Midi-Pyrénées, une économie plutôt autonome

De
Publié par

En Midi-Pyrénées, 42 % des salariés des secteurs marchands non agricoles dépendent de centres de décision externes à la région contre près de 44 % en moyenne provinciale. Globalement, Midi-Pyrénées reste une région relativement autonome qui exerce un faible contrôle sur le tissu productif des autres régions françaises.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 28
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
Numéro 71 : avril 2004 MidiPyrénées, une économie plutôt autonome
Une dépendance centrée autour de l'IledeFrance Taux de dépendance par région
NordPas deCalais Haute Picardie Normandie Basse Ile Lorraine Normandie deFrance Champagne Alsace Bretagne Ardenne Pays de la LoireFranche Centre Comté Bourgogne Taux de dépendance Poitou en % Charentes Limousin RhôneAlpes 50 Auvergne 45 42 Aquitaine 38 ProvenceAlpes MidiPyrénées Côte d'Azur
Languedoc Roussillon
Très fort rayonnement économique de l'IledeFrance Taux de rayonnement par région
NordPas deCalais Haute Picardie Normandie Basse Ile Lorraine Normandie deFrance Champagne Alsace Bretagne Ardenne Pays de la LoireFranche Centre Comté Bourgogne Taux de rayonnement Poitou en % Charentes Limousin RhôneAlpes 50 Auvergne 10 7 Aquitaine 5 ProvenceAlpes MidiPyrénées Côte d'Azur
Source : Insee, année 2000
En MidiPyrénées, 42 % des salariés des secteurs marchands non agricoles dépendent de centres de décision externes à la région contre près de 44 % en moyenne provinciale. Globalement, MidiPyrénées reste une région relativement autonome qui exerce un faible contrôle sur le tissu productif des autres régions françaises.
Languedoc Roussillon
INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES DIRECTION REGIONALE DE MIDIPYRENEES Téléphone : 05 61 36 61 36 Télécopie :05 61 36 62 00 Adresse : 36, rue des TrenteSixPonts 31054 TOULOUSE CEDEX 4 Directeur de la publication :Benjamin Camus Rédactrice en chef :MariePierre Plaux Maquettiste :Evelyne Demas Ce document est téléchargeable à partir du site internet www.insee.fr/mp à la rubrique « publications » Imprimeur : ESCOURBIAC, 81304 Graulhet Cedex Dépôt légal : avril 2004 ISSN :1262442X CPPAP : 183AD SAGE : SIPAG7176 Prix : 2,20Abonnement à l'ensemble des publications pour l'année 2004 : France 85, Etranger 105
MidiPyrénées, une économie plutôt autonome
Un système productif local est cons titué d’établissements qui emploient des salariés dont l’avenir se décide parfois loin de leur lieu de travail.
Une dépendance liée à l’IledeFrance
En MidiPyrénées, 202 700 salariés appartenant à 8655 établissements des secteurs principalement marchands non agricoles dépendent en 2000 d’un centre de décision (siège social ou tête de groupe) implanté en dehors de la région. Ils représentent 42 % des effectifs salariés de la région sur ce champ. Ainsi, Midi Pyrénées s’inscrit légèrement en deçà de la moyenne provinciale (44 %), comme la plupart des régions localisées en dessous d’un axe SaintMalo  Nice. La dépendance économique d’une région dépend de son éloignement de la région parisienne mais aussi de sa structure productive. En effet, l’IledeFrance concentre une grande partie des sièges sociaux et des têtes de groupes nationales. C’est donc la région la moins dépendante de l’hexagone (21 %). Autour d’elle on trouve une première couronne de régions plus industrielles que la moyenne provinciale comme la Picardie, la HauteNormandie et le Centre ainsi que celles de l’est de la France. Viennent ensuite des régions également plutôt industrielles (NordPasdeCalais, BasseNormandie, RhôneAlpes, Franche Comté) proches de la moyenne provin ciale en terme de taux de dépendance et qui forment une deuxième couronne attenante à la première. Les dernières régions, plus excentrées de l’attractivité parisienne comme la Bretagne et la quasi totalité du sud de la France sont sensi blement moins dépendantes. Ce sont aussi les régions où la part de l’emploi industriel se situe en deçà de la moyenne provinciale. Le taux de dépendance de la Corse approche celui de l’IledeFrance en raison notamment de son caractère insulaire.
