Le retour de la croissance se confirme

De
Publié par

En France, la croissance en moyenne annuelle serait d'environ 2,3 % en 2004 après 0,5 % en 2003. En Franche-Comté, l'activité industrielle peine à se redresser au premier semestre alors qu'elle est restée soutenue dans la construction. Le marché du travail reste mal orienté. L'emploi salarié baisse de 0,1% au premier trimestre tandis que le taux de chômage atteint 8,8% à la fin juin.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
En France, la croissance en moyenne annuelle serait denviron 2,3% en 2004 après 0,5% en 2003. En Franche-Comté, lactivité industrielle peine à se redresser au premier semestre alors quelle est restée soutenue dans la construction. Le marché du travail reste mal orienté. Lemploi salarié baisse de 0,1% au premier trimestre tandis que le taux de chômage atteint 8,8% à la fin juin.
Nº 73 - SEPTEMBRE 2004
La conjoncture en Franche-Comté
près un bon pre-sur un rythme de près de 4% mier semestre,poussé par des conditions de lannée 2004 ver-financement toujours favorables rait, en France, laet la nécessité de renouveler les croissance se confirmer. La con-outils de production. Linves-sommation des ménages, entissement des ménages en loge-forte augmentation en ce débutments accélérerait tandis que dannée, a été portée par lesles stocks contribueraient posi-rigueurs climatiques qui onttivement à la croissance. Dans poussé à la hausse les dépensesun environnement international énergétiques. Elleporteur, les expor-L´investissement devrait revenir à unetations seraient bien redémarre croissance plus mo-orientées à partir du dérée jusquà la fin de lannéeprintemps sous leffet dun en raison dun pouvoir dachatchange plus neutre. Néanmoins, érodé par la flambée des coursen raison de la forte augmenta-du pétrole.tion des importations, les échan-Les autres moteurs de la crois-ges extérieurs pèseraient néga-sance sallument à leur tour. Letivement encore cette année de redémarrage de linvestisse-0,4 point sur la croissance. ment des entreprises, longtempsDans ce contexte, les effectifs différé, est là. Il augmenteraitsalariés devraient sajuster avec
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL73 Nº
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL Nº73
retard. Ils augmenteraient de 40 000dans le secteur marchand mais cette hausse serait contre-balancée par la baisse de 47 000 postes dans le tertiaire non mar-chand. Le taux de chômage se stabiliserait à 9,8% de la popu-lation active à la fin de lannée. En Franche-Comté, le premier semestre 2004 na pas été mar-qué par un franc rebond de lac-tivité. Après une légère amélio-ration au premier trimestre, la production industrielle tend à se stabiliser au printemps. Les rythmes de production ont tourné au ralenti dans le secteur automobile suite au fléchisse-ment de la demande. Un raffer-
missement de cette dernière àassez bien garnis laissant préju-labord de lété devrait permet-ger dune reprise ultérieure de tre une meilleure utilisation deslactivité industrielle. Néan-capacités de production au coursmoins, des soucis se font jour des prochains mois. Globale-dans ce secteur où les marges ne ment, sur les six premiers moiscessent de séroder avec la de 2004, près de 220 000 véhi-hausse du prix des matières pre-cules sont sortis des chaînes dumières. site Peugeot de Sochaux, enAprès une année 2003 marquée baisse de 9,0% par rapport à lapar un net repli de la production même période de lannée pré-suite à la sécheresse, le secteur cédente. agricolea bénéficié en ce début Dans les biens déquipements,dannée de conditions climati-lactivité est plutôt morose. Siques plus favorables. Le rende-lavenir financier dAlstomment des cultures dhiver semble se dégager, cest au prixcomme des semis de printemps dune importante restructura-devraient être en forte hausse. tion et de fortes craintes surLa survente dune partie du lemploi sur le site de Belfort.cheptel en 2003 pour pallier le Lattentisme qui a prévalu avantmanque de fourrage pousse net-laccord de la Commision Euro-tement les prix de la vache à la péenne au nouveau plan dehausse. Fin mai 2004, le prix refinancement a pesédune vache de race Stabilisation