Savoir compter, savoir conter - Épisode n° 12 - Ce que l'on ponctue bien se lit plus aisément

De
Publié par

Savoir compter, savoir conter - Épisode n° 12 - Ce que l’on ponctue bien se lit plus aisément

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Savoir compter, savoir conter - Savoir compter, savoir conter - Savoir
compter, savoir conter - Savoir compter, savoir conter - Savoir compter
Épisode n° 12 - Ce que l’on ponctue bien
se lit plus aisément
! Alain Gély*
oit une phrase comme : « Les mar- Les points d’interrogation termi-Les ponctuations Scheurs, fatigués, s’arrêtèrent ». Une nent une phrase interrogative en style qui marquent généralement
telle phrase est très sensible au bon direct. En revanche, l’interrogation la fin d’une phrase
emploi, ou non, de la ponctuation : indirecte n’appelle pas de point d’in-
terrogation :Le plus souvent, les simples points
– si on en retire les virgules, elle terminent les phrases. Toujours ?
change de sens. En effet, dans ce « Je me demande s’il reviendra. » Non ! Il existe des exceptions :
cas, les seuls marcheurs qui étaient
On notera que les points d’interroga-fatigués se sont arrêtés – les autres – on ne met pas de point final à la fin
tion subsistent dans les titres, ce qui étant réputés continuer la route. Avec des titres ou intertitres ;
les distingue des simples points. les virgules, le groupe entier avait fait
halte ; – quand une phrase est incluse dans
Les points d’exclamation sont une parenthèse, le point « final » est
– si on oublie une des deux virgules, obligatoires après les interjections :
censé être suivi de la parenthèse
la phrase est boiteuse – à l’image des « Enfin ! » Il est vrai, s’agissant d’arti-
fermante ; idem pour des crochets
marcheurs contraints à une pause ou cles pour le Courrier des statistiques,
ou des guillemets (voir l’encadré qui
à l’abandon. Le lecteur s’arrête aussi que de telles interjections sont plutôt
discute ce point et nuance fortement
et s’interroge. Il peut hésiter entre les rares ! Mais elles ne sont nullement
cette recommandation) ;
deux interprétations. Il perd du temps proscrites : quelques traits d’humour,
et peut-être le sens de la phrase. le désir de souligner un paradoxe…
– il existe des « phrases adverbia-
peuvent conduire l’auteur d’un article
les » sans verbe, séparées par des
Cet exemple illustre l’importance à y recourir.
points :
d’une ponctuation judicieuse, au-delà
du simple respect des règles gram- Un peu plus délicat est l’emploi des
Je vais m’allonger et me laisser glis-
maticales. Le Grevisse, auquel on points de suspension. Pas de diffi-
ser dans les ténèbres pour toujours.
empruntera largement, le confirme : cultés quant à leur nombre : ils vont
Étrange aliénation. (M. Tournier, toujours par trois. Y compris dans
Vendredi ou les limbes du Pacifique) ;La ponctuation est l’ensemble des le cas où ils finissent une phrase,
signes conventionnels servant à indi- puisqu’ils « absorbent » alors le point
– il est aussi admis, désormais, quer, dans l’écrit, des faits de la langue final.
d’employer un point pour détacher de orale comme les pauses et l’intonation,
la phrase un membre auquel on veut ou à marquer certaines coupures et cer-
donner un relief particulier :tains liens logiques. C’est un élément Les autres signes
essentiel de la communication écrite. de ponctuation font
« Montélimar et surtout Romans ont [Grevisse. Le bon usage, Douzième respirer le texte
aussi quelques mots à dire. Et lourds édition refondue par André Goosse,
de sens. » (Emmanuel Le Roy Ladurie, éd. Duculot, 1988, pp 155-188.] Les points de suspension peuvent
Carnaval de Romans). aussi se situer au milieu d’une phrase.
