Perturbations sur la croissance

De
Publié par

En France, la croissance moyenne annuelle serait de 2,1% en 2004 après 0,6% en 2003. En Franche-Comté, l'activité industrielle reste encore fragile en 2004 alors qu'elle se stabilise à un niveau élevé dans la construction. Elle reste peu porteuse dans le secteur tertaire. La dégradation du marché du travail semble pour l'instant stoppée. L'emploi salarié augmente de 0,3% au premier semestre tandis que le taux de chômage est revenu à son niveau de septembre 2003 (8,6%).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 9
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
En France, la croissance en moyenne annuelle serait de 2,1% en 2004 après 0,6% en 2003. En Franche-Comté, l!activité industrielle reste encore fragile en 2004 alors qu!elle se stabilise à un niveau élevé dans la construction. Elle reste peu porteuse dans le secteur tertiaire. La dégradation du marché du travail semble pour l!instant stoppée. L!emploi salarié augmente de 0,3% au premier semestre tandis que le taux de chômage est revenu à son niveau de septembre 2003 (8,6%).
Nº 76 - JANViER 2005
La conjoncture en Franche-Comté
n France, la repriseaugmenter à un rythme proche entamée à la mi-2003 ade 3%. Linvestissement des mé-marqué le pas au coursnages en logements est resté de lété 2004 sous lef-dynamique. En raison dune fet dune dégradation de lenvi-évolution de la demande inté-ronnement international. Larieure plus faible quanticipée baisse du dollar pèse égalementpar les entreprises, les stocks sur la croissance mon-ont augmenté rapide-L'environnement diale. La hausse dument, ce qui a contri-prix du pétrole a parinternationalbué à soutenir la ailleurs bridé le pou-croissance mais aussi pèse sur voir dachat des mé-à dynamiser les im-la croissance nages et contribué à laportations. Ces der-dégradation du solde du com-nières augmenteraient sur lan-merce extérieur. Malgré unenée de près de 8% et le solde des baisse au troisième trimestre, laéchanges extérieurs est devenu consommation des ménages,négatif à la fin août. Globale-augmenterait de 2,1% en 2004.ment, la croissance du PIB at-Le redémarrage de linvestisse-teindrait 2,1% en 2004. ment des entreprises a été stoppéDans ce contexte, les effectifs provisoirement au troisième tri-salariés augmenteraient de mestre. Néanmoins, sur len-35 000 personnes en 2004 dans semble de lannée, il devraitle secteur marchand mais cette
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL76 Nº
hausse serait contrebalancée parlégère amélioration au premier la baisse de 20 000 postes danstrimestre, la production indus-le tertiaire non marchand soustrielle tend à se stabiliser depuis leffet dune diminution desle printemps. Au début de lan-contrats aidés (emplois jeunesnée 2004, les chaînes de pro-principalement). Le taux de chô-duction ont tourné au ralenti mage se stabiliserait à 9,8% dedans le secteur automobile suite la population active à la fin deau fléchissement de la demande. lannée. Lactivitéa légèrement Situation Le premier semestreaccéléré au deuxième 2005 devrait être mar-mitigée danssemestre. Globale-qué par un repli de lament, sur les onze pre-l'industrie demande mondialemiers mois de 2004, adressée à la France et par uneprès de 390 400 véhicules sont décélération du pouvoir dachat.sortis des chaînes du site Peu-Dans ce contexte et sous ré-geot de Sochaux, en baisse de serve que la glissade du dollar3,1% par rapport à la même ne se prolonge pas, la crois-période de lannée précédente. sance devrait se stabiliser à unDans les biens déquipements, rythme un peu inférieur à 2%.lactivité reste contrastée. Alors En Franche-Comté, la repriseque les inquiétudes étaient for-sest fait attendre jusquau dé-tes sur lavenir dAlstom en ce but de lannée 2004. Après unedébut dannée, la reprise des
Léger recul du nombre de demandeurs demploi Demandeurs demploi Demandeurs demploiPart dans les demandeurs demploi (%) Nombre ÉvolutionAncienneté Moins 50ans total ausur 1 anFemmes supérieure de 25 anset plus 31/10/2004 (%)à 1 an Doubs 18686 2,9 49,622,4 13,129,0 Jura 7585 1,5 53,521,6 15,328,8 Haute-Saône 7469 +4,452,0 25,714,2 28,2 Territoire de Belfort5 995+1,3 46,922,2 14,230,6 Franche-Comté 39735 0,7 50,422,9 13,929,0 France 2518 903+0,3 48,620,5 13,730,2 Source : ANPEChamp : DEFM de catégorie 1 (données brutes)
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL Nº76
