Troisième trimestre 2011 Les perspectives de ralentissement économique pèsent sur l'emploi

De
Publié par

Si l'activité française a progressé de + 0,3 % au troisième trimestre 2011, la dégradation du contexte économique, perceptible à partir de l'été, a eu des effets immédiats sur le marché du travail. Dans la région, après deux trimestres d'embellie, le redressement de l'emploi salarié s'est interrompu dans tous les secteurs d'activité. Le secteur de la construction régionale est le plus touché. Dans le même temps, le chômage est reparti à la hausse. Le nombre d'inscriptions à Pôle emploi a accéléré, notamment chez les seniors. Le taux de chômage localisé a augmenté et s'établit désormais à 11 % de la population active, son plus haut niveau depuis 2001. Sommaire L'emploi salarié s'est rapidement ajusté aux perspectives de dégradation de l'activité Le chômage régional à son plus haut niveau depuis 2001 Dégradation de l'emploi salarié dans le tertiaire Coup de frein de l'emploi dans l'industrie Activité en berne dans le secteur de la construction régionale Perspectives nationales L'emploi salarié s'est rapidement ajusté aux perspectives de dégradation de l'activité Le chômage régional à son plus haut niveau depuis 2001 Dégradation de l'emploi salarié dans le tertiaire Coup de frein de l'emploi dans l'industrie Activité en berne dans le secteur de la construction régionale Perspectives nationales
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

économie
conjoncture
N° 18ANALYSE février 2012
INSEE
PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR
ÉTUDES
Troisième trimestre 2011
Les perspectives de ralentissement
économique pèsent sur l'emploi
www.insee.fr
Si l’activité française a progressé de
Régions
+ 0,3 % au troisième trimestre 2011, Provence-Alpes-Côte d’Azur
Les publicationsDans l’ensemble des économies avancées, l’activitéla dégradation du contexte
aprogresséautroisièmetrimestre2011àunrythme
économique, perceptible à partir de
supérieur à celui du deuxième trimestre (+ 0,5 %
l’été, a eu des effets immédiats sur le après + 0,2 %). Cette accélération est néanmoins
marché du travail. Dans la région, Repères nationaux
après deux trimestres d’embellie, le Variationsannuelles(en%)
2010 2011redressement de l’emploi salarié s’est
PIB (*) 1,4 1,6
Dépensesdeconsommationdesménages (*) 1,3 0,6interrompu dans tous les secteurs
Prix à la consommation (**) 1,8 2,5
(*) Aux prix de l'année précédente chaînés - données CVS-CJO.d’activité. Le secteur de la
(**) Glissements annuels calculés au 31 décembre.
Prévisions issues de la note de conjoncture nationale de l'Insee.construction régionale est le plus
Source : Insee
touché.Danslemêmetemps,le
Contexte international
chômage est reparti à la hausse.
Moyennesannuelles
Le nombre d’inscriptions à Pôle emploi 2010 2011
Taux de change euro-dollar 1,33 1,40
a accéléré, notamment chez les Cours du baril de pétrole (brent) 79 $ 111 $
Note de lecture : en moyenne sur 2011, 1 euro vaut 1,4 dollar.seniors. Le taux de chômage localisé a Source : Insee
augmenté et s’établit désormais à
11 % de la population active, son plus
haut niveau depuis 2001.
Dans la zone euro, la dégradation de la situation
économiqueperceptibleàpartirdel’été2011,s’est
confirmée à l’automne. Elle s’est accompagnée de
tensions croissantes sur le financement des dettes
publiques, notamment en Italie. Ces tensions se
sontensuiteétenduesausystèmefinancier,malgré
l’intervention récente des banques centrales pour
alimenter le système bancaire en liquidités.ANALYSE
INSEE
PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR
ÉTUDES
largement imputable au Japon, où l’acti-
vité a rebondi, soutenue par la remise en
marche de l’appareil productif après le
séisme du 11 mars dernier. L’économie
japonaise s’est nettement redressée, pro-
gressantde+ 1,5 %autroisièmetrimestre
2011 après trois trimestres consécutifs de
repli. Ceredémarrageaégalementpermis
un rattrapage de la consommation des
ménages américains, notamment en
automobiles, et l’activité aux États-Unis a
légèrementaccéléréautroisièmetrimestre
(+ 0,5 % après + 0,3 %).
