Les groupes d'entreprises : une centaine de groupes, simples ou complexes

De
Publié par

Des groupes se constituent lorsque des entreprises sont reliées par des liens juridiques permettant un contrôle de fait. Une centaine de groupes existent à la Réunion, dont une bonne moitié est d'origine métropolitaine. L'activité des groupes représente le tiers de l'activité de l'île et les deux tiers des activités des entreprises de plus de 50 salariés. Ils sont surtout concentrés dans les secteurs du commerce, de l'industrie et de l'immobilier. Des raisons comptables et fiscales renforcent la dynamique des groupes et poussent à la diversification de leurs activités.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

éco nomie
Les grou pes d’entreprises
Une cen taine de grou pes,
Des grou pes se cons ti tuent lorsque des en tre pri ses sont re liéesLa source
par des liens ju ri di ques per met tant un con trôle de fait. Une
L’en quête liai sons fi nan ciè res (LIFI) cen taine de grou pes exis tent à La Réu nion, dont une bonne
in ter roge toute en tre prise fran çaise moi tié est d’ori gine mé tro po li taine. L’ac ti vi té des grou pesprivée dès lors qu’elle sa tis fait l’un
re pré sente le tiers de l’ac ti vi té de l’île et les deux tiers desdes cri tè res sui vants :
ac ti vi tés des en tre pri ses de plus de 50 sa la riés. Ils sont sur toutg ef fec tif sa la rié su pé rieur à 500
per son nes concen trés dans les sec teurs du com merce, de l’in dustrie et de
g chiffre d’af fai res su pé rieur à 400 MF l’im mo bi lier. Des rai sons comp ta bles et fis ca les ren for cent la
dy na mique des grou pes et pous sent à la di ver si fi ca tion de leurs
g por te feuille de ti tres de
par ti ci pa tions su pé rieur à 8 MF ac ti vi tés.
g l’en tre prise était tête de groupe
l’année pré cé dente
-ne en tre prise peut être ac tion g l’en tre prise est dé tenue di rec te ment
naire d’une autre en tre prise pourpar une en tre prise étran gère U di ver ses rai sons. Cela peut al lerCes en tre pri ses ren sei gnent alors à la
du simple pla ce ment fi nan cier à la prisefois sur leurs dif fé ren tes par ti ci pa tions
de par ti ci pa tion as sortie d’une vo lon téet sur la na ture de leur ac tion na riat
d’in fluen cer l’en tre prise cible. Seule la(pu blic / pri vé / étran ger ; per sonne
phy sique / mo rale). Ces in for ma tions connais sance des mo ti va tions des di ri -
per met tent d’iden ti fier des tê tes de geants de l’en tre prise ac tion naire per met
grou pes, de re cons ti tuer le contour de de tran cher réel le ment entre ces ap pro -
chaque groupe, la liste des en tre pri ses ches. Il peut aus si exis ter des re la tions
le com po sant et la na ture des liai sons
for tes entre en tre pri ses sans pour au tantentre ces en tre pri ses. On peut ain si
qu’il y ait une par ti ci pa tion fi nan cièreap pré hen der la struc ture de chaque
dans le ca pi tal. Les liens peu vent êtregroupe et me su rer le poids des
con trac tuels (con trat de fran chise pargrou pes dans l’éco nomie. L’en quête
exemple), cor diaux (bonne en tente entrene couvre ce pen dant pas les pe tits
grou pes. les ac tion nai res de deux en tre pri ses in-
Les en tre pri ses ap par te nant àdé pen dan tes). Ils peu vent être en coreL’en quête LIFI est sou mise au se cret un groupe sont par ti cu liè re ment
plus forts lorsque l’ac tion naire prin ci palsta tis tique, ce qui in ter dit la dif fu sion nom breu ses dans le com merce,
de deux en tre pri ses est une seule et l’in dustrie et l’im mo bi lier.d’in for ma tions au ni veau in di vi duel
même per sonne phy sique. Dans ce der sur les en tre pri ses en quê tées. -
nier cas, on peut consi dé rer qu’il y a
Pour cette étude nous n’avons pris engroupe, mais les lois sur la pro tec tion de
compte que les grou pes d’en tre pri ses re -l’in di vi du in ter di sent d’en quê ter les en - liées entre el les par des liens ju ri di questre pri ses dans cette si tua tion.
per met tant un con trôle de fait, c’est à
dire une par ti ci pa tion à hau teur d’au
moins 40 % du ca pi tal. A ces ni veaux de
dé ten tion, l’en tre prise ac tion naire est en
ef fet de loin l’ac tion naire prin ci pal, sauf
si deux en tre pri ses dé tien nent cha cune
plus de 40 %, ce qui n’est pas le cas à La
Réu nion. Se lon cette dé fi ni tion on dé -
nombre 111 grou pes d’en tre pri ses im -
plan tés à La Réu nion. Par mi eux un tiers
sont réu nion nais, plus de la moi tié sont
na tio naux et en vi ron 10 % sont des
grou pes étran gers.
