La logistique : une diffusion récente dans les établissements de transport de Provence-Alpes-Côte d'Azur

Publié par

Alors que 56% des établissements de transport de la région déclarent faire de la logistique, seulement 2,4% d'entre eux sont spécialisés dans ce domaine. La logistique s'est diffusée ces dernières années dans l'ensemble du secteur des transports. Les plus jeunes établissements de ce secteur bénéficient davantage du mouvement « d'externalisation » lancé par les entreprises industrielles et commerciales. La logistique "externalisée" se développe mieux dans et autour des grandes villes de la région et à proximité des plateformes de distribution. Trois pôles émergent dans les Bouches-du-Rhône : Marseille, l'est de l'étang de Berre et le nord du département.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 25
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
SUD INSEE N° 45  décembre 2001 l'essentiel La logistique : une diffusion récente dans lesétablissements de transport de ProvenceAlpesCôte dAzur
Alors que 56% desétablissements de transport de la région déclarent faire de la logistique, seulement 2,4 %dentre eux sont spécialisés dans ce domaine. La logistique sest diffusée ces dernières années dans lensemble du secteur des trans ports. Les plus jeunesétablisse ments de ce secteur bénéficient davantage du mouvementdex ternalisationlançépar les entrepri ses industrielles et commerciales. La logistiqueexternaliséese développe mieux dans et autour des grandes villes de la région etàproxi mitédes plateformes de distribu tion. Trois pôlesémergent dans les BouchesduRhône : Marseille, lest de l’étang de Berre et le nord du département.
Dans les années 1970, les entreprises in dustrielles ont commencé àconfier le transportàdes soustraitants. Elles ont ensuiteexternalisé”les différentes fonctions logistiques. Les années 1980 ont dabord vu lexternalisation du stoc kage, puis celle dopérations plus com plexes, telles que la préparation de commandes, le conditionnement des marchandises ou lapprovisionnement justeàtemps (1). Plus récemment, des
C INSEE2001
parties entières de certaines chaînes logistiques ontétéconfiéesàdes sous traitants ouàdes partenaires. Cest par exemple le cas de Volkswagen qui confieàun logisticien le soin de récep tionner en Espagne des pièces fabri quées en Asie, de les préparer, de les acheminer vers lusine de montage et de les monter sur les véhicules. Ceci per met aux entreprises industrielles et com merciales de libérer des ressources pour investir dans leur métier principal. Ainsi, dynamique deséchanges etexternalisa tionsont les moteurs de la croissance de la logistique.
La logistique mobilise les décideurs lo caux, les projets de développement en région ProvenceAlpesCôte dAzur en témoignent (cf. encadrésur les platefor mes logistiques), de même que le foi sonnement de travauxàvisée théorique, et lesétudes dont le but est de cerner les besoins et les potentialités de tel ou tel lieu (Clesud par exemple, sur les com munes de Grans et Miramas). Mais le caractère diffus de la fonction logistique rend difficile l’établissement dunétat des lieux régional.
Les résultats dune enquête originale permettent d’étudier la diffusion de la logistique pour compte dautrui dans les établissements de transports terrestres de la région (cf. encadré “pour com prendre ces résultats). La méthode re tenue conduitàdistinguer lesétablisse ments qui font principalement du trans (1) Les objets transportés sont livrés juste avant leur réutilisation (transformation,étiquetage, re conditionnement...). Cela correspond aussiàun approvisionnementàflux tendu.
SUD INSEE l'essentiel
N° 45  décembre 2001
port, ceux qui s’occupent du stockage et ceux qui assurent d’autres fonctions logistiques.
L’organisation du transport reste la fonction logistique la plus courante
Les fonctions de logistique les plus fré quentes dans les établissements de la région sont celles qui ont été externali sées les premières. Ceci concerne l’or ganisation du transport routier et de la distribution, la facturation pour le compte de clients et la préparation des commandes. Ce sont les opérations les plus facilement réalisables par des éta blissements de transport qui diversi fient leurs compétences. En effet, elles
ne requièrent pas de matériel spécifique ou onéreux.
En revanche, les opérations sur la mar chandise comme le conditionnement  reconditionnement (qui nécessitent par fois des investissements en matériel spécifique) et, dans une moindre me sure, l’étiquetage, sont assez peu ré pandues dans la région. Ces fonctions peu présentes sont aussi celles qui se rapprochent de l’intervention directe sur la marchandise, auxquelles le monde des transports n’est pas habitué, et celles qui ont été externalisées le plus récemment par les entreprises in dustrielles.