De son côté, la zone euro marque le pas.
L’activité est restée faible au troisième
trimestre, progressant de + 0,1 % après (– 11,0 %), en lien avec la fin des effets L’emploi salarié s’est
+ 0,2 % au trimestre précédent. Les éco- de la prime à la casse. Le rebond de la
rapidement ajusté auxnomiesfrançaise(+ 0,3 %après– 0,1 %) consommation des ménages, en partie
et allemande (+ 0,5 % après + 0,3 %) perspectives de dégradationtechnique, est donc resté limité. Dans le
ont accéléré, sous l’effet notamment du même temps, les dépenses en produits de l’activité
rebond de consommation des ménages. manufacturés ont continué de se replier.
En revanche, l’activité a stagné en Face aux incertitudes économiques, les
Espagneets’estrepliéeenItalie(– 0,2 %), En Provence-Alpes-Côte d’Azur,l’em-ménages ont maintenu par précaution
freinée par la demande intérieure. ploi salarié des secteurs concurrentielsleur taux d’épargne à un niveau histori-
hors agriculture et particuliers em-quement élevé (proche de 17 %). Enfin,
ployeurs(58 %del’emploitotal)abais-Le rebond de l’activité en France au troi- pour la première fois depuis 2010, l’in-
sé au troisième trimestre 2011. Sur unsième trimestre a résulté du dynamisme vestissement des entreprises non finan-
an, le redressement de l’emploi salariéconjointdesexportations(+ 0,7 %après cières a diminué (– 0,3 % au troisième
régional s’est interrompu : après une+ 0,5 %) et de la consommation des trimestre2011),signequel’élandela
hausse soutenue au premier semestreménages (+ 0,3 % après – 0,8 %). Le demande intérieure est grippé.
2011, son évolution annuelle est restéesursaut de la consommation des ména-
positivemaiss’estnettementinfléchieaugess’expliqueenparticulierparceluides Sur le marché du travail, le rythme de
troisième trimestre 2011. La hausse dedépenses en énergie (+ 6,3 %) : après créations d’emploi dans les secteurs
l’emploi salarié s’est établie à + 0,7 %,avoir fortement baissé en raison d’un marchands non agricoles s’est nette-
après + 1,4 % à l’issue du trimestre pré-hiver et d’un printemps particulièrement ment infléchi au troisième trimestre
cédent (soit 7 700 emplois salariés sup-doux, elles ont retrouvé au troisième 2011, avec en particulier une contrac-
plémentaires sur un an). Cet ajustementtrimestre 2011 leur niveau normal. Les tiondel’emploidansl’intérim.Parallèle-
rapidedeseffectifssemblerépondreàlaachatsd’automobilessesontstabilisésau ment, le taux de chômage a augmenté
dégradation des perspectives d’activitétroisièmetrimestre(+ 0,2 %),aprèsavoir en France métropolitaine pour la pre-
à l’œuvre depuis cet été. Au total, finfortement reculé au deuxième trimestre mière fois depuis fin 2010.
septembre, la région Paca comptait
1 106 000 salariés. Seul un emploi sur
Emploi salarié par secteur d'activité deux détruits durant la crise de 2008-
e 2009 a été reconstitué.Données CVS Emploi salarié au 3 trimestre 2011
Provence-Alpes-Côte d'Azur France métropolitaineSecteurs d'activité
Effectifs Variation Glissement Variation Glissement
au 31/09 trimestrielle annuel trimestrielle annuel En France métropolitaine,l’emploisala-
(en %) (en %) (en %) (en %)
rié a marqué le pas au troisième trimestre
Industrie 157 876 – 0,5 1,3 – 0,1 0,0
2011, après six trimestres consécutifs de
Construction 108 380 – 1,6 – 1,6 0,2 0,0
hausse. Il progressait jusqu’alors à un
Tertiaire 804 709 – 0,3 1,0 0,2 1,6
rythme moyen de + 0,3 % par trimestre.
