Le quatrième trimestre 2004 plus favorable que le troisième

De
Publié par

Le second semestre 2004 a été marqué par une évolution heurtée de la croissance et par une fin d'année plus favorable. Dans les Pays de la Loire, l'emploi salarié a poursuivi la hausse entamée en début d'année et le taux de chômage s'est stabilisé.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 8
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Le second semestre 2004 a été marqué par une évolution heurtée de la croissance et par une fin d’année plus favorable. Dans les Pays de la Loire, l’emploi salarié a poursuivi la hausse entamée en début d’année et le taux de chômage s’est stabilisé.
Aline CLÉMOT Laurence HAUTBOIS Christelle RIEG
N° 35. Juin 2005
www.insee.fr/paysdelaloire
Le quatrième trimestre 2004 plus favorable que le troisième
PRÈSUNDÉBUTDANNÉE2004 marqué par une nette reprise, la croissan rieAur brut a stagné au troisième trimestre ce française a été moins nette au second semestre. Le produit inté pour repartir au quatrième (respective ment + 0,0 % et + 0,9 %). Sur l’ensemble de l’année, la croissance s’est élevée à 2,4 %, progression la plus forte enregis trée depuis 2000.
L’environnement mondial est resté por teur au second semestre mais des si gnes d’essoufflement de la demande mondiale, en partie imputables aux cours élevés du pétrole, ont été perceptibles en fin d’année. En dépit de ce ralentissement et d’un taux dechange défavorable, les exportations françaises ont poursuivi leur croissance entamée fin 2003. Elles ont augmenté au second semestre, au même rythme qu’au premier. Les impor tations ont, quant à elles, décéléré pro gressivement après une forte hausse au deuxième trimestre. Ce ralentissement est imputable notamment à l’arrêt brutal des importations de biens d’équipement électriques et électroniques au quatrième trimestre. Conséquence de ces évolu tions, au dernier trimestre 2004, le
commerce extérieur a contribué positive ment à l’évolution du produit intérieur brut français.
Après un début d’année en forte crois sance, les dépenses de consommation des ménages ont continué de croître mais à un rythme moindre. Elles ont en effet reculé légèrement au troisième trimestre. Les ménages ont probablement choisi de reconstituer une partie de leur épar gne, dans un contexte de reprise de l’emploi salarié encore jugée modeste. Au quatrième trimestre, les dépenses de consommation sont reparties nette ment à la hausse, notamment par une accélération de la consommation de produits manufacturés. Les dépenses de consommationdes administrations publiques ont ralenti au second semestre 2004 par rapport au premier.
Après avoir reculé au troisième trimestre 2004, l’investissement des entreprises est reparti à la hausse en fin d’année. Les tensions sur les capacités de production ont soutenu sa progression et la deman de adressée aux entreprises est restée dynamique au second semestre. L’inves tissement des entreprises a ainsi affiché une hausse sur l’ensemble de l’année
Conjoncture Le quatrième trimestre 2004 plus favorable que le troisième
2004 alors qu’il avait baissé en 2002 et 2003. L’investissement en logement des ménages s’est accru moins fortement au second semestre 2004 qu’au premier; celui des administrations publiques a lé gèrement augmenté en fin d’année.
Au second semestre 2004, le rythme de croissance de la production a faibli, sous l’effet notamment du ralentissement de la demande intérieure (+1,0 %au second semestre contre +1,6 %au premier). Après avoir quasiment stagné au troisiè me trimestre, la production de l’ensemble des branches a renoué avec la croissance au quatrième trimestre 2004. Dans les branches manufacturières, le rebond a été plus sensible pour l’industrie automobile ou les biens d’équipement. Dans le com merce, les services et la construction, la croissance est repartie en fin d’année.
Le rebond de la croissance, enregistré en fin d’année, ne s’est pas répercuté sur l’emploi salarié des secteurs marchands non agricoles. Comme au premier semes tre 2004, celuici est resté stable au se cond. Alors que l’industrie a continué de perdre des emplois mais à un rythme moins marqué en fin d’année ( 0,5 % au troisième trimestre et  0,3 % au quatriè me), les effectifs du secteur de la cons truction ont augmenté de 0,4% par trimestre en fin d’année. Dans le com merce, l’emploi est resté stable.
