Synthèse régionale 2002 : nouveau coup de frein sur la croissance (Octant n° 93)

De
Publié par

L'année 2002 n'a pas concrétisé les espoirs de reprise après le fort ralentissement mondial de 2001. Malgré le rebond du début d'année, la croissance est restée inférieure aux prévisions. Sur l'année la progression du PIB s'est établie à 1,2 %, soit un retrait de 0,6 point par rapport à 2001. En Bretagne, l'activité du bâtiment a faiblement progressé et le tertiaire a continué à créer des emplois malgré la baisse de l'intérim. La baisse de l'emploi industriel commencée en 2001 s'est prolongée. L'augmentation du chômage s'est poursuivie en 2002, plus modérément toutefois que France entière. Le taux de chômage, en décembre 2002, s'établit à 7,7 % de la population active, il a progressé de 0,2 point sur un an.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

ynthèseSrégionale
2002 : nouveau coup de frein
sur la croissance
es entreprises bretonnes ont Du côté des productions végé-L’année 2002 n’a pas Ldans l’ensemble enregistré tales, les conditions météorolo-
concrétisé les espoirs de
des résultats moins bons que giques plus clémentes ont per-
reprise après le fort l’année précédente, même si mis un retour à la normale pour
des signes positifs ont été per- les céréales.ralentissement mondial
çus çà et là. L’agriculture a tra-
de 2001. Malgré le
versé une nouvelle crise. Le bilan de l’année 2002 pour la
rebond du début L’industrie a, selon l’enquête de pêche se solde par une baisse du
la Banque de France, enregistré volume des ventes de poissonsd’année, la croissance
une baisse de son chiffre et crustacés de 8 %, assortie
est restée inférieure aux
d’affaires. Dans le bâtiment, la d’une progression des cours de
prévisions. Sur l’année croissance est faible. Dans cet 6 %. Au total, le chiffre d’affaires
environnement morose, la s’inscrit en légère baisse par rap-la progression du PIB
consommation des ménages a port à 2001. Pour les coquilles
s’est établie à 1,2 %,
progressé, moins toutefois Saint-Jacques, le chiffre d’affai-
soit un retrait de 0,6 qu’en 2001. Les échanges com- res a progressé de 8 %.
merciaux de la région avecpoint par rapport à
l’étranger ont connu une nou-
2001. En Bretagne, Industrie :velle contraction en 2002.
l’activité du bâtiment a amélioration des opinions
faiblement progressé et en cours d’année
Agriculture :
mais tassementle tertiaire a continué à
année difficile pour
du chiffre d’affairescréer des emplois la plupart des productions
malgré la baisse de animales, année normale
Si l’opinion des industriels bre-l’intérim. La baisse de pour les céréales
tons sur leur activité s’est globale-
l’emploi industriel ment améliorée en 2002 par rap-
commencée en 2001 En 2002, l’agriculture bretonne port à l’année précédente, elle
a vécu une année de crise après est cependant moins favorables’est prolongée.
l’accalmie de 2001. La plupart qu’au cours de la période
L’augmentation du des productions animales ont 1997-2000. Après le fort ralentis-
chômage s’est subi des baisses de prix et plus sement de 2001, la reprise at-
particulièrement le porc et la tendue n’a pas eu lieu. Les indus-poursuivie en 2002,
volaille de chair. Les abattages triels ont ajusté leur production à
plus modérément de porc ont progressé mais les une demande plus faible, tant in-
toutefois que France prix ont baissé dans toute la fi- térieure qu’étrangère. De plus, ils
lière, en particulier le prix à la ont continué à freiner leurs dé-entière. Le taux de
production. Le secteur de la vo- penses d’investissement et à pui-
chômage, en décembre laille de chair s’est enlisé dans ser dans leurs stocks. Selon l’en-
2002, s’établit à 7,7 % une crise de surproduction. La quête réalisée par la Banque de
production de viande bovine a France auprès des entreprisesde la population active,
globalement retrouvé son ni- bretonnes au début 2003, le
il a progressé de 0,2 veau d’avant-crise sans toute- chiffre d’affaires dans l’industrie a
point sur un an. fois en retrouver les prix. diminué de4%en 2002.
4 Octant n° 93 - Avril 2003 Bilan économique 2002Synthèse régionale
La quasi-totalité des secteurs long de l’année même si cette des créations d’emplois dans les
d’activité ont été touchés à des croissance s’est révélée moins autres secteurs d’activité. La
degrés divers. Ainsi, l’opinion vive que les années passées. Les baisse de l’emploi industriel,
des industriels de l’agro-alimen- dépenses de consommation des commencée au second se-
taire sur leur activité est à son ménages se sont accrues de mestre 2001, s’est poursuivie
plus bas niveau depuis 1996, en 1,8 % en 2002, soutenues no- toute l’année 2002. Au final,
