Les aides régionales aux entreprises

De
Publié par

Les entreprises qui ont bénéficié d'une aide à l'investissement ont de meilleures performances en termes d'emploi et de production que des entreprises comparables non aidées. Les entreprises aidées possèdent des caractéristiques particulières. De taille plus importante, elles présentent un profil plus capitalistique que les entreprises non aidées. L'aide à l'investissement permet en général la réalisation d'un potentiel de développement.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 22
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Les aides régionales
aux entreprises :
un impact significatif
sur l’emploi
Entre 1997 et 2002, plus de 670 passer un cap stratégique. La hausse ou le Les entreprises qui ont
entreprises régionales ont bénéf - maintien de l’emploi est un objectif implicite bénéfcié d’une aide
cié d’aides de la Région Limousin de ces mesures.à l’investissement ont de
pour leur projet d’investissement Pour mesurer l’impact de ces dispositifs,
meilleures performances matériel ou immobilier. L’objectif on peut comparer les niveaux de quelques
en termes d’emploi et de de ces aides est d’accompagner indicateurs économiques, et en particulier
les entreprises dans leurs efforts l’emploi, un an avant le versement de l’aide production que des entre-
de modernisation lorsque l’inves- et deux ans après. Cette comparaison est me-prises comparables non
tissement permet à l’entreprise de née sur deux groupes distincts : le premier aidées.
Les entreprises aidées Un développement plus rapide dès le versement de l'aide
possèdent des carac- 114
téristiques particulières. 112
Entreprises non aidéesDe taille plus importante, 110
Entreprises aidéeselles présentent un profl
108
plus capitalistique que les
106
entreprises non aidées.
104
102
L’aide à l’investis-
100
sement permet en
98
général la réalisation d’un
96
potentiel de développe-
94
Année 0 Année 1 Année 2 Année 3ment.
Évolution globale de l'emploi dans les deux groupes (en base 100 l'année 0)
Année 0 : début de la période d'observation
Source : Insee - Région Limousin Année 1 : année du versement de l'aide est constitué par l’ensemble des entreprises Quel impact sur l'emploi et les chiffres d'affaires ?
ayant reçu l’aide, le second est un groupe
Résultats des entreprisestémoin qui permet les comparaisons. Ce
L'année précédent l'aide Évolution sur trois ans (%)groupe témoin est représentatif des entre-
prises éligibles non aidées.
entreprises non entreprises non
aidées aidées aidées aidées
en nombre de salariés :Entreprises aidées, non aidées : 19,5 7,5 +17,5 +8,6Emploi
deux groupes très différents en milliers d'euros :
1919 1062 +28,9 +15,4Chiffre d'affaires
La comparaison de ces deux groupes met en 672 262 +33,0 +20,2Valeur ajoutée
140 66 +62,9 +56,7Excédent brut d'exploitationévidence des différences de structure assez
importantes. Si la répartition géographique
Résultats des entreprises aidées et non aidées (moyennes des résultats individuels)
est assez proche d’un groupe à l’autre, les Source : Insee - Région Limousin
structures par secteur d’activité et surtout
par taille sont assez différentes. aides à l’investissement. Un suivi de l’évolution
On note en effet une surreprésentation dans Ces différences se retrouvent de l’emploi sur trois ans
le groupe des entreprises aidées des entrepri- dans les indicateurs économi-
ses plus fortement capitalistiques (secteurs ques : les entreprises aidées ont En termes d’évolution globale de
des industries des biens intermédiaires, des en moyenne un niveau d’emploi l’emploi, les différences entre les
industries de biens de consommation et très supérieur (douze salariés de deux ensembles d’entreprises sont
des industries des biens d’équipement), au plus en moyenne), un niveau assez nettes. En début de période
détriment des entreprises de commerces et de chiffre d’affaires ou de fonds d’observation, les entreprises
de services aux particuliers. propres deux fois supérieur, des aidées emploient en moyenne
Surtout, les petites structures de moins de immobilisations corporelles ou un 19,5 personnes, contre 7,5 pour
cinq salariés sont nettement moins présentes niveau de valeur ajouté deux fois les entreprises de l’échantillon
parmi les entreprises aidées (30 % contre et demie plus important que les témoin.