Un début d’année 2005 marqué par une croissance plus modeste
En ce début d’année 2005, la croissance en France devrait se maintenir mais à un rythme modeste, de 0,6% au premier trimestre et de 0,3% au deuxième tri mestre. À l’issue du premier semestre 2005, l’acquis de croissance serait de l’ordre de 1,6 %.
Le contexte international serait moins fa vorable. La demande mondiale ralentirait au premier semestre 2005. Les impor tations américaines, britanniques et ja ponaises seraient moins dynamiques sous l’effet d’une demande intérieure moins vigoureuse dans chacun de ces pays.
Les dépenses de consommation reste raient dynamiques au premier trimestre 2005 sous l’effet notamment des mesures de soutien à la consommation. En revan che, au deuxième trimestre, l’absence d’amélioration sur le marché du travail et le ralentissement du pouvoir d’achat en lien avec l’évolution des impôts sur le
revenu auraient un impact négatif sur les dépenses de consommation qui ralenti raient. L’investissement des ménages en logement devrait suivre la même ten dance, accélérant au premier trimestre avant de marquer le pas au deuxième tri mestre. Sous l’effet d’un ralentissement de la demande adressée aux entreprises et de conditions de financement moins favorables, l’investissement des entre prises devrait également être moins dyna mique au premier semestre 2005.
Après avoir stagné en fin d’année, l’emploi salarié des secteurs marchands progres serait lentement. Cette croissance serait tirée par les secteurs de la construction et du tertiaire. L’emploi industriel devrait poursuivre son recul, à un rythme toutefois plus modéré. Dans les secteurs non mar chands, la création d’emploi accélérerait. Le nombre de bénéficiaires d’un contrat aidé devrait poursuivre sa baisse, les nou veaux dispositifs liés au plan de cohésion sociale (contrat d’accompagnement dans l’emploi, contrat d’avenir) ne se mettant en place que progressivement. La popula tion active devrait augmenter dans les mêmes proportions que l’emploi total. Le taux de chômage serait stable à 9,9 % à la fin du premier semestre 2005.
L’emploi salarié ligérien a poursuivi sa hausse
Malgré un ralentissementau niveau natio nal au second semestre 2004, l’emploi salarié a poursuivi sa croissance dans les Pays de la Loire. Au quatrième trimestre 2004, il a progressé de 0,5% dans les secteurs marchands non agricoleaprès une légère augmentation au troisième tri mestre (+ 0,1 %). Cette évolution, cumu lée à celle du premier semestre, permet une évolution de 1,0 % de l’emploi salarié ligérien sur l’ensemble de l’année 2004 contre + 0,2 % en 2003.
L’industrie a continué de perdre des em plois au cours du quatrième trimestre 2004, mais à un rythme moins important qu’au trimestre précédent (0,3 %con tre 0,6 %).Sur un an, l’emploi salarié affiche un repli de 2,0 % de ses effectifs. L’industrie des biens de consommation a été particulièrement touchée. Ses effec tifs ont reculé de 1,9 % au quatrième tri mestre contre  1,4 % au troisième. Les difficultés du secteur de l’habillement cuir expliquent en partie cette baisse. Les industries des biens d’équipement ont perdu de nouveau des emplois tout au long du second semestre 2004, consé quence des difficultés rencontrées dans
la construction navale et dans les indus tries de biens d’équipement mécanique. L’industrie automobile, après un troisième trimestre favorable (+1,8 %),à enregis tré de nouveau une augmentation de ses effectifs en fin d’année même si elle à été moindre (+ 0,5 %).
Les effectifs dans les services ont enre gistré au quatrième trimestre 2004 une augmentation comparable à celle du troi sième trimestre (+ 0,7 % après + 0,6 %). Dans tous les secteurs les effectifs ont progressé, notamment les activités im mobilières (+4,2 %en fin d’année, après une hausse de + 1 % au troisième trimestre).