Un faible rayonnement économique
Peu dépendante, MidiPyrénées est également peu influente. En effet, on dénombre 26650 salariés contrôlés en 2000 par un centre de décision midi pyrénéen et localisés dans 2 045 établis sements en dehors de la région, soit 5,5 % de l’emploi principalement marchand non agricole régional. La moyenne régio nale de ce taux est de 25 % en France mais seulement de 7,8 % en province. En IledeFrance ce taux de rayonnement est de 74%. Pour la seule commune de Paris, il dépasse les 200 %. En province,
les régions au plus fort taux de rayonne ment sont, soit celles qui possèdent un ou plusieurs centres de décision impor tants comme Nord PasdeCalais avec la grande distribution ou l’Auvergne avec le groupe Michelin, soit celles qui allient la présence d’un groupe de taille moyenne avec un faible emploi régional comme le Limousin avec le groupe Legrand. Midi Pyrénées se situe en deçà de la moyenne provinciale mais exerce cependant un contrôle un peu plus important que l’Aquitaine (4,0%) et Languedoc Roussillon (3,6 %), ses deux principales voisines, notamment dans l’industrie et les services.
Forte dispersion sectorielle de la dépendanceéconomique Taux de dépendance par secteur Energie Activités financières Industries des biens d'équipements Industrie automobile Services aux entreprises Transports Industries des biens intermédiaires Commerce Industries agroalimentaires Industries des biens de consommation Construction Services aux particuliers Activités immobilières % 0 1020 30 40 50 60 70 80 90100 Source : Insee, année 2000
Un rayonnement surtout industriel Taux de rayonnement par secteur Industries des biens de consommation Industries agroalimentaires Industries des biens intermédiaires Services aux entreprises Transports Commerce Industries des biens d'équipements Activités immobilières Services aux particuliers Construction Activités financières Energie Industrie automobile % 0 2 4 6 810 12 14 16 18 Source : Insee, année 2000
2
MidiPyrénées est en moyenne moins dépendante et moins rayonnante que l'ensemble des régions Taux de dépendance et de rayonnement par secteur et taille d'établissement en % Taux de dépendanceTaux de rayonnement MidiPyrénéesFrance ProvinceMidiPyrénéesFrance Province Ensemble marchand42,037,6 43,65,525,0 7,8
Industrie Construction Commerce Services
moins de 10 salariés de 10 à 19 salariés de 20 à 49 salariés de 50 à 249 salariés de 250 à 499 salariés 500 salariés et plus
Source : Insee, année 2000
51,1 20,2 28,3 48,5
13,6 29,4 37,5 61,6 80,9 88,1
Des services dépendants et une industrie rayonnante
Structurellement, le secteur indus triel est le plus contrôlé par des centres de décision externes, suivi par celui des services. Aussi, ce sont ces secteurs qui globalement affichent à la fois les plus forts taux de dépendance et de rayonne ment en moyenne nationale. A l’opposé, les secteurs du commerce et surtout de la construction, fortement constitués de petites entreprises autonomes, sont moins dépendants. On constate effectivement que, quel que soit le secteur, le taux de contrôle augmente en liaison avec la taille des établissements. En revanche, en province mais aussi en MidiPyrénées, les taux de rayonnement les plus élevés concernent plus les établissements de taille moyenne (de 20 à 500 salariés) que les petits ou les grands établissements.
