.2004. Elle est surtout soutenue par le semestre 2004 par rapport à 2003 alors
Le niveau des carnets de commandedynamisme des chantiers privés. En que les mises en chantier de locaux
demeurerait élevé (5,1 mois). Avec plus derevanche, la demande publique manque du commerce, d’enseignement et de la
16 500 logements autorisés au cours dude ressort. culture ont progressé. L’activité dans le
premier semestre 2004, la construction
secteur des travaux d’entretien-rénovationLa demande des particuliers en matière de logements neufs tirerait l’ensemble
s’est accélérée sensiblement au coursde logements neufs reste vigoureuse, de l’activité du bâtiment.
du premier semestre 2004, sous l’effetmême si le rythme de croissance a
du prolongement du taux de TVA àralenti selon les chefs d’entreprise. Des
5,5 % pour ces travaux. Elle dépassetaux d’intérêt attractifs et des condi-
ainsi sa moyenne de long terme. Danstions fiscales favorables soutiennent
un contexte d’activité du bâtiment plusl’investissement des ménages. Ainsi,
modérée, les effectifs continuent d’aug-plus de 13 500 logements ont été mis DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
Pierre MULLERmenter légèrement. Mais les tensions suren chantier sur les six premiers mois de
RÉDACTRICE EN CHEFle marché du travail demeurent élevées :2004, soit une hausse de 11 % par
Emmanuelle WALRAET
rapport au premier semestre 2003. Ce SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
Gabrielle BRIZARDsont les mises en chantier de logements
MISE EN PAGEen immeubles collectifs qui contribuent Activité en hausse
Jean Marc CHÉNÉ
dans l’hôtellerie
IMPRIMEUR
Croissance plus modérée La Contemporaine - Sainte-Luce-sur-Loire
De mai à août 2004, plus de 1,4 milliondans la construction neuve
Prix : 2,20 €de touristes ont séjourné dans lesau premier semestre 2004
hôtels de 0 à 4 étoiles de la région. Photos : INSEE
Écart entre le pourcentage des chefs d'entreprises eDépôt légal 3 trimestre 2004 - ISSN 1633-6283Malgré une météo peu favorable, ils y
estimant l'activité en hausse et le pourcentage CPPAP 0707 B 06116 - Code Sage IETU03044ont passé 2,5 millions de nuitées, soitde ceux la jugeant en baisse (en CVS) © INSEE Pays de la Loire - Novembre 2004
une augmentation de 5,1 % par rapport50 Abonnement annuel complet :
Travaux entretien-amélioration
Études (mensuel) + Dossiers : 60 €40 à la même période de 2003.
30 Abonnement annuel Études : 20 €Ces premiers résultats de la saison
20 touristique se caractérisent par un recul
10 de fréquentation de la clientèle
0
bâtiments neufs étrangère (- 6,4 %), plus que compensé
- 10 INSEE Pays de la Loirepar la hausse de la clientèle française
- 20
logements neufs (+ 7,8 %). Tous les départements 105, rue des Français Libres
- 30
ligériens ont enregistré une augmentation BP 67401 – 44274 NANTES Cedex 2- 40
de la fréquentation hôtelière.- 50 Tél. : 02 40 41 75 75 – Fax : 02 40 41 79 39
1997 1998 2000 2002 2003 20041999 2001
Informations statistiques au 0825 889 452
Source : INSEE-enquêtes de conjoncture nationales repondérées
€ la minute)(0,15 selon la structure de la masse salariale régionale
4 INSEE PAYS DE LA LOIRE - LA CROISSANCE SE CONFIRME - NOVEMBRE 2004

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.