Commerce 237 005 – 0,6 0,3 0,1 1,0
Ce coup d’arrêt s’explique notamment
Services 567 704 – 0,2 1,2 0,3 1,9
par la forte baisse des effectifs intérimai-
Ensemble hors intérim 1 070 965 – 0,5 0,7 0,1 1,1
resdontlesévolutionssonttrèssensiblesà
Intérim(*) 34 982 1,5 – 0,6 – 2,7 3,5
la conjoncture : – 16 000 par rapport au
Ensemble 1 105 947 – 0,4 0,7 0,0 1,2
deuxième trimestre. Sur un an, l’emploi
(*) La ventilation de l'intérim par secteur utilisateur n'est pas disponible à l'échelon régional.
salarié a cependant progressé plus rapi-Note:l'évolutionenglissementannuelrapporteleseffectifsdu30septembre2011àceuxdu30septembre2010.
Source : Insee, Estimations d'emploi dementqu’auniveaurégional(+1,2%
N° 18, février 2012ANALYSE avant de se stabiliser au mois de janvierINSEE Dégradation de l’emploi
PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR
ÉTUDES 2012. Les perspectives pour les mois à
salarié dans le tertiaire
venir restent toutefois pessimistes.
D’aprèsles chefsd’entreprisedansle
contre + 0,7 %). Au final, 186 000 sala- En Provence-Alpes-Côte d’Azur,l’emploi commercededétailetdanslecommerce
riés supplémentaires ont été enregistrés salarié dans le tertiaire hors intérim et la réparation automobiles, leur activité
depuis le troisième trimestre 2010. (75 % des effectifs) a diminué au troi- se serait repliée ces derniers mois. Les
sième trimestre 2011. Cette baisse a perspectives d’activité restent déprimées
concerné autant les services que le pourlesmoisàvenir.
Le chômage régional à son
commerce, secteur dont les effectifs
plus haut niveau depuis 2001 avaient renoué avec la hausse début
Coup de frein de l’emploi2011. Sur un an, le tertiaire marchand
est cependant resté porteur d’emplois :En Provence-Alpes-Côte d’Azur,letaux dans l’industrie
(1) 7 700 postes y ont été créés depuis lede chômage localisé a également
troisième trimestre 2010, soit + 1,0 %augmenté (+ 0,1 point soit 11 % de la EnProvence-Alpes-Côted’Azur,lahausse
après + 1,6 % au trimestre précédent.population active) au troisième trimestre de l’emploi industriel hors intérim (15 %
2011.Ilrejointainsisonplushautniveau des effectifs), à l’œuvre depuis fin 2010,
Auniveaurégional,lessalariésintérimai-depuis 2001. La dégradation du marché s’est interrompue au troisième trimestre
res sont comptabilisés dans le tertiaire,dutravails’estnotammenttraduiteparla 2011. Sur un an, la progression des
quel que soit le secteur dans lequel ilshausse marquée du nombre de deman- effectifs de ce secteur est toutefois
(2) effectuent leur mission. Après une baissedeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi : restée conséquente : après avoir connu
conséquente au deuxième trimestre+1,9%enmoyenneaucoursdutroisième unpichistoriqueaudeuxièmetrimestre
2011, leur effectif a légèrement aug-trimestre 2011, soit 6 500 demandeurs 2011 (+ 1,7 % sur un an), le rythme
menté au troisième trimestre. Sur un an,d'emploi supplémentaires. La hausse annueldecréationsd’emploisindustriels
le nombre de travailleurs temporairess'estpoursuivieaveclamêmevigueursur est demeuré largement positif (+ 1,3 %,
s'est replié (– 0,6 %), mais est resté àla fin de l'année. Elle s'est même accé- soit 2 000 emplois supplémentaires par
un niveau légèrement supérieur à lalérée pour les demandeurs d'emploi rapport au troisième trimestre 2010).
