La place de Rhône-Alpes en recherche et innovation en France, en Europe et dans le monde

De
Publié par

L'objectif de compétitivité impose désormais aux régions de se positionner parmi les régions de France et d'Europe. Plusieurs types d'indicateurs sont utilisés, qui permettent de classer les régions entre elles. La mise en place du Pacte pour la recherche s'inscrit dans ce contexte.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 20
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

La recherche
La place de Rhône-Alpes en recherche et innovation
en France, en Europe et dans le monde
L'objectif de compétitivité impose désormais aux régions de se positionner parmi les régions de
France et d'Europe. Plusieurs types d'indicateurs sont utilisés, qui permettent de classer les régions
entre elles. La mise en place du Pacte pour la recherche s'inscrit dans ce contexte.
n France, la région Rhône-Alpes apparaît Mais sa part a baissé depuis 2001, de 3 points pourEpresque toujours à la deuxième place, derrière l'ensemble, de 4 points pour les publications et de 11 points
l'Île-de-France et devant Provence-Alpes-Côte d'Azur et pour les brevets.
Midi-Pyrénées : ainsi elle compte environ 11,5 % des
Activité scientifique et technique en 2004dépenses et des effectifs de recherche, publique et privée,
des 10 premières régions européennesen France, tandis que cette part est de 43 % pour
l'Île-de-France et de 6 % pour PACA et Midi-Pyrénées. Publications et brevets
Au total, ces quatre régions concentrent environ 70 % de
Part / UE25RégionRangla recherche française.
(%)
1 Ile-de-France 5,39La région Rhône-Alpes est également le plus souvent à la
2 Région de Munich 3,46deuxième place en France pour les indicateurs de
3 Région de Londres 2,74
performance de la recherche, tels que les publications et 4 Région de Stuttgart 2,64
5 Lombardie 2,16les brevets, avec des résultats plutôt supérieurs à ce que
6 Région de Cologne 2,05
représente son poids. Ainsi, en 2004, Rhône-Alpes a 7 Rhône-Alpes 1,99
8 Région d’Eindhoven 1,95produit 12,6 % des publications scientifiques françaises,
9 Danemark 1,94
et sa part a augmenté de 4 points depuis 1999. Elle 10 Région de Karlsruhe 1,78
produit 16 % des demandes de brevets européens
Source : OST
déposées depuis la France, mais cette part a baissé de
5 points entre 1999 et 2004.
En densité scientifique (publications par rapport à la
population) et technologique (brevets par rapport à laLe classement est légèrement différent si l'on mesure la
èmepopulation) Rhône-Alpes se trouve à la 20 place, alorsdensité scientifique (nombre de publications rapporté à
èmeque la région Île-de-France est à la 14 place*.la population) : Rhône-Alpes se trouve à la troisième
place derrière l'Île-de-France et l'Alsace. En termes de
Depuis quelques années, l'Union européenne tentedensité technologique (nombre de brevets rapporté à la
d'établir un tableau de bord de l'innovation (Régionalpopulation), Rhône-Alpes est la deuxième région de
innovation scoreboard - RIS). L'édition 2006 publie unFrance, l'Alsace est en troisième position.
classement des 208 régions européennes basé sur 7
indicateurs : effectifs de recherche rapportés à laRhône-Alpes en Europe. Pour une région telle que
population, dépenses de recherche (publique et privée)Rhône-Alpes, il est plus stimulant de se positionner parmi
rapportées au PIB, % de diplômés dans la population, %les régions d'Europe. L'Observatoire des sciences et
d'emploi de haute technologie dans l'industrie et dans lestechniques publie un classement des 25 premières
services, nombre de brevets rapportés à la population.régions européennes, où la région Rhône-Alpes figure
èmeen 2004 à la 8 place des régions européennes pour
èmeles publications, à la 10 place pour les brevets, et à la
* Les indicateurs de densité (données rapportées à la population ou au PIB) sont de façon générale
ème7 place pour la moyenne des deux indicateurs, ce qui moins favorables aux grandes régions que les indicateurs en volume. Cela est sensible dans ces
classements européens, mais l’est moins dans le classement français où l’écart entre l’Île-de-Franceindique une région équilibrée en recherche fondamentale
et Rhône-Alpes d’une part, entre Rhône-Alpes et les autres régions françaises d’autre part est tel queet appliquée.
l’ordre des régions n’est pas ou peu affecté.
22 L’année économique et sociale 2006 - Dossier n° 152La recherche
Dans ce classement, la région Rhône-Alpes est à la
ème Le Pacte pour la recherche en Rhône-Alpes32 place, l'Île-de-France à la 9ème place, et
èmeMidi-Pyrénées à la 30 place*.
Le Pacte pour la recherche, dont le volet législatif est la loi de
