Les PME de Rhône-Alpes innovent pour se développer

De
Publié par

Entre 2008 et 2010, malgré une situation économique difficile, plus de la moitié des PME de Rhône-Alpes ont innové. Les entreprises de la région ont plus innové que la moyenne nationale. Ces innovations visent principalement à élargir leurs débouchés. La capacité à innover est stimulée par des actions de coopération avec d'autres entreprises ou avec des partenaires institutionnels. La démarche d'innovation restant coûteuse, les entreprises innovantes font appel à une large gamme de soutiens publics. Les PME de Rhône-Alpes sont tournées vers l'innovation De nouvelles méthodes d'organisation accompagnent les nouveaux produits La taille du marché : premier déterminant de l'innovation Faire appel à des compétences internes ou externes L'innovation industrielle reste difficile à financer
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 23
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

EntreprisesAménagement du
Innovationterritoire
Les PME de Rhône-Alpes innovent
pour se développerN° 180 - novembre 2012
'innovation portée par les entreprises est L'innovation concerne également l'améliorationEntre 2008 et 2010, malgré L un facteur de développement de leurs des produits (biens ou services), lesune situation économique
débouchés, de renforcement de leur changements dans les processus de production,difficile, plus de la moitié
compétitivité et, d'une manière plus générale, les modes d'organisation et de com-
des PME de Rhône-Alpes
un des leviers de la croissance économique. mercialisation de la production.
ont innové. Les entreprises Les politiques publiques qui visent à promouvoir Le chiffre d'affaires réalisé par les PMEde la région ont plus innové l'innovation sont nombreuses, en particulier à innovantes représente les deux tiers de celui
que la moyenne nationale. destination des petites et moyennes entreprises des PME rhônalpines. Elles ont, en moyenne,
Ces innovations visent (PME). Dans le contexte actuel, l'innovation un chiffre d'affaires supérieur de 70 % à celui
principalement à élargir des PME est légitimement vue comme un moyen des entreprises non innovantes. Les
de surmonter la crise économique.leurs débouchés. La entreprises les plus grandes sont en effet celles
capacité à innover est 57 % des PME de la région Rhône-Alpes, dans qui innovent le plus : le taux d'entreprises
stimulée par des actions de les domaines industriels et des services innovantes s'échelonne de 52 %, pour les
intellectuels et technologiques, ont innové entre entreprises de 10 à 20 salariés, à 74 % pourcoopération avec d'autres
2008 et 2010 (voir définition précise du champ les entreprises de 50 à 250 salariés. Lesentreprises ou avec des
de l'étude en page 4), ce qui est supérieur de différents secteurs économiques n'innovent paspartenaires institutionnels.
trois points à la moyenne nationale. L'innovation dans les mêmes proportions ; ainsi, pour laLa démarche d'innovation
est ici considérée au sens large et ne se réduit fabrication de machines, l'industrie chimique,
restant coûteuse, les
pas à l'introduction sur le marché de nouveaux les services informatiques ou de
entreprises innovantes font produits brevetés, Rhône-Alpes étant d'ailleurs, télécommunication, ce sont plus des trois quarts
appel à une large gamme de après l'Île-de-France, la région où le plus des entreprises qui innovent. En revanche,
soutiens publics. grand nombre de brevets sont déposés. moins de la moitié des entreprises de
Les PME rhônalpines innovent dans tous les secteurs
Taux d'innovation* par secteur
Recherche-développement
Industrie chimique
Télécommunications, activités
Clément Gass informatiques
Édition, audiovisuelAxel Gilbert
Équipements électriques
Textile-habillement
Publicité et études de marché
Matériel informatique, électronique
et optique
Plasturgie, caoutchouc, verre
Distribution d'eau, gestion
des déchets
Métallurgie et produits métalliques
Activités juridiques, comptables,
de gestion, d'architecture
Matériels de transport France métropolitaine
Bois, papier, imprimerie Rhône-Alpes
Industries agro-alimentairesCe numéro de La Lettre-Analyses est
téléchargeable à partir du site Internet 010 20 30 40 50 60 70 80 90
www.insee.fr/rhone-alpes, * Nombre de PME ayant innové rapporté au nombre de PME total
à la rubrique « Publications ». Source : Insee, enquête CIS 2010l'agroalimentaire, du travail du bois, de la moyenne nationale (29 % contre 26 %),
fabrication de matériel de transport notamment dans l'industrie et dans les services
(principalement des sous-traitants automobiles) technologiques (plus de la moitié des PME de
et des services intellectuels, innovent. services technologiques ont introduit de
nouveaux services dans leur offreLes PME rhônalpines innovent plus que lesLes PME de Rhône-
commerciale). Même les petites entreprisesPME de France métropolitaine, en particulierAlpes sont tournées industrielles innovent (23 % d'entre elles ontdans l'industrie (57 % contre 54 %) et les
vers l'innovation produit des biens nouveaux entre 2008 et 2010services technologiques (74 % contre 70 %).