commandes laisse augurer une éclaircie sur lavenir financier du groupe. La croissance re-prend dans les équipements électriques tandis quelle se maintient dans les autres sec-teurs. La montée du prix des matières premières affecte néan-moins les marges tandis que la baisse du dollar laisse peser des menaces dans ce secteur tourné vers lexportation. Dans les biens de consomma-tion comme dans lindustrie agroalimentaire, lactivité sest tout juste stabilisée sur lensem-ble de lannée. La demande est restée soutenue dans lindustrie du meuble et plutôt satisfaisante dans lhorlogerie. En revanche, elle est restée médiocre dans la lunetterie et en retrait sur un an dans le jouet. Les industriels restent prudents sur leurs pers-pectives. Dans ce concert plutôt morose, lindustrie des biens intermé-diaires tire un peu mieux son épingle du jeu. Les carnets de commandes sont globalement assez bien garnis, notamment pour les industries qui travaillent en amont du secteur automo-bile, malgré une légère baisse dactivité de ce secteur dans la
région. Des inquiétudes sur lestion, linvestissement des mé-le secteur tertiaire sest révélée marges restent présentes car lesnages reste particulièrementpeu porteuse. La demande de négociations pour répercuter lasoutenu. La construction pa-crédits de la part des entreprises hausse des matières premièresvillonnaire connaît ainsi un re-est encore calme tandis que les sur les prix de vente sont diffici-bond de 7,4% sur les dix pre-crédits immobiliers sont tou-les. miersmois de lannée après unejours dynamiques. Le ralentis-Après une année 2003 marquéebaisse de 5% en 2003. Pour sasement de lactivité sobserve par un net repli de la productionpart, la construction dapparte-également dans le commerce suite à la sécheresse, le secteurments est en recul de près deautomobile. Le niveau des im-agricole a bénéficié de condi-10%. matriculationsde véhicules tions climatiques plus favora-Les mises en chantier sont enneufs est en forte baisse sur les bles. Les cultures céréalières ontbaisse dans le département duonze premiers mois de lannée été de bon niveau tant en termeDoubs et tout juste stables dans( 6,4% par rapport à la même de quantité que de qua-le Jura. En revanche,période de lannée précédente), Tassement lité. En revanche, lesla construction pa-contre une quasi stabilité au ni-prix sont en forte baissede l'activitévillonnaire est dyna-veau national (0,4%). Enfin, aussi bien pour le blémique dans le Terri-les difficultés de trésorerie sont dans le tertiaire que pour le maïs. Latoire de Belfort et enimportantes dans le transport survente dune partie du chep-Haute-Saône. Dans ce dernierroutier qui doit faire face à la tel en 2003 pour pallier le man-département, il en est de mêmemontée du prix du gasoil. que de fourrage a nettementpour la construction dapparte-Les créations dentreprises se poussé à la hausse les prix de laments. poursuiventà un rythme sou-vache en 2004. Ainsi, fin sep-La croissance dans le secteur dutenu. De janvier à septembre, tembre, le prix dune vache debâtiment devrait de nouveau ac-3 371 entreprises ont été imma-race Montbéliarde dépassait lescélérer au début de lannée 2005.triculées, en hausse de 14% par 2,70Les autorisations de construire/kg, son plus haut coursrapport à la même période de depuis lété 2000. En revanche,sont en progression de près de la collecte de lait est en retrait.20% de janvier à octobre 2004 La campagne laitière 2003-2004par rapport à la même période sest achevée à la fin mars avecde lannée précédente. une production de 135 000 hec-Les surfaces de bâtiments à tolitres de moins que les quotasusage professionnel mises en laitiers accordés à la région et lachantier sont en recul de 16% tendance sest poursuivie ausur les dix premiers mois de cours de lété. Le manque delannée. La baisse est particu-soleil en août a conduit les viti-lièrement forte dans lindustrie culteurs à vendanger tardive-mais le tertiaire nest pas épar-ment dans les AOC du Jura. Lagné par lattentisme des entre-récolte est abondante mais depreneurs. qualité très hétérogène en fonc-Depuis le début de lannée 2004, tion des parcelles.la croissance de lactivité dans Dans le bâtiment, lactivité ré-gionale qui était en hausse de Bâtiment : la croissance ralentit près de 7% à la fin du premier Logements commencés de janvier à octobre 2004 semestre 2004, sest nettement Individuels CollectifsEnsemble ralentie au deuxième semestre. Janvier Évolution Janvier Évolution JanvierÉvolution Globalement, le nombre de mi-octobre 2003-2004octobre 2003-2004 à2003-2004 àà octobre 2004 (%) 2004 (%) 2004(%) ses en chantier augmente de Doubs 1712 +0,3960 11,4 2672 4,2 1,8% de janvier à octobre 2004 Jura 964+8,8 236 26,01 200 0,4 Haute-Saône 969+9,6 199+91,3 1168 +18,2 par rapport à la même période Territoire de Belfort400 +37,9253 20,2 653+7,6 de lannée précédente. Malgré Franche-Comté 4045 +7,41 648 9,65 693+1,8 la hausse du coût de la construc-Source : direction régionale de l!Équipement - SITADEL
