Les caractéristiques des recrutements dans l'artisanat

De
Publié par

En 1999, plus d'un quart des postes salariés de l'artisanat ont fait l'objet d'un recrutement au cours de l'année. Ce taux est particulièrement élevé dans les zones d'emploi dynamiques de Dijon et du nord de l'Yonne. Le bâtiment réalise quatre embauches sur dix. L'alimentation et les transports-réparations-services sont les deux autres principaux secteurs recruteurs. Trois embauchés sur quatre sont des hommes. Ils occupent principalement des emplois d'ouvriers et travaillent majoritairement dans le bâtiment. A l'inverse, les femmes sont surtout des employées de l'alimentation et de la coiffure. Plus des trois quarts des jeunes, des femmes, des ouvriers non qualifiés et des employés sont rémunérés moins de 6,10 euros de l'heure (40 F).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 23
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE N°92-Juin2002-2,20eurosBOURGOGNE
Les caractéristiques des recrutements
dans l’artisanat
En 1999, plus d’un quart des postes salariés de l’artisanat ont fait l’objet d’un recrutement
au cours de l’année. Ce taux est particulièrement élevé dans les zones d’emploi dynamiques
de Dijon et du nord de l’Yonne. Le bâtiment réalise quatre embauches sur dix. L’alimentation
et les transports-réparations-services sont les deux autres principaux secteurs recruteurs.
Trois embauchés sur quatre sont des hommes. Ils occupent principalement des emplois
d’ouvriers et travaillent majoritairement dans le bâtiment. A l’inverse, les femmes sont surtout
des employées de l’alimentation et de la coiffure. Plus des trois quarts des jeunes, des femmes,
des ouvriers non qualifiés et des employés sont rémunérés moins de 6,10 euros de l’heure (40 F).
es entreprises artisanales de Bour- Un recrutement sur cinq dans la zone d’emploi de DijonLgogne ont réalisé 15 950 embau-
ches en 1999 pour occuper l’un des Répartition des recrutements dans l’artisanat en 1999
58 500 postes salariés recensés dans
l’année. Le taux de recrutement s’élève
donc à 27,3 %. Ces nouveaux salariés
Sens
sont recrutés lors de créations d’em-
plois, à durée indéterminée ou non, ou
suite au remplacement de salariés en
Joignyposte. Châtillon-sur-Seine
Un taux élevé de recrutement
résulte donc en partie d’une forte crois-
Auxerre
sance de l’emploi dans l’artisanat ou
Avallond’un important taux de rotation des
salariés. Ce dernier est lié au dyna- DijonMontbard
misme des marchés du travail locaux et
Cosne-Cours-sur-Loire
à l’attractivité des autres secteurs
d’activité, vers lesquels se dirigent
certains salariés de l’artisanat. D’autres Nevers
Beaunefacteurs influencent aussi le niveau du Autun
taux de recrutement, notamment le Chalon-sur-Saône
nombre d’emplois saisonniers et de Decize
Le Creusotcontrats à durée déterminée.
Louhans
Montceau-les-Mines
Des disparités
Mâcongéographiques Le Charolais
Nombre de recrutements
3 400
La Côte-d’Or concentre près d’un
tiers des recrutements de l’artisanat, la
1 700Saône-et-Loire 30 %, l’Yonne 22 % et
Taux de recrutement en %
la Nièvre 16 %. L’Yonne arrive en tête
De 24 à 24,5 % De 24,5 à 27 % De 27 à 28,5 % De 28,5 à 30 %pour le taux de recrutement (28,7 %)
Source : INSEE - DADS 1999.devant la Côte-d’Or (28,2 %). Ce tauxINSEE N°92-Juin2002-2,20eurosBOURGOGNE
Trois secteurs à fort taux de recrutement
apparaît particulièrement élevé autour % Taux de recrutement par secteur d’activité
de Joigny, Sens et Auxerre, où l’emploi 30
artisanal ne progresse pourtant que
faiblement. Ces zones ont bénéficié
ces dernières années de leur proximité
du bassin parisien, et donc d’une forte
25croissance de la population active et
d’un fort dynamisme du marché du travail.
