Le chikungunya n'a pas brisé la croissance

De
Publié par

Malgré la crise du chikungunya, l'année 2006 ne cède qu'un demi-point à la croissance moyenne des dix dernières années. D'après les premiers résultats issus des comptes rapides, le produit intérieur brut de La Réunion, exprimé en monnaie constante, a progressé à un rythme estimé à 4 %, presque deux fois plus rapide que celui observé au niveau national. Par rapport à 2005, année particulièrement dynamique, 2006 marque un ralentissement estimé à 0,9 point.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 4
Tags :
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

S
Synthèse
Le chikungunya n'a pas brisé
Profils de croissance Réunion et France
Taux de croissance en volume, en %
la croissance
8 %
7 %
La Réunion
Malgré la crise du chikungunya, l’année tout les produits pétroliers, les transports,
6 %
2006 ne cède qu’un demi-point à la crois- les loyers et les produits frais. Au total,
5 %
sance moyenne des dix dernières années. effet prix et volume conjugués, le PIB de
4 %
D’après les premiers résultats issus des La Réunion exprimé à prix courants a pro-
comptes rapides, le produit intérieur brut gressé à un rythme estimé à 6,5 %. 3 %
France entière
de La Réunion, exprimé en monnaie cons-
2 %
tante, a progressé à un rythme estimé à
Plus d’investissement et plus
1 %
4 %, presque deux fois plus rapide que
0 %
celui observé au niveau national. Par rap-
d’emplois
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005* 2006*
port à 2005, année particulièrement dyna-
Comme en 2005, l’investissement est le
mique, 2006 marque un ralentissement * Estimations issues des comptes rapides pour La Réunion
principal pourvoyeur de croissance : avec
estimé à 0,9 point.
un niveau record supérieur à 3 milliards
politiques publiques incitent à la création de dynamique vertueuse et marque le secteur
L’épidémie a pesé sur les résultats avec le d’euros, il génère, toutes choses égales
nouveaux postes de travail. Pour la des services aux particuliers dont les effec-
recul du tourisme externe, un impact
par ailleurs, 2,7 points de croissance. Au
deuxième année consécutive, le total des tifs reculent de 3,1 % par rapport à 2005.
significatif sur l’activité du BTP au pemier
second rang, la consommation des ména-
revenus distribués par le secteur marchand
trimestre et la chute de la consommation
ges, traditionnellement le principal
Le PIB moyen par habitant de La Réunion,
progresse de plus de 10 %. Sur l’ensemble
au premier semestre. Elle n’a cependant
moteur de l’économie réunionnaise, est
exprimé en monnaie courante, progresse de
de l’année, l’emploi salarié marchand non
pas compromis les moteurs de la crois- freinée au premier trimestre par la crise du
5,2 %, plus vite qu’au rythme moyen observé
agricole progresse de 4,7 %, meileur résultat
sance globale réunionnaise. Sur les autres chikungunya et procure 2,2 points de
au cours des dix dernières années (+ 4,6 % en
obtenu depuis cinq ans. Grâce aux investis-
facteurs de croissance, l’année 2006 frôle croissance seulement. La production des
moyenne par an entre 1995 et 2005). Il s’ac-
sements publics et privés, le secteur du BTP
les dynamiques exceptionnelles de 2005. acteurs non marchands génère 1,3 points
croît aussi plus vite qu’au niveau national
recrute toujours massivement et utilise à
Grâce aux investissements, notamment à de croissance. À l’opposé, la balance com-
(+ 3,7%), poursuivant ainsi lentement son
plein ses capacités de production. Il entraîne
l’investissement public au plus haut et merciale pèse toujours négativement. Le
rattrapage. Une hausse de la population
dans son sillage les autres secteurs (servi-
s’intensifiant toujours, le pire a été évité déficit commercial, en se creusant de près
moins rapide en 2006 que l’année précé-
ces aux entreprises, transport de marchan-
au niveau global. L’année se révèle même de 250 millions d’euros, coûte 1,9 points à
dente a permis cette belle progression.
dises, industrie manufacturière, extrac-
meilleure que 2000 et 2002. la croissance de l’année. Les biens d’équi-
tion...) qui embauchent en nombre cette
pement importés (en hausse de 88 mil-
Nadine JOURDAN
année pour répondre au surcroît d’activité.
La hausse des prix a aussi contribué à lions d’euros) contribueront cependant à
Chef de la division "comptes économiques"
À l’opposé, le secteur de l’hôtellerie-restau-
réduire la croissance en volume. En 2006,
la croissance future.
ration, en crise profonde, échappe à cette
pour la deuxième année consécutive, les
La croissance 2006 est riche en emplois,
prix accélèrent. La hausse des prix à la
essentiellement dans le secteur marchand
consommation atteint + 2,6 % en moyenne
où le regain d'activité et le fort soutien des
après + 2,2 % en 2005 ; elle concerne sur- Évolution du PIB et de ses principales composantes
Consommation finale
PIB Investissement
des ménages
Évolutions
Comptes Rapides pour l’Outre-mer (CEROM)
en valeur en volume en valeur en volume en valeur en volume
e
L’année 2006 marque la 2 réalisation d’un compte économique rapide à La Réunion. 2006 6,5 % 4,0 % 5,7 % 3,1 % 13,2 % 11,0 %
Construit dans le cadre du projet tripartite CEROM entre l’INSEE, l’AFD, et l’IEDOM, il
Moyenne annuelle
repose sur une modélisation macroéconomique alimentée par les premières données 6,2 % 4,4 % 6,0 % 4,2 % 9,0 % 7,1 %
période 1993-2005
disponibles de l’année écoulée. Il ne s’agit donc pas d’un compte définitif. Les estimations
pourront faire l’objet d’une révision lorsque la totalité des données 2006 seront collectées.
Source : CEROM - Comptes rapides
4 5
Source
:
I
ns
ee
-
C
EROM

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.