Synthèse régionale

De
Publié par

Synthèse régionale SYNTHÈSE RÉGIONALE La crise économique est à son paroxysme Timide reprise d’activité en France, Malgré la crise, les partenaires privilégiés des entreprises de après un début d’année de récession la région demeurent l’Espagne pour ses clients et l’Allemagne pour ses fournisseurs. Après avoir traversé une crise financière, l’économie mondiale est entraînée, en 2009, dans une profonde récession. Grâce à ses spécificités, En France, comme dans l’ensemble des économies avan- l’agriculture franc-comtoise cées, l’activité est en fort déclin. Elle régresse de 1,4% au souffre moins des effets de la crise premier trimestre, après avoir chuté de 1,7% lors du der- nier trimestre de l’année précédente. À partir du deuxième L’agriculture française est maintenue dans un contexte mon- trimestre 2009, l’économie française cesse de se dégrader dial de surproduction et voit se poursuivre la chute des cours et renoue timidement avec la croissance. Ainsi, une légère de ses produits. Les prix retrouvent leur niveau de 2007, avant progression d’activité est observée au cours des deuxième la flambée des cours. et troisième trimestres (respectivement +0,3% et +0,2%). Au niveau national, la crise laitière reste l’événement majeur Celle-ci s’accélère au cours du dernier trimestre mais reste de l’année. Malgré une agriculture plutôt tournée vers la toutefois ténue (+0,6%). production laitière, la Franche-Comté est moins fortement Pour le pays, le bilan est lourd.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 18
Tags :
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

Synthèse régionale
SYNTHÈSE RÉGIONALE
La crise économique
est à son paroxysme
Timide reprise d’activité en France, Malgré la crise, les partenaires privilégiés des entreprises de
après un début d’année de récession la région demeurent l’Espagne pour ses clients et l’Allemagne
pour ses fournisseurs.
Après avoir traversé une crise financière, l’économie mondiale
est entraînée, en 2009, dans une profonde récession. Grâce à ses spécificités,
En France, comme dans l’ensemble des économies avan- l’agriculture franc-comtoise
cées, l’activité est en fort déclin. Elle régresse de 1,4% au souffre moins des effets de la crise
premier trimestre, après avoir chuté de 1,7% lors du der-
nier trimestre de l’année précédente. À partir du deuxième L’agriculture française est maintenue dans un contexte mon-
trimestre 2009, l’économie française cesse de se dégrader dial de surproduction et voit se poursuivre la chute des cours
et renoue timidement avec la croissance. Ainsi, une légère de ses produits. Les prix retrouvent leur niveau de 2007, avant
progression d’activité est observée au cours des deuxième la flambée des cours.
et troisième trimestres (respectivement +0,3% et +0,2%). Au niveau national, la crise laitière reste l’événement majeur
Celle-ci s’accélère au cours du dernier trimestre mais reste de l’année. Malgré une agriculture plutôt tournée vers la
toutefois ténue (+0,6%). production laitière, la Franche-Comté est moins fortement
Pour le pays, le bilan est lourd. L’activité est en repli de 2,2%, touchée que d’autres régions. Son orientation fromagère et
357 000 emplois sont détruits et le taux de chômage s’établit ses produits « haut de gamme » l’ont davantage préservée
à 9,6% au quatrième trimestre. des effets de cette crise.
Des échanges en nette diminution, L’automobile soutient
mais une balance commerciale la production industrielle
toujours excédentaire
En région, comme au niveau national, l’activité industrielle
La Franche-Comté n’échappe pas à la crise et ses activités est à l’image de la santé économique du pays. Au premier
commerciales avec l’étranger s’en ressentent. La valeur trimestre 2009, se confirme une très nette dégradation de la
de l’ensemble des échanges, exportations - importations, production, amorcée l’année précédente. Celle-ci prend fin
est en baisse de 14% par rapport à l’année précédente. au second trimestre et l’activité reprend à partir du trimestre
Toutefois, la balance commerciale régionale demeure suivant. Ce rebond s’observe dans tous les secteurs industriels,
nettement excédentaire et s’élève à 3,35 milliards d’euros. sauf dans celui des biens de consommation.
