Le commerce extérieur avec les pays d'Asie touchés par la crise

De
Publié par

Début 1998, les effets de la crise financière du Sud-Est asiatique sur le commerce extérieur français restent encore limités. 1997 a même été une excellente année pour le commerce extérieur. L'ensemble des pays d'Asie susceptibles d'être directement affectés par les conséquences de la crise - Japon, Chine et Asie du Sud-Est - représentent actuellement 9 % du commerce extérieur français. Sur les dix dernières années, grâce à une forte progression des exportations, le déficit chronique avec l'Asie s'est réduit, passant de - 42 à - 16 milliards de francs. La France a amélioré ses parts de marché dans les secteurs de l'aéronautique, de la mécanique et des produits de luxe. Cependant, les répercussions, directes et indirectes, de la crise risquent à terme de remettre en cause ces acquis.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 23
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N°583 MAI 1998
Prix : 15 F
Le commerce extérieur avec
les pays d’Asie touchés par la crise
Véronique Guihard, division Comptes et études de l’industrie,
et Gaël de Peretti, division des Échanges extérieurs, Insee
Malaisie, Philippines), l’Indonésie, puisébut 1998, les effets de la crise
trois des Dragons (Corée du Sud, Taïwan
financière du Sud Est asiatique et Singapour), ont subi de fortes dévalua Dsur le commerce extérieur fran tions. Le baht thaïlandais, première
monnaie à avoir subi les attaques spécu çais restent encore limités. 1997 a même
latives, a perdu 44 % de sa valeur par rap
été une excellente année pour le com port au franc entre juin et décembre 1997.
merce extérieur. L’ensemble des pays La crise se propageant, la roupie indoné
sienne et le won coréen ont été dévaluésd’Asie susceptibles d’être directement
respectivement de 52 % et 45 % en six
affectés par les conséquences de la crisemois, le peso philippin et le ringgit malais
– Japon, Chine et Asie du Sud Est – de 33 %, le dollar de Singapour et le dollar
de Taïwan de 13 %.représentent actuellement 9 % du com
Dans le même temps, le dollar de Hongkong
merce extérieur français. Sur les dix der et le yuan chinois se sont légèrement
nières années, grâce à une forte appréciés (+ 2 %). Le yen, orienté à la
baisse depuis 1995, s’est légèrement rééva progression des exportations, le déficit
lué mi 1997 pour retomber en fin d’année à
chronique avec l’Asie s’est réduit, pas sa valeur de fin 1996.
sant de 42 à 16 milliards de francs. La
France a amélioré ses parts de marché Des effets immédiats encore limités
dans les secteurs de l’aéronautique, de laLa chute des monnaies dans le Sud Est
mécanique et des produits de luxe. asiatique et les politiques de stabilisation
qui ont suivi devraient se répercuter directe Cependant, les répercussions, directes et
ment sur le commerce extérieur français :
indirectes, de la crise risquent à terme de baisse des exportations vers les Tigres et
remettre en cause ces acquis. les Dragons et hausse des importat ions
provenant de ces pays, en raison notam
La crise monétaire et boursière de 1997 estment de la chute de la demande des pays
venue interrompre le « miracle économi concernés et d’un coup de fouet sur leur
que » en Asie du Sud Est. Tout au long ducompétitivité. Les interrogations demeu-
second semestre, les Tigres (Thaïlande, rent sur l’extension possible de la crise au
Le commerce extérieur de la France avec l’Asie
Exportations Importations
Champ : échanges de marchandises (hors matériel militaire) entre la France métropolitaine et les dix principaux pays d’Asie.
Source : Douanes
?
INSEE
PREMIEREreste de l’Asie, en particulier la Chinela consommation des ménages au en pleine expansion, offre sans doute
et le Japon. Mais début 1998, les effetssecond semestre en France. La forte une alternative ; en 1997, 12 % des
sur le commerce français s’avèrent progression de nos importations en pro exportations d’aéronefs lui étaient
encore limités. venance de Corée du Sud au second semes destinés.