Les en tre pri ses réu nion nai ses con trô lées
par des grou pes sont sur tout concen trées
dans le com merce, l’in dustrie et l’im mo -
Plus de la moi tié des grou pes ont bi lier. Ces trois sec teurs to ta li sent en ef -une ori gine na tio nale. Un sur
fet près de 70 % des en tre pri ses en ques -trois est réu nion nais.
tion alors qu’ils ne re pré sen tent que la
4économie
sim ples ou com plexes
moi tié des en tre pri ses réu nion nai ses. les deux tiers de l’ac ti vi té to tale de ces LexiqueL’ori gine des grou pes est re la ti ve ment gran des en tre pri ses, tous sec teurs
dé ter mi nante quant à leur sec teur prin ci - confon dus. Les 327 en tre pri ses réu nion -
Tête de groupe : Une tête de groupe est pal d’im plan ta tion. En ef fet, les grou pes nai ses con trô lées par des grou pes sont
une en tre prise ap par te nant à un grouperéu nion nais sont plus im plan tés dans le en ef fet par mi les plus gran des. Plus du
et n’ayant pas d’en tre prise ac tion nairecom merce et l’im mo bi lier, alors que les tiers des gran des en tre pri ses réu nion nai - dé te nant plus de 10% de son ca pi tal
grou pes na tio naux se re trou vent da van ses de plus de 250 sa la riés et plus du- (seuil des pri ses de par ti ci pa tion). Elle
tage dans le BTP, les trans ports, les quart des en tre pri ses de plus de 50 sa la - est au som met de la py ra mide du
com mu ni ca tions et la fi nance. Enfin les riés font partie de grou pes. groupe. Ain si un groupe pos sède
grou pes étran gers sont plu tôt in dus triels. tou jours une et une seule tête de
groupe.Le statut des tê tes de
Fi liale : La fi liale est une en tre prisegroupe
con trôlée di rec te ment ou in di rec te ment
par la tête du groupe (à plus de 50 %
Les en tre pri ses si tuées au som met de la des droits de vote au sens strict et à plus
py ra mide d’un groupe sont es sen tiel le - de 40 % au sens large) .
ment des SA ou des SARL. Ce pen dant
Noyau dur : Un groupe im plan té à La
la ré par ti tion entre ces deux sta tuts ju ri - Réu nion pos sède des en tre pri ses
di ques est dif fé rente se lon que les grou - con trô lées au sens large (au moins 40%
pes sont na tio naux ou réu nion nais. En de part du ca pi tal ou des droits de vote,
ef fet, 85 % des tê tes de grou pes na tio na- outre des par ti ci pa tions dans d’au tres
en tre pri ses. Ces en tre pri ses con trô léesles sont des SA et seu le ment 4% sont
for ment le sque lette du groupe, sondes SARL. Cette ré par ti tion est moins
noyau dur.tranchée pour les tê tes de grou pes réu -
nion nai ses, avec deux tiers de SA et un
quart de SARL. Cela tra duit avant tout
Les grou pes réa li sent près de la une dif fé rence de taille : les grou pes na -
moi tié du chiffre d’af fai res to tal Les au teurstio naux étant d’en ver gure plus im por -
des ac ti vi tés fi nan ciè res et de
l’in dustrie, et plus du tiers du
g Fré dé ric BOULANGER est vo lon tairecom merce et du BTP.
de l’aide tech nique à la di rec tion
ré gio nale de l’INSEE.
Le tiers de l’ac ti vi té de l’île
g Guil laume MORDANT est responsable
dé pend des grou pes du service des étu des et de la dif fu sion
à la di rec tion ré gio nale de l‘INSEE.