Les effectifs de la construction et des commerces ont fortement augmenté au quatrième trimestre 2004 (respective ment +1,1 % et + 0,9%). Ils avaient quasiment stagné au trimestre précédent.
Forte hausse de l’emploi salarié en LoireAtlantique et en Vendée en 2004 128 LoireAtlantique 124 MaineetLoire Mayenne 120 Sarthe Vendée 116 Pays de la Loire 112 108 Évolution de l'emploi salarié e 104trimestre 1997par département depuis le 4 en données corrigées des variations saisonnières 100 19972003 20042000 2001 20021998 1999 Source : INSEE, exploitation des bordereaux URSSAF
L’originalité de la demande intérieure française en 2004
En 2004, la croissance française a bénéficié d’une demande intérieure, tant en consommation qu’en investissement, particulièrement dynamique. La France s’est ainsi démarquée de ses partenaires européens et notamment de l’Allemagne.
Contrairement à la situation en Allemagne, l’investissement des ménages français a progressé en 2004, porté par des conditions financières toujours favorables. Mais surtout, la consommation des ménages français a affiché une forte progression en 2004 alors qu’en Allemagne, elle a reculé. Les ménages français ont choisi de réduire leur taux d’épargne pour financer leurs dépenses de consommation, en dépit d’une augmentation plutôt modérée de leur pouvoir d’achat. Une part de la croissance des dépenses des ménages semble provenir également des mesures de soutien à la consommation mises en place à partir de mi2004 (donation, épargne salariale et crédits à la consommation).
2 INSEEPAYSDELALOIRELEQUATRIÈMETRIMESTRE2004PLUSFAVORABLEQUELETROISIÈMEJUINI2005
demandeurs d’emploi au cours de l’anSon rythme de croissance se situe en fin L’emploi aidé dans les Pays de la Loire née 2004, les autres départements de lad’année audessus de sa moyenne de Les politiques d’aide à l‘emploi visentlong terme. Les contraintes de producrégion ont enregistré une hausse. à lutter contre le chômage de longue:tion se sont légèrement atténuées En 2004, l’amélioration du marché du durée et les exclusions. Elles concernent 81 % des chefs d’entreprise ont déclaré travail à plus profité aux hommes qu’aux à la fois les secteurs marchand et non pouvoir produire davantage en Pays de marchand.femmes dans les Pays de la Loire. Le la Loire en fin d’année. Ils étaient 77 % à nombre de femmes à la recherche d’un Dans les Pays de la Loire, parmi lesla fin du premier semestre 2004. Les in emploi a peu évolué sur un an ; leur part mesures spécifiques d’aide à l’emploidustriels ligériens ont, de plus, ralenti demeure prépondérante dans l’ensemble marchand, les contrats de formation en leur mouvement de stockage au second des demandeurs d’emploi. Les jeunes de alternance ont été moins nombreux. semestre. En particulier, le nombre de contratsmoins de 25 ans sont les principaux bé d’apprentissage conclus est passé denéficiaires de la diminution du nombre deLes perspectives d’activité pour l’indus 16 700 en 2003 à 14 500 en 2004. Les demandeurs d’emploi dans la région.trie ligérienne sont orientées favorable entrées en contrats jeunes en entreprises Leur nombre a reculé de2,4 %sur unment pour le premier semestre 2005. La (CJE) ont également nettement diminué an. En revanche, sur l’ensemble de laproduction se stabiliserait au niveau de sur un an. Elles sont passées de5 700 France, il a progressé de 2,2 % en 2004.sa moyenne de long terme. Les effectifs en 2003 à 3 700 en 2004. En revanche, industriels devraient, malgré cela, conti le nombre de contrats initiative emploi (CIE) Pour le chômage de longue durée, la si nuer de décroître au même rythme qu’en s’est accru de 1 700 en 2004 soit + 64 %. tuation s’est détériorée en 2004. Fin dé fin d’année 2004. Dans le secteur non marchand des Pays400cembre, la