Premier bilan 2007 : optimiste mesuré

De
Publié par

la veille du dernier trimestre de 2007, les acteurs du monde industriel À régional, confortés par quelques succès au cours des mois précédents, affichent une relative satisfaction tout en gardant un œil prudent sur leur activité future. Les professionnels de la construction, placés jusque-là dans un contexte favorable, entrevoient un possible repli de leur activité. Outre les habituels aléas climatiques, l'agriculture auvergnate subit les retombées des marchés mondiaux. Hôtels et campings ont souffert de la défection d'une partie de leur clientèle. Le recul de l'emploi industriel freine une nouvelle fois le redressement d'ensemble de l'emploi salarié. Le chômage poursuit toutefois sa décrue.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 4
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

la veille du dernier trimestre de 2007, les acteurs du monde industriel
À régional, confortés par quelques succès au cours des mois précédents,
affichent une relative satisfaction tout en gardant un œil prudent sur leur
activité future. Les professionnels de la construction, placés jusque-là dans
un contexte favorable, entrevoient un possible repli de leur activité. Outre les
habituels aléas climatiques, l'agriculture auvergnate subit les retombées des
marchés mondiaux. Hôtels et campings ont souffert de la défection d'une
partie de leur clientèle. Le recul de l'emploi industriel freine une nouvelle fois
le redressement d'ensemble de l'emploi salarié. Le chômage poursuit
toutefois sa décrue.
Alain BATIFOULIER, INSEE
(Rédaction achevée le 20 décembre 2007)
u cours des trois premiers trimes- des établissements auvergnats : signa-Conjoncture industrielle : Atres de 2007, l'industrie auver- ture d'un contrat d'exclusivité entresatisfaction teintée de gnate a essuyé quelques revers : mise Michelin et l'armée américaine ; ren-
prudence en redressement judiciaire du groupe forcement par Rockwool de la pro-
laitier Toury ; annonce de la fermeture duction de laine de roche dans les
du site Jallatte (le Breuil-sur-Couze) et Combrailles ; transfert de la produc-
du transfert de sa production de tion mondiale d'un médicament (le
chaussures de sécurité en Tunisie… Cancidas) au site MSD de Riom ; ra-
Par ailleurs des offres publiques d'a- chat du groupe laitier Toury par un
chat ou de reprise ont fait naître des autre groupe auvergnat, Dischamp
interrogations quant au devenir de (Sayat), et ses partenaires, pourtant
certains établissements majeurs confrontés à une rude concurrence…
(Altadis à Riom ; Alcan-Rhénalu à L'institution d'un nouveau label
Issoire ; fonderie Bréa à Vaux). (Esprit de Thiers) a démontré la pu-
À l'inverse,des succès sont venus rap- gnacité et la réactivité des couteliers
peler le savoir-faire des entreprises et thiernois.Selon l'opinion des chefs d'entrepri- bilisé. Les pointes d'activité ont leur activité future. La demande glo-
ses,l'activité industrielle des neuf pre- nécessité le recours aux emplois inté- bale semble pouvoir se redresser mais
miers mois apparaît relativement ac- rimaires. un tassement de la demande étran-
ceptable. La demande globale et celle Au sortir des trois premiers trimes- gère est envisagé.
émanant de l'étranger se sont dans tres de 2007, les carnets de com- Lesaléasliésauxcoursdesmatières
l'ensemble mieux comportées qu'en mande tendent à se dégarnir, même premières et de l'euro apparaissent
e2006, malgré un repli en fin de 3 tri- s'ils restent encore bien étoffés. Aussi comme autant d'éléments perturba-
mestre.Après une baisse tendancielle, les industriels régionaux font-ils teurs de la production et des mar-
le niveau des effectifs salariés s'est sta- preuve d'une certaine prudence sur chés.
Bâtiment : tassement de l'activité
n Auvergne, l'activité du secteur de Logements autorisés en France et en AuvergneEla construction reste sur de bon-
Décélération de la demande régionalenes bases. Cependant, au travers des
erenquêtes trimestrielles de conjonc- Indice base 100 au 1 trimestre 1998 (tendance CVS)
ture, les professionnels de la région 200
font état d'un léger repli au cours de 190
la période estivale de 2007. Cette 180
tendance pourrait se prolonger sur 170
les derniers mois de l'année, voire 160
au-delà. 150
140Les chantiers en attente constituent
130encore une réserve de travail France
120moyenne de l'ordre de six mois. Mais
110l'érosion du volume des carnets de
Auvergne
100commande est évoquée.