En MidiPyrénées, l’industrie et les services sont également les secteurs les plus dépendants. Cependant, par rapport à l’ensemble de la province, la construc tion et surtout les services midipyrénéens affichent des taux de dépendance plus élevés. Les secteurs des activités financières, et celui des services aux entreprises cons tituent en MidiPyrénées les principaux services contrôlés par des centres de décision extérieurs. Dans l’industrie, le
49,7 16,8 30,6 36,5
12,2 24,1 32,9 52,5 62,4 59,4
54,5 19,8 31,3 46,8
13,6 26,9 36,3 59,9 76,5 83,0
8,2 2,0 4,6 4,8
3,3 5,2 7,1 6,9 7,7 6,0
poids du groupe EADS dont la têteest localisée aux PaysBas entraîne une forte dépendance du secteur des biens d’équi pement. De même, la forte concentration de l’industrie automobile régionale explique le contrôle élevé de ce secteur. Les secteurs les moins dépendants sont ceux constitués essentiellement de petites entreprises (activités immobilières, services aux particuliers, construction).
Comparé aux autres régions de province, les centres de décision de Midi Pyrénées ne rayonnent vraiment que pour quelques compartiments industriels comme les produits pharmaceutiques et de cosmétique (Pierre Fabre), les activi tés d’édition (société Maury Holding en particulier), l’agroalimentaire (groupes Andros, Union Laitière Pyrénées Aqui taine Charentes, …) et la chimie (Pierre Fabre et Lacroix notamment).
Une dépendance fortement concentrée sur lIle de France
La majorité des 202 700 salariés dé pendant de MidiPyrénées travaillent pour des entreprises oudes groupes dont le centre de décision est situé en Ilede France. Cette situation n’est pas propre à MidiPyrénées et marque bien le contraste économique qui existe entre
3
27,3 15,3 19,7 28,1
9,1 17,8 23,2 33,8 37,1 39,4
6,4 2,5 12,2 8,0
4,4 7,2 9,3 11,4 8,6 6,5
l’IledeFrance et la province. Cette dernière ne prend les décisions stratégi ques que pour une minorité de salariés midipyrénéens dépendants. En tête des régions de province, on trouve les grandes places économiques (RhôneAlpes, ProvenceAlpesCôte d’Azur, NordPas deCalais) ou des régions proches comme l’Aquitaine. Compte tenu de son éloigne ment et du poids de la région parisienne, la distance moyenne entre les salariés dé pendants de MidiPyrénées et leurs diri geants nationaux les plus hauts placés est relativement élevée (540 kilomètres).
En dehors de l’hexagone, des têtes de groupes de l’Union Européenne contrôlent 17 %des salariés dépendants de Midi Pyrénées notamment depuis les PaysBas, l’Allemagne et la GrandeBretagne. Près de 6 % des salariés dépendants de la région travaillent pour des groupes inter nationaux non communautaires, majoritairement américains. En prenant en compte ce contrôle étranger, la distance moyenne des salariés dépendants de MidiPyrénées à leurs centres de décision s’élève à près de 990 kilomètres.
Un rayonnement faible et relativement diffus
En revanche, la distance moyenne entre les centres de décisions midi
Des structures de dépendance et de rayonnement différentes Répartition des salariés dépendants deRépartition des salariés contrôlés par MidiPyrénées selon la localisationMidiPyrénées selon leur lieu du centre de décisionde travail 5 % 1 % IledeFrance 2 % RhôneAlpes 2 % Aquitaine 3 % ProvenceAlpes 5 %Côte d'Azur NordPasdeCalais LanguedocRoussillon 14% autres régions françaises
12 81 %2 % 10 % Source : Insee, année 2000
pyrénéens et les 26 650 salariés qui dé pendent d’eux est nettement plus faible (de l’ordre de 430 kilomètres). Il est vrai que cette étude ne peut intégrer les éta blissements situés en dehors du territoire national. Cependant, on constate égale ment que l’IledeFrancen’est que la deuxième région en terme de nombre de salariés dépendants de centres de décisions midipyrénéens, derrière l’Aquitaine et juste devant RhôneAlpes et Languedoc Roussillon. Globalement, les sièges sociaux et les têtes de groupe midi pyrénéens exercent un contrôle (faible) sur de nombreuses régions françaises mais prin cipalement sur des établissements de régions proches (Aquitaine, LanguedocRoussillon)
ou appartenant à de grands centres écono miques nationaux (Ilede France, Rhône Alpes, ProvenceAlpesCôte d’Azur).