région comptait 31 de la Loire, 15 300 contrats aidés ont étédemandeurs d’emploi inscrits depuis un L’emploi dans le bâtiment a signés l’an passé, soit 2 300 de moins an ou plus soit 700 de plus qu’en décem qu’en 2003. Les entrées en contratsbénéficié du regain d’activité bre 2003 (+2,3 %).Toutefois, cette emploi solidarité (CES) et en contrats du secteur progression annuelle demeure inférieure emploi consolidés (CEC) ont diminué de à celle observée en France (+ 3,0 %). près de 12 % par rapport à 2003. LesSelon les professionnels du bâtiment des sorties du dispositif « emploi jeunes » seLe taux de chômage en légère baisse Pays de la Loire, l’activité soutenue de en 2004 sont poursuivies en 2004. En 2005, puis le début de l’année 2004 s’est accé l’arrêt progressif des dispositifs (CES, 12 lérée en fin d’année. Au second semestre, Taux de chômage corrigé des variations saisonnières CEC, emploijeunes) serait compensé par en fin de chaque trimestre (en % des actifs) 11la demande privée a été très dynamique la mise en place des mesures du Plan tandis que la demande publique est de de Cohésion Sociale : contrats 10 meurée autour de sa moyenne de long d’accompagnement dans l’emploi (CAE) France 9 terme. et contrats d’avenir. 8 Nota: lesflux d’entrées dans les dispositifs L’investissement en logement des ména Pays de la Loire décrits cidessus ne donnent pas d’information 7ges est toujours dynamique, alimenté sur le nombre de personnes actuellement dans par des conditions d’emprunt avantageu 6 ces dispositifs. 1998 19992000 2001 2002 2003 2004ses et des incitations fiscales. En revan che, les investissements des entreprises Source : INSEE, taux de chômage calculés selon la définition du Bureau International du Travail Léger repli du chômageen matière de construction n’ont que fai blement augmenté. Au second semestre en 2004Une embellie dans l’industrie 2004, la construction de logements en fin d’année Après une amélioration au premier se neufs a continué de progresser à un ryth mestre 2004, le taux de chômage des Au second semestre 2004, selon lesme plus élevé qu’au début de l’année. Pays de la Loire est resté quasiment chefs d’entreprise, le rythme de croisAinsi, plus de 15 100 logements ont été stable au second semestre. Il s’établit à sance de la demande adressée aux inmis en chantier, soit une hausse de 26 % 8,2 % de la population active fin décem dustriels des secteurs ligériens s’estpar rapport au même semestre 2003. bre 2004, soit une baisse de 0,2 point fortement redressé en fin d’année, aprèsCe sont les mises en chantier de loge sur un an. Au niveau national, le taux de un tassement au troisième trimestre. Ellements en immeubles collectifs qui contri chômage est resté stable à 9,9% sur se situe bien audessus de sa moyennebuent le plus à cette augmentation l’année 2004. Le taux de chômage des de long terme. Ce rebond s’explique en(+ 47 %).La construction de maisons Pays de la Loirereste parmi les moins grande partie par la bonne tenue de la Une fin d’année propice à l’industrie élevés des régions françaises. Seules la demande en biens d’équipement, stimu ligérienne Bretagne et le Limousin présentent un lée par une reprise des investissements 40Écart entre le pourcentage de chefs d'entreprise ligériens taux plus faible. estimant l'indicateur en hausse et celui des entreprises. De plus, la demande 30la jugeant en baisse (en CVS) adressée à l’industrie automobile a béné Fin décembre 2004, 116100 deman 20 Prévisions ficié d’un redressement de la consomma deurs d’emploi de catégorie 1 étaient 10 tion des ménages en fin d’année. Seul le Production inscrits à l’ANPE dans la région, soit secteur des industries agroalimentaires, 0 1 600de moins qu’en décembre 2003 Demande particulièrement implanté dans la région, (en données brutes). Cette baisse est plus  10 a peiné à retrouver une demande proche sensible qu’au niveau national (1,4 %  20 de sa moyenne de long terme. contre 0,1 %).Toutefois, alors que la 30 1998 19992000 2001 2002 2003 2004 LoireAtlantique et le MaineetLoire ontLa production industrielle ligérienne a bé Source : INSEE,enquêtes de conjoncture nationales repondérées connu une diminution du nombre denéficié du redressement de la demande.selon la structure de la masse salariale régionale
