Les créations d'emplois dans les nouvelles entreprises : Des résultats encourageants

De
Publié par

La majorité des entreprises haut-normandes créées en 1994 ont démarré leur activité avec un ou deux postes de travail. Les dirigeants non salariés représentent au départ plus de la moitié des effectifs. Cette proportion s'explique par la présence massive des entreprises individuelles. Les jeunes entreprises ont aussi créé des emplois salariés (1 600 postes) dont les trois quarts sont des postes à temps plein. Trois ans plus tard, en 1997, les entreprises individuelles s'avèrent être les plus fragiles. Nombre d'entre elles ont disparu entraînant une nette diminution du nombre de dirigeants non salariés. Les unités survivantes ont, pour leur part généré 500 postes salariés en plus dont une majorité de temps plein. Elles ont aussi beaucoup développé le travail à temps partiel et ont employé deux fois plus de stagiaires et apprentis qu'en 1994. Leurs perspectives de développement restent cependant modestes. Elles les subordonnent à un allègement des prélèvements obligatoires et des charges sociales en particulier. Uniquement en consultation dans nos locaux
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 7
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

ENTREPRISES
La création d’emplois
dans les nouvelles entreprises
Des résultats
encourageants 25
n Haute-Normandie, les Des jeunes entreprisesLa majorité des entreprises
nouvelles entreprises suivies dynamiqueshaut-normandes créées en Edans l’enquête SINE (1)1994 ont démarré leur activité
ont permis la création ou le Trois ans plus tard, les 944 entre-avec un ou deux postes de
maintien de 3 704 emplois dont prises survivantes emploient encoretravail. Les dirigeants non
1 618 emplois salariés. La majorité 3 369 personnes, soit une perte desalariés représentent au départ
des entreprises (près de 80%) ont 9% par rapport à l’effectif de départ.plus de la moitié des effectifs.
démarré leur activité avec un ou C’est dire que les entreprises péren-
Cette proportion s’explique par
deux postes de travail, correspon- nes ont globalement créé des em-
la présence massive des
dant le plus souvent à un poste de plois (2). Le nombre de salariés a
entreprises individuelles. Les dirigeant non salarié ou de conjoint progressé de 505 postes en trois ans
jeunes entreprises ont aussi collaborateur. 73% d’entre eux (+31%), dont 360 postes à temps
créé des emplois salariés avaient un statut de non salarié, plein.
(1 600 postes) dont les trois 17% étaient salariés dès la création Elles ont, en outre, massivement
quarts sont des postes à temps de leur entreprise. La forte propor- développé le travail à temps partiel.
plein. Trois ans plus tard, en tion de dirigeants non salariés à la En 1997, en effet, elles emploient au-
1997, les entreprises création de l’entreprise s’explique tant de salariés à temps partiel
individuelles s’avèrent être les essentiellement par la structure qu’en 1994, multipliant ainsi le re-
juridique choisie et le secteur d’ac-plus fragiles. Nombre d’entre cours à ce type d’emploi par 1,8. El-
tivité : la plupart des créateurs les comptent aussi, en proportion,elles ont disparu entraînant une
d’entreprises (61%) sont des entre- quatre fois plus de stagiaires et ap-nette diminution du nombre de
preneurs individuels - artisans, com- prentis que lors de leur création. Ladirigeants non salariés. Les
merçants ou professions libérales. majorité d’entre elles (70%), en re-unités survivantes ont, pour leur
Parmi les emplois salariés créés vanche, n’a pas recours à du per-part, généré 500 postes
(non dirigeants), on compte 76% de sonnel extérieur ou occasionnel etsalariés en plus dont une
postes à temps plein, 18% de tempsmajorité de temps plein. Elles
(1) Enquête SINE : voir encadré page 22.partiel et 6% de stagiaires et appren-
(2) 44% des entreprises enquêtées en 1994 n’ontont aussi beaucoup développé
tis. pas survécu.
le travail à temps partiel et ont
employé deux fois plus de
Une répartition fortement modifiée entre 1994 et 1997
stagiaires et apprentis qu’en
ÉVOLUTION DU NOMBRE D’ENTREPRISES SELON L’EFFECTIF SALARIÉ1994. Leurs perspectives de
1994 1997 Évolution