sur lactivité du secteur.Montbéliarde dépas-Dans les biens de con-de l´activitésait les 2,5par kilo, sommation commeau plus haut depuis industrielle dans lindustrieseptembre 2001. En agroalimentaire, lactivité sestrevanche, la campagne laitière tout juste stabilisée et les indus-2003-2004 sest achevée avec triels restent prudents quant àune production de 135 000 hec-leurs perspectives dactivité.tolitres de moins que les quotas Dans ce climat plutôt morose,laitiers accordés à la région. lindustrie des biens intermé-Dans le bâtiment, la croissance diaires tire un peu mieux sonrégionale est toujours forte. Glo-épingle du jeu. Les carnets debalement, le nombre de mises commandes sont globalementen chantier augmente de 6,2% de janvier à juillet 2004 par rap-port à la même période de lan-née précédente. Malgré la hausse du coût de la construc-tion, linvestissement des mé-nages reste particulièrement soutenu. La construction pa-villonnaire connaît ainsi un re-bond de 7% après une baisse de 5% en 2003. Pour sa part, la construction dappartements
augmente encore de 4,4% aprèsnincite pas à linves-les records de 2003.tissement. Le main-Cette hausse des mises en chan-tien de la TVA à 5,5% tiers sétage de 9,4% dans lejusquà la fin 2005 est Jura à 24,5% dans le Territoireen revanche une de Belfort. Elle approche lesbonne nouvelle pour 14% en Haute-Saône.le secteur de lentre-Dans le Territoire de Belfort, iltien et de laméliora-sagit de la deuxième année con-tion de lhabitat. sécutive de forte croissance.Depuis le début de Celle-ci est portée par la fortel  a n n é e2 0 0 4 ,l a hausse de la construction indi-croissance de lacti-viduelle qui augmente de 45%vité dans le secteur sur les sept premiers mois detertiaire sest révé-lannée. Cette bonne tenue de lalée peu porteuse. La construction individuelle de-demande de crédits vrait se poursuivre grâce à laug-de la part des entre-mentation des permis de cons-p r i s e se s te n c o r e truire de pavillons. Elle devraitcalme tandis que les être amplifiée par une véritablecrédits immobiliers sont en-explosion dans le secteur descore très dynamiques. Dans appartements. De janvier àlintérim, le nombre de con-juillet 2004, latrats conclus de Construction : construction de 560janvier à juin 2004 appartements a étéle pavillon commeest en baisse de autorisée dans leplus de 16% par l´appartement Territoire de Bel-rapport à la même fort contre à peine plus de 300période de lannée précédente. pour une année pleine enLe ralentissement de lacti-moyenne. vitéest également à luvre Les mises en chantier se stabili-dans le commerce automobile. sent dans le Doubs à un hautLe niveau des immatricula-niveau. Les prochains moistions de véhicules neufs est en pourraient néanmoins être plusforte baisse sur les six pre-difficile dans ce départementmiers mois de lannée ( 7,9% avec une baisse de près de 16%par rapport à la même période des autorisations liée à un man-que de programmes collectifs. La construction de bâtiments à usage professionnel est peu dy-namique et la reprise observée en 2003 peine à se concrétiser. Les entrepreneurs restent pru-dents en attendant une reprise plus franche. Les capacités de loutil de production sont en-core faiblement utilisées ce qui
de lannée précédente), mar-quant ainsi un repli plus pro-noncé quau niveau national ( 2,7%).Ce repli sest fait aux dépens des véhicules à motorisation diesel qui repré-sentent 71,7% des ventes soit 1,6 point de moins quun an auparavant. On observe éga-lement une érosion des ventes de marques françaises. Les créations dentreprises se poursuivent à un rythme sou-tenu. De janvier à juillet, 2 738 entreprises ont été immatricu-lées, en hausse de 18% par rap-port à la même période de lan-
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL73 Nº