Du côté des exportations, celles de l’aé tre 1997 et au début 1998 correpond às Hors aéronautique et construction
ronautique et de la construction navale des commandes passées bien avant la navale, les exportations françaises
sont liées à des « grands contrats ». crise aux chantiers navals coréens. Quant vers l’Asie du Sud Est en 1997 sont
Ces derniers donnent lieu à des livrai aux baisses de prix unitaires, qupour i constituées à hauteur de 39 % de
sons très concentrées et créent des picsraient manifester les premiers effets biens d’équipement professionnel. Le
sur les statistiques mensuelles. Mais, des dévaluations, elles ne concer naient ralentissement de la croissance asia-
ces livraisons, prévues de longue date, que quelques produits informatiques au tique, la révision à la baisse des inves
sont indépendantes de la crise. Il en second semestre 1997. tissements, le gel des grands projets
sera de même pour celles de matériel sont autant de risques à moyen
ferroviaire tout au long de 1998 et 1999 : terme pour ce type d’exportations.Perspectives troublées
par exemple, une première rame TGV a D’autant qu’elles reposent large après des ventes record en 1997
été livrée début 1998 à la Corée, corres ment sur la signature de grands
pondant à un contrat signé en 1994. SurSur l’ensemble de l’année 1997, les contrats et leurs effets induits sur les
ces biens d’équipement, les conséquen exportations françaises (hors matériel commandes d’équipements spéciali
ces de la crise asiatique se feront sentirmilitaire) vers le Sud Est asiatique ontsés, surtout en mécanique. L’Asie du
avec un certain décalage. atteint un niveau exceptionnellement Sud Est s’est en effet distinguée jus
Sur les autres produits, qui pour élevé ( graphique 1). Les exportations qu’alors par son dynamisme et l’am
raient être affectés à court terme pardestinées aux Dragons et aux Tigres, pleur de ses projets. En revanche, les
les dévaluations, les conséquences s’élevant respectivement à 58 et 23 mil exportations françaises de compo
sont encore faibles. Pour autant que liards de francs, ont progressé de 17 % sants électroniques liées au tra
les aléas mensuels permettent d’en en 1997. Celles destinées à l’Indonésie, vail à façon devaient continuer àr
juger, les exportations n’ont baissé dépassant les 8 milliards, ont augmenté se développer, notamment avec la
au cours du second semestre qu’en d’un tiers. Les ventes à l’Asie du Sud EstMalaisie, Taïwan et la Corée du
direction de la Thaïlande. En direc ont donc largement contribué à l’accélé Sud : la chute des taux de change,
tion de la Corée du Sud et de ration des exportations totales (+ 14 %). entraînant celle du coût de la main
Hongkong, elles se sont infléchies L’aéronautique civile, qui représente à d’œuvre utilisée pour l’assemblage
fin 1997. Cependant, sur le trimestre no- elle seule 21 % des exportations fran des composants, renforcerait la
vembre 1997 janvier 1998, les expor çaises en Asie du Sud Est, a sensible compétitivité des pays asiatiques.
tations vers l’Asie du Sud Est restentment amélioré ses performances en
d’un niveau comparable à celui de 1997 : 18,7 milliards de francs en Forte hausse des importations
l’année précédente. 1997 contre 13,1 milliards en 1996, en provenance des Dragons
À l’importation, paradoxalement, on grâce notamment à des livraisons et de la Chine
a observé en septembre octobre une exceptionnelles aux Philippines. Cepen
flambée des achats français en pro dant, si les constructeurs français Les importations en provenance des
venance des pays les moins touchés semblent moins menacés que leurs Tigres, d’un montant de 18 milliards
ou épargnés par la baisse des taux deconcurrents américains par les annu de francs en 1997, ont progressé de