60 % dans l’échantillon témoin), bien qu’el- entreprises du groupe témoin. Trois ans plus tard, l’échantillon
les soient les plus nombreuses à présenter Globalement, les entreprises dont témoin compte moins d’une
des demandes d’aides. Comparativement au le dossier a été retenu ont donc personne supplémentaire par en-
tissu productif local, ce sont principalement un profil plus capitalistique et treprise, contre plus de deux dans
les entreprises de vingt à cinquante salariés présentent un potentiel de déve- celui des entreprises aidées, soit
qui présentent des dossiers et bénéfcient des loppement plus important. un écart supérieur à 7 points sur
l’augmentation de l’emploi.
C’est au cours de l’année suivant
Des différences structurelles entre entreprises aidées et non aidées le versement de l’aide que l’em-
ploi croît le plus fortement pour
Industries agricoles les entreprises aidées. Le différen-
et alimentaires
tiel reste fort également l’année
Industrie des biens suivante (année 3).
de consommation L’observation des évolutions par
Entreprises aidées taille d’entreprise ou par secteur Industrie automobile
d’activité met en évidence des
Entreprises non aidées
Industrie des biens disparités fortes. Si les petites en-
d'équipement treprises ont dans l’ensemble une croissance de l’emploi toujours
intermédiaires plus forte que les autres, cette
croissance est nettement plus im-Construction
portante dans le cas de celles qui
ont été aidées (l’écart est supérieur Commerce
à 30 points). Les écarts selon les
secteurs d’activité sont moins Transports
nets ; l’avantage est toutefois su-
Services périeur de plus de 10 points dans
aux entreprises
l’agroalimentaire, la construction
Services ou le commerce pour les entrepri-
aux particuliers
ses qui ont reçu une aide.0 5 10 15 20 25 30 35
Répartition des entreprises de chaque groupe selon les secteurs d'activité (%)
Source : Insee - Région Limousin
INSEE Limousin - mars 2007analyse « toutes choses égales par
ailleurs », la hausse moyenne de l’emploi Un impact très significatif sur les performances individuelles
reste encore largement favorable pour le
groupe des entreprises aidées, l’écart se
portant à onze points.
Cette analyse nous renseigne par ailleurs
Non aidées sur les facteurs explicatifs des évolutions de
Aidées l’emploi des entreprises. L’effectif de départ
est une variable explicative puisque, « toutes
valeur moyenne des distributions choses égales par ailleurs », on constate que
l’emploi des entreprises progresse d’autant
plus qu’il part d’un niveau assez bas. Le
secteur d’activité explique dans une faible
mesure, les différences entre les entreprises.
« Toutes choses égales par ailleurs », les
écarts de performance sont généralement
- 0,6 - 0,4 - 0,2 0 + 0,2 + 0,4 + 0,6 + 0,8 + 1 + 1,2 + 1,4 + 1,6
modestes d’un secteur d’activité à l’autre.
Distribution des entreprises selon l'évolution de l'emploi sur trois ans (%) La productivité du travail et le volume
Source : Insee - Région Limousin d’investissement pendant la période d’ob-
servation semblent quant à eux essentiels.
