Reprise de l'activité en Franche-Comté

De
Publié par

Après le creux conjoncturel de la fin 1998, l'activité économique a progressivement repris de la vigueur au cours du printemps 1999 en Franche-Comté comme en France. A la fin de l'été, le rythme de croissance est soutenu. La hausse de la demande intérieure s'est maintenue tandis que les exportations se sont redressées dès le deuxième trimestre. Consommation, investissement, production, emploi, chômage, tous les indicateurs passent au vert.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 13
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

La conjoncture en Franche-Comté
NUMÉRO SPÉCIAL
TERRITOIRE DE BELFORT
Au deuxième trimestre, le der-près une phase de ra-Après le creux conjoncturel de
nier moteur de la croissance s’estlentissement à la finla fin 1998, l’activité économique
1998 sous l’influence à son tour allumé avec la réani-
a progressivement repris de la mation des échanges extérieursde la crise asiatique,
vigueur au cours du printemps l’économie nationale a retrouvé en liaison avec la meilleure
de la vigueur au printemps. Fin orientation de l’environnement 1999 en Franche-Comté comme
international. Les exportationsseptembre 1999, l’acquis de en France. À la fin de l’été, le croissance s’élevait à 2,5% (*). se sont encore accélérées au
rythme de croissance est soutenu. Ce bon résultat est cours de l’été.Reprise de l’activité La conjoncture endû au maintien La hausse de la demande dans l’industrie
d’une croissance Franche-Comté a intérieure s’est maintenue franc-comtoise
élevée de la de- globalement suivi la
tandis que les exportations se même évolution. Le premier tri-mande intérieure. Tandis que
sont redressées dès le deuxième l’investissement des entreprises mestre a été marqué par une
progressait à un bon rythme, stabilisation de la productiontrimestre. Consommation,
industrielle après le ralentisse-l’investissement des ménages,investissement, production, qui correspond essentiellement ment de la fin 1998. Des signes
emploi, chômage, tous les aux achats de logements, a été
exceptionnellement dynamiqueindicateurs passent au vert.
(*) Un acquis de croissanceau premier semestre. La con-
de 2,5% à la fin du troisièmesommation des ménages a con-
trimestre signifie que latinué de progresser, notamment
croissance serait de 2,5% si
en ce qui concerne l’automo- le PIB restait stable au
bile. quatrième trimestre.Nº 30 - DÉCEMBRE 1999
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 29
ESS993018 Prix : 15F (2,29 )Les réponses obtenues ontENQUÊTES
donc un caractère subjectif.D’OPINION
Le plus souvent, trois mo-
L’INSEE interroge réguliè- dalités sont prévues : par
exemple, « hausse », « stabi-rement les chefs d’entreprise
de l’industrie et du bâtiment lité », « baisse ». Il faudrait
donc, en principe, suivresur la marche de leurs affai-
res. L’objectif est d’obtenir l’évolution de plusieurs
pourcentages. Ce qui n’estrapidement des renseigne-
ments sur les tendances ré- pas aisé. D’où la construc-
tion d’un indicateur résumé,centes et les anticipations.
C’est pourquoi les questions appelé solde d’opinions, qui
est constitué par la diffé-sont surtout qualitatives : on
demande par exemple au rence entre les pourcenta-
ges de réponses « en haus-chef d’entreprise son avis
sur l’évolution de sa produc- se » et « en baisse ». Il traduit
assez bien les tendances.tion, de ses effectifs ; sur le
niveau de ses stocks et de Et il n’a de signification qu’en
son carnet de commandes. évolution.
de reprise sont apparus au se- dégarnis et les capacités de pro- dustrie des biens intermédiaires gements collectifs, même si la
cond trimestre. Celle-ci s’est duction sont utilisées au maxi- n’a retrouvé son dynamisme construction pavillonnaire est
ensuite amplifiée pour toucher mum. En Franche-Comté, les qu’au cours de l’été, mais la un peu plus dynamique. Les
tous les secteurs d’activité du- immatriculations de véhicules croissance y a été élevée. Les évolutions des mises en chan-
rant l’été. neufs ont, de janvier à septem- secteurs de la plasturgie et de la tier au niveau départemental
La bonne tenue de la demande bre, bondi de 21% par rapport à mécanique générale, en crois- sont plus contrastées. Elles sont,
intérieure a permis une crois- la même période de l’année pré- sance depuis le début de l’an- pour la deuxième année consé-
sance soutenue de la production cédente, soit une augmentation née, ont été plus dynamiques. cutive, en forte hausse en Haute-
des industries agroalimentaires. double de celle observée au ni- Dans le bâtiment aussi, la pro- Saône tandis qu’elles restent
Dans les industries de biens de veau national. duction a augmenté. L’accélé- stables dans le Jura où l’on ob-
consommation, l’activité a di- La bonne tenue de ration des mises en serve une reprise dans la cons-Croissance soutenue
minué au premier semestre avant la demande et les chantier de loge- truction d’appartements et unedans le bâtimentde se redresser au cours de l’été. anticipations de ments au dernier diminution des mises en chan-
Elle a été particulièrement dy- hausse du prix des matières pre- trimestre de 1998 s’est poursui- tier de maisons individuelles.