contre 18 % en métropole).Comme tous les secteurs économiques n'ont
Plus de 20 % des entreprises de Rhône-Alpespas la même propension à innover, ces taux
ont introduit de nouveaux produits sur leursplus élevés pourraient provenir des sous-
marchés, c'est-à-dire qu'elles sont les seules àsecteurs les plus présents dans l'économie
offrir ces biens ou services innovants. Parmirhônalpine. En réalité, Rhône-Alpes est une
elles, un tiers a introduit des produits nouveauxrégion vaste à l'économie diversifiée, de sorte
sur le marché mondial. Ces nouveaux produitsque la structure de son tissu économique n'est
représentent 14 % du chiffre d'affaires despas radicalement différente de la structure
entreprises innovantes : l'innovation en produitsnationale ; le poids de l'industrie est certes plus
présente donc un intérêt commercial tangible etimportant en Rhône-Alpes, mais d'une manière
rapide.générale les secteurs qui innovent le plus ne
38 % des PME ont mis en œuvre dessont pas plus présents dans la région qu'en
innovations d'organisation. Elles touchent plusFrance métropolitaine. De même, la taille
fréquemment le domaine des services (50 %),moyenne des entreprises est similaire à celle
principalement la mise en place de nouvellesde l'ensemble des PME de métropole. Si l'on
1 organisations du travail et de nouvelless'affranchit de ces faibles effets de structure ,
méthodes de prise de décisions. L'organisationon constate une propension plus grande à
des procédures et les relations extérieuresinnover en Rhône-Alpes qu'en métropole. Les
viennent ensuite.différences sont significatives pour les PME
De nouvelles Un quart des entreprises ont introduit desindustrielles et les services technologiques. En
innovations en marketing et commercialisation,méthodes revanche, le taux d'innovation des PME
le plus souvent des modifications derhônalpines des services intellectuels estd'organisation
présentation des produits (produits qui ne sontconforme au taux d'innovation national.accompagnent les pas forcément innovants eux-mêmes) ou de
À un niveau plus fin, deux secteurs sontnouveaux produits nouvelles formes de promotion. Là aussi, cela
particulièrement "sur-innovants" en Rhône-
concerne plus particulièrement les entreprises
Alpes : le textile (principalement les textiles à
de services.
usage technique) et la fabrication de machines
Il y a, en général, un lien fort entre les deuxet équipements. Au sein des services
types d'innovation : les entreprises qui innoventtechnologiques, l'innovation est essentiellement
au sens de l'innovation technologique sontportée par les services informatiques et, plus
souvent celles qui innovent en organisation etmarginalement, l'audiovisuel.