Dans la grande majorité des cas, les fonctions de logistique sont davantage
Plateformes logistiques et terminaux railroute en ProvenceAlpesCôte d’Azur
assurées dans les établissements qui avaient moins de cinq ans au moment de l’enquête. Les cas les plus parlants sont l’organisation de la distribution (assurée par 32 % des jeunes établisse ments et seulement 17 % des plus an ciens), le contrôle qualité (respective ment 19% et 10%), et les opérations directes sur la marchandise (condition nement et reconditionnement). La seule exception notable est le cas des servi ces pour le compte de clients (assu rance, facturation), qui sont beaucoup plus souvent présents dans les établis sements anciens (peutêtre du fait de relations de confiance établies avec leurs clients).
Ainsi, les établissements créés avant 1994 semblent relativement moins sen
Vo ie ou verte au se rvice voyag eurs Paris D ou ble voie é lect rifié e D ou ble voie n on éle ctr ifiée Vo ie uniq ue é lect rifié e Grenoble Vo ie uniq ue n on éle ctr ifiée C he min s d e f er de Pro ve nce Vo ie ou verte au Br ian çon Valen ce se rvice march andi sesseul emen t D ou ble voie é lect rifié e Vo ie uniq ue n on éle ctr ifiée L ign e à Gra nde Vites se Liv ro n sur Dr ome Vo ie LGV C han ti errailro ute Termi nal àcon te neu rsGap Torino Embru n II IPl ateformelo gistiqu eTERMINALRAILROUTEVey ne sD évo luy Aspr es su r Bue ch D' IGN NCOU TINE D’AVIGNONCOURTINE e n noi r: Existan t e n roug e: Proj etTERMIN ALRAIL ROUTE D'AVIIGNO NCHAMPFLEURY Extensiond'AvignonCourttine Bo llèn e Sist er on Te nd e Ch ât ea u Arn ouxDignelesBains Or an ge Sa int Aub an Ca rp en tra s Br eil su r RoyaGenova Avignon S rgue s PO LELO GI STI QUEMULTI SIITES PLATEFORMEDEMIRAMASGRA NS "CLESUD" "ORIUS" à CAVAILLO N I I CHANTIERRAILROUTE"CLESUD" p tCHANTI ER RAI L RO UTEDUPO LE A "ORIIUS" à CAVAIILLO N Ca vaillo nVin timiglia Man os qu e Ta ras conr go n Pe rtu is Nice Ra ng uin Mey rar gu es Salo n de Pro ve nce Arle s C an nes ira mas MontpellierAixe n Pro ven ce Ras sue n I str es Ro gn ac G ar da nn eLes Arc s Vitr olle sSa int Ra ph aë l Por deBouc qu e Ch ât ea un eufTERMINALRAILROUTE le sMa rtig ue sDE MARSEILLE CANET I Au bag neCar no ule s Marseille La Lo nd e PLATEFOR MEDE FOS DISTRIPO RTRESTRUCTURATIONDU La Pau line les Mau re s TERMINALRAILROUTE TERMINAL ACONTENEURS TERMINAL A CONTENEURS D E MARSEILLECAN ET La Ciot atFOS GRAVELLEAUd e l'Eq uipe men tRé gion aleDir ect ion Hy ère s MAR SEIILLE MOUREPI ANE Pro ve nce Alp es Cô ted'Azu r MODERNISATIONDUTERMINAL A MENA GEMENT DUTERMINAL ToulonSEPTEMB RE2001
Aujourd’hui, la région ProvenceAlpesCôte d’Azur cherche à tirer parti de ses atouts géographiques (au croisement des échanges nordsud et estouest), démographiques (grande concentration de population) et de la présence de ports de commerce (essentiellement MarseilleFos), et joue la carte de la lo gistique. A titre d’exemple, on peut citer les plateformes multimodales de GransMiramas, FossurMer et Cavaillon, réalisées et en cours de réalisation, auxquelles il convient d’ajouter les chantiers railroute de MarseilleCanet, NiceSaintRoch, AvignonCourtine et Champfleury, et Cavaillon.