Les en tre pri ses ap par te nant à des grou -
pes confè rent à ceux-ci un poids cer tain
dans l’éco nomie réu nion naise. Le tiers
de l’ac ti vi té to tale de l’île en dé pend,
qu’on le me sure par le chiffre d’af fai res
ou par la va leur ajoutée. Le poids des
grou pes est proche de 50 % dans les ac -
ti vi tés fi nan ciè res et l’in dustrie. Il varie
Les grou pes réa li sent les deuxentre 35 % et 45 % dans le BTP et le tiers de l’ac ti vi té des en tre pri ses
com merce. Enfin il dé passe 20 % dans de 50 sa la riés ou plus.
l’agri cul ture. Dans les au tres sec teurs,
les grou pes re pré sen tent moins de 15 %
tante que les grou pes réu nion nais, les tê -de l’ac ti vi té. Les grou pes re pré sen tent
- tes de grou pes des pre miers ont né ces -en outre près de la moi tié des im mo bi li
sa tions to ta les des en tre pri ses réu nion - sai re ment un sta tut ju ri dique adap té à
nai ses, avec là en core des dis pa ri tés sec - leur taille. Par exemple, un groupe in tro -
duit en bourse aura né ces sai re ment uneto riel les mar quées, sen si ble ment
iden ti ques à cel les cons ta tées pour l’ac ti tête de groupe SA, puisque ce type per --
vi té. met un nombre il li mi té d’ac tion nai res
con trai re ment à la SARL. C’est dans le
Le poids des grou pes est en core plus im - sec teur de l’im mo bi lier que l’on trouve
por tant lors qu’on consi dère les en tre pri- la pro por tion la plus im por tante de tê tes
ses de 50 sa la riés ou plus. Il at teint alors de grou pes SARL (40 %).
5éco nomie
Les tê tes de groupe ont en gé né ral la
même ac ti vi té que celle qui do mine dans La struc ture des grou pes le groupe. Ce pen dant le tiers des tê tes de
groupe ont une ac ti vi té non pro duc tive
Plu sieurs in di ca teurs peu vent être La com plexi té des grou pes dans (sur tout hol ding, mais aus si or ga nisme
-uti li sés pour me su rer la com plexi té leur im plan ta tion réu nion naise dé de pla ce ment de va leurs mo bi liè res, ou
des grou pes : le nombre d’en tre pri - pend net te ment de leur ori gine.
ges tion de por te feuille). Il s’agit es sen -ses, le nombre de ni veaux, le Ain si, les grou pes étran gers ont les
tiel le ment de struc tu res ju ri di ques vi desnombre de bran ches et en fin l’ar - struc tu res les plus sim ples, les
per met tant une conso li da tion des au tresbo res cence elle même. grou pes réu nion nais sont les plus
en tre pri ses pro duc ti ves du groupe. Les-com plexes et les grou pes na tio
On peut re pré sen ter de fa çon grou pes cor res pon dant sont pour la moi -naux se si tuent entre les deux.
étagée le groupe et les en tre pri ses tié d’entre eux dans le com merce et le
le cons ti tuant en met tant sur un En ef fet, la qua si to ta li té des grou - BTP. Re la ti ve ment peu de grou pes in -
même ni veau les en tre pri ses re - pes étran gers pos sède un seul ni- dus triels ont une tête de groupe de ce
liées à la tête de groupe par un veau, et une seule branche. Ils type.
même nombre d’en tre pri ses in ter - con trô lent donc une seule en tre-
mé diai res (ou en tre pri ses «re lais»). prise réu nion naise. Dans quel ques
Ain si, les en tre pri ses de rang 1, cas, l’en tre prise con trôlée a des Des rai sons comp ta bles,
c’est à dire du pre mier ni veau, sont ra mi fi ca tions et ap pa raît comme ma na gé ria les et fis ca les
dé fi nies par leur lien di rect avec la un vé ri table sous-groupe réu nion-
tête de groupe. Les en tre pri ses de nais.