90Concrètement, le nombre de loge-
80ments mis en chantier dans la région er e e e e e e e e e e
1tr. 4tr. 4tr. 4tr. 4tr. 4tr. 4tr. 4tr. 4tr. 4tr. 3tr.
au cours des trois premiers trimes- 1998 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
tres dépasse celui de 2006 à la même Source : Ministère de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables
période (+ 5,1 % ; France : 0,0 %).
Pour celui des logements autorisés,
lectif, le résultat est plus défavorablel'effet est inverse (- 5,5 % ; France : nombre d'autorisations recule de 3,5 %
(- 8,8 % ; France : - 0,5 %).0,0 %). Dans le logement individuel, le (France : + 0,5 %). Dans le secteur col-
Une année agricole marquée par le contexte
international
'année 2007 est marquée par de est comparable. Les bons résultats du trielle, on s'oriente à nouveau vers une
Lfortes tensions sur les marchés tournesol, avec un rendement dépas- production record de 360 000 tonnes,
mondiaux de nombreux produits sant la moyenne de la dernière dé- résultat de l'accroissement des surfa-
agricoles. cennie (29 q/ha contre 24 q/ha), ne ces et de la forte progression des ren-
Pour les grandes cultures, les baisses compensent pas les pertes enregis- dements (90 tonnes/ha, un rendement
de récolte sont compensées par des trées en colza (24 q/ha contre 28 q/ha jamais connu jusque-là en Auvergne).
prix en forte hausse. Après des condi- en moyenne décennale). Les surfaces Cette production est destinée en tota-
tions météorologiques printanières consacrées aux cultures énergétiques lité à la fabrication de sucre.
plutôt favorables, les épisodes plu- (production de diester) poursuivent Les éleveurs connaissent des fortunes
vieux de l'été ont compromis les ren- leur développement. Les cours se diverses. En production laitière, la
dements. La production céréalière sont envolés en raison des tensions baisse des volumes se conjugue avec
avoisinerait 12 millions de quintaux, surlemarchémondial.Eneffet,lapro- la hausse des prix.Les livraisons,voisi-
niveau inférieur à celui de 2006 et à la duction de céréales en hausse, malgré nes de celles de 2006 en début
moyenne décennale. Avec 53 quin- des prévisions de récolte pessimistes d'année, ont ensuite été en retrait. Le
taux à l'hectare (q/ha), le rendement en Australie et Europe, ne permet pas recul du nombre de vaches en est
du blé est en net retrait par rapport à de faire face aux besoins. Ainsi sur le principalement à l'origine. En revan-
2006 (58 q/ha) et à la moyenne des marché français et pour les dix pre- che, le prix payé aux producteurs se
edix dernières années (60 q/ha). Celui miers mois, les prix ont fortement redresse nettement au cours du 2 se-
du maïs grain devrait mieux se com- progressé par rapport à ceux de 2006 : mestre en raison de la flambée du prix
porter (environ 100 q/ha par rapport + 60 % pour le blé et + 25 % pour les des produits laitiers industriels sur le
à 90 q/ha). En oléagineux, la situation oléagineux. Dans la betterave indus- marché mondial.
INSEE Auveergn 50 Janvier 2008Pour les producteurs de viande bo- en repli.La chute s'est accentuée au fil sonnière estivale. Le cours du porc
vine, la conjoncture est moins favo- de l'année. Elle est particulièrement charcutier recule de près de 10 % par
rable. Le marché de la viande a enre- sensible à l'automne où l'extension rapport au niveau élevé de l'année der-
gistré des prix en baisse au cours du des foyers de fièvre catarrhale sur la nière. Dans le même temps, les éle-
premier semestre. Depuis ils se sont région a fortement pénalisé les ex- veurs doivent faire face à l'alourdisse-
redressés, bénéficiant de la forte de- portations de broutards vers l'Italie.Le ment du coût de l'alimentation animale
mande allemande et du bas niveau des cours de l'agneau progresse légère- (+ 30 % depuis fin 2006) consécutif à la
abattages italiens. Sur l'ensemble de ment (+ 2 %). Le redressement enre- flambée du prix des céréales. Le sec-
l'année, les prix accusent un recul de gistré depuis août, conséquence de teur avicole est sorti de la crise de
2 à 10 % selon les catégories. Pour les l'absence de l'agneau anglais sur le mar- 2006. Les prix sont stables et ont re-
animaux maigres, les cours sont aussi ché français, compense la baisse sai- trouvé leur niveau antérieur.
