Les transferts d'établissements : des déménagements, mais peu de changements d'activité

De
Publié par

Moins nombreux que les créations d'établissements, les transferts sont riches d'informations sur l'évolution du tissu économique. La majorité des établissements transférés se déplace à l'intérieur de la même commune et presque tous restent dans le même secteur d'activité. Les transferts avec le reste de la France sont posisitifs et amènent 16 nouveaux établissements par an à La Réunion. A l'intérieur de l'île la micro-région Ouest est la plus attractive et gagne chaque année 15 établissements aux dépens du Nord et du Sud.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 17
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

économie
Les transferts d’établissements
Des déménagements, mais
Moins nombreux que les créations d’établissements, les
transferts sont riches d’informations sur l’évolution du tissu
économique. La majorité des établissements transférés se
déplace à l’intérieur de la même commune et presque tous restent
dans le même secteur d’activité. Les transferts avec le reste de la
France sont positifs et amènent environ 16 nouveaux
établissements par an à La Réunion. A l’intérieur de l’île la
micro-région Ouest est la plus attractive et gagne chaque année
15 établissements aux dépens du Nord et du Sud.
vènements particuliers de la vie Evolution des nombres de créationsDéfinitions des entreprises, les transferts et de transferts depuis 1993Ed’établissements deviennent des 6000
Entreprise : unité économique,
faits importants de la vie économiquejuridiquement autonome, organisée pour
5000réunionnaise, puisque leur taux de pro-la mise en œuvre d’un ensemble de
gression est plus fort qu’au niveau natio-facteurs de production de biens et de 4000
nal et surtout plus important que celuiservices pour le marché.
3000des créations.
Etablissement : unité géographiquement
2000
En 2001, plus de 100 000 établissementslocalisée, qui appartient à une entreprise
et exerce une activité économique réelle ont changé de localisation à l’échelle 1000
et marchande. Sont étudiés ici ceux dont nationale, soit une progression de 23 %
0l’activité relève du champ I.C.S. par rapport à 1993. Le nombre de trans-
(Industrie, Commerce, Services,
ferts dont la zone de départ ou la zone
Construction, Transports). année
d’arrivée est le département de La Réu-
créations pures total créationsnion a augmenté de 56 % par rapport àCréation d’établissement : le concept est réactivations transferts
reprisespris dans le sens large d‘établissements 1993, et a concerné en 2001 plus de
nouvellement actifs. Il prend en compte 1 100 établissements. A titre de compa-
tous les mouvements économiques qui raison, plus de 5 100 établissements y
permettent d’accroître les moyens de L’évolution du nombre de trans-ont été créés en 2001, soit 24 % de plus
production d’une zone géographique ferts confirme le dynamisme éco-qu’en 1993.donnée, en les créant ou les réactivant, nomique de La Réunion.
mais aussi en les maintenant en Parmi les établissements créés depuis le
exploitation en changeant d’exploitant des moyens de production est plus1er janvier 1991, 6 800 ont été transférésou encore en les transférant. variable selon les années : il reste privilé-entre le 1er janvier 1993 et le 31 décembre
gié, mais avec une tendance à la baisse.Transfert d’établissements : 2001. Quatre établissements sur dix ont
En 1993 plus de 80 % des établisse-déplacement géographique d’éléments attendu la stabilisation de leur activité
ments ont été transférés avec leursou de moyens de production d’une avant d’effectuer ce transfert. Nous
entreprise d’un endroit à un autre. Le moyens de production, alors que moinsconstatons en effet que 27 % ont été
transfert est un mouvement qui concerne de la moitié l’ont été en 1997.transférés après plus de trois ans d’exis-deux établissements appartenant à la
tence, et 13 % entre deux et trois ansmême entreprise.
Le bâtiment bougeaprès leur création. Par ailleurs un éta-
Taux de mobilité d’une zone : nombre blissement sur quatre a été transféré mais le commerce
de départs de cette zone ajouté au avant six mois d’existence. Ce sont pro- reste stablenombre d’arrivées dans cette zone, bablement des établissements qui ont été
rapporté au double de la taille du stock
créés dans un local provisoire, puisau début de la période d’étude. Parmi les secteurs d’activité, le bâtiment
ensuite transférés une fois les moyens est le plus instable. Sur la période, il
Taux de solde : solde migratoire rapporté financiers consolidés. enregistre un taux de mobilité moyen de
à la taille du parc étudié au début de la
5,2 %, soit plus de 160 établissementsSur la période, l’essentiel des établisse-période.
transférés par an. Le commerce est auments transférés sont des sièges d’entre-
contraire le plus sédentaire. Son taux deprises. Cela reflète une caractéristique du
mobilité est de 2,5 % en moyenne, cetissu productif de La Réunion composé
qui représente toutefois plus de 200 éta-principalement d’entreprises ne compre-
blissements transférés par an.nant qu’un établissement. Le transfert
économie 1er trimestre 20032 DE LAREUNION
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
nombre d'établissementséconomie
peu de changement d’activité
L’essentiel des établissements transférés Evolution du solde annuel de transferts
reste dans le même grand secteur d’activi- entre La Réunion et l’extérieur La vie des entreprises
té. Au niveau du département, les chan-
50
gements d’activité permettent de cerner
Tous les événements de la vie d’unela plus ou moins grande attractivité rela- 40 entreprise sont enregistrés dans le
nombre d'établissements gagnéstive des secteurs. Le commerce, secteur répertoire informatique SIRENE qui