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL Nº76
lannée précédente. Cest un peudépartement. La baisse est mieux que ce qui est observé aucomprise entre  0,2% dans le niveau national (+11%). LesDoubs et  0,9% dans le Terri-deux tiers de ces créations con-toire de Belfort. cernent de nouvelles entrepri-La situation sur le marché du ses, le dernier tiers étant consti-travail saméliore nettement tué de reprises ou de réactiva-depuis lété grâce à une re-tions. prisede lembauche dans lin-Dans ce contexte mitigé, à ladustrie. Le nombre de deman-fin juin, lemploi salarié privédeurs demploi diminue de (hors agriculture et énergie)0,7% sur un an pour atteindre recule de 0,3% sur un an au39 735 personnes à la fin oc-niveau régional alors quiltobre 2004. Cette quasi stabi-reste stable au niveaulité du chômage sex-national. Le recul deLe chômagen o t a m m e n tp l i q u e lemploi industrielpar une diminution du quasiment reste fort (2,8%) nombrede deman-stable en 2004 malgré un rebond audeurs demploi de deuxième trimestre 2004 aumoins de 25 ans dont la part cours duquel lemploi a pro-d i m i n u ed  u np o i n ta l o r s gressé de 0,7% dans ce sec-quelle reste stable au niveau teur. Les effectifs continuent denational. saccroître dans la constructionEn revanche, le nombre de de-(+2,0%) en phase avec la bonnemandeurs demploi exerçant tenue de lactivité dans ce sec-une activité réduite augmente teur. Les effectifs intérimairesde 20,9% sur un an. Le chô-en activité à la fin septembremage de longue durée (plus diminuent de 17,8%ce qui ex-d  u né g a l e m e n ta n )r e s t e plique, en partie, que la hausseorienté à la hausse et repré-de lemploi tertiaire soit limitéesente 29,0% des demandes à +1,2% sur un an.demploi (+3,5 points sur un Au niveau départemental,an). Le chômage de longue lemploi baisse dans tous lesdurée croît de manière plus départements à lexception demodérée au niveau national la Haute-Saône où il augmentepour atteindre 30,4% des de-de 0,4% grâce à une bonnemandeurs demplois (+1 point résistance des industries de cesur un an).
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL Nº76
SOURIRES DANS LHÔTELLERIE, DÉCEPTION DANS LES CAMPINGS
A près une baisse ininterrompue de la fréquentation depuis 2000, lhôtellerie franc-comtoise connaît un net regain dactivité depuis le début 2004 avec 1 802 000 nuitées de janvier à octobre (+3,3% par rapport à la même période de lannée précédente). Le retour de la clientèle daffaires explique cette croissance de la fré-quentation. Les hôtels situés en zone urbaine ont ainsi connu un bien meilleur remplissage quen 2003 avec une augmentation de plus de 10% des nuitées vendues. Si la création dun hôtel de plus de 100 chambres sur Besan-çon a sans doute favorisé la hausse de fréquentation (+12,5% dans lagglomération), cette dernière progresse également dans la plupart des autres zones urbaines. En revanche, malgré une bonne saison hivernale, la fré-quentation des hôtels en zone de montagne diminue de 3% sur les dix premiers mois de lannée.
Dans les campings, lannée 2004 ne restera pas dans les annales. La fréquentation de mai à septembre diminue de 17,3% pour atteindre 1 192 000 nuitées. Aucun départe-ment nest épargné par ce recul. Les touristes sont venus moins nombreux et ont raccourci la durée moyenne de leur séjour dans la région (4,2 jours contre 4,6 jours en 2003). Les températures plutôt fraîches et la pluie sou-vent présente expliquent en partie cette moins bonne performance. Il faut néanmoins rappeler que lannée 2003 avait été un cru particulièrement exceptionnel. Les espoirs suscités lannée dernière seront peut être déçus avec ce retour de la fréquentation à un niveau proche de celui de 2002.
Le taux de chômage régional au sens du BIT est stable sur un an. Après avoir atteint un point haut à la fin du deuxième trimestre 2004, il sest replié à 8,6% fin septembre 2004 c o n t r e9 , 9 %a un i v e a u national.n
Rédaction achevée le 18 décembre 2004 Patrice Perron
www.insee.fr insee-contact@insee.fr 0 825 889 452 (0,15/mn)
INSEEFranche-Comté « le Major » 83, rue de Dole BP 1997 25020 BESANÇON Cedex Tél : 03 81 41 61 61Fax : 03 81 41 61 99
Directeur de la publication :Didier Blaizeau Rédacteur en chef :François-Xavier Dussud Rédacteur en chef adjoint :Patrice Perron Mise en page :Maurice Boguet Imprimerie :Noir sur Blanc Besançon
Nº de CPPAP : 3 021 AD ISSN : 1248-2544 © INSEE 2005 dépôt légal : Janvier 2005
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.