Les prix en Corse entre Marseille et Paris

De
Publié par

Comparaison des prix de consommation courante entre la Corse, l'agglomération parisienne et la cité Phocéenne. Evolution des prix des loyers, de l'habillement, des services et des autres produits manufacturés. Niveaux de prix à Ajaccio, Bastia, Marseille par rapport à Paris et quelques prix moyens en octobre 1995.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 60
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 434 MARS 1996
PRIX : 14 F
LES PRIX EN CORSE :
ENTRE MARSEILLE ET PARIS
Francis Guglielmetti, Département des Projets, Insee
services consommés : alimentation, habille ur la base des prix des achats habi-
ment... (tableau 1 et graphique ).
tuels d’un ménage moyen, les deuxPour les deux agglomérations corses, le dif Sgrandes agglomérations corses férentiel hors loyers est pratiquement nul
avec Paris ( 0,6 %) et de + 4,0 % avec Mar-sont plus chères que Marseille et un peu
seille. Mais la situation est contrastée : si
moins chères que Paris. Concrètement, l’habillement (7 % moins cher qu’à Paris), le
en 1995, l’écart des prix à la consomma-logement (20 à 25 % moins cher) ou l’entre-
tien de la maison (10 % moins cher) ont destion avec l’agglomération parisienne est
niveaux de prix intermédiaires entre Paris et
de - 1,6 % pour Ajaccio, - 2,2 % pour Bas-Marseille, l’alimentation et certains services
tia et 5,9 % pour Marseille. La cité pho (coiffure, cafés restaurants) sont plus chers
qu’ailleurs.céenne est meilleur marché pour
La précision qu’on peut attendre des calculs
l’ensemble des biens et services. Les pro-permet d’affirmer qu’il n’y a pas, entre Ajac
duits alimentaires coûtent plus cher dans cio et Bastia, un écart significatif dans leur
niveau global de prix. En revanche, on ob les deux villes insulaires. Les loyers sont,
serve des différences dans les produits dé
à Ajaccio, Bastia et Marseille, de 20 à 30 %taillés, différences qui, au total, se
moins élevés qu’en région parisienne. compensent.
Les niveaux relatifs des prix des quatre
Produits alimentaires
agglomérations n’ont globalement pas
plus chers en Corse
bougé depuis 1989. En Corse, le renché-
L’alimentation est sensiblement plus chèrerissement relatif de l’alimentation et des
en Corse que sur le continent : 8,5 % de plus
services a été compensé par une baisse qu’à Paris, 11,9 % de plus qu’à Marseille,
relative des prix de l’habillement et des bien que la TVA appliquée en Corse soit
plus faible que celle en vigueur sur le conti autres produits manufacturés.
nent (2,1 % contre 5,5 %).
En mai 1995, un Observatoire régional des Les deux agglomérations insulaires se par-
prix a été créé en Corse. Une des tâches tagent la première place selon les produits.
prioritaires du comité technique attaché à Ajaccio est plus chère pour les fruits (+ 6 %
l’Observatoire était la mesure de l’écart despar rapport à Paris), les légumes (+ 24 %),
niveaux de prix entre l’île et le continent. les boissons alcoolisées (+ 14 %). Bastia
L’Insee s’est alors chargé de réaliser une est plus chère pour le pain et les céréales
enquête de comparaison sur les prix à la (+ 4 % par rapport à Paris), les poissons
consommation entre les agglomérations (+ 17 %), le lait, le fromage et les œufs
d’Ajaccio, Bastia, Marseille et Paris. L’ob (+ 11 %) et les matières grasses (+ 6 %).
servation des prix sur le terrain s’est dérou Si le prix de la viande à Bastia et à Ajaccio
lée en octobre 1995. est à peu près le même qu’à Paris, il est
nettement plus faible à Marseille (9 % de
moins). Mais la situation est variable suivantL’agglomération où presque tout
la nature de la viande. Par rapport à Paris,est moins cher : Marseille
le bœuf est moins cher à Ajaccio et surtout
Avec un différentiel de prix de 5,9 % par à Marseille, il est plus cher à Bastia (4 % de
rapport à Paris, Marseille est la moins chèreplus). Si le prix du poulet est plus élevé dans
des quatre agglomérations. Ajaccio (- 1,6 %les trois villes du sud, celui du veau y est
par rapport à Paris) et Bastia ( 2,2 %) se 10 % en dessous du niveau parisien.