marketing. L'offre de nouveaux produits ouL'introduction de nouveaux produits est la forme
services nécessite en effet de changer lesd'innovation la plus manifeste pour une
méthodes de production et d'organisation etentreprise du secteur marchand. Les PME de
s'accompagne, en principe, d'une promotion deRhône-Alpes innovent plus en produits que la
la nouveauté. Inversement, l'innovation en
marketing ou en organisation peut être le
L'innovation : d'abord pour conquérir des marchés premier pas vers l'innovation en produits. Ainsi,
72 % des entreprises innovantes au sens de
Part d'entreprises innovantes en technologie selon les différents objectifs d'innovation
en % l'innovation technologique innovent également
Services Services en organisation ou en marketing (et bien Objectif de l'innovation technologique Ensemble Industrie technologi- intellectuels souvent les deux), alors que seules troisques
Conquérir de nouveaux marchés ou accroître les parts de marché 64 63 77 58 entreprises sur 10 qui ne pratiquent pas
Élargir la gamme des biens ou des services 62 60 67 62 l'innovation technologique ont procédé à des
Améliorer la qualité des biens ou des prestations de services 48 43 58 62 innovations d'organisation ou de marketing.
Remplacer les produits ou procédés dépassés 38 38 47 33
La propension à innover dépend d'un certain
Améliorer la flexibilité de la production 27 26 24 33
nombre de facteurs d'importance inégale. LeAugmenter la capacité de production 27 26 27 32
premier facteur de différenciation est leRéduire le coût du travail par unité produite 24 26 17 18
Réduire les impacts environnementaux 19 21 10 15
1Améliorer la santé ou la sécurité des employés 19 22 8 12 On calcule un "taux attendu" d'entreprises innovantes qui correspond
au pourcentage d'entreprises innovantes qu'on obtiendrait en appliquantRéduire les coûts de matériel et d'énergie par unité produite 15 17 11 9
les taux d'innovation nationaux à la structure des PME de Rhône-Alpes.
Note de lecture : 63 % des entreprises industrielles ayant innové technologiquement l'ont fait avec l'objectif de conquérir de On s'affranchit ainsi de l'effet de structure lié aux secteurs et à la taille
nouveaux marchés ou d'accroître leurs parts de marché. des entreprises. La différence entre ce taux attendu et le taux réel observé,
Source : Insee, enquête CIS 2010 est baptisé "effet résiduel" ou "effet régional".
© Insee Rhône-Alpes - La Lettre Analyses n° 180 - novembre 20122positionnement géographique de l'entreprise : marchés. Ces deux moteurs de l'innovation sontLes PME de Rhône-Alpes innovent
plus le marché sur lequel les entreprises avancés par une majorité des entreprisesau-délà de leur potentiel
Taux d'innovation des PME rhônalpines vendent est large, plus elles innovent (de 70 % innovantes, aussi bien dans l'industrie que dans
en %
pour les entreprises internationales à 33 % les services. Les questions de coûts sont moinsTaux
pour les entreprises à marché local). Comme évoquées. Enfin, seules 20 % des entreprisesEffetAttendu
résiduelRhône- en il est sans doute plus facile d'avoir un marché innovantes citent les impacts environnementauxNational ou effetAlpes Rhône- élargi quand on a des méthodes ou des produits comme motivation de l'innovation. Trois activitésrégionalAlpes
innovants, la taille du marché est donc à la fois se distinguent dans ce domaine : l'industrie
Industrie manufacturière 57,0 53,9 54,0 3,0 une cause et une conséquence de l'innovation chimique, par nature, génère beaucoup de
Services technologiques 74,0 70,2 70,6 3,4 des entreprises. Les entreprises de Rhône- déchets et son adaptation aux impératifs
Services intellectuels 49,4 50,0 49,2 0,2* Alpes sont d'ailleurs un peu plus nombreuses d'environnement et aux évolutions de la
* Différence non significative à occuper un marché (en partie) international, législation est une nécessité ; les questions
en tout cas dans l'industrie : 52 % contre 45 % d'environnement concernent également lesLecture : dans l'industrie, 57,0 % des PME rhônalpines et 53,9 %
des PME françaises ont innové entre 2008 et 2010. des PME de l'ensemble de la métropole. activités de distribution d'eau et de gestion des
Si la structure en secteurs et tailles des entreprises de l'industrie de Le secteur est un autre facteur très discriminant, déchets.