Le « Lexique des règles typographi- Ils marquent alors une suppression,
Les points peuvent aussi intervenir ques en usage à l’Imprimerie natio- une interruption, un sous-entendu…
dans les abréviations. On consul-nale » (dernière édition en 2007) four- Quand ils remplacent un et cætera, ils
tera, à ce sujet, l’article paru dans le nit aussi des indications précises à ce
propos, utiles au rédacteur d’articles numéro 126 du Courrier : « Le bon
* Au moment de la rédaction de cet article,
pour le Courrier des statistiques ou usage des minuscules et des majus-
Alain Gély était rédacteur en chef du Courrier
pour d’autres publications. cules ». des statistiques.
Courrier des statistiques n° 127, mai-août 2009 55Alain Gély
Les deux points [le deux-points en
Encadré 1 : Le point final : avant Encadré 2 : Comment présenter termes d’imprimerie] précèdent une
ou après la parenthèse ? une énumération ? explication, une reformulation, une
synthèse de ce qui vient d’être écrit.
En principe, la règle de base Une énumération est généralement
s’énonce ainsi : quand une phrase introduite par deux points. Chaque
Exemple : « La conjoncture s’améliore s’achève par une parenthèse, le passage de cette énumération se
dans l’industrie : l’indicateur du climat point « final » est censé se situer termine par un point-virgule.
avant elle. Il en est de même pour des affaires progresse de 5 points. » Si l’énumération est courte, elle
le point d’exclamation ou d’inter- pourra se situer dans une phrase, Ici, il y a une affirmation, les deux
rogation. Idem pour une phrase sans tirets. points introduisent la donnée statisti-
s’achevant par des crochets ou des Quand la longueur de la liste le que qui la justifie.
guillemets. justifie, ou simplement pour aérer le
En fait, le bon sens semble com- texte, les passages peuvent deve-
Les deux points introduisent égale-mander de situer le point après nir des paragraphes. Ils sont alors
ment une citation. Ils amorcent aussi une parenthèse ou un guillemet précédés chacun d’un tiret ou d’un
fermants quand ces derniers ne des énumérations (voir encadré 1). signe équivalent. Chaque paragra-
concernent que le(s) dernier(s) phe de l’énumération introduite par
mot(s) de la phrase. deux points, sauf le dernier, se ter-On doit éviter, autant que possible,
Un paysage pourra être beau, gra- mine alors par un point-virgule, et d’employer les deux points deux fois
cieux, sublime, insignifiant ou laid ; ceci quelle que soit sa ponctuation de suite dans la même phrase. On
il ne sera jamais risible (Bergson, interne. Si l’un de ces paragraphes
les supprime à la fin des titres et Le Rire). se subdivise à son tour, chaque
intertitres. Le positionnement du point avant sous-paragraphe, sauf le dernier,
la parenthèse ne s’impose que se termine par une virgule. Le tout
dans un seul cas : lorsque le pas- Le point virgule – dont « Mai 68 » est clos par un point.
sage entre parenthèses, ou entre et Michel Tournier auraient paraît-il Exceptionnellement, si la phrase se
guillemets, constitue lui-même une poursuit à la suite de l’énumération, demandé la mort – reste bien vivant
phrase entière. le dernier paragraphe de celle-ci se et utile. Il marque une pause de
Au total, c’est l’intention de l’auteur terminera par une virgule. moyenne durée. Il est employé pour qui prévaut. Voir une illustration de ces pré-
séparer les parties d’une phrase dont Exemple : ceptes dans la partie de cet article
une au moins est déjà subdivisée Pourquoi avez-vous crié « Au sur l’espacement des signes de
secours » ? par la virgule, ou pour séparer des ponctuation : il s’y trouve justement
Ici, le sens général est interrogatif. propositions de même nature qui ont une énumération qui comporte une
Le point d’exclamation qui aurait une certaine étendue. Il peut lier deux subdivision dans son dernier item.
normalement suivi Au secours s’ef-
phrases grammaticalement correctes face, disparaît. Le point d’interro-
mais logiquement associées, qu’un gation se situe évidemment après
point séparerait abusivement du point le guillemet fermant.