3 INSEEPAYSDELALOIRELEQUATRIÈMETRIMESTRE2004PLUSFAVORABLEQUELETROISIÈMEJUIN2005
Le quatrième trimestre 2004 plus favorable que le troisième
Tableau de bord (données au quatrième trimestre 2004) France métropolitainePays de la LoireMayenne SartheLoireAtlantique MaineetLoireVendée 2003 20042003 20042003 2004 2003 2004 2003 20042003 20042003 2004 Évolution de l'emploi salarié /// ///+ 0,5*+ 0,6+ 0,3*+ 0,3+ 0,9*+ 0,8+ 0,2*+ 0,1+ 0,2*+ 0,2+ 0,0*+ 0,5 au quatrième trimestre (en %) Nombre d'équivalents temps plein 547 839570 31340 54538 14615 02113 4517 0106 9196 7186 9967 7798 5103 1883 099 dans l'intérim au mois de décembre Taux de chômage fin décembre CVS 9,9 9,98,4 8,27,48,2 7,36,1 6,2 8,08,6 8,49,4 9,0 (en % des actifs) Créations d'entreprises au second semestre141 476143 6465 8666 184047 1712 810 11481 191397 3852 6501 1622 548  dont créations pures97 742100 9793 7273 9521 7671 738749 797235 230429 504576 654 Nombre de logements ordinaires 154 678179 57411 93515 0924 2513 0762 2595 8514 3901 5821 367843 8062 602 commencé au second semestre Nombre de logements ordinaires autorisés 198 185234 76616 05315 222114 45 9372406 132969 1549 4903 1374 12 2992 758 au second semestre Immatriculations de voitures neuves 939 800945 90039 28936 9897 2006 79416 40615 1986 5866 2232 5722 4256 5256 349 au cours du second semestre Nombre de nuitées dans l'hôtellerie /// ///2 985 9973 133 441136 118540 467368 897153 264685 477385 879691 2101 286 8451 362 621508 660 de mai à septembre (en milliers) Nombre de nuitées dans les campings /// ///9 462 5519 932 4922 017 4031 978 5937 008 8746 595 523327 026316 81993 89691 475485 292480 141 de mai à septembre (en milliers) Sources : INSEE, MESDARES * La source utilisée pour la France métropolitaine n’est pas identique à celle utilisée pour la région et les 5 départements- CVS : corrigé des variations saisonnières Ces données sont aussi disponibles sur internet à l’adressewww.insee.fr/paysdelaloireà la rubrique «conjoncture». individuelles demeuresoutenue avecune Créations et défaillances d’entreprises progression de20 %. Après avoir reculéet action sociale compris dans les créations en Pays de la Loire en 2004au premier semestre2004, la construcmais pas dans les défaillances. Définitions :tauxde créations et de tion debâtiments non résidentiels s’estMarc JOUBERT défaillances: nombre de créations redressée surles six derniers mois. Les En 2004, près de13 800 entreprises ont(respectivement défaillances) rapportées au mises en chantier des surfaces delonombre d’entreprises actives en début d’année. été créées, réactivées ou reprises dans caux non résidentiels non agricoles ontles Pays dela Loire, (+ 12,5 % par rapportDéfaillances: jugements d’ouverture d’une procédure judiciaire à l’encontre d’une entreprise. progressé de2,7 % au second semestreà 2003). C’est dans la construction et le C’est la date du jugement qui a été utilisée pour commerce que le tauxde créations 2004 par rapport au mêmesemestre l’établissement des statistiques, et non la date augmente le plus.Le nombre de créations 2003. La repriseéconomique aencourade publication. augmente plusfortement quedans la gé la construction delocaux commer Créations d'entreprises dans la région région en Sarthe, Vendéeet MaineetLoire ciaux. La