Rhône-Alpes était conforme à la moyenne nationale, le pourcen-
spécialement pour les entreprises du marchétage d'entreprises innovantes s'élèverait à 54 %. La différence entre La démarche d'innovation n'est jamais simple
le taux observé et le taux attendu (3 %) est "l'effet régional". international : les entreprises internationales et nécessite toujours des moyens et des
Source : Insee, enquête CIS 2010 de biens d'équipements et de services compétences variées qu'on ne trouve pas
technologiques sont plus de 80 % à innover. forcément au sein de l'entreprise. C'est ainsi
D'autres facteurs favorisent l'innovation. La qu'un tiers des entreprises innovantes (au sens
taille de l'entreprise a une influence positive, de l'innovation technologique) ont coopéré dans
qu'on la mesure par l'emploi ou par le chiffre un but d'innovation, plus souvent dans lesLa taille du
d'affaires. Ainsi, même si les entreprises à services technologiques que dans l'industrie.marché : premier
marché régional innovent peu, la moitié de Presque toutes ces entreprises "coopérantes"
déterdéterdéterdéterdéterminant de celles qui dépassent 4 millions d'euros de chiffre (90 %) travaillent avec des partenaires de
l'innovation d'affaires annuel ont procédé à une innovation. marché (par ordre de fréquence, avec leurs
L'appartenance à un groupe est également un fournisseurs, leurs clients et d'autres entreprises
facteur qui favorise l'innovation : 65 % des de leur groupe), et pour un tiers d'entre elles
entreprises qui font partie d'un groupe ou d'un avec d'autres entreprises du même secteur.
réseau d'enseignes innovent, contre 52 % des Mais la moitié d'entres elles coopèrent
entreprises hors groupes. L'effet est plus visible également avec des partenaires publics
parmi les petites entreprises : faire partie d'un (universités, organismes de recherche
ensemble plus vaste permet de trouver plus publique) : le soutien public ou parapublic à
aisément au sein du groupe les compétences l'innovation est donc une réalité. LesFaire appel à des
et les moyens propices à l'innovation. partenaires sont plus souvent nationauxcompétences
(71 %) que régionaux (67 %). 44 % desDans un contexte économiquementinternes ou entreprises qui coopèrent ont au moins undéfavorable, les entreprises innovantes
eeeeexterxterxterxterxternesnesnesnesnes partenaire étranger. En cela, Rhône-Alpes necherchent avant tout à développer leur activité.
se distingue pas des PME des autres régionsLa première motivation des entreprises
françaises. La recherche de ces partenairesinnovantes en technologie est l'élargissement
n'est d'ailleurs pas un obstacle majeur ; seulesde leur offre et la conquête de nouveaux
7 % des PME de la région la citent parmi les
freins à l'innovation.Des compétences pour soutenir et accompagner l'innovation
L'innovation a bien sûr un coût. Les dépenses
Part des PME de Rhône-Alpes qui ont recours à différentes compétences techniques en Recherche et Développement (interne ou
en %
externe à l'entreprise) représentent 60 % desEnsemble Entreprises innovantes
dépenses liées à l'innovation technologique, leCompétences
internes externes internes externes reste des coûts étant réparti entre la formation
et l'acquisition de matériel, de logiciels et parfoisArts graphiques, mise en page, publicité 19 24 27 34
Conception d'objets ou de prestations de services 21 13 30 20 de "connaissances" (brevets).