programmation pour la recherche du 18 avril 2006, concrétise la politiqueCe tableau de bord est encore expérimental, mais l'objectif
conduite depuis deux ans en faveur de la recherche. La mise en œuvreest de le rendre progressivement plus robuste. L'Union
du Pacte pour la recherche modifie profondément le système français deeuropéenne prévoit de publier son tableau de bord deux
recherche et d'innovation, et la région Rhône-Alpes en est une grande
fois par an à partir de 2007. Il sera intéressant de suivre
bénéficiaire.
la progression de ce classement au cours des prochaines
L'année 2006 est l'année de la mise en œuvre du pacte pour laannées.
recherche, dont les mesures ont entre autres pour objectif de rendre le
dispositif français de recherche plus efficace et plus lisible. Ainsi deRhône-Alpes dans le monde. Le "classement de
nouveaux outils de coopération scientifique ont été créés :
Shanghai" est un classement mondial des universités
les PRES (pôles de recherche et d'enseignement supérieur), mise enréalisé depuis quatre ans par l'Institut d'enseignement
commun des compétences des établissements d'enseignement
supérieur de l'université Jiao Tong en Chine. Il se fonde
supérieur pour une plus grande efficacité, et pour favoriser la
sur des critères tels que le nombre de prix Nobel et de reconnaissance internationale et l'attractivité des universités et grandes
médailles Fields, la fréquence de citations des chercheurs écoles ;
de l'établissement ou le nombre d'articles référencés dans les RTRA (réseaux thématiques de recherche avancée) et les RTRS
le " Science citation index-expanded ". Les premières (réseaux thématiques de recherche et de soins), hauts-lieux de
places de ce classement sont le monopole des universités coopération scientifique pour renforcer la visibilité internationale de la
anglo-saxonnes. Les universités françaises, pénalisées recherche en France ;
entre autres par leur dispersion, obtiennent des résultats les labels Carnot, pour renforcer la coopération entre laboratoires
très inférieurs à ce qui pourrait être attendu, ce qui a publics et entreprises privées et inciter les laboratoires à augmenter leur
provoqué un électrochoc dans la communauté part de recherche dite partenariale.
académique. Les mesures du Pacte pour la recherche, Les acteurs régionaux de la recherche et de l'enseignement supérieur
et plus particulièrement la création des PRES, ont pour en Rhône-Alpes se sont mobilisés, et peuvent faire état de résultats très
objectif de rendre les universités françaises plus visibles encourageants :
(cf encart ci-joint). le PRES " Université de Lyon " a été créé en mars 2007 parmi les
9 premiers PRES en France, et un PRES " Grenoble-Universités " est en
cours de constitution à Grenoble ;Dans l'édition 2006 du classement de Shanghai, on
compte 58 universités nord-américaines, 33 européennes 3 RTRA ont été labellisés en décembre 2006 sur 13 en France ;
dont 11 britanniques, et 9 de la zone Asie-Pacifique parmi 3 RTRS ont été labellisés en février 2007 sur 8 en France ;
les 100 premières. La première université française, 14 groupements de laboratoires dont 10 partiellement en
èmeParis 6, est 45 mondiale. Les deux premières Rhône-Alpes ont reçu le label Carnot sur 33 en France aux deux appels
universités rhônalpines classées figurent dans le groupe à projets de 2006 et 2007.
ème èmede la 150 à 200 place pour l'université Joseph Ces nouvelles structures s'ajoutent aux 15 pôles de compétitivité en
èmeFourier à Grenoble, et dans le groupe de la 200 à la Rhône-Alpes sur 66 en France labellisés en juillet 2005.
ème300 place pour l'université Claude Bernard à Lyon. C'est donc un nouveau paysage de la recherche et de l'innovation
qui se met en place en Rhône-Alpes, orienté vers l'excellence et la
compétitivité. La convergence thématique est remarquable, et met en
évidence quelques thèmes forts de la recherche rhônalpine, publique et
privée, qui cumulent les outils de structuration et de partenariat, et versVéronique Debisschop
lesquels convergent les moyens nouveaux, en particulier le Contrat deDéléguée régionale à la Recherche et à
projets Etat-Région 2007-2010 : les biosciences avec trois pôles majeurs
la Technologie en Rhône-Alpes (infectiologie, cancer et neurosciences), les nanosciences et les
logiciels, la chimie et l'environnement, l'énergie, l'ingénierie, les sciences
humaines et sociales.
Pour en savoir plus
Sources : Indicateurs de sciences et de technologies de l’OST 2006,
Economica.
Scoreboard européen : www.proinno-europe.eu/inno-metrics.html
L’année économique et sociale 2006 - Dossier n° 152 23
zzzzzzzzz

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.