Les ventes à l’étranger sont en baisse mais restent néan- Alors qu’il s’est effondré un an plus tôt, le marché auto-
moins relativement élevées dans les secteurs fabriquant mobile se dynamise dès le milieu de l’année 2009. Il tire
des produits de la construction automobile et des produits les bénéfices des mesures nationales mises en place pour
issus de la filière des machines et équipements d’usage soutenir ce secteur. Ainsi, l’industrie automobile régionale se
général. redresse en fin d’année. L’industrie des biens d’équipements,
3Synthèse régionale
autre spécificité industrielle régionale, résiste plutôt bien à la « classiques », diminue fortement. Ce constat est à relier à
crise. Notamment, les carnets de commande bien garnis de la dureté du climat économique, mais aussi à l’attrait des
grands groupes installés sur le territoire comtois y contribuent créateurs pour un nouveau régime limitant les contraintes
fortement. administratives.
Dans la région, les effets de la crise se portent davantage
Aucun signe de reprise sur les défaillances d’entreprises dont le nombre augmente
pour la construction neuve deux fois plus vite qu’en métropole.
En Franche-Comté, comme en métropole, le secteur de la La Franche-Comté continue
construction subit de plein fouet les aléas de la mauvaise de perdre des emplois
conjoncture économique. L’année 2009 se déroule dans
le prolongement de la tendance constatée l’année précé- En 2009, l’emploi salarié régional du secteur privé diminue
dente. La construction neuve est en déclin, quel que soit le de 2,5%, soit 6 600 postes détruits.
type d’ouvrage (habitat individuel, collectif et locaux non L’industrie et la construction sont les deux secteurs les plus
résidentiels). La diminution des autorisations de construire affectés (respectivement – 7% et – 4%). Tous les départe-
ne laisse pas entrevoir une reprise proche, notamment sur ments francs-comtois sont touchés par la baisse de l’emploi.
l’année 2010. Seul point positif, les ventes de logements neufs L’incertitude du climat économique pousse les entreprises
progressent de 60% en un an, faisant ainsi diminuer le stock franc-comtoises à recourir davantage à des ajustements de
de logements disponibles. main-d’œuvre. En période de baisse d’activité, celles-ci gèlent
les missions d’intérim ou recourent au chômage partiel. En
Un retour lent de l’activité situation de reprise, elles préfèrent faire appel à des intéri-
dans le tertiaire marchand maires plutôt qu’embaucher.
à partir de l’été
Chute générale de l’intérim
Dans le secteur tertiaire marchand, comme dans la plu- en début d’année mais rebond
part des secteurs économiques, la crise sévit davantage au dans l’industrie au second semestre
cours des premiers mois de l’année 2009. Le point bas de
cette récession est atteint juste avant l’été. Grâce aux ventes Plus que jamais, en 2009, l’intérim est la principale variable
d’automobiles, l’activité commerciale cesse de se dégrader d’ajustement pour les entreprises.
à partir du second semestre. Celles-ci sont dynamisées par L’année précédente s’était achevée par un recul de 31%
les mesures prises pour soutenir la consommation dans ce du nombre d’intérimaires. Cette chute se poursuit en début
secteur, telles la prime à la casse et le bonus écologique. d’année 2009, avec une amputation de l’effectif de ce type
Toutefois, sur l’ensemble du secteur tertiaire marchand, la de personnel de 38% au premier trimestre. Sous l’effet d’une
reprise reste fragile. légère reprise d’activité dans l’industrie, la tendance s’inverse
à partir de l’été.Toutefois, globalement, avec un retrait de
Des évolutions contrastées 36% par rapport à l’année précédente, l’intérim demeure à
dans le secteur du tourisme l’un de ses plus bas niveaux.
