Synthèse régionale - 2010 : une année de transition ?

De
Publié par

SYNTHÈSE RÉGIONALE 2010 : une année de transition ? L'année 2009 res te ra en France fé rieure à deux se mai nes. L'in dustr ie progressive de ce dispositif récent. et les servi ces sont de grosune année de ré ces sion sans pré cé - En ma tière de tou risme, le fes ti val employeurs, en rev anche dans le do - «Nor mandie Impres sio nniste» a jouédent depuis l'a près guerre. L'année maine de la cons truc tion, où les sur l'i mage de la région et a eu des2010 pour rait être une année de tran - temps sont plus an n ua li sés , l'u ti li sa - eff ets po si tifs lo ca li sés . Ce pen dantsi tion entre cette crise éco no mique tion de l'in té rim n'a pas pro gres sé en sur un an, à l'é chelle de la région, laqui pro duit encore des effets et la re - 2010. Dans ce sec teur, la cons truc - fré quen ta tion des hôtels et cam pings prise at tendue, que certai nes évo lu - tion de lo ge ments a pro gres sé pour a di mi nué. Les étran gers sont venus tions plus fa vo ra bles ou moins re ve nir à son niveau moyen sur la dé - un peu plus nom breux mais la clien - dé f a v o ra b les lais sent es pé rer . Der - cennie, tandis que la cons truc tion de tèle fran çaise a fait défaut. Le taux niers signes en date, la crois sance locaux d'ac ti vi té a reculé. d'oc cu pa tion des hôtels a chuté d'un du pro duit in té rieur brut et la fin de la point de 56 % à 55 %.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