change, Dragons, Chine et Japon. lations ou les reports de commande, le9 %, soit autant que l’ensemble des
Cette hausse des importations s’est marché du Sud Est asiatique s’avère importations françaises. Celles prove
inscrite en partie dans un contexte de plus incertain. Or il représente 37 % nant d’Indonésie ont crû de 17 %. Les
reprise de la production manufacturière des exportations françaises d’aéronefs baisses de prix unitaires sur le maté
tout au long de 1997 et de remontée de en 1997. Le marché chinois, actuellementriel informatique se sont accompa
gnées d’une forte augmentation des
quantités. Mais elles relèvent plus France Asie : un partenariat en expansion
d’un phénomène tendanciel que d’un
1988 1997
effet des dévaluations. Les Tigres et
Total Total l’Indonésie se sont spécialisés dans
10 pays 10 pays Japon Chine Dragons Tigres Indonésie
le montage du matériel électronique
d’Asie d’Asie
et informatique, dans la confection
Exportations françaises
de vêtements et la fabrication de
en milliards de francs 46,9 137,8 28,4 19,9 57,7 23,1 8,7
chaussures. Ainsi, par exemple,
en % des exportations totales 4,7 8,1 1,7 1,2 3,4 1,4 0,5
71 % des importations françaises en en % de la production 1,2 2,9 0,6 0,4 1,2 0,5 0,2
provenance de Malaisie sont desImportations françaises
composants électroniques, du maté en milliards de francs 89,0 153,7 51,2 38,4 40,0 18,1 6,0
- en % des importations totales 8,4 9, 9 3,3 2,5 2,6 1,2 0,4 riel informatique et téléphonique ;
en % du marché intérieur (1) 2,2 3,2 1,1 0,8 0,8 0,4 0,1 44 % des importations françaises
1. Marché intérieur = Production Exportations + Importations. venant des Philippines et 40 % venant
Champ : échanges de marchandise (hors matériel militaire) entre la France métropolitaine et les dix principaux pays d’Asie.d’Indonésie, sont des produits textiles,
Sources : Douanes et comptes nationaux de l’Insee
˚de l’habillement et des chaussures. merce extérieur, ses conséquences à Parts de marché de la France
Les importations en provenance des Dra terme pourraient compromettre cer en Asie *
gons ont, paradoxalement, été plus dyna tains acquis. En effet, en dix ans, nos
miques : + 20 %. Elles ont été tirées par échanges – importations le plus exporta
matériel informatique, pour lequel on tions – ont plus que doublé en valeur
constate aussi quelques baisses de prix avec les principaux pays d’Asie : Japon,
unitaires, et par les composants électroni Chine, Dragons, Tigres et Indonésie
ques, en partie réimportés après travail à (tableau 1). Même si chaque pays
façon. Ces produits représentent 83 % reste individuellement un partenaire
des importations provenant de Singapour, modeste, la zone a totalisé 9,1% du
principal fournisseur, et 42 % des autres commerce extérieur de la France en
Dragons. Les importations de biens de 1997 contre 6,6% en 1988. Les expor
consommation courante ont également tations se sont particulièrement déve
fortement progressé (+ 20 %). En revan loppées en direction des Dragons ; les
che les achats de produits électroniques Tigres, puis la Chine et l’Indonésie
* Part de marché française en Asie = Exportations françai grand public (radio, hifi, etc.) se sont con sont apparus plus tardivement comme
ses vers l’Asie/Total mondial des exportations vers l’Asie
tractés (- 19 %) : depuis plusieurs an des marchés potentiels. Le poids des Source : base de données Chelem, CEPII
nées, un mouvement de relocalisation de exportations dans la production fran
la production s’opère en faveur de la çaise a doublé en dix ans, même s’il total des importations de cette zone a
Chine, pays à coût salarial encore moins reste faible (2,9 % en 1997). En sens légèrement augmenté ( graphique 3).