situent au milieu. En Corse, même si les grandes surfaces sui
Cette position, Marseille l’occupe pratique vent les campagnes nationales de promo
ment pour chaque groupe de biens ou de tion de leur enseigne, il leur est sans doute
INSEE PREMIEREdifficile de s’aligner sur les prix conti viron à Bastia et à Marseille. Cela tienten grande surface dans le calcul du
nentaux en raison des frais d’appro en partie au fait que le quart des pro prix moyen sur le continent, le litre de
che élevés, particulièrement pour les duits de ce secteur, représentant près super coûte en réalité plus cher en
produits de base, les moins chers à de 10 % du budget des ménages, ontCorse (tableau 2).
l’unité. des prix uniformes sur le territoire Le différentiel modeste des niveaux de
(produits pharmaceutiques, revues...) prix de l’ensemble des autres produits
ou susceptibles de très faibles écarts manufacturés entre les quatre agglo Habillement et textiles :
d’une agglomération à l’autre (auto mérations masque également une si Paris au sommet
mobiles, livres...). tuation diversifiée.
La prudence s’impose quand il s’agit Cependant, la Corse bénéficie d’un ré-Parmi les produits meilleur marché
de rendre compte des résultats de la gime fiscal spécifique pour certains dedans les trois villes du sud, on trouve
comparaison des prix des vêtements ces produits. les meubles (surtout à Marseille), les
ou des chaussures d’une aggloméra C’est le cas du tabac, qui est 35 % gros appareils ménagers, les appa
tion à une autre. On n’est pas toujoursmoins cher sur l’île de Beauté que surreils audiovisuels et les articles d’hor-
sûr de comparer des articles de qualité le continent. C’est aussi le cas du gazlogerie bijouterie. Ces produits sont 5 à
équivalente. Il paraît cependant incon et de l’électricité (6 % moins cher). Le10 % moins chers. Si les pneumatiques
testable qu’au delà de la grande dis tarif des abonnements et le prix du sont de 15 à 20 % moins chers, les ac
persion des prix et des écarts kWh sont uniformes dans toute la cessoires et pièces détachées pour
finalement obtenus pour chacun des France. Mais les niveaux des taxes véhicules ont, par contre, des niveaux
produits observés, l’habillement appa sont différents. Pour le gaz, le taux de
raît nettement moins cher dans les la TVA est de 20,6 % sur le continentNiveaux des prix à Ajaccio, Bastia
trois villes méridionales que dans l’ag et de 13 % en Corse. Pour l’électricité,
et Marseille par rapport à Paris
glomération parisienne : environ 7 % l’écart de TVA (20,6 % à Paris, 8 % en
de moins en Corse, 10,2 % de moins Corse) est partiellement compensé
à Marseille. par celui des taxes locales (4 % à Paris
et Marseille, 9,6 % à Ajaccio et Bastia).
Le carburant automobile est moinsPeu d’écarts de prix sur les
cher en Corse de 2 % environ. Le tauxautres produits manufacturés
de la TVA est de 13 % au lieu de
Les prix des produits manufacturés 20,6 % à Paris et Marseille. Mais l’es
autres que les produits textiles sont sence n’étant pas distribuée dans les
également plus faibles dans les agglo grandes surfaces en Corse, la compa
mérations du sud qu’à Paris, mais le raison ne porte que sur celle vendue
différentiel est moins important : 1,9 %par les stations-service des grandes
de moins à Ajaccio, 3 % de moins en compagnies. Si l’on introduit la vente
Niveaux de prix d’Ajaccio, Bastia et Marseille par rapport à Paris
Bien ou service Année Pondération Ajaccio Bastia Marseille Paris
Produits alimentaires 1989 2 337 104,8 102,4 97,5 100,0
1995 2 056 108,5 108,5 97,0 100,0
Habillement et textiles 1989 902 104,5 100,3 91,5 100,0
1995 763 93,2 92,6 89,8 100,0
Autres produits manufacturés 1989 3 427 99,3 99,8 97,1 100,0
1995 3 564 98,1 97,0 97,1 100,0
Services 1989 2 612 94,7 95,3 94,8 100,0
1995 3 049 96,5 97,2 94,2 100,0
Loyers 1989 722 79,5 59,7 73,0 100,0
1995 568 80,5 74,6 71,0 100,0
Ensemble 1989 10 000 98,4 96,6 94,6 100,0
1995 10 000 98,4 97,8 94,1 100,0
Ensemble hors loyers 1978 9 475 99,2 97,0 100,0
1985 9 416 101,2 97,4 100,0
1989 9 278 99,4 95,9 100,0
1995 9 432 99,4 95,6 100,0
Lecture : Les surfaces sont proportionnelles à la contribu Lecture : Les indices sont par rapport à Paris (Paris=100). Ainsi, en 1995 à Ajaccio, les produits +
tion de chaque groupe de produits à l’écart global de prixalimentaires sont 8,5 % plus chers et les services 3,5 % moins chers qu’à Paris. Pour comparer, par
par rapport à Paris (pointillé).exemple, Ajaccio à Marseille, il suffit de diviser l’indice d’Ajaccio par celui de Marseille et de multiplier le
Source : Comparaison géographiques de prix (octobrerésultat par 100. Pour chaque ligne, l’indice le plus élevé est en gras, l’indice le plus bas en italique.