C INSEE2001
SUD INSEE N° 45  décembre 2001 l'essentiel sibles à la diffusion de la logistique,Les jeunes établissements davantage concernés par la logistique tandis que les unités plus récentes bé Part des établissements concernés dans le transport terrestre en % néficieraient davantage du mouvement Principales opérations deEtablissements Etablissements Ensemble d’externalisation initié par les entrepricréés avant 1984logistique réaliséescréés après 1994 ses industrielles et commerciales, surOrganisation du transport routier55 4851 tout en ce qui concerne les fonctions Facturation pour le compte de clients25 4033 apparues récemment (contrôle qualité, Organisation de la distribution32 1724 opérations sur la marchandise). Par ail Assurance pour le compte de clients17 2420 leurs, 41,5 % des établissements décla Préparation des commandes14 1414 rent ne pas faire du tout de logistique. Service aprèsvente17 1013 Ce sont surtout de petits transporteurs,1319 10Contrôle qualité très nombreux dans la région.12Juste à temps13 11 Organisation du transport maritime11 910 Suivi des envois11 910 43 % des établissements Gestion douanière9 109 à dominante logistique Etiquetage 136 9 travaillent avec les ports Organisation du transport fluvial9 78 Intervention sur site5 118 Les ports, en tant que points de rupture Conditionnement 126 8 de charge, génèrent des traitements lo Reconditionnement 104 7 gistiques. Il n’est donc pas surprenant er Source : Enquête activités liées à la mer, 1999  2000, INSEE  PAM et DADS au 1janvier 1999 de constater que, dans la région, plus les établissements font de la logistique, ports de MarseilleFos essentiellement, La proximité des grandes plus ils ont de chance d’être liés aux mais aussi de Toulon et de Nice. agglomérations est le ports. Par exemple, quand la part des principal facteur de localisation établissements de transport qui travail Cette liaison entre logistique et activi lent avec les ports est dans l’ensemble tés portuaires apparaît de nouveau dans La logistique se développe mieux dans de 36 %, elle passe à près de 80 % pourles raisons de localisation des établis et autour des grandes villes. Ce constat les établissements spécialisés dans la sements. La proximité d’un port est le est valable en ProvenceAlpesCôte logistique, il est vrai peu nombreux. premier motif de localisation cité par d’Azur comme dans d’autres régions les établissements à dominante logis françaises. En effet, Toulon, Avignon, Plus généralement, les établissementstique (67,2%). Dans le même sens, Marseille, AixenProvence, Nice et à dominante logistique représententtous les établissements à dominante lo leurs environs concentrent la très 13 % des établissements interrogés, etgistique de FossurMer, de PortSaint grande majorité des établissements 43 %d’entre eux se déclarent “liés”LouisduRhône et d’Avignon, la majo concernés. Cavaillon constitue toute aux ports de la région, c’estàdirerité de ceux de Nice et de Marseille tra fois une exception due à la filière des qu’ils traitent des marchandises à desvaillent avec un ou des ports de la région fruits et légumes frais. La proximité tination ou en provenance directe des(cf. carte page 4). des plateformes de distribution est un autre facteur important de localisation Plus de quatre établissements sur dix à dominante logistique liés aux ports Etablissements par activité dominante en % (Vitrolles, AixenProvence, Marseille, Brignoles, Avignon). A l’inverse, les deux départements alpins, essentielle 43 57 Dominante logistique ment ruraux (les AlpesdeHautePro vence et les HautesAlpes) ne comptent aucun établissement de ce type, et les AlpesMaritimes en comptent peu, à Dominante stockage56 44 l’exception de Nice. Enfin, de nom breux établissements sont implantés dans le département des Bouchesdu Rhône (répartis sur une vingtaine de communes). Plusieurs pôles émergent à Dominante transport33 67 l’intérieur du département : le plus im portant se situe à Marseille, le second 0 20 4060 80100dans les communes de l’est de l’étang de Berre, le dernier s’articule autour de Etablissements liés aux portsEtablissements non liés aux ports Source : Enquête activités liées à la mer, 1999  2000, INSEE  PAM quatre petites communes du nord du
C INSEE2001
SUD INSEEN° 45  décemb re 2001 l'essentiel La logistique se développe dans et autour des grandes villes Etablissements à dominante logistique par commune
Ardèche
Drôme
Isère
Italie
Proportion d’établissements liés aux ports dans les établissements à dominante logistique de la région
Plus de 80 De 20 à 80 Moins de 20
spécialisés dans les traitements logisti ques (2,4 %), mais une majorité d’entre eux (56 %) assure certaines opérations de logistique en plus de leur activité principale. Des enquêtes plus réguliè res pourraient confirmer ces résultats et mesurer en particulier la diffusion des différentes fonctions logistiques dans des établissements dont l’activité prin cipale reste le transport ou son organi sation.