élevé pour ces opérations à faible valeur inverse, le poids des importations dans Après avoir plafonné très longtemps à
ajoutée. le marché intérieur français, déjà fort enmoins de 1 % des importations japo
Les importations provenant de la Chine 1988 (2,2 %), s’est renforcé mais dans naises, la France est passée à 2 %. De
et du Japon ont elles aussi augmenté for une moindre mesure (3,2 % en 1997). 1993 à 1995, sa part s’est stabilisée
tement : + 26 % et + 13 % respective Le déficit chronique est passé de malgré la progression de ses ventes :
ment. L’équipement professionnel a été 42 milliards de francs en 1988 à un les importations totales japonaises ont
moteur, pour des montants importants qui peu moins de 16 milliards de francs en été gonflées en raison de l’intensifica
représentent la moitié de nos achats à la1997. Le solde s’est amélioré avec tion des échanges avec les Tigres,
Chine et le quart de nos achats au Japon. tous les pays, hormis la Thaïlande et sous l’effet d’une stratégie de déloca
Les biens de consommation courante la Chine (graphique 2). Avec ce der lisation industrielle. Sur le marché des
ont également été dynamiques ; ils cons nier pays, le déficit commercial s’est importations des Dragons, la position
tituent presque la moitié des importat ions en effet creusé, passant de 3 milliardsfrançaise s’est également améliorée
provenant de la Chine. Les importations de francs en 1988 à 18,5 milliards de de façon assez régulière et dans les
d’électronique grand public en prove- francs en 1997, sous l’effet d’un qua mêmes proportions, de 1 à 2 %. En
nance du Japon ont pour leur part baissédruplement de nos achats, en particu revanche, l’évolution sur le marché
de 4 % en valeur, sous l’effet d’une baisse lier de biens de consommation courantedes Tigres et de la Chine a été très
tendancielle des prix unitaires. (chaussures, habillement). En revan- heurtée, ce qui résulte moins des per
che, le déficit avec le Japon s’est ré formances ou contre performances
duit de 28 à 23 milliards de francsPlus de 9 % du commerce françaises que d’événements exté
grâce à une progression des exporta rieurs (baisse des exportations du Japonextérieur français en 1997
tions. Avec les autres pays, les soldesen 1985 1986 vers les Tigres, en 1990
Si, globalement, la crise asiatique a unsont devenus progressivement posi- vers la Chine : dans les deux cas, la
effet encore peu visible sur le com tifs. L’amélioration s’est d’abord opé part française s’est élevée mécani
rée avec les Dragons, puis les Tigres.quement). Pour autant, l’amélioration
Ces bons résultats ont été obtenus de 1995 traduit réellement les succèsLe solde commercial s’améliore
grâce aux grands contrats, d’aéro- français et devrait se poursuivre jus sauf avec la Chine et la ThaÏlande
nautique en particulier. Les ventes de qu’en 1997.
produits de luxe et d’alcools comme leLes gains de parts de marché de la
cognac y ont également contribué ; France en Asie sont d’autant plus appré
les réseaux de distribution se sont ciables qu’ils ont été réalisés soit sur
successivement implantés au Japon, un marché extérieur fermé comme
puis chez les Dragons, enfin chez les celui du Japon, soit sur des marchés
Tigres, suivant en cela le développe extérieurs dont la forte expansion a
ment de ces pays. profité essentiellement aux échanges
intra zone. Entre 1988 et 1995, le mar
ché extérieur des Dragons et de laDes gains de parts de marché
Chine a en effet plus que doublé (2,6),
Grâce au dynamisme de ses exporta celui de l’Indonésie a triplé (3,3) et
tions, la France est davantage pré celui des Tigres quadruplé (3,9) alors
Champ : échanges de marchandises (hors matériel militaire) sente sur les marchés asiatiques : en que le marché mondial n’a été multi
entre la France métropolitaine et les dix principaux pays d’Asie.
dix ans, la part de ses ventes dans leplié que par 1,9.Source : Douanes
`´Sur l’Asie du Sud Est et la Chine, la maintenu un quasi monopole jusqu’en ont joué un rôle notable puisque leur
France doit davantage ses gains de 1992. Dès 1995, les exportations part de marché élémentaire (11 %) a
parts de marché à son dynamisme prod’Airbus - et autres appareils représen doublé entre 1988 et 1995.
pre qu’à un simple effet d’entraînement taient 30 % du marché aéronautique
provenant de la structure de la demanded’Asie : 17 % en Chine, 23 % avec les Pour comprendre ces résultats
asiatique ( tableau 2). N’étant pas initia Dragons, 50 % avec les Tigres. Le
lement positionnée sur les produits succès des groupes français dans les
Les données de commerce extérieur cor dont la demande a le plus augmenté domaines de la mécanique (moteurs,
respondent ici aux échanges de marchan en Asie, elle doit essentiellement son machines-outils, machines spéciali
dises (hors matériel militaire, notammentavancée à sa compétitivité et ses of sées) et du matériel de télécommuni
hors aviation militaire) entre la France mé fensives commerciales sur certains cation a également participé à
tropolitaine et les principaux pays d’Asie.produits ciblés. l’amélioration de la part de marché
Les importations sont mesurées CAF (coût,L’aéronautique est au premier rang globale de la France en Chine et en
assurance et fret) et les exportations FABpour les gains de parts de marché élé Asie du Sud Est. Enfin, dans le cas
(franco à bord).mentaires. Dans les pays d’Asie à crois des Dragons, les produits de beauté
Le terme Dragons désigne les premierssance rapide, les États Unis avaient français (parfums, marques de luxe...)