Davantage dunités autonomes en Midi Pyrénées
En MidiPyrénées, comme dans la plupart des régions du sud de la France, cette faible dépendance traduit une struc ture productive particulière. Les salariés sont employés plus souvent dans des établissements indépendants c’est à dire dans des entreprises monoétablissements. La part des salariés dépendant d’une entreprise (souvent régionale) y est égale
Définitions Etablissement: unité de base du système productif, l’établissement peut être un élément d’un système plus complexe (entreprise ou groupe) ou bien constituer à lui tout seul une entreprise monoétablissement.  Entreprise: unité légale représentée par une personne juridique, physique ou morale, qui excerce pour son propre compte une activité et qui possède une auto nomie de décision. Cette autonomie peut être limitée dans le cas d’appartenance à un groupe. Groupe: ensemble de sociétés liées entre elles par des participations au capital et parmi lesquelles l’une détient sur les autres un pouvoir de décision. Tête de groupe: entreprise qui contrôle au moins une autre entreprise et qui n’est contrôlée par aucune autre société. Elle peut être située hors du territoire français. Centrededécision: tête de groupe si l’établissement appartient à un groupe ou siège social de l’entreprise dans les autres cas. Le centre de décision représente le sommet de la pyramide légale du groupe ou de l’entreprise, mais peut ne pas correspondre au centre de décision réel, notamment dans le cas de localisation à l’étranger due à des facilités fiscales.
4
ment supérieure aux moyennes nationale et provinciale. En revanche, le poids des groupes nationaux et étrangers dont la tête est implantée en dehors de Midi Pyrénées, est dans notre région plus faible qu’en moyenne en France ou même qu’en province.
Cette structure des établissements en fonction de leur type de centre de décision dessine une hiérarchie des unités productives de la région davantage orientée vers une plus grande autonomie régionale.
Des caractéristiques en lien avec la hiérarchie de la structure productive
En MidiPyrénées, la taille moyenne des établissements augmente avec leur classement dans la typologie dressée en fonction de leur type de centre de décision. Les monoétablissements n’emploient en moyenne que 4 salariés et ceux dépendants d’une entreprise 7. Dès que l’on passe aux établissements contrôlés par un groupe, la taille de ces unités augmente fortement : 26 dans le cas d’un groupe français, 34 s’il est étranger. De même la qualification des salariés est croissante : on passe d’une proportion de 11 % de cadres dans les établissements indépendants à plus de 24 % dans ceux contrôlés par un groupe étranger. En liaison avec cette hausse des qualifi cations, le salaire horaire moyen est plus élevé dans les unités dépendantes d’un groupe notamment étranger.
Des unités dépendantes plus capitalistiques
Généralement, plus les centres de décisions sont éloignés, plus on craint pour la pérennité de l’activité concernée. L’éloignement, l’échelon national voire international des décisions stratégiques de l’entreprise ou du groupe, le faible poids de l’établissement concerné, l’im pact limité des pouvoirs politiques locaux sur des centres de décisions souvent internationaux militent en ce sens. Les
établissements locaux dépendants paraissent ainsi plus fragiles. D’un autre côté, les éta blissements dépendant de centres de déci sion externes sont un signe d’ouverture vers l’extérieur de la région, ce qui peut accélérer son développement économique, notamment s’il s’agit d’emplois qualifiés.