namique dans le secteur de l’im- mières ont conduit les entrepri- vie durant les huit premiers mois Les départements du Doubs et
primerie-édition et, dans une ses franc-comtoises à ne pas de 1999, soutenue par la pers- du Territoire de Belfort suivent
moindre mesure, dans celui du différer leurs programmes d’in- pective de la suppression des quant à eux une évolution dia-
bois et du meuble. vestissement et à réactiver les avantages fiscaux de la loi métralement opposée avec res-
Le secteur des équipementiers échanges interindustriels. La Périssol à la fin août. Selon les pectivement une hausse de 29%
automobiles est, pour sa part, en production est en légère hausse chiffres de la direction régio- et une baisse de 32% de loge-
forte croissance depuis la mi- dans les industries de biens nale de l’Équipement, la hausse ments commencés. Ces évolu-
1998. Au troisième trimestre d’équipement professionnels atteint 8,4% sur cette période. tions sont cependant à relativi-
1999, les cadences sont au plus depuis le deuxième trimestre. Elle concerne aussi bien les lo- ser dans la mesure où, dans le
haut. Les stocks sont jugés très Pour sa part, l’ensemble de l’in- gements individuels que les lo- Territoire de Belfort, l’année
1998 avait été particulièrement
favorable (+41%) tandis que les
mises en chantier avaient baissé
de près de 17% dans le Doubs.
Rapportées au niveau de 1997,
les évolutions sont assez simi-
laires dans ces deux départe-
ments. L’augmentation de la
production du bâtiment obser-
vée depuis le début de cette an-
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 30Quant aux agences de travailnée ne s’explique pas unique-
temporaire, elles ont dû fairement par la bonne tenue de la
face à un bon niveau de la de-construction de logements
mande, y compris durant lesneufs. La construction de bâti-
mois d’été, les fermetures esti-ments non résidentiels a été éga-
vales des entreprises étant delement bien orientée avec, en
plus en plus courtes.particulier, une hausse de plus
En France, malgré le ralentisse-de 15% des surfaces mises en
ment de l’activité économiquechantier pour les locaux à usage
de 1998, la croissance de l’em-industriel. D’autre part, l’acti-
ploi salarié est restée vigou-vité dans les travaux d’amélio-
reuse, au premier semestre 1999,ration et d’entretien de l’habitat
avec la création de 130 000a progressé à un rythme élevé
emplois marchands (+1%). Enau cours des trois premiers tri-
Franche-Comté, après avoir sta-mestres de cette année et les
gné à la fin 1998, l’emploi sala-entrepreneurs prévoient une
rié est reparti à lanouvelle progression L’emploi salarié hausse. D’après lesde l’activité dans ce est sur la statistiques provisoi-secteur au quatrième bonne pente res de l’Assedic, latrimestre, grâce à la
progression s’est élevée à 1,6%baisse de la TVA qui passe de
sur les six premiers mois de20,6 à 5,5%. À la fin de l’été,
l’année (données corrigées desleurs carnets de commandes sont
variations saisonnières). C’estbien remplis et atteignent, en
dans le secteur tertiaire que lamoyenne, 4,3 mois de travail
hausse est la plus forte (+2,9%).d’avance.
Dans l’industrie et la construc-Dans le domaine agricole, les
tion, elle s’élève respectivementprix des céréales sont en baisse
à 0,3% et 0,4%. La hausse deau premier semestre de cette
l’emploi tertiaire doit être rela-année en raison d’une campa-
tivisée. Le développement degne 1998 trop abondante. Le
l’intérim au cours de ces derniè-prix de base du lait a, quant à lui,
res années y joue un rôle impor-perdu plus de 7 centimes sur les
tant. Or, une bonne part des in-six premiers mois de l’année.
térimaires travaillent dans lesLes quotas laitiers ont été res-
secteurs de l’industrie et de lapectés malgré un taux de matiè-
construction.res grasses supérieur à celui de
Au niveau départemental, c’estl’année de référence.
en Haute-Saône que la hausseL’évolution dans le secteur ter-
de l’emploi salarié est la plustiaire franc-comtois, a été bien
forte (+2,2% au premier semes-orientée. Selon la Banque de
tre) avec notamment une aug-France, les dépenses de con-
mentation dans l’industriesommation des ménages ont
continué à progresser à un bon
rythme dans les commerces ali-
mentaires, à l’exception des
boucheries qui pâtissent des dif-
férentes crises internationales
dans la filière. L’activité dans le
transport de marchandises a été
soutenue par la bonne tenue de
la conjoncture industrielle.