SYNTHÈSE RÉGIONALE
2010 : une année de transition ?
L'année 2009 res te ra en France fé rieure à deux se mai nes. L'in dustr ie progressive de ce dispositif récent.
et les servi ces sont de grosune année de ré ces sion sans pré cé - En ma tière de tou risme, le fes ti val
employeurs, en rev anche dans le do - «Nor mandie Impres sio nniste» a jouédent depuis l'a près guerre. L'année
maine de la cons truc tion, où les sur l'i mage de la région et a eu des2010 pour rait être une année de tran -
temps sont plus an n ua li sés , l'u ti li sa - eff ets po si tifs lo ca li sés . Ce pen dantsi tion entre cette crise éco no mique
tion de l'in té rim n'a pas pro gres sé en sur un an, à l'é chelle de la région, laqui pro duit encore des effets et la re -
2010. Dans ce sec teur, la cons truc - fré quen ta tion des hôtels et cam pings
prise at tendue, que certai nes évo lu -
tion de lo ge ments a pro gres sé pour a di mi nué. Les étran gers sont venus
tions plus fa vo ra bles ou moins
re ve nir à son niveau moyen sur la dé - un peu plus nom breux mais la clien -
dé f a v o ra b les lais sent es pé rer . Der - cennie, tandis que la cons truc tion de tèle fran çaise a fait défaut. Le taux
niers signes en date, la crois sance locaux d'ac ti vi té a reculé. d'oc cu pa tion des hôtels a chuté d'un
du pro duit in té rieur brut et la fin de la point de 56 % à 55 %.
e La hausse du chô mage dechute des ef fec tifs in dus triels au 4 Une année de re prise pourlongue durée comme effet dif fé ré
tri mestre, en Haute-Nor mandie l'a gri cul t urede la crise
comme en France, sug gè rent une P our l'a gri cul ture, l'année 2010
Face à cette sta bi li sa tion de l'em -année 2011 placée sous le signe est déjà une année de re prise avec
ploi, le taux de chô mage a lé gè re -
d'un af f er mis se ment de la re pr ise des ré col tes abon dan tes et une pro -
ment di mi nué, de 10,5 % de la
pour peu que l'en vi ron ne ment in ter - gres sion des prix. Cette em bellie ne
po pu la tion active fin 2009, à 10,2 %
na tio nal ne soit pas trop per tu bant. devr ait en rev anche pas suf fire à
fin 2010. Même si le nombre de nou -
com pen ser les effets de la crise en
v eaux de man deurs d'em ploi di min ue , Le re cours à l'in té rim permet 2009 en termes de re ve nus des
les effets de la crise per sis tent : finune sta bi li sa tion de l'em ploi
agriculteurs.
2010, plus de 40 % des de man deurs
En Haute-Nor mandie, le nombre Même si elle génère di rec te mentd'em plois sont ins crits depuis plus
d'em plois sa la r iés des sec teurs pr in - peu d'em plois, la créa tion d'en tre prised'un an à Pôle emploi, le nombre de
ci pa le ment mar chands est stab le en est un moteur es sen tiel de l'é co nomieces chô meurs de longue durée a
2010. La perte d'em plois sa la riés in - locale, elle tra duit : le re nou v el le -aug men té de 21 % en un an, cette
dus triels (- 4 000) et dans la cons - ment du tissu pro duc tif et certai nesévo lu tion il lustre la grande dif fi -
truc tion (- 700) a été com pensée par nou v el les en tre pr i ses pour raientcul té de nom breux Haut-normands
une aug men ta tion dans les ser vi ces créer de l'em ploi et de la ri chessedans leur quête d'un emploi. Il s'agit
mar chands, cette hausse peut dans le futur. En 2010, le succès dud'une donnée im portante à prendre
presque e x clu si v e ment être ana lysée statut d'auto-en tr e preneur seen compte dans le cadre de po li ti -
comme celle de l'em ploi in té ri maire, confir me, no tam ment dans le com -ques de réin ser tion ou de forma tion
en partie in dus triel. L'em ploi dans le merce et les ac ti vi tés de service .pro fes sion nelle. En effet, plus une
com merce reste stable. Après une
Les év o lu tions dé mo g ra phi quesper sonne reste long temps au chô -
très forte hausse en 2009 pour amor -
ou les per forman ces aux exa mensmage plus elle perd de son em ploya -
tir les effets de la crise, le nombre
des jeunes hauts-nor mands sontbi li té, c'est à dire de sa ca pa ci té à
d'em plois aidés est presque stable
éga le ment plutôt f a v o ra b les à laoc cu per un emploi.
dans la région comme en France.
région en 2010. En effet, pour la
Le volume d'em plois en in té rim Par ail leurs l'ac ti vi té n'est pas tou - deuxième année consé cu tive les ré -
est gé né ra l e ment un in di ca teur jours la ga rantie d'un niveau de vie sul tats aux exa mens sont bons.
avancé de conjonc ture : les in té ri mai - élevé. Le revenu de so li da ri té active Les décès sont moins nom breux
res sont en effet sou vent les pre miers -RSA- créé en juin 2009 pré voit la qu'en 2009 et le niveau des nais -
li cen ciés en cas de dif fi cul té, et les pos si bi li té de v erser une al lo ca tion en san ces proche du pic de l'an
pre miers re cru tés en cas de crois - com plé ment d'un re v en u d'ac ti vi té : 2000. Ce solde na tu rel (ex cé dent
sance de l'ac ti vi té. Après une di mi nu - 25 % des bé né fi ciai res du RSA sont des nais san ces sur les décès)
tion cor res pon dant à la perte de dans ce cas dans la région. Le permet une crois sance de la po -
l'é qui va lent de 7 400 em plois à temps nombre de ces al lo ca tai res a aug - pu la tion en dépit d'un dé fi cit mi -
plein en 2008 et 2009, les signes men té de 13 % en un an. Glo ba le - g ra toire per sis tant r
d'une re prise sont vi si bles en 2010 ment, le nombre de bé né fi ciai res du
avec la créa tion de l'é qui va lent de RSA s'é lève à 57 400 en Haute-Nor-
F ran ç ois GITTON4 500 postes par le re cours à l'in té - mandie, soit une hausse de 7 % en
Chef du ser vice des études
rim. Les mis sions sont tou jours aussi un an. Une partie de cette hausse est
et de la dif fu sion
cour tes avec une durée moyenne in - im pu table à la mise en place Insee Haute-Normandie
CAHIER D’AVAL n° 90 - Mai 2011 3






Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.