Activité orientée à la hausse dans les services
ans l'ensemble du secteur des ser- valait lors des mois précédents. Un re- avoir retrouvé le niveau d'activité d'a-Dvices, selon les professionnels en- démarrage s'est cependant profilé dès vant l'été 2006. Ils anticipent le maintien
quêtés, l'activité des six derniers mois le premier trimestre 2007. Il s'est de ce contexte dans les derniers mois
ede 2006 a subi une baisse de régime, confirmé par la suite. À la fin du 3 tri- de l'année et ultérieurement, ainsi qu'un
au regard du rythme soutenu qui pré- mestre, les professionnels estiment raffermissement de la demande.
Redressement du marché automobile
ur le marché automobile auvergnat, rapport à celui de 2006 à la même pé- (2,9 % d'immatriculations en plus ;
Sle bilan des neuf premiers mois de riode), supérieure à la moyenne France : + 2,6 %). En effet, pour les voitu-
2007 se solde par une hausse du nombre nationale (+ 2,0 %). L'impulsion émane res neuves, le résultat est plus modéré
global d'immatriculations (+ 2,5 % par principalement du marché de l'occasion (+ 1,2 % ; + 0,3 % au niveau France).
Tourisme : fréquentation en baisse
our bon nombre d'hôteliers auver- Cependant quelques éléments plus de la saison d'été est lui aussi loin d'être
Pgnats, l'activité des neuf premiers positifs sont à noter. En juillet, si le satisfaisant. Le nombre global de sé-
mois de 2007 n'offre pas les meilleurs nombre de séjours baisse de 4,2 %, la jours diminue très nettement (- 11,6 %
résultats. Le nombre total de séjours légère augmentation des nuitées fran- par rapport à 2006), de même que ce-
recule de 4,6 % par rapport à celui de çaises (+ 0,6 %) permet de limiter à lui des nuitées (- 12,6 %). La baisse de
2006 sur la même période. - 2,0 % l'érosion de l'ensemble des fréquentation des emplacements nus
Cette baisse de fréquentation se nuitées (françaises et étrangères). En se poursuit (14,2 % de séjours en
couple avec celle du nombre de nui- août, la forte hausse du nombre de moins par rapport à 2006).
tées (- 3,9 %). D'une extrémité à séjours (+ 10,3 %) et de nuitées À l'inverse, l'attractivité des emplace-
l'autre de la période, les résultats dé- (+ 12,7 %) de la clientèle étrangère ments locatifs se confirme un peu plus
favorables se sont succédés. Le recul permet d'amoindrir le recul du (séjours en hausse de 5,4 %), sous
le plus important, relevé en février, nombre global de séjours (limité à l'impulsion de la demande étrangère
avoisine 11 % pour les séjours et 15 % - 2,6 %) et de nuitées (- 1,8 %). (+ 44,6 % pour les séjours et + 45,1 %
pour les nuitées. Pour les gérants de campings, le bilan pour les nuitées).
Bonne tenue des créations d'entreprises
u cours des trois premiers trimes- dans le Puy-de-Dôme. La progression de ces derniers, les augmentations
Atres de 2007, près de 3 520 entre- est plus modérée dans l'Allier s'étalent de 6,3 % (éducation, santé et
prises ont été créées en Auvergne. Le (+ 3,8 %). Le seul recul émane des action sociale) à 23,6 % (transports).
chiffre enregistré au cours des neuf créations cantaliennes (- 5,4 %). Il en Mais trois sous-secteurs subissent
premiers mois de 2006 est ainsi amé- va de même pour les différents sec- une baisse : les services aux entrepri-
lioré de 8,6 %. La portée de cette pro- teurs de l'appareil productif auver- ses (- 3,2 %), l'immobilier (- 9,4 %) et
gression est atténuée par son infériori- gnat. La hausse maximale du nombre les activités financières (- 15,6 %).
té à la moyenne nationale (+ 13,7 %). de créations est atteinte dans le com- Au cours des neuf premiers mois de
La tendance régionale ne se décline merce (+ 18,9 %). La plus faible 2007, 394 défaillances d'entreprises
pas de façon identique selon le dépar- concerne le secteur de la construc- ont été prononcées en Auvergne
tement. Le niveau des créations d'en- tion (+ 2,4 %). Entre les deux s'inter- (données brutes provisoires), soit une
treprises fait un bond en avant de calent l'industrie (+ 14,9 %) et l'en- diminution de 4,6 % par rapport au ré-
16,5 % en Haute-Loire et de 10,7 % semble des services (+ 5,2 %). Au sein sultat de 2006 (même période).