née précédente. Cette croissancedépartement. La baisse est de la création dentreprises estcomprise entre  0,7% dans le essentiellement le fait dentitésDoubs et  1,8% dans le Terri-nouvelles. Les créations purestoire de Belfort. sont ainsi en augmentation dePar contrecoup, la situation 26% sur la période pour repré-sur le marché du travail a con-senter plus de 2 créations den-tinué à se dégrader. La hausse treprises sur trois. En revanche,du nombre de demandeurs les reprises sont en baisse dedemploi reste forte pour at-3%. teindre37 269 chômeurs à la Dans ce contexte, à la fin mars,fin juin 2004, en hausse de lemploi salarié privé (hors agri-8,9% sur un an. Cette aug-culture et énergie) recule dementation est quatre fois plus 0,5% sur un an au niveau régio-forte que celle observée au nal. Lhémorragie de lemploiniveau national (+2,1%). Tou-industriel sest encore accélé-tes les catégories de deman-rée ( 3,8% après  3,1% dedeurs demploi sont touchées mars 2002 à mars 2003). Paral-par la dégradation du marché lèlement, lemploi in-du travail. Au niveau Fort recul térimaire est en fortedépartemental, le chô-baisse sur la période cede l´emploimage croît particuliè-qui a pesé sur la crois-rement vite dans le industriel sance de lemploi dansTerritoire de Belfort le secteur tertiaire. Globale-(+14,9%) alors même que la ment, elle sest limitée à 1,6%.restructuration dAlstom de-En revanche, elle reste dynami-vrait continuer à peser dans que dans la constructionles prochains mois. (+2,7%) en phase avec le dyna-Par ailleurs, le nombre de de-misme de lactivité dans ce sec-mandeurs demploi exerçant teur. uneactivité réduite a aug-Au niveau départemental,menté de 5,2% sur un an. La lemploi baisse dans tous lessortie du chômage devient plus départements à lexception dedifficile. Ainsi, le chômage de la Haute-Saône où il augmentelongue durée (plus dun an) de 1,5% grâce à une bonnereste orienté à la hausse pour résistance des industries de cereprésenter 27,7% des deman-
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL73 Nº
HÔTELLERIE : LES CLIENTS DE RETOUR
A près une baisse de 6% sur deux ans, la fréquentation de lhôtellerie franc-comtoise connaît un regain dactivité depuis le début 2004. Avec 974000 nuitées vendues au premier semestre (+5,5% par rapport au même semestre de lannée précédente), le creux de la vague semble bien avoir été atteint en 2003. Pour la deuxième année consécutive, la saison hivernale a connu un enneigement satisfaisant, ce qui a favorisé les hôtels situés en zone de montagne au premier trimestre. Cest cependant le retour de la clientèle daffaires qui explique cette reprise de la fréquentation. Les hôtels situés en zone urbaine ont ainsi connu un bien meilleur remplissage quau premier semestre 2003 avec une hausse de 12,0% des nuitées vendues. Cette bonne orientation de la fréquentation saccompa-gne dun rebond de loffre en chambres. Alors que de juillet 1998 à juillet 2002, les fermetures dhôtels sétaient succédées entraînant une perte de 8% de la capacité daccueil régionale, cette situation sest inversée depuis janvier 2003 et le parc hôtelier comprend, à lamorce de lété, 337 hôtels et 7 844 chambres (+5,4%). Dans les campings, après une année 2003 dun cru exceptionnel, lactivité semble en net retrait en 2004. Selon des données provisoires, le nombre de nuitées vendues aurait diminué de près de 20% en mai-juin 2004. Le positionnement des jours fériés et une météo défavo-rable expliquent, en partie, cette baisse de la fréquenta-tion.
des demploi (+1,3 point sur un an). Le taux de chômage régional a poursuivi sa progression pour atteindre 8,8% fin juin 2004 contre 9,9% au niveau national. En deux ans, la Franche-Comté e e est passée de la 3à la 8place des régions françaises pour son taux de chômage. Il reste néan-moins inférieur au niveau na-tional dans tous les départe-ments à lexception du Terri-toire de Belfort où il atteint 10,6% contre 9,6% un an plus tôt. Le Nord-Est franc-comtois est ainsi pénalisé par le ralentis-sement industriel de ces derniè-res années.n
Rédaction achevée le 25 août 2004 Patrice Perron
www.insee.fr insee-contact@insee.fr 0 825 889 452 (0,15/mn)
INSEEFranche-Comté « le Major » 83, rue de Dole BP 1997 25020 BESANÇON Cedex Tél : 03 81 41 61 61Fax : 03 81 41 61 99
Directeur de la publication :Didier Blaizeau Rédacteur en chef :François-Xavier Dussud Rédacteur en chef adjoint :Patrice Perron Mise en page :Maurice Boguet Imprimerie :Noir sur Blanc Besançon
Nº de CPPAP : 3 021 AD ISSN : 1248-2544 © INSEE 2004 dépôt légal : Septembre 2004
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.