moyenne de ces dix dernières années.n'ayant déclaré aucune activité. Si la
demande d’emploi des moins de 25 ans
En France métropolitaine,lenombre
s’eststabilisée,lesseniorsontdenouveau En France métropolitaine, la hausse de
d’emploissalariésindustrielshorsintérim
étélesplustouchésparcettedégradation. l’emploisalariédansletertiairehorsinté-
s’est inscrit en légère baisse au troisième
Entreseptembre2010etseptembre2011, rims’estpoursuivieautroisièmetrimestre
trimestre 2011. Sur un an, l’évolution
le nombre de demandeurs d’emploi de 2011. Sur un an, la tendance reste bien
de l’emploi de ce secteur s’est toutefois
plus de 50 ans a augmenté de 18 % dans orientée : le secteur a créé 166 000
stabilisée pour la première fois en dix
la région. Parallèlement, le chômage de emplois (+ 1,6 %) entre le troisième
ans.Lenombred’intérimairesenmission
longue durée a poursuivi sa progression : trimestre 2010 et le troisième trimestre
dans le secteur industriel (environ 8 %
le nombre de demandeurs d’emploi 2011. Pour la première fois depuis le
des effectifs salariés du secteur) à la fin
inscrits à Pôle emploi depuis plus d’un deuxième trimestre 2009, les effectifs
de l’été 2011 s’est également contracté.
an a augmenté de 12,4 % sur la même intérimaires de ce secteur ont baissé
Sur un an, l’évolution des effectifs intéri-
période. (– 3,0 % après + 1,4 % au deuxième
mairesdusecteuraralentitoutenrestant
trimestre 2011).
positive (+ 4,3 % après + 14,8 % au
En France métropolitaine,letauxde deuxième trimestre 2011).
chômage au sens du BIT a augmenté En France, selon les dernières enquêtes
de 0,2 point au troisième trimestre 2011, de conjoncture, l’activité se serait nette-
Auniveaunational,lesindustrielsinter-
pour s’établir à 9,3 % de la population ment dégradée dans les services mar-
rogés en janvier 2012 font état d’une
active. chands au quatrième trimestre 2011,
nouvelledégradationdeleuractivitéau
quatrième trimestre 2011. Les demandes
globale et étrangère adressées aux
industriels ont reculé : les soldes d’opi-
nion correspondants se replient par
rapport au troisième trimestre et sont
désormais nettement inférieurs à leur
moyenne de longue période. Pour le
premier trimestre 2012, les perspecti-
ves d’évolution de la demande aux
entreprises restent mal orientées.
(1)Pourlestauxrégionauxetdépartementaux,onmesure
un taux de chômage "localisé", cohérent avec le taux de
chômage au sens du BIT national, mais calculé selon une
méthodedifférente.Ils’agitdetauxenmoyennesurle
trimestre.
(2)InscritsencatégoriesA,B,C,catégoriesquiregroupent
l’ensemble des inscrits tenus de faire des actes positifs de
recherche d’emploi.
N° 18, février 2012ANALYSE
INSEE
PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR
ÉTUDES
Activité en berne dans le
secteur de la construction
régionale
En Provence-Alpes-Côte d’Azur,l’emploi
salarié dans la construction hors intérim
(10 % des effectifs) s’est fortement con-
tractéautroisièmetrimestre2011.Cerepli
fait suite à deux trimestres consécutifs de
légère hausse. Sur un an, le ralentis-
sementdelabaissedel’emploisalariéde
ce secteur, amorcé deux ans auparavant,
s’est interrompu (– 1,6 % contre – 0,3 %
audeuxièmetrimestre2011). Par rapport
au troisième trimestre 2010, les pertes
d’emploi se sont élevées à 1 800, contre
400 le trimestre précédent.
Au mois de janvier, les enquêtes menées puis 61 000 au premier semestre 2012.