De fait, les établissements dépendants d’un centre de décision externe à la région sont en moyenne plus importants et la productivité du travail y est supérieure à la moyenne. Dans les unités contrôlées par des groupes étrangers, la productivité apparente du travail est globalement double de celle des établissements indépendants. Par ailleurs, le taux d’investissement ainsi que les immobilisations corporelles par salarié des unités dépendantes d’un groupe sont supérieurs à ceux des établis sements indépendants ou de ceux contrôlés par une entreprise nationale, traduisant une accumulation de capital et donc une structure capitalistique en moyenne plus élevée. Par secteur, ces caractéristiques des établissements dépen dants se vérifient essentiellement dans l’industrie et dans les services. Dans le commerce et la construction, les différences de performances économiques sont peu marquées entre les établissements contrôlés par des centres de décisions externes et ceux indépendants.
Un peu plus d'établissements indépendants en MidiPyrénées Structure productive des établissements de MidiPyrénées en % Salariés d'un établissement :MidiPyrénéesFrance* Province* indépendant 3632 33 dépendant d'une entreprise1815 15 de la région1211 10  d'uneautre région64 5 dépendant d'un groupe français3741 40 de la région1020 12  d'uneautre région2721 27 dépendant d'un groupe étranger1013 12 Ensemble 100100 100 * moyennesrégionales pondérées par les effectifs Sources : Insee, année 2000
Des salariés plus qualifiés dans lesétablissements dépendants Caractéristiques des établissements de MidiPyrénées EtablissementNombreEffectifsSalaire horaireSalariés/ % % % d'établissementssalariéscadres ouvriersmoyen (établissement femmes) indépendant 43961 17185911 453,9 387,6 dépendant d'une entreprise12 00886 5247,2 4110 328,6 6,1 3958 5539 652de la région8,29 43  d'uneautre région2 35627 97111,9 4713 99,4 dépendant d'un groupe français6 887178 20310,525,9 3515 35 9,9de la région25,4 3712 411 96749 990  d'uneautre région4 92026,1 34128 21310,716 33 dépendant d'un groupe étranger1 37946 55033,8 2524 3611,8 Ensemble 64235483 13614 387,5 369,2 Sources : Insee, année 2000
Des structures hétérogènes sur le territoire régional
Les territoires régionaux présentent en 2000 des structures productives fort différentes. On peut mettre en évidence
Méthodologie
certaines de ces différences en calculant les taux de dépendance et de rayonne ment des économies locales au niveau des zones d’emploi. Dans ce cas, le territoire de référence est celui de la zone d’emploi qui peut dépendre ou influer sur les autres zones d’emplois de l’hexagone.
Lechampdelétude:Cette étude porte sur les données de l’année 2000. Elle concerne l’ensemble des établissements employeurs de MidiPyrénées appartenant aux secteurs principalement marchands non agricoles. Les sources utilisées sont le répertoire SIRENE, l’enquête sur les liaisons financières (LIFI) et les fichiers de déclarations fiscales (Déclarations Annuelles de Données Sociales, DADS et Système Unifié de Statistiques d’Entreprises, SUSE).
 Ladépendance:mesure pour un territoire l’importance des emplois qui sont contrôlés par des centres de décisionLa dépendance situés hors de ce territoire. On calcule donc un taux de dépendance (compris entre 0 % et 100 %) comme suit : Taux de dépendance = (Effectifs dépendants du territoire / Ensemble des effectifs du territoire) * 100
Le rayonnement:Le rayonnement mesure l’influence en terme d’emplois des centres de décision du territoire étudié en rappor tant le nombre de salariés externes au territoire mais dépendant de centres de décision de ce territoire sur le total de l’emploi de ce territoire. Ce taux ainsi calculé peut être supérieur à 100 % si le territoire étudié comporte de nombreux centres de décision : Taux de rayonnement = (Effectifs hors territoire, dépendant d’un centre de décision du territoire / Ensemble des effectifsdu territoire)* 100
 Ladistance moyenne:La distance moyenne entre deux zones correspond à la moyenne des distances entre les communes des établissements concernés de ces zones, pondérées par les effectifs. Il s’agit d’une distance en ligne droite calculée à l’aide des coordon nées (latitude et longitude) de chaque commune. Dans le cas des pays étrangers, on utilise uniquement le point centroïde du pays.