Pour la région, le bilan 2009 du secteur du tourisme est très Hausse record du nombre
contrasté. D’une part, les difficultés économiques affectent de demandeurs d’emploi
particulièrement l’activité hôtelière franc-comtoise, accueillant et du taux de chômage
majoritairement une clientèle d’affaires. Par ailleurs, l’hôtel-
lerie de plein air affiche de bons résultats. Dans ce climat d’instabilité, l’ajustement de la main-d’œu-
vre ne se limite pas à freiner le recours à l’intérim et à user
Derrière l’explosion des créations du chômage partiel. Les entreprises franc-comtoises sont
d’entreprises, une arrivée massive également contraintes de supprimer des postes ou de licen-
d’auto-entrepreneurs cier. Dans la région, en 2009, le nombre de demandeurs
d’emploi augmente de près d’un quart par rapport à l’année
En Franche-Comté, malgré un contexte défavorable, offrant précédente. Ainsi, en fin d’année, le taux de chômage atteint
peu de débouchés, le nombre de créations d’entreprises est la barre des 10%, soit 2,2 points de plus en un an. Cette
pratiquement deux fois plus élevé que l’année précédente dégradation, commune à l’ensemble du territoire français,
(+91%). Cette explosion résulte de la création du régime de est plus marquée dans la région. La Franche-Comté occupe
el’ « auto-entrepreneur ». Dans la région, la part de créations le 2 rang des régions métropolitaines, accusant les plus
effectuées sous ce statut est plus importante qu’en France fortes hausses du nombre de demandeurs d’emploi et du
métropolitaine. En revanche, le nombre de créations dites taux de chômage.
L’année économique et sociale 2009 en Franche-Comté 4Synthèse régionale
Davantage de contrats aidés, Le RSA, une nouvelle prestation
essentiellement dans le secteur arrivée au moment opportun
non marchand
La naissance officielle du Revenu de Solidarité Active
erDans le même temps, dans la région, 29 500 entrées en (RSA), au 1 juin 2009, arrive à point nommé au mo-
mesure d’aide à l’emploi sont comptabilisées et concernent, ment où la crise sévit le plus. Pour ces sept premiers mois
en grande partie, le secteur marchand. En un an, elles ne pro- d’existence, le bilan est mitigé. Au 31 décembre 2009,
gressent que de 2,8%, les entreprises n’étant pas, en 2009, en dans la région, 27 600 allocataires en bénéficient, soit
situation de profiter pleinement de ces mesures d’incitation à 17% de plus que lors de son entrée en vigueur. Toutefois,
l’embauche. En revanche, les contrats aidés sont bien accueillis en Franche-Comté, un potentiel de 50 000 ménages peut
dans le secteur non marchand et augmentent de 17,7% en un prétendre à cette prestation.
an. Cette progression est essentiellement due à une importante
hausse des contrats d’accompagnement dans l’emploi (CAE), Chute des rentrées fiscales
signés majoritairement dans le monde associatif.
Les recettes fiscales de l’État, collectées en Franche-Comté,
La crise pénalise l’insertion professionnelle chutent de 13% en 2009. La baisse de l’impôt sur les sociétés
des jeunes Francs-Comtois y contribue pour près de moitié. Dans la région, les dépen-
ses de l’État continuent de croître, mais plus modérément
En 2009, l’engouement des étudiants francs-comtois pour des que l’année précédente (respectivement +2,4% et +4%). Le
filières courtes et/ou professionnalisantes est toujours aussi montant des rémunérations de personnel, premier poste de
soutenu. Toutefois, la crise économique freine leur insertion dépenses, est en baisse de 45 millions d’euros par rapport
professionnelle. Ainsi, le taux d’emploi des lycéens, sept mois à 2008.
ou plus après la fin de leur formation, chute de 13 points par
rapport à l’année précédente. L’arrivée des apprentis sur le Dégradation de l’autofinancement
marché du travail est également plus difficile. Parmi ceux-ci, brut mais relance des investissements
35% sont à la recherche d’un emploi et cette part augmente
de quatorze points en un an. L’analyse des comptes des communes du Doubs, portant
sur l’exercice 2009, met en évidence une régression de
Forte accentuation du surendettement l’autofinancement brut lié à une progression plus rapide des
en Franche-Comté charges de fonctionnement que des produits de fonctionne-
ment. Néanmoins, sur la période 2005-2009, on constate
La crise touche d’abord les ménages les plus modestes. Pour un dynamisme des dépenses d’équipement, accentué au
certains d’entre eux, la dégradation économique a durci leur cours de la dernière année. Cette évolution provient, en
situation, rendant encore plus difficiles leurs obligations finan- partie des effets de la mesure de versement anticipé du
cières. Cela se traduit dans la région, comme en métropole, fonds de compensation de la taxe sur la valeur ajoutée.
par une importante augmentation des dépôts de dossier de Dans ce cadre, les collectivités s’engagent à augmenter
surendettement, de l’ordre de 15%. leurs investissements.
Gilles ZEMIS (INSEE)
L’année économique et sociale 2009 en Franche-Comté 5
?

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.