1995), InseeSource : Comparaisons géographiques de prix (avril 1989 et octobre 1995), Insee
˚de prix très comparables dans les qua vices postaux, du téléphone ou des près les mêmes dans les trois agglo
tre agglomérations. Les articles de loi services bancaires. Mais les autres mérations du sud. Comparé aux prix
sirs ont à peu près les mêmes prix à prestations présentent des écarts de parisiens, le coût des travaux d’entre-
Paris et à Marseille mais ils coûtent prix importants entre agglomérations. tien de la maison est moins élevé de
environ 7 % plus chers en Corse. En Les services coûtent ainsi moins cher 29 % à Ajaccio, 25 % à Bastia et 24 %
revanche, les articles de papeterie et dans les trois villes du sud que dans à Marseille. Le prix des réparations et
les produits d’hygiène et de beauté l’agglomération parisienne : 3 à 6 % de l’entretien des véhicules est moins
sont sensiblement moins coûteux de moins qu’à Paris. Cependant, on cher de 28 % à Ajaccio, 25 % à Bastia
dans l’agglomération parisienne. peut choisir un menu au restaurant et et 17 % à Marseille. Pour l’héber-
prendre un café ou un demi au comp gement en hôtel, les tarifs sont éga
toir en dépensant moins à Paris lement de 20 à 30 % inférieurs à ceuxServices meilleur marché
qu’ailleurs. Est ce l’effet, pour les pa de Paris. Cela s’explique très certaine à Marseille
risiens, d’une concurrence très sévère ment par le différentiel des salaires
Pour un tiers des services, représentant dans le secteur des cafés restau entre la région parisienne et la province.
environ 9 % de la consommation totale, rants ? Le coût de la main d’œuvre se réper-
les prix sont fixés à l’échelon national etSi Marseille apparaît comme l’agglo cute directement sur le prix des pres
sont donc les mêmes dans toute la mération globalement la moins chère tations.
France. Il en est ainsi des services de pour les services, les niveaux de prix Pour certains services, les situations
santé, des transports aériens, des ser- de beaucoup de prestations sont à peusont plus contrastées entre les trois
agglomérations méridionales.
Alors que le prix de la distribution de
Quelques prix moyens en octobre 1995
l’eau à Marseille est au même niveau
En francs
qu’en région parisienne, il est moins
France
Bien ou service Ajaccio Bastia Marseille Paris élevé en Corse : 15 % de moins àentière
Ajaccio, 10 % de moins à Bastia. Une
17,18 16,02 15,27 14,13 15,52Pain baguette (kg)
partie de cet écart s’explique par la dif
91,99 93,67 78,76 92,01 96,42Rumsteack (kg)
férence de TVA (2,1 % en Corse con
22,08 23,29 18,43 16,70 17,27Poulet industriel sans label (kg)
tre 5,5 % sur le continent).
72,74 63,10 70,80 76,06 67,04Cabillaud en tranche (kg)
Par rapport à Paris, la place de cinéma
4,58 4,24 4,16 3,86 3,85Lait UHT demi écrémé (l)
coûte 8 % de moins à Ajaccio, 9 % de
11,65 11,78 10,17 9,95 9,85Camembert de Normandie 45 % MG
moins à Bastia mais 5 % de plus à
9,38 9,06 8,58 8,55 8,69Beurre doux extra fin (250g)
Marseille.