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 29BEAU TEMPS DANS L’HÔTELLERIE,
COUP DE FROID SUR LES CAMPINGS
Au cours de la saison d’été 1999 (mai à septembre),
les hôtels et les campings ont attiré près de 3% de
touristes de plus que l’année précédente avec 1,16
millions de personnes, dont près de 35% d’étrangers.
Ces derniers n’ont jamais été aussi nombreux à fré-
quenter la région alors que la clientèle française a été
moins présente cette année. La clientèle britannique
se distingue tout particulièrement cette saison avec
30% de touristes de plus qu’en 1998. Ils ont été plus de
46 000 à fréquenter la Franche-Comté. Cette situation
globalement favorable a cependant été davantage pro-
fitable aux hôtels qu’aux campings.
L’activité de l’hôtellerie de tourisme a nettement aug-
menté avec une hausse de 13% des nuitées grâce à
une augmentation de la durée moyenne des séjours.
La hausse de la fréquentation s’est surtout concentrée
dans les zones urbaines et les zones de montagne.
(+1,7%). Dans le Doubs, la pro- courcit au niveau national et Ainsi, la conurbation de Belfort-Montbéliard a attiré 70
gression est également signifi- le nombre de chômeurs de lon- 000 touristes de plus qu’en 1998 (+33%). Le massif du
cative (+1,9%) avec une situa- gue durée diminue. En Fran- Jura a vu, pour sa part, sa fréquentation croître de 16%.
tion favorable dans le bâtiment che-Comté, sur un an, la part En raison d’une météo médiocre, la fréquentation s’est,
au deuxième trimestre. Dans le des chômeurs de longue durée en revanche, révélée moins favorable dans les cam-
Jura et le Territoire de Belfort, pings où 1,27 millions de nuitées ont été comptabili-est passée de 34,9% à 32,7%.
sées (– 2%). Le mauvais temps a probablement pousséles évolutions sont comparables La diminution du nombre de
les touristes à réduire la durée moyenne de leur séjouravec une progression d’environ demandeurs d’emploi se re-
qui passe de 4,5 jours en 1998 à 4,2 jours cette année.1%. trouve dans l’évolution du
Les campings de Haute-Saône et du Territoire de BelfortDurant les trois premiers tri- taux de chômage. Ce dernier
ont néanmoins augmenté leur activité avec une hausse demestres de 1999, le nombre de est également en net recul à
près de 8% des nuitées. Les campings du Jura, quidemandeurs d’emploi de ca- 8,3% en septembre 1999 con-
représentent 68% des nuitées, ont, quant à eux, souffert
tégorie 1 a baissé de 11,9%, tre 8,9% en décembre 1998. en juillet et en août avec une baisse de 7,4%.
soit davantage qu’en Le recul du taux de
Améliorationmoyenne nationale chômage est légère-
(–8,3%). Grâce à continue ment plus rapide que
l’accélération de celui observé au ni-sur le front du
l’activité durant veau national où lachômage
l’été, le rythme de baisse atteint 0,4 point
baisse s’est même accru au avec 11,1% à la fin du mois de
INSEE Franche-Comté
troisième trimestre. Cette ten- septembre. Au niveau dépar- "le Major" 83, rue de Dole
BP 1997 25020 BESANÇON Cedexdance est plus marquée pour temental, la baisse du chômage
Tél : 03 81 41 61 61 Fax : 03 81 41 61 99les hommes de moins de 25 est forte en Haute-Saône avec
ans et de 25 à 49 ans pour une diminution de 1 point au Directeur de la publication : Bernard Le Calvez
Rédacteur en chef : Jean-Éric Placelesquels la baisse atteint res- cours des neuf premiers mois
Composition, mise en page :
Maurice Boguet, Sylvie Cudeypectivement 22,4% et 17,8% de l’année. Le Territoire de
Imprimerie : Éblé Besançondepuis le début de l’année. En Belfort reste le seul départe-
Abonnement annuel (4 numérosrevanche, le chômage fémi- ment de la région avec un taux +3 numéros de INSEE Franche-Comté
LE MAGAZiNE + lettres d'information) :nin et celui des plus de 50 ans de chômage supérieur à 9%.
France : 150F (22,87 )
ont diminué à un rythme pro- Rédaction achevée Étranger (normal) : 187F
Étranger (urgent) : 202Fche de 7%. La durée moyenne le 29 novembre 1999 Nº de CPPAP : 3 021 AD
ISSN : 1248-2544passée au chômage avant de Patrice Perron (dossier
© INSEE 1999
dépôt légal : décembre 1999retrouver un emploi se rac- préparé par Gilles Collin)
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 30
?

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.