Outre-Rhin : lente sortie de crise

De
Publié par

L'activité économique est repartie lentement à l'automne, après un premier semestre particulièrement déprimé. Les investisseurs sont sortis de leur attentisme. Mais les ménages restent dans l'expectative et préfèrent épargner, conscients que la résorption des déficits ne se fera pas sans quelques sacrifices, et que la situation de l'emploi risque encore de se dégrader.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 30
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

100 100
95 95ÉCONOMIE
75 75
25 25
5 5Outre-Rhin : lente sortie de crise0 0
de logements accumulés dans l’eu-L’activité économique Bâtiment et travaux publics
phorie de la réunification n’estest repartie lentement en panne
toujours pas résorbé et, s’agissant
à l’automne,
des travaux publics, nombre deAu final, les échanges extérieurs
après un premier semestre grands projets routiers ou ferroviai-et l’excédent commercial - 130 mil-
particulièrement déprimé. liards d’euros pour l’année 2003 - res ont été gelés, résorption des
sont restés très proches des hauts déficits publics oblige.Les investisseurs
niveaux atteints en 2002 (page 16).sont sortis
Les secteurs les plus présents sur L’investissement productifde leur attentisme.
les marchés extérieurs (métallurgie, repartMais les ménages automobile, électronique et chimie)
restent dans l’expectative continuent à tirer leur épingle du jeu. L’accélération des achats étran-
Ainsi, la fabrication des machi- gers en milieu d’année a redonnéet préfèrent épargner,
nes-outils a enregistré, sur deux confiance aux investisseurs, quiconscients que la résorption
ans, une augmentation des com- sont sortis de leur attentisme. L’in-desdéficitsneseferapas
mandes étrangères de 6 %, com- vestissement productif a redémarré
sans quelques sacrifices, pensant largement la contraction au quatrième trimestre, progres-
et que la situation de l’emploi des ventes sur le marché national. sant de 1,8 % par rapport au tri-
Ces bons résultats contrastent mestre précédent, après trois an-risque encore de se dégrader.
avec les piètres performances des nées de repli continu.
secteurs produisant des biens de
consommation, donc très dépen- Si le moteur de l’investissement
dants du marché intérieur. C’est len 2003, l’économie alle- semble désormais rallumé, celui de
cas de l’habillement et des biensE mande est entrée en légère la consommation, par contre, reste
durables, où les commandes ontrécession : le PIB a diminué de obstinément éteint. La progression
baissé de 13 % au cours des deux0,2 % au premier, puis au second du pouvoir d’achat en 2003 était li-
dernières années. mitée (moins de 1 %) et le climattrimestre. Les exportations, qui
général incitait davantage à épar-portent à bout de bras la crois-
Le secteur du BTP, lui aussi totale- gner qu’à consommer : suppres-sance allemande, ont donné des
ment tributaire de la conjoncture sion des primes de fin d’annéesignes d’essoufflement fin 2002 et
nationale, est confronté à des diffi- dans divers secteurs ; réformes encela a suffi pour faire basculer
l’Allemagne dans le rouge. Durant cultés spécifiques : l’excès d’offre cours ou programmées du système
l’été, la croissance est revenue,
timidement, grâce à un puissant
Depuis la réunification, le PIB a augmenté plus vite
rebond des commandes en pro-
dans le Bade-Wurtemberg qu'en Rhénanie-Palatinat
venance d’outre-Atlantique, de
120l’Extrême-Orient, mais aussi de
Évolution du PIB : indice base 100 en 1991 Bade-Wurtembergl’Union européenne. L’embellie
115
s’est avérée durable, mais elle n’a
pas permis d’effacer totalement les
110
mauvaises performances du pre-
Rhénanie-Palatinatmier semestre, et l’Allemagne a
105
100 clôturé l’année 2003 sur un taux de 100
croissance annuel de -0,1 %.
100
95 95
9575 75
90
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
25 256
5 5
0 0Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 6 · L'année économique et sociale 2003 · juillet 2004