demandedes administrationsdes Pays de la Loire, en 2003 et 2004 (respectivement 16,5 %, 14,4 % et publiques resteglobalement à son niveau 13,6 %) tandis qu’il augmentede 10,8% de longterme même sielles ont relancé en LoireAtlantiqueet 7,2 % en Mayenne. Santé Créations en 2003 les investissements enconstruction conen 2004Éducation Créations De janvierà novembre2004, près de cernant les équipements collectifs pour laTransports 1 320 entreprises ont fait l’objet d’une Services santé et l’enseignement. En fin d’année aux particuliers procédure judiciaire àleur encontre. Soit Services 2004, l’activité dans lesecteur des traaux entreprises une augmentationde 6,6% par rapport à la Industrie vaux d’entretienrénovation a retrouvé sonhors agro alimentaire même période2003. C’est dans l’industrie Activités Immobilières niveau moyen delongue période,après leagro alimentaire,les services aux particuliers Industries fléchissement du troisièmetrimestre.commerce que let lede défaillancese taux agroalimentaire Construction augmente le plus.Dans les secteurs dela En fin d’année, l’accélération dela crois construction et des transports il restestable, Commerce 0 5001 000 1 500 2 000 2 500 3 000 3 500 4 000 sance de l’activitédans lebâtiment a alors qu’il diminuedans l’industriehors Source : INSEE, BODACC nécessité lerecrutement denouveaux% à 1,4 %) et dansagro alimentaire (de 1,5 effectifs. Les entrepreneurs font état deles services aux entreprises (de0,4 % à 0,3 %). Lenombre de défaillancesbaisse DIRECTEUR DE LA PUBLICATION difficultés derecrutement persistantes Pierre MULLER de prèsde 1% en LoireAtlantique, il notamment pour les ouvriers qualifiés. RÉDACTRICE EN CHEF augmente de 1% en MaineetLoire, de5 % Emmanuelle WALRAET Au premier semestre2005, l’activité du34 % dans laen Mayenneet Vendéeet de SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Sarthe. secteur dela construction progresseraitGabrielle BRIZARD au mêmerythme que fin2004. Les carChamp:tousles secteurs d’activité, horsMISE EN PAGE agriculture, administration, secteur financier,MarieAnnick BRICARD nets decommandes sont fort bien activités associatives, services domestiques IMPRIMEUR garnis etpermettent d’assurer 5,3mois et activités extraterritoriales. Éducation, santé La Contemporaine  SainteLucesurLoire
Confirmation de la reprise dans le bâtiment en 2004
50 Écart entre le pourcentage des chefs d'entreprise estimant l'activité en hausse et le pourcentage 40 de ceux la jugeant en baisse 30 Travaux 20 entretienamélioration 10 0 Bâtiments neufs  10  20  30 Logements neufs  40 1997 19981999 2000 2001 2002 2003 2004 Source : INSEE,enquêtes de conjoncture nationales repondérées selon la structure de la masse salariale régionale
d’activité à temps plein par salarié. La construction delogements neufs resteà un niveau élevé: plus de16 000loge ments ont été autorisés au second se mestre 2004soit 6% deplus qu’au second semestre2003. A contrario, le marché des bâtiments professionnels est en retrait de12 % sur la même pé riode. Dans lesecteur des travaux d’en tretien amélioration,les entrepreneurs prévoient un volumed’activité identiqueà fin 2004. Lerythme de croissance de l’emploi s’accélérerait début 2005.
Prix :2,20
Photo : INSEE e Dépôt légal 2trimestre 2005  ISSN 16336283 CPPAP 0707 B 06116  Code Sage IETU03544 © INSEE Pays de la Loire  Juin 2005 Abonnement annuel complet : Études (mensuel) + Dossiers : 60Abonnement annuel Études : 20
INSEE Pays de la Loire 105, rue des Français Libres BP 67401 – 44274 NANTES Cedex 2 Tél. : 02 40 41 75 75 – Fax : 02 40 41 79 39 Informations statistiques au 0825 889 452 (0,15la minute)
INSEEPAYSDELALOIRELEQUATRIÈMETRIMESTRE2004PLUSFAVORABLEQUELETROISIÈMEJUIN2005 4
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.