Un groupe se crée en gé né ral dans unrang 2 ou du ni veau 2 sont liées à
but de conso li da tion fis cale des en tre pri En gé né ral (dans trois cas sur -la tête de groupe via une en tre prise
quatre), le sché ma des grou pes ses liées : c’est la rai son d’être du-in ter mé diaire. Le nombre de ni
na tio naux reste simple avec un groupe par dé faut. En ef fet, les dé fi citsveaux d’un groupe est un in di ca -
seul ni veau. En ef fet, comme les éven tuels d’une en tre prise du groupeteur de la taille et de la com plexi té
étran gers, une ma jo ri té des grou- peu vent cons ti tuer un abat te ment pourde ce lui-ci.
pes na tio naux con trô lent une l’im po si tion des bé né fi ces éven tuels
La branche d’un groupe est un seule en t re prise réu nion naise. Ce - d’une autre. Ain si, l’im po si tion to tale de
che min for mé de liai sons suc ces si - pen dant un sur cinq pos sède deux l’en semble est net te ment di minuée.
ves entre en tre pri ses. Ain si, la en tre pri ses sur l’île. Dans un tel cas, on ver ra sou vent ap pa -
branche a tou jours à une ex tré mi té raître à la tête des grou pes des hol dingsLes grou pes réu nion nais sont net- la tête de groupe et à l’autre une
ou au tres struc tu res ju ri di ques vi des des -te ment plus com plexes : une ma- en tre prise «feuille», c’est-à-dire
ti nées uni que ment à ser vir de point fo cal jo ri té d’entre eux ont au moins-n’ayant pas elle même de par ti ci
trois ni veaux et/ou trois bran ches. pour l’im po si tion de l’en semble dupa tions. On peut «des cendre» la
Trois grou pes sor tent net te ment du groupe.branche en la par cou rant de puis la
lot avec plus de 3 ni veaux, et 20 à tête de groupe jus qu’à l’en tre prise Une autre rai son de la cons ti tu tion des50 bran ches. Les grou pes com- «feuille», et la «re mon ter» en sens
grou pes est tout sim ple ment la comp ta -plexes sont en gé né ral hié rar chi- in verse. Le nombre de bran ches
bi li té. Il est a prio ri plus simple de réa li -sés. En re vanche un bon nombred’un groupe est aus si un in di ca teur
de grou pes à un ni veau ont une ser des comp ta bi li tés gé né ra les d’en tre -de la taille et de la com plexi té de
struc ture étalée en «râ teau». pri ses ayant une seule ac ti vi té ou un seul ce lui-ci.
éta blis se ment que de conce voir un sys -
tème in terne de comp ta bi li té ana ly tique
au sein d’une grosse en tre prise à plu -
sieurs ac ti vi tés ou éta blis se ments en plus Ré par ti tion des grou pes se lon l’ori gine et la struc ture
de sa comp ta bi li té gé né rale. On va donc de leur noyau dur réu nion nais.
scin der l’en tre prise en plu sieurs en tre -
pri ses plus pe ti tes, spé cia li sées dans une
1 ni veau 2 niveaux 3 ni veaux ou plus ac ti vi té ou ins tal lées dans un seul éta -
blis se ment, ces en tre pri ses étant re liées
par des liens ju ri di ques as su rant le con -
(1)
(1ou +) trôle de l’en semble. On ver ra éga le ment
(1) (2) (3 ou +) ap pa raître des en tre pri ses coif fant une
(1 ou +) partie d’un groupe pour ras sem bler sous
(1 ou +) (2 ou +) sa comp ta bi li té tout un pan co hé rent(1 ou +)
d’ac ti vi tés. Les grands grou pes réu nion -
nais en sont de bons exem ples : la tête
Grou pes
85 % ... ... de groupe dé tient plu sieurs en tre pri sesétrangers
aux ac ti vi tés di ver ses, mais l’une d’entre
Gr ou pes el les est une en tre prise re lai qui58 % 19 % ... 8 % 10 % 3 %
na tio naux ras semble tou tes les en tre pri ses d’un
pôle com merce ou d’une fi lière
Grou pes
17 % 12 % 37 % 14 % 11 % 9 % canne-sucre-rhum-pro duc tion élec trique. réunionnais
Ain si, l’or ga ni gramme du groupe fait
N B : … quel ques tra ces ap pa raître un pôle d’ac ti vi tés (en gé né ral
6économie
l’ac ti vi té a été pra tiquée par en vi ron un Bi blio graphiegroupe sur dix ap par te nant à La Réu -
nion.
g Le nombre de grou pes d’en tre pri ses a
ex plo sé en quinze ans - INSEE
La di ver si fi ca tion des PREMIERE n° 553, no vembre 1997.
ac ti vi tés
g Mon dia li sa tion in dus trielle : le rôle
des fi lia les de com merce de gros des
La rai son de l’or ga ni sa tion en groupe grou pes étran gers - INSEE PREMIERE
d’en tre pri ses peut aus si tout sim ple ment n°485 - sep tembre 1996.