développement restent 1997/1994Nombre En % Nombre En %
Pas de salarié 1 192 70,4 428 45,3 35,9cependant modestes. EIles les
1 ou 2 salariés 334 19,7 257 27,2 76,9
subordonnent à un allégement 3 à 5 salariés 119 7,0 146 15,5 122,7
6 à 9 salariés 23 1,4 62 6,6 269,6des prélèvements obligatoires
10 salariés et plus 25 1,5 51 5,4 204,0
et des charges sociales en Total 1 693 100,0 944 100,0 55,8
particulier.
Unités : nombre, %, évolution 1997/1994 : indice base 100 en 1994 Source : INSEE - Enquête SINE
AVAL 86 3e TRIMESTRE 1999ENTREPRISES
elles sont seulement 17% à utiliser ans, passant de 2 086 à 1 246 em- visagent pas de créer de nouveaux
de la main-d’oeuvre intérimaire. plois. Cette forte baisse touche les emplois, plus d’une sur quatre ne se
Les entités survivantes restent dirigeants non salariés et leur con- prononce pas. La première raison
des petites structures (95% ont joint collaborateur mais aussi les di- évoquée par les entrepreneurs qui
moins de 10 salariés, 45% n’en ont rigeants salariés. Elle résulte ne souhaitent pas embaucher tient
pas en 1997) qui se sont dévelop- d’abord du taux élevé de cessations au coût du travail trop élevé. Près
pées : les unités de trois à cinq sala- d’entreprises individuelles (-48%) d’un tiers des entrepreneurs n’a pas
riés sont un peu plus nombreuses et, dans une moindre mesure, de besoin d’embaucher, pour un sur
qu’en 1994 (+23%), les entreprises celles des sociétés (-38%). Elle peut dix, la crainte de ne pouvoir licen-
de six à neuf salariés sont passées être aussi liée, pour certaines entre- cier et les difficultés à trouver une
de 23 à 62 unités, tandis que le nom- prises, au changement de statut ju- main-d’oeuvre adaptée constituent
26 bre d’exploitations de plus de dix ridique de l’entreprise. C’est le cas le principal obstacle.
salariés a plus que doublé. par exemple de l’entrepreneur indi- Les trois quarts de celles qui sou-
viduel qui devient gérant salarié de haitent embaucher créeront un ou
la nouvelle SARL qu’il vient de deux emplois supplémentaires, une
Les exploitants individuels créer pour consolider son expan- sur cinq envisage l’embauche de
sion. Quelques cas sont à signaler trois à cinq personnes.sont les plus vulnérables
dans l’hôtellerie et la restauration, Si les entreprises interrogées ne
Le personnel dirigeant a, pour dans les services aux entreprises et prévoient pas de créations d’emplois
sa part, diminué de 40% en trois dans l’industrie. massives, elles sont très peu nombreu-
Ces deux derniers sec- ses à envisager de futurs licenciements
teurs d’activité sont par au cours des douze prochains mois. EnCessations et changements de statut
ailleurs les seuls secteurs fait, très peu se prononcent suraffectent les dirigeants
où le nombre de dirigeants d’éventuels licenciements au cours
ÉVOLUTION DE L’EMPLOI DANS LES JEUNES ENTREPRISES
salariés a augmenté entre de l’année à venir.Évolution
1994 1997
1997/1994 1994 et 1997. En 1997, beaucoup d’entrepre-
Nombre de salariés 1 618 2 123 131,2
dont : neurs attendaient une conjoncture
Temps plein 1 230 1 590 129,3 plus favorable pour développerTemps partiel 286 287 100,3
Stagiaires et apprentis 102 246 241,2 leur structure. Ils espèrent, aussi etDes perspectives
surtout, un allégement des prélève-Nombre de dirigeants 2 086 1 246 59,7 d’embauches très
dont : ments obligatoires et notammentmodestesDirigeants salariés 351 279 79,5s non salariés 1 526 821 53,8 des charges sociales
Conjoints 209 146 69,9
Près des deux tiers desTotal 3 704 3 369 91,0
André BOHL
entreprises pérennes n’en- Christian CAMESELLA
Unité : base 100 en 1994 Source : INSEE - Enquête SINE
Une plus forte concentration au fil du temps
CONCENTRATION DES EFFECTIFS TOTAUX DANS LES ENTREPRISES
1994 1997Actifs Actifs
100 100
80 80
60 60
40 40
20 20
0 0
30 40 50 60 70 80 90 10030 40 50 60 70 80 90 100
Entreprises Entreprises
Note de lecture : En 1994, la moitié de l’emploi créé est concentré Note de lecture : En 1997, la moitié de l’emploi créé est concentré
dans 13% des entreprises nouvelles survivantes.dans 20% des entreprises nouvelles.
Unité : % cumulés Source : INSEE - Enquête SINE
AVAL 86 3e TRIMESTRE 1999

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.