5
Desétablissements dépendants qui investissent Performance économique des établissements midipyrénéens EtablissementProductivité apparenteTaux de valeur ajoutéeTaux d'investissementTaux de marge bruteIntensité capitalistique du travail () (%)(%) (%) () (valeur ajoutée/effectifs)(valeur ajoutée/chiffre d'affaires)(EBE/valeur ajoutée)(investissements/valeur ajoutée)(immobilisations/effectifs) indépendant 40148 3030 1339 221 dépendant d'une entreprise48 68530 2913 58408 26 2841 818de la région15944 60  d'uneautre région63 05939 329 53833 dépendant d'un groupe français58 03024 3119 124555 88550 858de la région19 7819 30  d'uneautre région60 82627 3219 142362 dépendant d'un groupe étranger80 4679 2926 104883 Ensemble 52157 2630 1780 459 Source : Insee, base de données économiques localisées, année 1999
Forte dépendance de la zone toulousaine Taux de dépendance par zone d'emploi
Auch
NordduLot Figeac Decazeville Cahors Rodez Villefranche deRouergue
Montauban Millau AlbiCarmaux
Fort rayonnement de la zone CastresMazamet Taux de rayonnement par zone d'emploi
Auch
NordduLot Figeac Decazeville Cahors Rodez Villefranche deRouergue
Montauban Millau AlbiCarmaux
Castres Castres Toulouse Toulouse Mazamet Mazamet Tarbes Tarbes Taux de dépendanceTaux de rayonnement en %en % Saint Saint Gaudens Lavelanet Gaudens Lavelanet 53 25 Lourdes Lourdes SaintGirons SaintGirons 42 11 Lannemezan Lannemezan 38 6 FoixPamiers FoixPamiers 31 4 Source : Insee, année 2000
En MidiPyrénées, seule la zone d’emploi de Toulouse affiche un taux de dépendance supérieur aux moyennes nationale (47 %) ou provinciale (48 %) en raison notamment du contrôle de ses principales industries (aéronautique, spatial, électronique...) par de grands groupes français et étrangers. Ensuite, la présence de quelques établissements importants, généralement inclus dans des structures de groupes, explique les différences entre les zones d’emploi régionales. C’est le cas pour celle de Lannemezan avec le groupe SA Péchiney qui représente en 2000 près de 10 % des salariés de la zone. La présence des groupes internationaux Latin American Holdings Incorporated (tête de groupe de Ratier Figeac) et Arche Union (Société Aveyronnaise de Métal lurgie) est à l’origine du niveau élevé du
taux de contrôle de la zone d’emploi de FigeacDecazeville. Dans celle de Tarbes, le poids des groupes Giat Industries, Alstom et EADS NV explique le taux de dépendance élevé de cette zone.
Toujours en 2000, la zone d’emploi de Toulouse rayonne modestement sur l’ensemble de l’économie nationale (6,8 %), comparativement à la moyenne provin ciale (11,4%). En effet, on dénombre seulement 16 000 salariés en France (hors zone d’emploi de Toulouse) contrôlés par un établissement de cette zone d’emploi. Au niveau régional, un peu moins de 4 300 salariés des autres zones d’emplois de MidiPyrénées dépendent d’un centre de décision de la zone d’emploi de Tou louse, soit à peine 1,7 % de leur emploi total des secteurs marchands non agricole.
6
La zone d’emploi la plus influente (32 %) en 2000 est celle de Castres Mazamet avec notamment la tête du groupe Carla (Pierre Fabre Médicament, Biomérieux SA, Laboratoires Dolisos, Transgene SA, Pierre Fabre Santé …). Elle était suivie de deux zones d’emplois qui possèdaient chacune une tête de groupe importante comparativement aux effectifs salariés de la zone : celle de Millau (22 %) — Société Maury holding dans le secteur de l’édition — et la zone d’emploi « Nord du Lot » (16 %) — groupe Andros et Cie dans le secteur agroalimentaire.
Céline ROUQUETTE
JeanLouis JULIA
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.