Multimédia (audio, graphisme, texte, images, animation, vidéo, etc.) 13 20 18 30 44 % des entreprises innovantes en
Conception de sites Web 14 34 19 46 technologie ont bénéficié d'un soutien financier
Développement de logiciels 13 22 20 30 public à l'innovation, représenté majoritairement
Études de marché 14 10 20 15 par le crédit impôt-recherche, mais aussi par
Ingénierie, sciences appliquées 17 8 26 12 d'autres programmes nationaux. Un tiers de
Mathématiques, statistiques, gestion de bases de données 14 5 20 8 ces entreprises aidées ont eu recours à une
Veille concurrentielle et/ou technologique 20 10 32 15 aide (subvention, prêt garanti…) de collectivités
Droit, propriété intellectuelle 10 19 14 30
territoriales. L'Union européenne, enfin, a
Au moins une de ces compétences 48 53 66 70
également soutenu l'effort d'innovation des PME
Champ : PME de la région, innovantes ou non.
de Rhône-Alpes, dans des proportions toutefoisNote de lecture : concernant le domaine des arts graphiques, de la mise en page et de la publicité, 27 % des PME innovantes de
la région ont mobilisé des compétences internes à l'entreprise ; 34 % ont fait appel à des compétences externes. plus modestes.
Source : Insee, enquête CIS 2010
© Insee Rhône-Alpes - La Lettre Analyses n° 180 - novembre 2012 3Les activités d'innovation nécessitent souvent explique en partie pourquoi les entreprises y
de faire appel à des compétences dans des sont plus innovantes.
domaines précis, tels que la conception deL'innoL'innoL'innoL'innoL'innovvvvvaaaaationtiontiontiontion Trois sortes de compétences, généralement
produits, les arts graphiques, le multimédia, laindustrielle reste liées à des besoins ponctuels, sont fréquemment
conception de sites Internet, le développement, externalisées : les compétences juridiques, ledifficile à financer les études de marché, l'ingénierie, la veille développement informatique et les arts
concurrentielle et le droit. Ces compétences graphiques et multimédia.
peuvent être mobilisées en interne ou via des
57 % des entreprises de Rhône-Alpes ontsources externes (entreprises prestataires de
déclaré avoir rencontré d'importants freins à laservices, travailleurs indépendants,
démarche d'innovation (la proportion estconsultants, autres unités du réseau
similaire en métropole). Les entreprises nond'enseignes...).
innovantes de Rhône-Alpes disent "connaîtreLes entreprises de Rhône-Alpes ayant mobilisé
Source et méthode moins souvent un frein important à l'innovation"au moins une de ces compétences spécifiques
que les entreprises innovantes (48 % contreL'enquête communautaire sur l'innovation en interne sont 59 % à avoir introduit une
(CIS 2010) permet de décrire le processus 63 %), et il en est de même en Franceinnovation technologique, et 78 % à avoir
d'innovation, d'en mesurer les effets et métropolitaine. Les entreprises qui n'innoventintroduit une innovation au sens large. Celles
d'apprécier ses mécanismes (coopération, pas n'y renoncent donc pas uniquement enqui n'ont fait appel à aucune de ces
moyens, freins...). Elle porte sur la période raison de difficultés à le faire, mais aussi parcompétences internes ne sont respectivement
2008-2010. Cette enquête, réalisée en choix stratégique de ne pas entamer uneque 22 % et 37 % à avoir innové. L'avantageFrance par l'Insee, a fait l'objet d'une
démarche jugée complexe ou peu utile.procuré par un recours à des compétencesextension dans une dizaine de régions, dont
Réciproquement, les entreprises souhaitantexternes est sensiblement du même ordre. LesRhône-Alpes, afin d'obtenir des résultats
innover y parviennent souvent malgré lesentreprises innovantes font plus souvent appelrégionaux fiables. Au total, 2 600 PME
difficultés.monorégionales, ou quasi-monorégionales, à chacune des compétences citées que les
c'est-à-dire ayant plus de 80 % de leurs Les coûts sont les premiers obstacles àentreprises non innovantes : ces compétences
emplois en Rhône-Alpes, ont été interrogées l'innovation, cités par 32 % des entreprises,accompagnent donc l'innovation dans toutes
(soit environ une PME sur deux). surtout dans les services. Les freins liés auses phases, de la conception à la promotion.