La productivité du travail, défnie comme la Des performances À structure identique,
valeur ajoutée rapportée à l’effectif de l’en-individuelles contrastées avantage confrmé pour
treprise, est en effet fortement corrélée avec
les entreprises aidéesCes résultats globaux masquent la l’évolution de l’emploi. Plus cet indicateur
diversité des situations des entre- Les répartitions par taille ou par est élevé en début de période, signe d’un
prises et de leurs performances. Le secteur d’activité des entreprises potentiel de développement important, et
recours aux données individuelles aidées ne sont pas conformes plus la croissance de l’emploi est forte.
permet de tenir compte de cette à celles de la population to-
diversité et de mieux appréhender tale des entreprises : on a vu Les aides facilitent
les différences de structure. en particulier que les petites l’investissement
L’analyse des performances in- entreprises étaient sous-repré-
dividuelles renforce et éclaire sentées dans l’échantillon des L’analyse du volume d’investissement durant
les constats précédents : l’écart entreprises aidées. En « neutra- les quatre années sous observation est éga-
en termes d’évolutions d’emploi lisant » ces différences dans une lement riche d’enseignements. Indépendam-
pour les entreprises aidées et pour
celles du groupe témoin s’élève
à 9 points, et les entreprises sont
d’autant plus performantes qu’el-
les sont de petite taille. Mais cette
Les entreprises aidées analyse met de plus en évidence
La liste initiale des 674 entreprises aidées a été fournie par la Région et enrichie avec une distribution des entreprises
des données disponibles à l’Insee sur les comptes des entreprises. 122 entreprises aty-
selon l’évolution de l’emploi
piques, dont le cas particulier risquait de biaiser l’analyse, ont été retirées.
très différente entre les deux
Le groupe témoingroupes : la moitié des entreprises
L’échantillon témoin (de plus de 4800 entreprises) est construit en sélectionnant des
aidées ont une évolution de l’em- entreprises pour lesquelles quatre années comptables sont disponibles, qui possèdent
ploi supérieure à 10 % deux ans toutes les conditions d’éligibilité requises, mais qui n’ont pas présenté de dossier d’aide
après le versement de l’aide, alors ou pas obtenu l’aide.
que les entreprises non aidées L’analyse « toutes choses égales par ailleurs »
se répartissent de façon presque Les résultats globaux portent sur des groupes d’entreprises de structures très différentes,
égale entre hausse et baisse. En ce qui infuence fortement les évolutions globales. Pour évaluer l’effet propre de l’aide
d’autres termes, si des entreprises à l’investissement, on doit tenir compte de ces différences de structure à l’aide d’une
modélisation, qui permet de raisonner à taille d’entreprise égale, secteur d’activité aidées montrent des évolutions
identique, même localisation géographique, etc. négatives de l’emploi, elles sont
L’analyse des gains de performancedans leur ensemble proportion-
À l’aide d’un modèle, il est possible de calculer la probabilité qu’une entreprise soit nellement plus nombreuses que
aidée en fonction de ses caractéristiques (effectif, secteur, productivité, localisation…). les autres à connaître une hausse
On peut ainsi comparer chaque entreprise aidée avec l’ensemble des entreprises non de l’emploi.
aidées qui avaient la même probabilité d’être aidées (et qui possèdent donc a priori
les mêmes caractéristiques économiques).
INSEE Limousin - mars 2007Cette étude est le fruit d’un partenariat initié mesurer le gain de performance L’impact sur les chiffres
en avril 2006 entre la direction régionale qu’a permis l’obtention de l’aide. d’affaires demeure
de l’Insee et la Région Limousin dans le but En l’occurrence, en termes d’em-modested’améliorer la connaissance statistique des ploi, le gain est de 9 points. Le
aides économiques versées par la Région et de Contrairement à l’évolution de calcul inverse (comparaison de
leur impact, notamment en termes d’emploi.
l’emploi, l’impact des aides à chaque entreprise non aidée avec Ce travail a donné lieu à la production d’un
l’investissement sur les autres ses semblables aidées), met en rapport d’étude, dont cette publication est
variables économiques est moins évidence une perte d’opportunité extraite, présentant les résultats détaillés des
net : le différentiel d’évolution de 8 points. Ces résultats confr -différentes investigations menées sur l’aide
à l’investissement immobilier et matériel et de chiffre d’affaires ou de valeur ment les précédents, à savoir que
sur l’avance en fonds propres remboursables ajoutée est plus modeste. On peut la différence de performance en
(AFPR). Pour l’AFPR, le nombre d’entreprises noter également que l’effet sur termes d’emploi entre les deux
concernées ne permet pas de mettre en œuvre l’endettement des entreprises reste groupes d’entreprises est nette, de
des procédures statistiques très sophistiquées, modéré, les entreprises aidées l’ordre de 9 points.