raison notamment d’un repli im- tamment par l’augmentation du l’industrie régionale a perdu
portant des ventes à l’étranger. pouvoir d’achat (+ 3 %). Cette près de 3 500 emplois (- 2 %).
L’industrie des biens de consom- dynamique de la consommation Les industries agro-alimentaires
mation a pâti entre autres d’un reflète la croissance encore vive (un tiers des emplois industriels
fort mouvement de déstockage. tant des dépenses en produits dans la région), ont été moins
Le recul important des exporta- manufacturés que des dépenses affectées que les autres secteurs
tions tant dans les biens d’équi- en services. industriels (- 0,5 %). Dans le
pement que les biens intermé- secteur de la construction, l’em-
diaires a pesé sur l’activité de Malgré le ralentissement d’activité ploi salarié a continué à croître
ces secteurs. ressenti par les professionnels du mais plus lentement : + 1,7 %
commerce et des services, notam- en 2002 après + 2,3 % l’année
ment aux entreprises et aux parti- précédente. Dans le tertiaire, un
culiers, ces secteurs ont conservé peu plus de 10 000 emplois ontBâtiment : bilan contrasté
un certain dynamisme en 2002. été créés (+ 2,6 %), et ce malgréselon les secteurs,
L’accroissement de l’emploi (su- le recul de l’emploi intérimaire.
activité globale périeurà2%)en témoigne : dans Après deux années de ralentis-
en légère hausse le commerce, 2 800 emplois ont sement, ce dernier a reculé de
été créés et dans les services envi- près de 4 % en 2002. A l’in-
ron 7 500. verse, dans les services aux par-
Après avoir ralentie en 2001, ticuliers, la croissance de l’em-
l’activité dans le secteur du bâ- ploi est restée soutenue
timent a faiblement progressé Fréquentation hôtelière : (+ 5,9 %).
en 2002. Au total, sur l’année, légère progression
l’accroissement de la produc- France entière, le ralentisse-
tion en volume est de l’ordre de ment de l’emploi est plus
Sur l’ensemble de la saison0,7 %, selon la Cellule écono- marqué. En glissement annuel,
mique de Bretagne. La cons- 2002, de mai à septembre, la l’emploi salarié dans les sec-
fréquentation dans les hôtelstruction de logements neufs et teurs concurrentiels n’a aug-
les travaux d’entretien-amélio- homologués a progressé de menté que de 0,4 % en 2002
1,7 % par rapport à la même pé-ration ont conservé un certain après + 1,5 % en 2001.
dynamisme mais le non-rési- riode de 2001. Malgré cette
hausse, le niveau de fréquenta-dentiel a baissé pour la
deuxième année consécutive. tion de 1999 n’a toujours pas Chômage :
été retrouvé. La fréquentationLe secteur de l’entretien-amé- augmentation modérée
lioration qui représente plus de de la clientèle française, en
baisse en 2001, a progressé au47 % du chiffre d’affaires du bâ-
timent a progressé en volume cours de cette année. En re- Dans ce contexte de ralentisse-
vanche, la fréquentation de la ment des créations d’emplois,de 0,7 %. Avec près de 21 000
logements commencés dans la clientèle étrangère est en repli la progression du chômage, en-
de 1,4 % sur la saison. tamée en 2001, s’est poursuivierégion en 2002, la construction
de logements neufs s’est main- en 2002, mais de manière plus
modérée. Fin décembre 2002,tenue au même niveau qu’en
Emploi : croissance2001, avec une augmentation 98 996 demandeurs d’emploi
de catégorie 1 étaient inscrits àdu chiffre d’affaires de 1,5 % en plus lente qu’en 2001
euros constants. La construc- l’ANPE, près de 2 800 de plus
qu’un an plus tôt : l’augmenta-tion de maisons individuelles,
En lien avec l’affaiblissement delargement dominantes en Bre- tion du nombre de demandeurs
la croissance, les créations d’emploi s’établit à 2,9 %, soittagne, a progressé de 3 %. A
d’emplois ont nettement fléchil’inverse, la construction de lo- 1,9 point de moins que France
dans la région comme au ni- entière.gements collectifs s’est réduite
veau national.de 9 %.
Le taux de chômage a augmen-
En Bretagne, la croissance de té de 0,2 point entre décembre
l’emploi salarié privé non agri-La consommation 2001 et septembre 2002, date à
cole – intérim compris – avoi- laquelle il s’est stablisé à 7,7 %.des ménages a conservé
sine 1,2 % en 2002. Près de Il est inférieur de plus d’un pointun certain dynamisme 7 900 emplois supplémentaires à la moyenne nationale.
ont été créés, soit 3 000 de
Au niveau national et probable- moins qu’en 2001. Ce ralentis-
sement d’ensemble résulte à lament au niveau régional, la
consommation des ménages a fois d’un recul de l’emploi dans
l’industrie et d’un fléchissement Marie-Paule LE BRIScontinué à progresser tout au
Bilan économique 2002 Octant n° 93 - Avril 2003 5
n

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.