pays d’Asie du Sud Est à avoir connu une
croissance rapide : la Corée du Sud,Les parts de marché de la France en Asie entre 1988 et 1995*
Taïwan, Honkong et Singapour (par ordre
Parts de marché
de PIB décroissant). Ils sont désormaisÉvolution 1988 1995 (en points)
de la France (en %)
considérés comme des pays industrialisés,
Effet Effet
1988 1995 Écart total Effet résiduel la Corée du Sud faisant même partie de
d’entraînement compétitivité
l’Organisation de coopération et de déve
Japon 1,74 1,97 0,24 0,19 0,13 0,09
loppement économiques (OCDE). Le terme
Chine 1,92 2,11 0,19 0,09 0,21 0,06
Tigres désigne les pays de la seconde va
Dragons 1,52 2,88 1,35 0,01 1,33 0,02
gue de développement : la Thaïlande, la
Tigres 1,86 2,25 0,39 0,11 0,25 0,02
Malaisie et les Philippines. Enfin, l’Indoné
* Entre 1988 et 1995, la part de marché française a progressé de 1,35 point sur le marché des Dragons.
sie est considérée comme un pays émer L’effet compétitivité (gains de parts de marché élémentaires par produits fins) explique à lui seul 1,33 point des gainsts de par
de marché, alors que l’effet d’entraînement (croissance de la demande des Dragons, à structure du commerce français gent à croissance rapide ; avec plus de
identique) n’explique que 0,01 point de gains de parts de marché (cencf. adré).
200 millions d’habitants, elle constitue le
Source : base de données Chelem, CEPII Calculs des auteurs
marché le plus important d’Asie du Sud Est.
Pour en savoir plusLes gains de parts de marché
Le premier terme correspond à l’effet deLa part de marché de la France en Asie P) (
Le commerce extérieur industriel de lala structure initiale des exportations fran correspond à sa part dans le total mondial
France 1980 1996, Synthèses n°12 13,çaises ou encore l’effet d’entraînementdes exportations destinées à l’Asie.
novembre 1997, Statistique publique.
provenant de la demande asiatique : onOn note la part de marché élémentaire
k Cf. les chapitres « L’Asie » et « Les
fixe la part de marché de la France en Asie
de la France en Asie en produit k et le grands contrats ».k
à sa valeur en t 1 ; seul évolue le poids de
poids du produit k dans les importations tota
la demande asiatique en produit k. Le « Les mécanismes de transmission de lales d’Asie, c’est à dire la demande extérieure.
second terme traduit la compétitivité des crise asiatique sur l’économie fran
produits français : on fixe le poids de la çaise », Note de conjoncture de l’Insee ,
Les gains de parts de marché entre deux dates
demande asiatique en produit k, seule décembre 1997.
t et t 1 peuvent se décomposer comme suit :
évolue la part de marché élémentaire det t t 1DP = - Note de conjoncture de l’Insee, marsla France en produit k. Le troisième terme,
t t t 1 t 1 1998.= . . très faible, peut s’interpréter comme un? ?k k k k
k k bonus : il est positif si la France augmente
« Les effets de la crise sur l’OCDE »,
t 1 t t 1 t t t ses parts de marchés élémentaires sur les= + + ? ? ? Perspectives économiques de l’OCDE,k k k k k k
produits dont la demande s’accroît le plus.
k k k n° 62, décembre 1997.
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01 75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1998
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________ Baudouin Seys
Rédacteurs : J W Angel,Adresse : _______________________________________________________________
C. Dulon, A.C. Morin, S. Tagnani___________________________________ Tél : _____________________________
Maquette : L. Jean
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
ISSN 0997 3192
Date : _______________________________ Sgnaturei © INSEE 1998
-DP-¸bbePb-bq-eebq-eeqD
Db De

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.