marché et à l'incertitude de la demande ne sontLes entreprises de Rhône-Alpes recourent plus
mentionnés que par 25 % des entreprises,souvent à ces compétences spécifiques quePour en savoir plus :
malgré le contexte de crise qui restreint lescelles de France métropolitaine, sans doute
 "Innover pour résister à la crise ou se débouchés. Ils sont plus fréquents pour lesen raison d'une plus grande qualification des
développer à l'export", Insee Première entreprises industrielles. Les obstacles quisalariés de la région (première région de
n° 1420, A. Bouvier, octobre 2012.
tiennent à des défauts de connaissance ou auprovince pour la part des emplois en
 Les publications régionales de Bretagne, manque de salariés qualifiés sont moinsconception-recherche). 48 % des entreprises
Franche-Comté, Haute-Normandie, Île-de- souvent mis en avant. Enfin, un quart desde la région y recourent en interne, contre
France, Poitou-Charentes, Languedoc- entreprises affirment qu'il n'y a pas de demande40 % en France métropolitaine. L'écart est du
Roussillon, Réunion, Guadeloupe et pour l'innovation dans leur marché. Cesmême ordre pour l'appel à des compétences
Martinique sont disponibles sur insee.fr :
entreprises se trouvent dans pratiquement tousexternes : 53 % contre 48 %.http://www.insee.fr/fr/publications-et-
les secteurs industriels et de services.Ce niveau plus important en Rhône-Alpesservices/collections-regionales.asp
Définitions
On définit ici les PME comme les entreprises de 10 à 249 salariés sans restriction sur leur chiffre d'affaires ou leur
Pour comprendre les résultatsbilan. Le champ de cette étude correspond à l'industrie manufacturière, la gestion des déchets, la distribution de
l'eau, les services technologiques et intellectuels.Sources
Le secteur des services technologiques comprend l'édition, la production de film, de vidéo ou de musique, la
Les données utilisées dans cette étude sont issues du fichier des Déclarations Annuelles de Données SocialesINSEE Rhône-Alpes programmation et la diffusion, les télécommunications, le conseil et les activités informatiques, les services
(DADS) et du Recensement de la population.165, rue Garibaldi - BP 3184 d'information, la recherche et le développement scientifique.
69401 Lyon cedex 03 ChampLe secteur des services intellectuels comprend les activités juridiques et comptables, le conseil de gestion, lesTél. 04 78 63 28 15
activités d'architecture et d'ingénierie, les activités de contrôle et d'analyses techniques, la publicité et études deXXXXXXXXXXXXXXXXXFax 04 78 63 25 25
marché.
Directeur de la publication :
L'innovation au sens large regroupe l'innovation technologique (produit ou procédé) et l'innovation non technologiquePascal Oger
(marketing ou organisationnelle).Rédacteur en chef :
Thierry Geay L'innovation technologique comprend l'innovation en produits ou en procédés de production ou plus simplement
une action d'innovation sur un produit ou un procédé. On désigne par :Pour vos demandes d'informations
 l'innovation en produit, celle qui correspond à l'introduction sur le marché d'un produit (bien oustatistiques :
- site www.insee.fr service) nouveau ou significativement amélioré par rapport au produit précédemment élaboré.
- n° 0 972 724 000 (lundi à vendredi  l'innovation en procédé, celle qui correspond à l'introduction dans l'entreprise de procédés de
de 9h à 17h) production, de méthodes concernant la fourniture de services ou la livraison de produits, d'activités
- message à insee-contact@insee.fr
de supports nouveaux ou significativement modifiés.
Imprimeur : Graphiscann L'innovation non technologique désigne :
Dépôt légal n° 1004, novembre 2012  l'innovation en marketing, qui concerne la mise en œuvre de nouvelles stratégies de vente.
 l'innovation organisationnelle, c'est-à-dire les nouveautés ou les améliorations significatives apportées© INSEE 2012 - ISSN 1763-7775
dans l'activité de l'entreprise (gestion des connaissances, méthode de travail, relation externe...).
© Insee Rhône-Alpes - La Lettre Analyses n° 180 - novembre 20124

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.