Géraldine Planque Avignon Port Autonome de Marseille GardCarros Nice Nombre d’établissements à dominante logistique Le Muy AixenProvence Vitrolles150 La Crau 20 Marseille Toulon 3Pour comprendre ces résultats © IGN  INSEE 2001 Les résultats présentés ici sont issus d’une en Source : Enquête activités liées à la mer, 1999  2000, INSEE  PAM quête originale, réalisée par l’INSEE en parte nariat avec le Port Autonome de Marseille et département, à proximité des pôlesceux des emplois de transport terrestre l’Observatoire Régional des Transports. Son objectif était de mesurer l’impact des ports de la d’AvignonLe Pontet et de Cavaillonen ProvenceAlpesCôted’Azur (cf. région sur le secteur des transports terrestres L’IslesurlaSorgue. SUDINSEE l’essentiel n°40, juinet de la logistique en ProvenceAlpesCôte d’Azur. Le champ était celui du transport pour 2001). compte d’autrui et de la logistique externe (ex En fin de compte, les lieux d’implantacluant en particulier la grande distribution). tion des établissements assurant desLes établissements de transport terCette enquête a été effectuée exclusivement par entretien, entre novembre 1999 et mars fonctions de logistique correspondent àrestre sont très peu nombreux à être 2000. L’échantillon de 1 055 établissements La logistique  de quoi parleton ?était exhaustif pour les établissements em ployant 20 salariés ou plus et, en deçà, le résul La logistique comprend d’une part l’organisation du transport des marchandises. Elle recouvretat d’un tirage aléatoire stratifié à trois niveaux : d’autre part certaines opérations réalisées sur la marchandise ellemême comme l’étiquetage, l’em nombre de salariés, département d’implanta ballage ou le montage.tion de l’établissement et activité principale  Enfin, parce que tout doit aller très vite, certains logisticiens réalisent des opérations administratives transports routiers de marchandises de proxi pour leurs clients, comme la facturation ou le dédouanement. mité, transports routiers de marchandises in terurbains, déménagement, manutention non a logistique est une fonction en eransport, grâce au trans L xpansiondans les établissements de t portuaire, entreposage frigorifique, entrepo fert d’un certain nombre d’opérations longtemps réalisées par les entreprises industrielles ellesmê sage non frigorifique, gestion d’infrastructures mes (c’est ce qu’on appelle “l’externalisation”). Ceci se traduit par une réalité complexe, résumée par de transports terrestres, messagerie, fret ex trois schémas de relations pouvant exister entre l’industriel donneur d’ordres et le transporteur pres press, affrètement, organisation de transports tataire de logistique : internationaux...  soustraitance d’opérations techniques à des prestataires ; dans ce cas la conception et l’organisa tion de la logistique sont réalisées par le donneur d’ordres, c’est “l’externalisation technique”, commeLa synthèse des principaux résultats de cette l’empotage de conteneurs et l’étiquetage,enquête est disponible sur le site de l’Observa  délégation d’un ensemble cohérent d’opérations et codéfinition des objectifs par le prestataire ettoire Régional des Transports: www.paca. l’entreprise donneur d’ordres ; le logisticien organise souvent le transport (voire la distribution) à sonequipement.gouv.fr (section “activités de trans gré dans ce cas, c’est “l’externalisation organisationnelle”,port”/"études"), et sur le site du CRIES PACA :  le prestataire a toute liberté de conception et d’organisation pour atteindre les objectifs définis enwww.criespaca.org (section “actualités”). commun avec le donneur d’ordres : c’est “l’externalisation conceptuelle”, où le logisticien devient da vantage un partenaire qu’un soustraitant (FabbeCostes et Sirjean, cf.“Pour en savoir plus sur la lo gistique”). Les principales activités regroupées sous le terme de logistique figurent dans le tableau. Le stoc kage, la manutention et le transport proprement dit ne sont pas évoqués ici, puisqu’il s’agit de mieux connaître les activités externalisées récemment par les industriels (organisation des flux et nou veaux types de services pour le compte de clients notamment). Pour en savoir plus sur la logistique  FabbeCostes (N.) et Sirjean (S.) : “ Externalisation de la logistique des entreprises industrielles et commerciales : quelles perspectives ? ”, Communication à la SITL, 1821 mars 1997.  CRETLOG (Centre de Recherche sur les Transports et la Logistique), Université d’AixMarseille II, avenue Gaston Berger, 13625 AixenProvence Cedex 1. Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques C INSEE2001ProvenceAlpesCôte d'Azur Directeur de la publication : Pierre Audibert 17, rue Menpenti Directeur adjoint : Jean Laganier N° ADEP : 0904B05336 13387 Marseille Cedex 10 Rédacteur en chef : Annie Mulard N° ISSN : 1287292X Téléphone : 04 91 17 57 57 Prix : 2,29 euros ou 15 F Fax : 04 91 17 59 58 Pour vous abonner : Code Sage : SIE014532Monique Campana  tel : 04 91 17 59 12Internet : www.insee.fr/paca
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.