Nouvelle hausse des créations d'entreprises

De
Publié par

En 2006, les créations d'entreprises ont nettement progressé en Alsace. Cette hausse conforte la bonne santé de la création d'entreprises observée depuis l'assouplissement des conditions de création en 2003. Les créations enregistrées dans la région se situent majoritairement dans les services. L'Alsace se distingue par la vitalité des créations dans le secteur du commerce.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 7
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

ÉCONOMIE
Nouvelle hausse
des créations d’entreprises
10,7 % dans le Haut-Rhin, contre bles moteurs des créations d’entre-En 2006 ,
12,0 % au niveau national. prises. Dans les services, 3 850 en-les créations d’entreprises
treprises ont été reprises ou créées
ont nettement progressé
en 2006, soit 2,5 % de plus qu’enMoindre dynamisme
en Alsace. 2005.Cette hausse repose sur la vi-dans le Haut-Rhin
Cette hausse conforte gueur des créations dans les servi-
ces aux particuliers. Dans les servi-la bonne santé Le dynamisme des créations n’est
ces aux entreprises, après les trèspas partagé par les deux départe-de la création d’entreprises
fortes hausses de 2003 et 2004, lesments alsaciens : les créations ontobservée depuis
créations se sont stabilisées. Au ni-progressé en 2006 de 8,3 % dans le
l’assouplissement des veau national, on observe le phéno-Bas-Rhin, alors qu’elles se stabili-
conditions de création en 2003. mène inverse : des créations tou-saient à un niveau proche de celui
jours en hausse dans les servicesLes créations enregistrées observé en 2005 dans le Haut-Rhin.
aux entreprises, alors qu’elles res-Dans ce dernier département, ledans la région
tent stables dans les services auxtassement des créations dans lese situent majoritairement
particuliers. Par ailleurs, dans la ré-commerce et leur recul dans les
dans les services. gion, les créations ont fortement pro-services expliquent ce moindre dy-
L’Alsace se distingue gressé dans l’immobilier (+9,2 %).namisme.
par la vitalité des créations
Le secteur du commerce révèledans le secteur du commerce. Vitalité dans le commerce
en Alsace une double particularité :
Au niveau régional, ces deux sec- il représente une part plus impor-
teurs restent néanmoins les vérita- tante de l’ensemble des créations,
ans la région, après deux an-D nées de forte hausse en 2003
et 2004, et un léger ralentissement Hausse des créations dans chacun des grands secteurs
en 2005, les créations d’entreprises
4 000
ont de nouveau progressé en 2006 Nombre
3 500(+5,5 %). Elles ont ainsi atteint un ni-
veau record, avec 7 250 entreprises 3 000
créées ou reprises. Au niveau natio- 2 500
nal, les créations ont également pro-
2 000
gressé, mais plus modestement
1 500(+1,7 %). D’ailleurs, depuis 2003, les
créations progressent plus rapide- 1 000
ment dans la région. L’écart entre le
5001
taux de création régional, tradition-
0nellement plus faible, et la moyenne
Industrie Construction Commerce Servicesnationale, a donc tendance à se res-
serrer. Le taux de création s’établit
2003 2004 2005 2006
ainsi à 11,9 % dans le Bas-Rhin et à
1
Taux de création : rapport entre le nombre de créations observées une année et le nombre d’entreprises au premier janvier de cette même année.
13
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 13· L'année économique et sociale 2006 · juin 2007
Source : InseeÉCONOMIE
Baisse des défaillances dans la région et au niveau nationalet celles-ci y progressent plus vite
110qu’au niveau national. Près de 2 100
Base 100 en 1998
créations ont ainsi été enregistrées
105
dans ce secteur en 2006.
Alsace
100
Avec 900 entreprises créées, le
95
secteur de la construction a enre-
gistré une hausse record dans 90
chacun des départements alsa-
France
85ciens (+6,5 % en moyenne régio-
nale). Le secteur de l’industrie, qui
80
pèse certes peu en termes de créa-
75tions d’entreprises, a également
enregistré une hausse encoura-
70
geante en 2006.
1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
À ce bilan sectoriel plutôt positif,
Les créations se répartissent à création, était inférieur au Smic.une nuance est néanmoins à ap-
parts égales entre entreprises indi- Ces entrepreneurs sont ainsi à l’o-porter : les nouvelles entreprises di-
2
tes innovantes sont moins nom- viduelles et sociétés. La part des rigine de près de 3 créations d’en-
breuses qu’en 2005, et ce malgré SARL, après avoir fortement aug- treprises sur 10.
les nouvelles aides proposées aux menté entre 2002 et 2005, semble
créateurs d’entreprises des sec- ainsi se stabiliser pour concerner Par ailleurs, 83 % des créations de
près d’une entreprise créée sur nouvelles entreprises ne génèrentteurs de l’innovation technologique.
deux. qu’un seul emploi, celui de l’entre-Au niveau national, ce type de créa-
preneur. Cependant, la part des en-tions est resté stable.
treprises comptant au moins un sa-De nombreux chômeurs
larié reste dans la région légère-Dans la région, plus de trois entre- créateurs d’entreprise
ment supérieure à la moyenneprises créées sur quatre sont entiè-
rement nouvelles. Cette part, supé- En Alsace, 2 200 créateurs d’en- nationale (17 %, contre 14 %).
rieure à celle observée au niveau treprises ont bénéficié de l’Aide
national, progresse chaque année. aux Chômeurs Créateurs ou Re-
Les reprises et les réactivations ne preneurs d’Entreprises (ACCRE), Jean-Baptiste RUDANT
représentent ainsi que 12 % et étendue depuis 2006 à tous les en-
11 % de l’ensemble des créations. trepreneurs dont le revenu, avant la
Baisse des défaillances d’entreprises
Le taux de défaillance est le rapport entre le nombre de défaillances observées dans l’année et le stock d’entre-
prises au premier janvier, ramenés aux mêmes activités et après exclusion des catégories juridiques ne pouvant
faire l’objet d’une défaillance.
Dans la région, les défaillances d’entreprises ont baissé de 4,6 % en 2006, alors qu’elles diminuaient de 7,8 % au
niveau national. Ce sont ainsi 1 070 dépôts de bilan qui ont été enregistrés dans la région. Les défaillances ont en
particulier reculé dans la construction, dans le commerce et les services aux entreprises. L’Alsace reste parmi les
régions où le taux de défaillance est le plus élevé (2,3 %).
2
Les secteurs "innovants" sont ceux des technologies de l’information et de la communication (TIC), des produits pharmaceutiques, de la biotechnologie et des
nouveaux matériaux.
14
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 13· L'année économique et sociale 2006 · juin 2007
Sources : Insee et Bodacc

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.