6,02 5,56 4,48 4,84 4,05Pommes de terre ordinaire (kg)
Marseille se distingue par des tarifs
9,72 10,31 10,10 11,36 10,93Tomates (kg)
plus élevés qu’ailleurs pour le station
10,83 10,11 9,58 8,33 9,85Bananes (kg)
nement en ville et les transports en
16,93 17,13 15,65 15,65 15,47Café moulu 100 % arabica (250g)
commun. En Corse, ce sont les soins
21,81 23,07 18,34 18,78 18,42Eau minérale non gazeuse (6 x 1,5l)
personnels, les coiffeurs notamment,
10,19 10,25 7,91 8,66 7,37Vin rouge de table 11° (l)
qui sont plus chers que sur le conti
94,40 95,94 94,23 91,70 91,23Apéritifs anisés 45° (l)
nent. Enfin les repas au restaurant et
39,82 44,99 45,28 55,19 48,46Slip homme 100% coton les consommations au café sont plus
507,86 455,99 373,14 561,00 523,74Escarpins classiques femme tout cuir chers à Bastia qu’à Ajaccio, proba-
11,70 11,70 17,50 17,50 17,50Cigarettes Marlboro paquet rigide blement en raison d’habitudes de con
106,11 107,04 109,00 119,25 96,04Gaz butane comprimé (13kg) sommation différentes et par suite,
58,81 57,91 58,21 59,59 56,67Poudre pour lave linge (5kg) d’une moindre concurrence.
420,59 423,51 441,98 489,44 492,42Pneumatique auto type tubeless 165x13
6,14 6,10 5,95 6,05 5,97Essence super avec plomb (l) Loyers voisins
29,34 33,66 27,48 29,90 31,56Film négatif couleur 24x36 24 poses dans les trois villes du sud9,70 9,89 8,34 8,37 10,51Dentifrice au fluor en tube (75ml)
2 29,79 29,46 27,02 36,46 Les loyers représentent moins de 6 %Loyer 3 pièces ou plus en sect.libre, loc.3ans+ (m) -
3 1 538,62 1 645,31 1 832,91 1 813,40 1 707,00 du budget global des ménages, du faitEau distribuée abonnement inclus (120m)
158,65 156,68 183,60 231,59 181,93 que plus d’un Français sur deux estTravaux d’électricité (heure de main-d’œuvreTTC)
181,84 194,92 209,14 282,52 207,81 propriétaire de son logement. Toute Mécanique auto (heure de main d’œuvre TTC)
138,14 146,29 138,75 183,73 156,25 fois les écarts d’une agglomération àAuto école : leçon de conduite (heure)
109,40 113,73 97,08 107,99 98,69 l’autre sont tels qu’ils ont un impact im Shampooing et coupe homme
87,46 89,71 70,68 69,93 portant sur les résultats globaux de laRepas pris au menu -
6,04 5,63 6,00 5,47 5,81 comparaison.Tasse de café au comptoir
254,34 252,60 250,88 336,49 Les loyers sont nettement plus élevésChambre d’hôtel 2 étoiles avec douche (nuitée) -
en région parisienne que partoutN.B. Les prix moyens sont calculés avec l’ensemble des observations de prix, alors que les indices +
ailleurs en province, aussi bien dans legéographiques du tableau 1 ne prennent en compte que les produits comparables d’une agglomération à
l’autre. Pour chaque ligne, le prix le plus élevé est en gras, le prix le plus bas en italique. Les tirets désignent secteur HLM que dans le secteur libre.
les prix non disponibles. Ils modifient l’écart entre Paris et les
Source : Comparaison géographique de prix (octobre 1995) et Bulletin mensuel de statistique, Insee +
¸trois autres agglomérations de plus fait notable est la réduction du diffé importance ou de grandes difficultés d’ob
d’un point d’indice. Par exemple, l’in rentiel des loyers à Bastia par rapport servation. 287 variétés ont servi à la com-
dice Marseille/Paris passe de 95,6 à à Paris, l’indice passant de 59,7 à paraison. Au sein d’une variété, les prix
94,1 quand on inclut les loyers dans la74,6. En partie de ce fait, Bastia, observés varient en fonction du type de
comparaison (tableau 1). moins chère qu’Ajaccio de 2 % en point de vente, du conditionnement, de la
Si le prix des locations dans le secteur1989, tend à la rejoindre en 1995. marque, etc. Afin de comparer des produits
libre est sensiblement le même dans les plus identiques possible, on définit des
les trois agglomérations du sud, Ajac "modèles" pour lesquels ces caractéristi-
Pour comprendrecio se distingue des deux autres dans ques sont précisées.