Ainsi, en dépit des injonctions réité- de vue de l’auteur : parce qu’ils savent mais parce qu’on
rées d’un correcteur automatique, les interroge » fera sourire.
on admettra dans le Courrier des « En mai, les défaillances d’entrepri-
statistiques que le point final soit ses ont recommencé d’augmenter ; Autre exemple :
vraiment final, c’est-à-dire qu’il se
toutefois, elles restent inférieures à
situera après la parenthèse fer-
leur moyenne de longue période. » « Peu m’importe si tu m’aimes, je me mante (sauf quand celle-ci enferme
fous du monde entier » dont le sens une phrase entière).
On doit éviter de faire du point virgule est notablement différent de « Peu
un emploi excessif. m’importe, si tu m’aimes je me fous
du monde entier » (Edith Piaf).
Combien de virgules insérées mal à ne s’y ajoutent pas : on écrit etc. sans
propos ou oubliées à tort ! y ajouter de points de suspension. En principe, les virgules séparent
sujets, compléments, épithètes, attri-
Voici un exemple, inspiré d’un cas Au milieu d’une phrase, les points buts et propositions de même nature,
réel signalé par Eric Dubois. de suspension n’exigent pas d’être s’ils ne sont pas unis par une conjonc-
suivis par une capitale. Il en est de tion de coordination (et, ou…).
« Les conjoncturistes répondent non, même, à titre exceptionnel, pour les
pas parce qu’ils savent mais parce points d’interrogation et d’exclama- Exemple : « Les ménages n’ayant pas
qu’on les interroge. » Cette phrase tion qui peuvent se situer au cœur d’enfant, ceux qui en ont un seul et
déroutera le lecteur, parce qu’elle est d’une phrase sans être suivis d’une ceux qui en ont deux, constituent les
grammaticalement un peu boiteuse, capitale : trois quarts des ménages français. »
et pourra paraître injuste aux profes-
« Je lui criai tout bas : / « Meaulnes ! sionnels concernés. Plus correcte, Les virgules isolent aussi les mots for-
tu repars ? » (Alain-Fournier, Le Grand quant à la forme et sur le fond, « Les mant répétition ou mis en apostrophe,
Meaulnes). conjoncturistes répondent, non pas les propositions relatives explicatives.
56Épisode n° 12 - Ce que l’on ponctue bien se lit plus aisément
Elles sont particulièrement utiles, pour réservée pour l’essentiel aux appels – encadrant un ou plusieurs mots,
des raisons de clarté, quand elles bibliographiques. Sa principale uti- à la façon des parenthèses, afin de
indiquent qu’un terme ne doit pas lité est de contenir un ou plusieurs mettre une idée en relief. Ceci doit
être rattaché à celui qui le précède chiffres. Dans ce cas, elle doit être rester exceptionnel. Dans ce cas, le
immédiatement : positionnée à la fin de la phrase, sauf second tiret sera supprimé avant un
s’il y a ambiguïté. point final.
C’est le symbole unique de l’interro-
gation, dont la langue française avait Exemple : En 2009, les cotisations Dernier signe de ponctuation réper-
besoin (Vendryes, Langage) [Dont a versées par les salariés reculeraient torié par Grevisse : la barre oblique
pour antécédent le symbole unique et (– 0,8 % après + 1,6 %), en raison de (/). Elle remplace généralement une
non l’interrogation] la baisse de la masse salariale. conjonction de coordination :
On évitera en général de séparer par La parenthèse ne peut ici se retrouver Voilà pour la différence artisan/bour-
une virgule plusieurs sujets et leur à la fin de la phrase car les chiffres geois. Quant au contraste paysan/
verbe, de même que le verbe et le qu’elle contient portent sur les cotisa- citadin […] (le Roy Ladurie, Carnaval
complément d’objet, direct ou indi- tions et non la masse salariale. de Romans) [lire : entre artisans et
rect. Voir à ce sujet le passage relatif bourgeois etc.]
aux enchâssements dans l’épisode Les crochets servent notamment à
n° 2 de la rubrique « Savoir compter, encadrer une intercalation à l’intérieur Elle est surtout employée dans la
d’une parenthèse ou immédiatement savoir conter » (Le Courrier des statis- formule et/ou. Un peu lourde, cette
après une parenthèse. Ils seront donc tiques n° 113-114, mars-juin 2005). option a l’avantage de bien indiquer
rarissimes. Dans les citations, on les que le « ou » est inclusif ( = l’un ou
Deux « ni » peu éloignés l’un de l’autre utilise pour signaler les suppressions, l’autre ou les deux) et non exclusif
ne doivent pas non plus être séparés pour marquer les restitutions ou pour (soit … soit…).