Plusieurs indicateurs semblent confirmer auprès des entrepreneurs dans l’artisanat Enfin, le taux de chômage métropolitain
une dégradation de l’activité particulière- dubâtimentetdanslestravauxpublics,font augmenterait de 0,3 point d’ici mi-2012,
ment marquée dans la région. Même si état d’une nouvelle dégradation de leurs pour atteindre 9,6 % de la population
l’on a noté une amélioration sur l’année perspectives d’activité. Les chefs d’entre- active. Les ménages, confrontés au chô-
2011, le nombre moyen de mises en prise de l’industrie du bâtiment indiquent, mage et à un pouvoir d’achat stagnant,
(3)chantier , depuis fin 2008, est resté infé- pour leur part, un climat conjoncturel maintiendraient un niveau d’épargne
rieurd’untiersàceluid’avantcrise.Àtitre stable, mais restent pessimistes concer- élevé. La consommation des ménages ne
de comparaison, au niveau national, les nant leur activité dans les prochains mois. soutiendrait donc que faiblement la crois-
mises en chantier ont été inférieures de sancefrançaiseàl’horizondel’été2012.
seulement 14 % au cours des mêmes *****
périodes.Parailleurs,lesventesrégionales L’aléa essentiel qui entoure ces prévisions
de logements neufs ont fortement baissé concernel’ampleurdel’impactdesturbu-Perspectives nationales
pour le troisième trimestre consécutif. lences financières sur l’économie réelle,
Durant l’été 2011, 3 450 maisons et ap- notammentdanslazoneeuro.Àl’inverse,Coup de froid sur l’activité à
partementsontétévendus,soitunreplide les mesures prises par les gouvernements
partir du quatrième trimestre25,3 % sur un an (contre – 12,9 % en pourraient restaurer la confiance des
2011Francemétropolitaine).Deplus,lesmises agents économiques et provoquer un re-
enventeetlesannulationsderéservations bond plus marqué de l’activité dans la
ont été supérieures aux ventes et aux Les tensions croissantes apparues cet été zoneeurocommeenFrance.
abandons de logements commercialisés. sur les dettes publiques de la zone euro
Bérangère DuplouyEn conséquence, l’encours de logements dégradent le climat des affaires qui s’éta-
neufs proposés à la vente fin septembre blitdésormaisnettementendessousdesa Éric Rubiloni
2011 a augmenté de 25,7 % par rapport tendance de longue période. Ces turbu-
à celui de fin septembre 2010. Pourtant, lencescommencentdéjààaffecterl’éco-
POUR EN SAVOIR PLUS
leprixmoyenaumètrecarrédesapparte- nomie réelle via le durcissement des
Retrouvez la note de conjoncture nationalementsneufsaencoreprogressé(+ 5,1 % conditionsdefinancementdesentreprises
de décembre 2011 : "La zone euro marquepar rapport au troisième trimestre 2010). etdesménages.Lazoneeurotraverserait,
le pas" sur www.insee.fr
Leprixmoyenparlotdansleneuf(maison cet hiver, un court épisode récessif. Les
individuelle et son terrain) a augmenté pays ne seraient toutefois pas affectés
quant à lui de 17,5 % sur un an. avec la même intensité par la contraction
Institut National de la Statistique
de l’activité : elle serait plus marquée en et des Études Économiques
En France métropolitaine, l’emploi salarié Provence-Alpes-Côte d’AzurEspagne et en Italie qu’en Allemagne et
17 rue Menpentidans la construction hors intérim, s’est en France. L’activité française se contrac-
13387 Marseille Cedex 10inscrit en légère hausse au troisième tri- terait au quatrième trimestre 2011
Tél : 04 91 17 57 57 Fax : 04 91 17 59 60
mestre 2011. Sur un an, les effectifs se (– 0,2 %) ainsi qu’au premier trimestre
Directeur de la publication : Renan Duthionsont stabilisés (après – 0,5 % le trimestre 2012 (– 0,1 %) avant de progresser fai-
Chef du service Études et Diffusion : Olivier Biauprécédent).Lenombred’intérimairesdans blement au deuxième trimestre 2012
Rédacteur en chef : Claire Joutard
laconstruction(8%deseffectifsdusecteur) (+ 0,1 %). La situation sur le marché de
a également augmenté (+3100 emplois, © Insee 2012l’emploi continuerait de se détériorer :
Dépôt légal : février 2012par rapport au deuxième trimestre 2011). 14 000 emplois seraient supprimés au N° ISSN : 2114-8260
Réf : ANA121832(3) En date d’enregistrement. niveaunationalausecondsemestre2011
N° 18, février 2012

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.