le secteur HLM en offrant des loyers Pour chaque variété et dans chaque agglo ces résultats
plus élevés, même un peu supérieurs mération, on détermine un nombre d’obser
à ceux de la région parisienne. L’écart vations de prix à faire. Ce nombre, qui
L’enquête Comparaison géographique deentre les deux villes corses existait dépend du poids du poste dans la consom-
prix constitue une opération traditionnelledéjà en 1989, lors de la précédente mation et de la dispersion des prix (plus les
de l’Insee. Les dernières enquêtes remon comparaison. Bastia, qui a un parc lo prix sont dispersés, plus il faut faire de re
tent à 1992 (comparaison des DOM à Paris)catif HLM ancien, était alors la moins levés pour estimer le prix moyen), varie
et 1989 (comparaison de 23 aggloméra chère des 24 agglomérations pour ce entre 10 et 50. Il est ensuite réparti entre les
tions, dont les quatre concernées ici).secteur. types de point de vente et les modèles. Sur
Elle vise à comparer les prix de l’ensemble le terrain, 25 000 relevés de prix ont été
des biens et services consommés par les faits au cours du mois d’octobre 1995 :Aucun changement global
ménages entre plusieurs agglomérations. environ 5 500 à Ajaccio, 5 400 à Bastia,depuis 1989
Elle mesure des écarts de niveaux de prix 7 500 à Marseille et 7 200 à Paris.
et en aucun cas des écarts de coût de la vieLe différentiel de prix entre les trois ag Pour chaque variété et chaque aggloméra
ou de dépenses. Elle élimine les différencesglomérations méridionales et Paris est tion, on calcule les prix moyens par modèle
de structure de consommation existant en remarquablement stable depuis 1989 et type de point de vente. Chaque indice est
tre les agglomérations, du fait de conditions(tableau 1). Mais si cette constatation le rapport du prix moyen obtenu pour Ajac
de vie dissemblables (pratiques alimentai-vaut pour tous les secteurs de con cio, Bastia ou Marseille à celui obtenu pour
res, distances à parcourir, climat etc.), ousommation à Marseille, elle cache en Paris. Si un type de point de vente n’existe
des particularités locales de l’appareil com-Corse des évolutions contrastées. pas (par exemple, pour l’essence, les gran
mercial, qui ne sont en général pas connuesLe renchérissement relatif des pro des surfaces en Corse), il est exclu de la
avec précision.duits alimentaires est net à Ajaccio et comparaison. Les indices sont ensuite agré
Elle s’appuie toujours pour cela sur la struc davantage encore à Bastia où l’écart gés au niveau de la variété puis des divers
ture moyenne de la consommation Francedes prix par rapport à Paris passe de regroupements, jusqu’à l’indice d’ensemble.
entière, estimée chaque année pour les be 2,4 % à 8,5 %. La comparaison des prix étant réalisée sur
soins de l’indice temporel des prix (IPC).En revanche, l’habillement et les tex un échantillon, elle ne fournit qu’une esti-
Cette consommation est fractionnée entiles connaissent une baisse marquée mation des écarts de prix réels. La précision
265 postes de dépenses dont on connaît ladu niveau relatif de leur prix (de des résultats est cependant mesurable : les
part dans le budget global des ménages+ 4,5 % à 6,8 % à Ajaccio, par exem indices globaux vrais sont à l’intérieur de
ainsi que la répartition des dépenses selonple). Même si l’on ne peut exclure des l’intervalle formé par les indices calculés plus
les circuits de distribution (grandes surfa différences dans le choix des maga ou moins 1,4 %.
ces, commerces traditionnels...).sins enquêtés ou dans l’appréciation
Pour chaque poste de dépenses, on choisitde la qualité des articles de l’habille
Pour en savoir plusune famille de biens ou de services (varié-ment entre les deux enquêtes, ce ré-
té), ou plusieurs si le poste est important,sultat semble être confirmé par le
qui représente une part importante durapprochement du niveau des prix "Les prix dans 23 agglomérations en
poste, qui ne pose a priori aucun problèmemarseillais. 1989", Insee Première n°69, mai 1990.
d’observation et qui est comparable d’uneLe niveau relatif des prix corses enregis
"Tour de France des loyers"Insee P, re
ville à l’autre. Certains postes (représentanttre peu de mouvement pour les autres mière n°89, juillet 1990.
seulement 7 % de la consommation) ont étéproduits manufacturés (légère hausse)
exclus de l’enquête en raison de leur faibleet les services (légère baisse). Le seul
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Paul Champsaur
Rédacteur en chef :
Baudouin Seys
Rédacteurs : F.Magnien,
V. Guihard, C. Dulon
Maquette : Valérie Delas
ISSN 0997 3192
© INSEE 1996

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.