même si la comparaison brute des résultats
augmentant légèrement plus leur Par ailleurs, cette analyse permet entre les deux groupes d’entreprises permet
taux d’endettement en phase avec d’apprécier l’impact du processus de conclure à un effet signifcatif sur l’emploi
leur effort d’investissement. de sélection opérée par la Région de l’ordre de 5 points.
pour accorder les aides aux en-
ment de l’octroi d’aides à l’investissement,
on constate que la propension à investir et
à augmenter sa capacité productive est très
fortement corrélée à la performance en ter-
mes d’effectifs employés. Or, on peut noter
que si le niveau moyen d’investissement est
La Région Limousin, dans le cadre du Schéma régional de développement relativement stable pour les entreprises non
économique, a décidé de soutenir le développement des PME par des in-aidées, le volume investi est très nettement
terventions ciblées sur les facteurs clés de leur compétitivité : supérieur pour les entreprises aidées, l’an-
- l’innovation technologique, à l’aide du fonds pour l’innovation en
née de versement de l’aide. Les années sui- Limousin,
vantes, cet effort est maintenu puisqu’elles - l’investissement dans le capital humain, notamment par la prime régionale
investissent au moins autant que les autres. à l’emploi,
À ce titre, l’aide à l’investissement joue - l’accès aux marchés (première démarche à l’international, renforcement
pleinement son rôle incitatif. de position sur les marchés internationaux),
- la croissance des entreprises, à travers l’avance remboursable pour
l’amélioration des fonds propres, et l’aide à l’investissement matériel
et immobilier.
Pour plus de renseignements sur ces aides, contacter LISE « Limousin Informa-
tion Service Entreprises », par téléphone au 0 800 302 714, ou par Internet :
www.region-limousin.fr.50, avenue Garibaldi
87031 Limoges cedex
Tél 05 55 45 20 07
treprises candidates. En effet, les Fax 05 55 45 20 01 Gain de performance,
entreprises sont sélectionnées en
perte d’opportunitéInformations statistiques 08 25 88 94 52 fonction de leurs caractéristiques
Abonnements 05 55 45 21 31
économiques, mais d’autres fac-Contact presse 05 55 45 20 58 Toutes les entreprises éligibles à
teurs non observés ici peuvent l’aide ne sont pas effectivement
également infuencer l’attribution aidées ; certaines, par exemple,
des aides (qualité du dossier pré-n’ont pas eu connaissance de
senté, pertinence du projet d’in-www.insee.fr l’aide. De même, la Région peut
vestissement...). L’analyse montre privilégier des choix dans le pro-
Directeur de la publication Michel Deroin-Thévenin que ce processus de sélection des cessus de sélection.
Rédacteur en chef Yann Leurs
entreprises joue un rôle marginal Mise en forme Chantal Desbordes En comparant les performances
Impression Lavauzelle Graphic puisque le gain de performance de chaque entreprise aidée à
Maquette iti communication est pratiquement identique à celles des entreprises non aidées
Prix 2,50 euros l’écart constaté en première ap-qui possèdent les mêmes carac-
proche entre entreprises aidées et téristiques économiques, on peut Dépôt légal : mars 2007
entreprises non aidées.Code SAGE : FOC073624
ISSN : 1765-4475
Copyright - INSEE 2007
Olivier Barlogis (Insee), Régina Pagnoux (Insee)
« La rediffusion, sous quelque forme que ce soit, des fonds de cartes issus
du fchier GéoFLA® de l’IGN est soumise à l’autorisation préalable de l’IGN
et au paiement auprès de cet organisme des redevances correspondantes. »

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.