1
Sources : Offices statistiques du Bade-Wurtemberg
et de Rhénanie-PalatinatProfil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
100 100
95 95ÉCONOMIE
75 75
Chômage deux fois plus élevé à l'Est qu'à l'Ouest
25 25
5 5
Schleswig-Holstein
9,7 % Mecklembourg -0 0
Poméranie occidentale
Hambourg
20,1 %
9,9 %social (santé, retraites, assu-
rance-chômage) ; difficultés persis-
Brème
Berlin13,2 %tantes sur le marché de l’emploi.
18,1 %
Les ménages se sont donc montrés Basse-Saxe
9,6 % Brandebourgprudents, comme en témoigne
18,8 %
Saxe-Anhaltl’augmentation du volume de l’é-
20,5 %
pargne (+2 %).
Rhénanie du Nord-
SaxeWestphalie
17,9 %9,9 %
Malgré une inflexion en fin Thuringe
16,9 %d’année, le chômage s’est encore
Hesse
Taux de chômage 7,9 %accru de 2,2 % entre décembre
(en %)
2002 et décembre 2003, portant le
Rhénanie-
17 et plus
Palatinatnombre de chômeurs à 4,3 millions,
7,7 %de 14 à 17
soit 10,4 % de la population active :
BavièreSarrede 10 à 14
6,9 %8,4 % dans les anciens Länder et 9,5 %
de 8 à 10
17,9 % dans les nouveaux. Globa-
moins de 8
Bade-Wurtemberg
lement, l’économie allemande a dé- Allemagne : 10,4 % 6,2 %
truit quelque 170 000 emplois en
Limite des Länder2003. Les effectifs ont baissé de
2,5 % dans l’industrie et de 7,5 %
dans le BTP. La création de 100 000
postes nouveaux dans le secteur
tertiaire n’a de loin pas suffi à com- par rapport à 2002, et la demande sachant que le Land réalise, à lui
penser les pertes d’emplois. Signes étrangère a retrouvé un haut ni- seul, près d’un sixième des expor-
encourageants toutefois : depuis veau, après le creux du premier se- tations allemandes. Le marché de
l’été, les suppressions d’emplois di- l’emploi a continué de se dégrader :mestre.
minuent et les faillites d’entreprises, 50 000 postes de travail ont été
bien que nombreuses (+4,6 % par supprimés dans l’agriculture, l’in-Cependant, le lent redémarrage
rapport à 2002), concernent pour dustrie et le BTP, alors que seule-de l’activité économique, qui inter-
l’essentiel des PME. Les grosses ment 15 000 emplois supplémentai-vient plus tard que prévu, est en-
entreprises, qui avaient payé un res ont été créés dans le secteur ter-core peu lisible dans le bilan de
lourd tribut à la crise en 2002, ont tiaire. Le Bade-Wurtemberg conservel’année 2003. Le Land de Rhé-
néanmoins le taux de chômage ledans l’ensemble bien résisté. nanie-Palatinat est certes un des
plus bas de toute l’Allemagne (6,2 %).rares à afficher un PIB en hausse
6,2 % de chômeurs Comme dans le reste du pays, la(0,1 %), mais la situation de l’emploi
consommation des ménages cons-dans le Bade-Wurtemberg reste très préoccupante : le taux de
titue le talon d’Achille de cette éco-chômage est passé de 7,2 à 7,7 %
nomie convalescente, mais la baisseDans les Länder limitrophes à de la population active, traduisant
d’impôt sur le revenu en 2004 ali-l’Alsace, le réveil de l’investisse- une perte de 11 000 postes de tra-
mente les espoirs d’une relance de lament se lit dans les carnets de com- vail. Dans le Bade-Wurtemberg, le
demande.PIB a baissé de 0,2 %. Le ralentis-mandes, qui sont de plus en plus
sement de la demande extérieuregarnis. À l’automne, les ventes de
biens d’équipement sur le marché au premier semestre a fortement
100 100
national se sont accrues de 1,5 % pesé sur le climat des affaires, Daniel WAHL
95 95
STAT’Allemagne
75 75
pour vous faciliter l’accès aux statistiques allemandes
Site internet : www.insee.fr/alsace/zoom/statal.htm
Téléphone : 03 88 52 40 72 - Télécopie : 03 88 52 40 82
25 25Messagerie : dr67-statistiques-allemandes@insee.fr 7
5 5
0 0Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 6 · L'année économique et sociale 2003 · juillet 2004
2ECONOMIE.ps
R:\Publications\BILAN\ECONOMIE.vp
jeudi 8 juillet 2004 10:16:46
Source : Bundesagentur für Arbeit 2003 © Mégrin - Insee

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.