être liée à l’his toire : une en tre prise
g Emploi : mythe des PME et réa li té desgran dit et dé cide de con trô ler son en vi -
grou pes - Eco nomie et sta tis tiqueron ne ment en ra che tant une autre en tre -
n° 319-320 - 1998 (pa ges 137 à 160).prise. Elle dé ve loppe alors soit une stra -
tégie d’in té gra tion ver ti cale de sa fi lière, g Les prin ci pes d’or ga ni sa tion des
soit une stra tégie de di ver si fi ca tion pour grou pes SCHNEIDER, ZANNIER et
ré duire les ris ques liés à un re tour ne - PSA in «OBSERVER ET REPRESENTERLa di ver si fi ca tion des ac ti vi tés
UN MONDE DE PLUS EN PLUSest plus grande au sein des grou - ment de conjonc ture dans sa branche ou
pes réu nion nais qui exer cent le COMPLEXE» Un défi pour lapour pro fi ter d’une crois sance forte sur
plus sou vent trois ac ti vi tés dif fé - sta tis tique d’en tre prise - INSEEun mar ché nou veau très por teur. Ain siren tes. METHODE n° 54 - oc tobre 1995Bouy gues s’est-il in té res sé à l’au dio vi -
(pa ges 15 à 33).
suel, puis à la té lé phonie mo bile. Dans
tous les cas, le ra chat d’une autre en tre -noyau his to rique du groupe) et le dis -
prise crée de fait un nou veau groupe outingue des au tres ac ti vi tés di ver si fiées
étend l’em prise d’un groupe exis tantplus ré cen tes...
déjà.
Cet ar gu ment comp table est à re lier avec
Qu’il s’agisse d’une lo gique comp table,un as pect ma na gé rial. En ef fet, si l’on
ma na gé riale, ou d’un pro ces sus de dé ve -veut don ner du pou voir, de la li ber té
lop pe ment, l’or ga ni sa tion en groupec’est à dire d’im por tan tes mar ges de ma -
d’en tre pri ses s’ac com pagne gé né ra le -noeuvre au di rec teur d’une ac ti vi té, il est
ment d’une di ver si fi ca tion, chaque en- peut-être plus simple d’en faire un di rec -
tre prise cor res pon dant à une brancheteur gé né ral jugé sur les ré sul tats comp -
d’ac ti vi té. On peut me su rer un tel phé -ta bles par un ac tion na riat res treint, que
no mène par le nombre d’ac ti vi tés dis -d’en faire le di rec teur d’une branche
tinc tes dans les grou pes. Seule une di -d’ac ti vi té dans une grosse en tre prise à
zaine de grou pes exer cent plus de sixl’or ga ni gramme ten ta cu laire, fa ta le ment
ac ti vi tés à La Réu nion. Les trois quartssou mis à des pres sions in ter nes col la té -
des grou pes ont au plus trois ac ti vi tés.ra les et hié rar chi ques.
On voit ain si que la di ver si fi ca tion est
re la ti ve ment li mitée. Elle est plus grande
La sé pa ra tion des par mi les grou pes réu nion nais qui ont
moyens de pro duc tion sou vent trois ac ti vi tés, voire plus, alors
que les grou pes na tio naux ou étran gerset de l’activité
ont le plus sou vent deux ac ti vi tés. n
Une autre jus ti fi ca tion de l’or ga ni sa tion
Fré dé ric BOULANGERen groupe consiste en une sé pa ra tion des
et Guil laume MORDANTmoyens de pro duc tion et de l’ac ti vi té
dans des en tre pri ses dis tinc tes. Cette or -
ga ni sa tion pré sente en ef fet des avan ta -
ges fis caux, dans le cadre de la taxe pro -
fes sion nelle ou de la loi Pons.
L’en tre prise fi lia lise d’un côté l’ac ti vi té
et de l’autre les moyens de pro duc tion
ser vant à cette ac ti vi té. Il y a dès lors
nais sance d’un groupe. On trouve ain si à
La Réu nion 13 en tre pri ses n’ayant que
des im mo bi li sa tions, que des sa la riés, ou
seu le ment de l’ac ti vi té (chiffre d’af fai -
res). Ces en tre pri ses (es sen tiel le ment de
type im mo bi li sa tions seu les) cor res pon -
dent à 12 grou pes. Les deux tiers de ces
grou pes sont réu nion nais, par mi les quels
on re trouve les plus grands. Ain si, la sé -
pa ra tion des moyens de pro duc tion et de
7

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.