Le taux de recrutement avoisine les
30 % dans la zone d’emploi de Dijon
et dépasse les 27 % dans celle de
20
Montbard. Toutes deux ont connu une
croissance soutenue de l’emploi dans
le secteur artisanal (entre 14 et 15 % en
5 ans).
Les taux de recrutement sont, en
15
Bâtiment Transports- Textile- Autres TraitementBois- Alimentationrevanche, en net retrait dans la Nièvre
habillement-réparations- fabrications des métauxameublement
(26,7 %) et en Saône-et-Loire (25,7 %). cuirservices
Dans la Nièvre, plus rurale, l’emploi Source : INSEE - DADS 1999.
total a diminué ces dernières années et
d’Autun, de Mâcon et de Louhans l’artisanat, ce taux est révélateur d’unele nombre de salariés de l’artisanat a
présentent des taux de recrutement rotation importante des effectifs, notam-stagné, sauf autour de Decize, où il a
légèrement inférieurs à la moyenne ment dans la maçonnerie, les travauxprogressé de 14 % en 5 ans. Le marché
du travail peu dynamique freine les régionale, l’emploi artisanal ne progres- d’aménagement et de finition, et les
départs de ces salariés vers d’autres sant fortement que dans la zone terrassements et travaux divers. Les
secteurs d’activité. En Saône-et-Loire, d’emploi de Louhans. taux de recrutement sont en revanche
la situation apparaît contrastée. Autour plus faibles dans la plomberie, l’électri-
de Chalon-sur-Saône, le taux de recru- cité et la menuiserie.40 % des recrutements
tement élevé s’explique par une rota- L’alimentation, troisième secteur recru-
dans le bâtimenttion des effectifs de l’artisanat liée aux teur avec près de 15 % des embauches,
possibilités d’emplois dans les autres connaît une situation similaire avec un
Le bâtiment réalise plus de quatre taux de recrutement élevé et une progres-secteurs d’activité. En revanche, les
embauches sur dix. Il bénéficie d’un sion de l’emploi moyenne. Les embau-taux plus bas des zones d’emploi de
taux de recrutement proche de 30 %. ches concernent à parts égales la filièreMontceau-les-Mines, du Creusot et du
L’évolution récente de l’emploi y étant farine (boulangeries et pâtisseries) et laCharolais correspondent à un marché
proche de la moyenne observée dansde l’emploi peu actif. Enfin, les zones filière viande (boucheries et charcute-
ries).
Un tiers des recrutements sont des ouvriers du bâtiment En revanche, le taux de recrutement
du secteur transports-réparations-servi-Nombre des par secteur d’activité et catégorie socioprofessionnelle
ces, qui réalise 21 % des embauches,
est nettement plus bas. L’emploi y a
697
534 faiblement augmenté au cours des
Autres activités dernières années et apparaît davantage1 224
4 214 pérenne. Ce constat global doit être
nuancé. En effet, le taux de recrutement
1 385
apparaît élevé dans les transports et les
Bâtiment “autres services”, mais faible dans les
150 réparations, les soins à la personne et
1 014 les blanchisseries.1 460
Parmi les autres activités, seul le
377 bois-ameublement se caractérise par
808Alimentation 361 un taux de recrutement important. Ce
383
secteur a bénéficié d’une croissance de322
1 432 1 004 l’emploi salarié nettement supérieure à583
la moyenne de l’artisanat au cours des
Transports-réparations-services
dernières années.
EmployésOuvriers qualifiés Les embauches se font principale-
Ouvriers non qualifiés Chefs d'entreprise-cadres-professions intermédiaires ment dans les très nombreux établis-
Source : INSEE - DADS 1999.
© INSEE Bourgogne - 2002 - Les caractéristiques des recrutements dans l’artisanat 2INSEE N°92-Juin2002-2,20eurosBOURGOGNE
sements de petite taille, où les taux de Plus de 9 personnes sur 10 dans le bâtiment sont des hommes
recrutement sont élevés, en particulier Répartition des recrutements par secteur d’activité et sexe (%)
dans le bâtiment. La moitié des embau-
ches du bâtiment, de l’alimentation
Bâtiment
et des transports-réparations-services
s’effectuent dans des établissements
Travail des métaux
de moins de cinq salariés et les trois
quarts dans des qui
Bois-ameublement
comptent moins de 10 emplois. Dans
les autres secteurs d’activité, les re- Total
crutements sont mieux répartis entre
les établissements de petite et de Autres fabrications
moyenne tailles.