INSEE Auveergn 50 Janvier 2008Ont contribué à la rédaction de cet article : les services de la DRAF
(volet agricole), la DRTEFP et la DRE (données mises à disposition).
Le BTP, figure de proue de l'emploi en Auvergne
omparé au premier semestre 2006,Évolution de l'emploi salarié par secteur en Auvergne Cl'emploi salarié du secteur privé auver-
Données en fin de trimestre non désaisonnalisées gnat est demeuré stable dans son en-
semble (+ 0,1 % sur un an).
Indice base 100 au 01/01/2002
Dans le secteur de la construction, l'em-115
ploi poursuit sa progression au même
110 rythme qu'en 2006 à la même époque
Services
(+ 3,0 % sur un an). Une hausse deConstructionCommerce105
Services moindre portée touche à la fois le com-
100 merce et l'ensemble des services (+ 0,5 %
Ensemble
sur un an). Dans ce contexte, l'industrie
95 fait une nouvelle fois exception avec une
Industrie baisse de son emploi salarié (- 1,7 % sur90
un an).
85 Fin juin 2007 *, le taux de chômage régio-
nal s'élève à 7,2 %,contre 7,9 % un an plus
tôt.Ce résultat permet une nouvelle fois à
l'Auvergne de se démarquer de la
Source : URSSAF - INSEE moyenne nationale (8,1 % contre 9,0 % en
juin 2006).
Fin septembre 2007, en région Auvergne,Demandeurs d'emploi en fin de mois de catégorie 1*
le nombre de demandeurs d'emploi de ca-
Décrue significative tégorie 1 ** atteint le chiffre de 35 741. En
Indice base 100 au 31/03/1998 (CVS) un an, il a diminué de 6,0 %, contre 9,0 %
105 pour la France qui totalise 1 976 800 de-
100 mandeurs d'emploi de catégorie 1. Re-
95 portée à l'échelon départemental, la
90 baisse s'échelonne ainsi : Allier (- 8,3 %),
France85 Puy-de-Dôme (- 5,8 %),Cantal (- 4,5 %) et
Haute-Loire (- 3,1 %).80
75
e*3 trimestre non disponible pour l'Auvergne à
70 Auvergne l'heure de la rédaction.
65 ** Demandeurs d'emploi de catégorie 1 :
60 personnes sans emploi inscrites à l'ANPE, à la
recherche d'un emploi à durée indéterminée et à
temps plein, tenues d'accomplir des actes positifs
de recherche d'emploi et qui n'ont pas travaillé
Source : Ministère duTravail plus de 78 heures au cours du mois.
Directeur
de la publication
> Michel GAUDEY - « Note de conjoncture nationale »
Directeur régional de l'INSEE décembre 20073, place Charles de Gaulle
Rédaction en chef - www.insee.fr/auvergneBP 120
> Sébastien TERRA cliquez sur conjoncture63403 Chamalières Cedex
> Daniel GRAS Tél.:0473197800
Fax : 04 73 19 78 09Composition
et mise en page
> INSEE Auvergne
www.insee.fr/auvergne
> Toutes les publications accessibles en ligne
Création maquette
> Free Mouse 06 87 18 23 90
Impression
> Imprimerie PHIL'PRINT
Crédit photo
> INSEE Auvergne
erISSN : 1633-2768 - Dépôt légal : 1 trimestre 2008
© INSEE 2008 - Code SAGE : LET085012
31/03/1998
31/12/1998
31/12/1999
31/12/2000
31/12/2001
31/12/2002
31/12/2003
31/12/2004
31/12/2005
31/12/2006
30/09/2007
31/03/2002
31/12/2002
31/12/2003
31/12/2004
31/12/2005
31/12/2006
30/06/2007

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.