fortement créateur d’emplois, cède 30 fournit des informations sur leur
cependant des établissements aux autres activité principale, leur forme
20secteurs. Par ailleurs, le bâtiment appa- juridique, le lieu d’implantation de
leurs sièges sociaux, leur taille, leraît comme le plus attirant des secteurs
10 nombre de leurs établissements, etc.d’activité.
Par exemple, un entrepreneur décidePrès de 10 % des transferts sont effec- 0
en 1995 d’ouvrir un magasin detués avec l’extérieur du département, et
chaussures à Saint-Paul, unité légale àconcernent au total environ 120 entrepri-
laquelle est attribué un SIREN. Unannéesses en 2001. Tendanciellement, le solde
établissement siège est alors
augmente depuis 1993 et s’élevait à 44 automatiquement créé à Saint-Paul,
établissements supplémentaires en 2001. avec une localisation géographique etLa Réunion attire les entrepreneurs
L’évolution du solde est un indicateur de conscients des avantages de l’île. une activité (commerce) précises. Cet
l’attractivité de La Réunion. Le creux établissement siège figure dans la base
annuelle de création d’établissementsobservé en 2000 peut s’expliquer par
de 1995, et dans le stockL’attractivité de l’Ouestl’attente de mesures économiques plus
d’établissements du 1er janvier 1996.favorables pour une implantation en
Outre-mer : la loom devait en effet entrer L’analyse territoriale permet de fournir En 1997, notre entrepreneur décide de
en vigueur en 2001. d’autres critères de dynamisme régional reprendre à Saint-Pierre un magasin de
que les seules créations d’établissements. chaussures, appartenant à une autre
A l’échelle de La Réunion, 60 % des
En effet, nous observons en moyenne entreprise : il y a donc ici une création
transferts se font à l’intérieur d’une même avec reprise et cette nouvelle unité83 % de transferts au sein même des
commune. En examinant les transferts locale est rattachée à l’unité légale.micro-régions.
ayant concerné La Réunion entre 1993 et Cette création par reprise est référencée
2001, nous pouvons déterminer le degré La région Nord est la plus active, enre- comme création d’établissement en
1997 ; le nouvel établissement figurerad’attractivité des différentes communes gistrant 3,6 % de taux de mobilité, soit
dans le stock de janvier 1998.ou micro-régions qui la composent. plus de 270 transferts par an. Elle est
également la moins attractive, cédant 19
En 2000, notre entrepreneur décide de
établissements par an. A l’inverse, la modifier son activité saint-pierroise et
Etablissements transférés région Ouest est la plus attractive, avec transforme alors son magasin de
par micro-région (1993-2001) ses 15 établissements gagnés chaque chaussures en un magasin de
année. Ce gain s’effectue principalement réparation de chaussures, en déplaçantTaux de
Micro- Effectif moyen son activité dans un autre quartier de laaux dépens de la région Nord et de lamobilité
régions par an commune. Il ferme donc sonmoyen (%) région Sud.
établissement, pour en ouvrir un autre,
Est 68 2,3 Les transferts inter-communaux sont avec une localisation et une activité
Nord 272 3,6 (services) différentes. Il déclare donc unminoritaires, mais permettent de mettre
Ouest 196 3,1 transfert d’établissements.en évidence la plus ou moins grandeSud 208 2,8
attractivité des communes.
Si par malheur l’entreprise était placée
Source : Insee, répertoire Sirène. en procédure judiciaire, son SIRENSur la période, nous pouvons isoler cinq
apparaîtrait dans le fichier descommunes qui cèdent plus de vingt éta-Etablissements transférés défaillances. Quand elle aura cessé
blissements par an aux autres commu-par secteur (1993-2001) économiquement son activité, cette
nes : Saint-Denis voit partir en moyenne information sera relevée dans la base
Effectif Taux de 80 établissements par an, pour en de survie, source d’information qui
Secteurs moyen mobilité accueillir 56. Saint-Paul en cède autant permet d’évaluer statistiquement les
par an moyen (%)
qu’elle en accueille, soit près de 50 éta- durées de vie d’entreprises d’une
génération donnée.Commerce 232 2,7 blissements. Il en est de même pour
Construction 171 5,4 Saint-Pierre (30 établissements) et le
Industrie 98 4,8 Tampon (20 établissements).
Services 386 4,5
Transport 56 3,5 Pour appréhender l’impact des transferts
sur les parcs communaux, il est préfé-
Source : Insee, répertoire Sirène.
rable de raisonner avec des taux de sol-
économie1er trimestre 2003 3DE LAREUNION
solde (nombre)
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001économie
des. Un petit nombre d’établissements
cédés a en effet plus d’impact sur un
petit parc d’établissements que sur un
grand.
Entre 1993 et 2001, avec un taux de
solde supérieur à 0,4 % les communes
comme la Possession, les Avirons ou la
Plaine des Palmistes attirent fortement
les entrepreneurs qui souhaitent transfé-
rer leur activité.
Petite-Île, Salazie et Cilaos enregistrent
les taux de solde les plus bas ; en fait
cela ne représente respectivement que
16, 10 et 6 établissements perdus sur la
période. En revanche, si Saint-Denis
enregistre un taux de solde moyen de
- 0,3 %, cela correspond à 200 établisse-
ments perdus en neuf ans.
Sur toute la période le Port accueille
chaque année dix établissements de plus
qu’il n’en cède.
Depuis 1998 la Possession accueille éga-
lement dix établissements de plus qu’elle
n’en voit partir chaque année
Saint-Paul a un comportement opposé.
La commune accueillait autant d’établis-
sements que le Port de 1993 à 1998 mais
en a perdu autant depuis.
Frédéric SIEGEMUND
Impact des transferts inter-communaux (1993-2001)
taux de solde moyen
par commune (%)
0,3 1-
-0,3 - 0,3
-1 - -0,3
© IGN - Insee
Source : Insee, répertoire Sirène
économie 1er trimestre 20034 DE LAREUNION

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.