Alimentation
Trois embauchés sur Transports-réparations-services
quatre sont des hommes
Textile-habillement-cuir
Les hommes représentent les trois 10 20 30 40 50 60 70 80 90 1000
quarts des recrutés. Parmi eux, 60 % Hommes Femmes
sont des ouvriers qualifiés et un quart Source : INSEE - DADS 1999.
des ouvriers non qualifiés. Ils travaillent
Porteurs de métiers différents, hom-surtout dans le bâtiment. Le traitement
Près de 5 700 recrutésmes et femmes ont un comportementdes métaux, l’alimentation et les répa-
voisin en termes de mobilité quand ilsrations embauchent également en ont moins de 26 ans
exercent des fonctions de cadres-chefsmajorité des hommes. Ces nouveaux
d’entreprise, de professions intermé-salariés sont employés 9 fois sur 10 à Les embauches dans l’artisanat
diaires et d’ouvriers qualifiés : rotationtemps complet. concernent principalement les jeunes
faible dans le premier cas, moyenneLes deux tiers des femmes recru- générations. Ainsi, 36 % des salariés
tées sont des employées. Un tiers dans les deux autres. En revanche, les recrutés dans l’artisanat ont moins de
d’entre elles travaille dans les boulan- taux de recrutement très élevés pour 26 ans et 29 % entre 26 et 35 ans. La
geries-pâtisseries et les boucheries- les ouvriers non qualifiés, le sont proportion de jeunes de moins de
charcuteries et un quart dans les salons particulièrement pour les hommes. 26 ans est particulièrement forte dans
Parmi les employés, le taux d’em-de coiffure. Les ouvrières non quali- l’alimentation. Elle l’est aussi dans le
bauche est proche de la moyenne pourfiées représentent, pour leur part, 19 % traitement des métaux et les répara-
les femmes, mais élevé pour les hommes.des embauches féminines. Le travail à tions pour les hommes, et la coiffure
Ceux-ci travaillent dans les transportstemps partiel touche la moitié des pour les femmes. Ces jeunes représen-
(ambulanciers), les réparations (gara-recrutées de l’artisanat. Il est particu- tent également 43 % des recrutements
gistes) et le travail de la viande, oùlièrement répandu dans la boulan- d’ouvriers non qualifiés.
s’exerce la concurrence des grandesgerie-pâtisserie où trois femmes sur Par ailleurs, 2 200 salariés de plus
surfaces.cinq le pratiquent. de 45 ans ont été embauchés, dont
près de la moitié d’ouvriers qualifiés. Ils
Les femmes majoritaires parmi les employés fournissent 38 % des postes de chefs
d’entreprise-cadres.
Répartition des recrutements par catégorie socioprofessionnelle et sexe (%)
Fortes disparités salariales
Ouvriers non qualifiés
En 1999, 63 % des recrutés ga-
Ouvriers qualifiés
gnent moins de 6,10€ (40 F) nets de
l’heure, contre 45 % de l’ensemble des
Employés
salariés de l’artisanat. Près de huit fem-
Chefs d'entreprise- mes embauchées sur dix sont dans ce
cadres-professions
cas. A l’inverse, seulement 7 % des re-
intermédiaires
crutées gagnent plus de 7,62€ (50 F)
30 40 50 80 90 1000 10 20 60 70 contre 16 % des hommes.
Les moins de 26 ans sont égale-Hommes Femmes
ment plus faiblement rémunérés.
Source : INSEE - DADS 1999.
En effet, huit recrutés sur dix gagnent
© INSEE Bourgogne - 2002 - Les caractéristiques des recrutements dans l’artisanat 3INSEE N°92-Juin2002-2,20eurosBOURGOGNE
Les femmes et les jeunes sont faiblement rémunérésmoins de 6,10 € de l’heure parmi les de 26 ans, contre cinq sur dix Répartition des recrutements par tranche de salaire horaire et caractéristiques des salariés (en %)
parmi les plus de 35 ans. La différence
Total
est également très nette pour la tranche
Femmesde salaire horaire supérieure à 7,62€ :
4 % des moins de 26 ans se situent Hommes
dans cette tranche, contre un quart des
De 15 à 25 ansplus de 35 ans.