par une virgule. isoler des ajoutés, indispensables au
sens, qu’on ne veut pas mettre en Elle remplace par dans des expres-
On fera toujours précéder « etc. » note. Dans les ouvrages de linguis- sions techniques : km/h.
d’une virgule. tique, la prononciation est souvent
donnée entre crochets. La barre oblique permet enfin, dans
Toutefois, une virgule peut précé-
une citation, de marquer les endroits
der un et si on veut introduire une Les guillemets vont normalement par ou l’auteur va à la ligne dans le texte
incise. Comment reconnaître une doubles paires. On les trouve surtout
d’origine. Cette précision peut avoir
incise ? Par les conséquences de au début, puis à la fin d’une citation. de l’importance, par exemple dans
sa suppression ! Normalement, la Ils s’emploient aussi : les vers.
suppression d’une incise laisse une
phrase grammaticalement correcte. – pour des mots ou locutions qui ne
Cette méthode permet, en général, font pas partie du langage régulier
D’autres signes peuvent
de repérer une virgule manquante ou (néologismes, régionalismes, expres-
être utiles
superflue. sions populaires, mots étrangers qui
n’auraient pas été écrits en italique) ;
Les astérisques indiquent générale-Notons que la « question des virgu-
ment un renvoi, souvent en bas de les » doit inciter le rédacteur à éviter – pour des mots que l’on veut mettre
page. On les utilisera de préférence des phrases trop longues. En effet, le en évidence.
aux chiffres quand ceux-ci risquent risque est grand de se tromper – et
de créer une confusion - dans les Rappelons que les doubles chevrons d’égarer le lecteur – dans une phrase
ouvrages scientifiques ou dans les « » sont requis dans un texte français. où se multiplient précisions et inci-
tableaux statistiques, par exemple. Il ses. Les paires d’apostrophes ou doubles
est aussi plus aisé, pour le lecteur, de quotes, dites guillemets anglais, doi-
retrouver un astérisque dans le texte Les parenthèses servent à interca- vent être employées dans les biblio-
qu’on a provisoirement délaissé pour ler dans une phrase une indication, graphies quand elles mentionnent des
consulter une note de bas de page. une précision accessoire. Elles sont ouvrages ou articles anglo-saxons.
utiles mais il ne faut pas en abuser
Cette observation nous permet de et surtout ne pas insérer de parenthè- Les tirets s’utilisent isolément ou par
rappeler qu’il est déconseillé de deux : ses dans un passage lui-même entre
recourir aux notes de bas de page. À parenthèses : un article n’est pas un
celles-ci, on préférera l’insertion dans – employé seul, le tiret signale cha-programme informatique !
le texte lui-même d’une explication que terme d’une énumération pré-
En fait, la parenthèse constitue un sentée en sommaire ou même en vraiment indispensable, quitte à lui
enchâssement (cf. article cité ci-des- alinéa ; dans les dialogues, il indique consacrer un encadré si cette expli-
sus). À ce titre, elle doit être très rare, le changement d’interlocuteur ; cation est à la fois utile et longue.
Courrier des statistiques n° 127, mai-août 2009 57Alain Gély
L’astérisque peut aussi être utilisé insécables après le guillemet ouvrant Dans cet article, outre le titre et les
dans un sens convenu : on en indi- et avant le guillemet fermant afin intertitres, on a eu recours aux carac-
quera alors la signification au début d’éviter ce type de problème ; tères gras à plusieurs reprises. Il
de l’article. s’agissait surtout de matérialiser le
•    les  par enthèses  et  les  cr ochets  ne  plan détaillé de l’article. Le lecteur
À titre anecdotique, mentionnons la portent intérieurement aucun blanc ; qui souhaiterait retourner au pas-
possibilité de remplacer par des asté- sage concernant les astérisques, par
•    les  points  de  suspension  :risques un nom que l’on désire taire : exemple, le retrouvera plus aisément.