Les trois quarts des employés et De 26 à 35 ans
ouvriers non qualifiés sont recrutés
36 ans et plusavec un salaire net horaire inférieur à
6,10€, contre un peu plus de la moitié Ouvriers non qualifiés
des ouvriers qualifiés, un tiers des sala-
Employés
riés exerçant une profession intermé-
diaire et moins de 20 % des chefs Ouvriers qualifiés
d’entreprise-cadres. Le taux de recrute-
Professions intermédiaires
ment diminue fortement, quand le
niveau de salaire augmente pour toutes Chefs d'entreprise-cadres
les catégories socioprofessionnelles.
0 20 40 60 80 100
Moins de 6,10 euros De 6,10 à 7,62 euros 7,62 euros et plus
Odile Leduc
Source : INSEE - DADS 1999.
MÉTHODOLOGIE
Les résultats présentés dans cet article sont issus du fichier des Déclarations Annuelles de Données Sociales (DADS). Cette déclaration est un docu-
ment administratif rempli par les employeurs.
Le champ de l’étude prend en compte les 13 880 établissements-employeurs relevant de l’artisanat en Bourgogne. Il concerne l’ensemble des salariés
de l’artisanat, sans les intérimaires, les apprentis et les stagiaires, ni les salariés du secteur de l’énergie, ni les postes annexes (périodes d’emploi très
courtes ou rémunérations très faibles).
L’étude porte sur la capacité de l’artisanat bourguignon à embaucher. Or, les DADS ne contiennent pas d’information sur l’existence d’un recrutement
au sens juridique, mais sur les postes de travail, à savoir un emploi occupé par un individu donné dans un établissement donné. Ainsi, à un salarié qui
a travaillé dans deux établissements différents au cours de l’année correspondent deux postes. De plus, lors de la première apparition d’un établisse-
ment avec plus de 4 emplois détectés, on considère que ce sont de faux recrutements. En effet, il s’agit vraisemblablement d’une reprise d’établisse-
ment par un autre exploitant avec les mêmes salariés.
Dans les statistiques présentées, un salarié est considéré comme ayant fait l’objet d’un recrutement au cours de l’année, s’il n’a fait l’objet d’aucune
rémunération, en tant que salarié dans l’établissement, au cours des douze mois qui précèdent son apparition dans cet établissement.
Le taux d’embauche ou de recrutement, dans cette étude, correspond à l’ensemble des recrutements (apparitions de nouveaux postes) au cours de
l’année 1999 rapporté aux effectifs totaux (tous les postes répertoriés dans les DADS) de cette même période.
Thème du prochain numéro : Les emplois salariés dans le tourisme
POUR EN SAVOIR PLUS
Références régionales
INSEE - BOURGOGNE
2, rue Hoche - 21000 Dijon- Les chiffres-clés de l’artisanat 2001 - Chambre Régionale de Métiers de
Tél:0380406767Bourgogne - mars 2002.
Fax:0380406800
- Les chiffres de l’artisanat dans l’Yonne - édition 2002 - Chambre de Métiers Directrice de la publication : Véronique Moyne
de l’Yonne. Rédacteur en chef : Denis Quénelle
Maquette PAO : Catherine Naslot- L’artisanat recrute - INSEE Bourgogne Dimensions n°79 - janvier 2001.
Abonnement :
Références nationales 11 numéros par an + Bilan économique
et social annuel : 22 euros abonnement France- Les chiffres-clés de l’artisanat - édition 2001 - Études et Statistiques -
27 euros abonnement étrangerSecrétariat d’État aux PME, au commerce et à l’artisanat.
2,20 euros le numéro
-Tableaux de l’économie française - édition 2001/2002 -Références - INSEE. Impression :AZ Média - Chenôve
Dépôt légal : à parution- L’artisanat : enjeux et conditions de son développement - Rapport annuel
ISSN 1246-483 X
n°19 - Conseil Économique et Social - 2001.
Code Sage D029216
Les INSEE Première, les INSEE Bourgogne Dimensions et les notes de  INSEE 2002
conjoncture figurent dès parution sur le site Internet de l’INSEE : www.insee.fr.
© INSEE Bourgogne - 2002 - Les caractéristiques des recrutements dans l’artisanat 4

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.