« Il se rendit chez Marcel P*** ».
– remplaçant le début d’un texte, Les caractères gras pourront aussi
sont suivis de l’espacement normal Les astérisques ne sont pas censés mettre en exergue un mot sur lequel
des mots,aller par groupes de plus de trois. on désire attirer particulièrement l’at-
tention. De ce souci, il se déduit – dans la ligne tenant lieu d’une fin
Les points de suspension entre cro- qu’un emploi abusif irait à l’encontre de phrase ou de mot, sont collés à la
chets ou entre parenthèses sont uti- de cet objectif.dernière lettre,
les et même requis quand on produit
une citation incomplète. Les points Il en est de même pour le souli-– mis pour un mot unique, sont pré-
de suspension ainsi signalés permet- gnement qu’on n’emploiera que très cédés et suivis de l’espacement nor-
tent alors de distinguer la coupure et exceptionnellement afin de ne pas mal.
des points de suspension qui auraient surcharger le texte et de ne pas han-
figuré dans le texte cité. dicaper la lecture. Le soulignement
est d’ailleurs banni de la plupart des Quelques mots sur les
Un point d’exclamation entre paren- textes imprimés et quasi absent de italiques, caractères gras
thèses pourra être utile : il signalera l’internet.et soulignements
un détail piquant ou remplacera un
sic, pour bien marquer qu’un propos Les caractères italiques s’opposent
absurde ou incorrect a bien été pro- En résuméaux es romains, dits encore
noncé ou écrit comme on vient de droits ou normaux.
l’indiquer. Les signes de ponctuation situés à
Ils ne constituent pas à proprement la fin d’une phrase ont pour première
parler des signes de ponctuation. fonction d’assurer que celle-ci est
L’espacement des signes Mais, associés à ceux-ci, ils peuvent grammaticalement correcte.
de ponctuation contribuer à diversifier et à clarifier le
Insérée dans une phrase, la ponctua-texte.
En dehors des courtes justifications tion a surtout vocation à la clarifier.
(pour des titres, par exemple) pour les- Les italiques sont de rigueur quand
quelles les règles ci-après doivent être Éventuellement aidés par les carac-on emploie des mots ou des locutions
nuancées, on se souviendra que : tères italiques ou gras, les signes de étrangères ou quand on emploie un
ponctuation servent aussi à faire vivre néologisme. Ils sont également requis
•    la  vir gule  et  le  point  sont  toujours  le texte en mettant en évidence cer-pour les notes de musique, les titres
collés au mot précédent ; tains mots ou passages.d’œuvres artistiques, le nom propre
donné à un bateau, à une maison,
•    une  espace  insécable  doit  êtr e  pla- On s’efforcera de suivre ces quelques pour les enseignes.
cée devant le point-virgule, le point recommandations :
d’exclamation et le point d’interroga- Ils servent aussi, plus généralement :
– on ne met pas de point final à la fin tion (qui ne seront jamais collés au
des titres ou intertitres ; mot qui précède). En général, les pro- – soit à indiquer que les mots sont
grammes de traitement de texte les employés avec une valeur différente
– les points d’interrogation subsis-insèrent automatiquement. À défaut, de leur valeur ordinaire ;
tent dans les titres, ce qui les distin-on pourra se reporter au Courrier des
gue des simples points ;
statistiques n° 124 page 55, où l’en- – soit à marquer que le scripteur (sic)
cadré 2 décrit trois méthodes pour ne les reprend pas à son compte ; – on écrit etc. sans y ajouter de
insérer des espaces insécables ;
points de suspension ;
– soit à attirer l’attention sur leur
•    les  deux  points,  le  tir et,  les  guille- importance. – les italiques sont de rigueur quand
mets sont précédés et suivis d’une on emploie des mots ou des locutions
espace. Les deux points ne doivent Remarque : dans un ensemble en étrangères ;
jamais se trouver en début de ligne, italiques, on imprime en caractères
on mettra donc une espace insécable romains les mots qui seraient en itali- – les doubles chevrons « » sont requis
devant eux. On insérera des espaces ques dans un texte ordinaire. dans un texte français. n
58

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.