Une amélioration de la rentabilité, des programmes d'investissement en hausse en 2006

De
Publié par

En 2006, la rentabilité et la trésorerie des entreprises industrielles de la région se sont légèrement améliorées. Pour 2007, les prévisions sont toujours favorables. De plus, une hausse des investissements physiques et immatériels a été enregistrée en 2006 et cette tendance devrait se poursuivre cette année.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 41
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Comptes des entreprises
Une amélioration de la rentabilité,
des programmes d'investissement en hausse en 2006
En 2006, la rentabilité et la trésorerie des entreprises industrielles de la région se sont légèrement
améliorées. Pour 2007, les prévisions sont toujours favorables. De plus, une hausse des
investissements physiques et immatériels a été enregistrée en 2006 et cette tendance devrait se
poursuivre cette année.
près une stagnation en 2005, la rentabilité s'est 250 personnes. Par secteur, la progression la plus forteAà nouveau améliorée dans l'industrie en 2006, concerne les industries des biens de consommation.
quelle que soit la taille des entreprises, malgré un contexte
de renchérissement des matières premières répercuté Tout au long de l'année 2006, la trésorerie a été jugée
partiellement sur les prix de vente. Cette tendance a été dans l'ensemble satisfaisante par les chefs
cependant plus prononcée dans les sociétés de moins d'entreprises industrielles. Toutefois, des disparités
(1)de 100 salariés . persistent selon les secteurs d'activité. Dans l'industrie
Une étude par secteur met en évidence des contrastes. agroalimentaire, quelques tensions ont été notées pendant
Une stabilité a été perçue dans les industries l'été. Plutôt confortable au premier semestre, l'état de la
agroalimentaires et les biens de consommation. En raison trésorerie des entreprises des biens de consommation
d'un environnement économique porteur, l'évolution est est estimé correct au second semestre. Très contrastée,
jugée positive dans les biens d'équipement pour plus de la situation des différents compartiments de l'industrie
la moitié des entreprises, notamment dans le segment de automobile s'est dégradée sur les six derniers mois de
l'équipement électrique. En revanche, dans les industries 2006. Les entreprises des biens d'équipement et des
des biens intermédiaires, une dégradation a été notée, biens intermédiaires ont disposé en 2006 d'un niveau de
touchant notamment le papier carton, la chimie, la liquidités globalement favorable.
plasturgie et la métallurgie.
Pour 2007, la rentabilité devrait continuer de s'améliorer, Après une faible progression en 2005, et conformément
plus particulièrement dans les unités de plus de aux prévisions, l'investissement physique s'est inscrit
(1) Les 3/4 de l’échantillon
Une légère hausseUne progression contrastée
des investissements immatériels des investissements physiques
DiminutionRhône-Alpes industrie Solde des opinions Rhône-Alpes industrie
exprimé StabilitéEvolution des investissements par secteur d'activité Variation des dépenses immatériellesen % en % Augmentation
25 80
23,7
697020 666416,9
60 58
15 13,8
10,8 50
9,310
6,8 406,4 5,1
5 302,6 30 26 25
210 20
1210 10- 5 910
Prévisions 20072006-9,2- 10 0
Industrie Industries Biens de Biens Biens Ensemble de Entreprises moins Entreprises de 100 Entreprises plus
agroalimentaires consommation d'équipement intermédiaires l'industrie de 100 salariés à 250 salariés de 250 salariés
Source : Banque de France, Direction des Affaires régionales Source : Banque de France, Direction des Affaires régionales
14 L’année économique et sociale 2006 - Dossier n° 152Comptes des entreprises
en nette hausse dans l'industrie, mais l'évolution diverge
Une légère amélioration de la rentabilitéselon les secteurs. D'importantes dépenses ont été
effectuées dans les industries des biens d'équipement et, Rhône-Alpes industrieSolde des opinions
expriméplus particulièrement dans les équipements électriques. Variation de la rentabilité
en %
Au sein des biens de consommation, les entreprises de 50 47
44l'équipement du foyer et de l'imprimerie ont intensifié leurs 45
40 38investissements contrairement à celles de la pharmacie
35et de l'habillement cuir. Très contrastés, les investissements 31 31
30ont globalement progressé dans les sociétés des biens
25intermédiaires ; si une baisse a été notée dans le textile et
20l'industrie chimique, une hausse a été observée dans la
15
métallurgie, les composants et le bois papier. Les industries 910
agroalimentaires n'ont globalement pas investi, sauf dans 5
l'industrie laitière. 0
Par taille, ce sont les entreprises de moins de 250 salariés 2006 Prévisions 2007
Diminution Stabilité Augmentationqui ont le plus investi et notamment celles de moins de
100 personnes. Les unités de plus de 250 salariés ont Source : Banque de France, Direction des Affaires régionales
réalisé des programmes d'ampleur plus modérée.
Comme en 2005, les programmes de mise en conformité
et de recherche de gains de productivité ont été privilégiés.
Une trésorerie satisfaisante
Contrairement à 2005, le taux d'utilisation des capacités
de production a dépassé sa moyenne de longue période
Rhône-Alpes industrieSolde desquasiment toute l'année. Dans certaines entreprises, les opinions Situation de la trésorerie et évolution des marges en 2006
capacités techniques ont même été proches de la
+ Trésoreriesaturation. De ce fait, davantage d'extensions de capacités
de production ou d'agrandissements de bâtiments ont été
réalisés en 2006.
Niveau
Pour 2007, les investissements physiques devraient jugé
normalcontinuer à faire preuve de dynamisme. Dans l'ensemble
marges
des secteurs d'activité, les projets seront engagés plutôt
au second semestre qu'au premier. -
er è è è1 trimestre 2 trimestre 3 trimestre 4 trimestreEn 2006, les investissements immatériels se sont
légèrement accrus. Ces programmes ont concerné
La courbe ne traduit pas une mesure statistique mais la situation de la trésorerie et l'évolution des
principalement la Recherche et le Développement et les marges telles qu'elles sont appréciées par les chefs des entreprises industrielles. La ligne "zéro"
matérialise le niveau jugé normal.dépenses informatiques. Une hausse des réalisations a
été observée dans les biens de consommation (industrie Source : Banque de France, Direction des Affaires régionales
pharmaceutique en particulier) et les biens d'équipement
mécanique et électrique. Cette tendance est moins
marquée dans les industries agroalimentaires et les biens
intermédiaires.
Martine Maire-Piechnik
Christine Leyckam
Direction des Affaires régionales de la Banque de France de Lyon
Pour comprendre les résultats
Pour en savoir plus
Cette analyse de la rentabilité et de l'investissement repose sur une
enquête menée au début de l'année 2007 ; la Banque de France a
interrogé 1 693 unités de production industrielle situées en Rhône- "Les entreprises en Rhône-Alpes - Bilan 2006 et
Alpes qui représentent 45 % des effectifs régionaux. L'échantillonperspectives 2007 ", document disponible sur simple demande à l'adresse
constitué est adapté chaque année à l'évolution du tissu économique.internet suivante : lyon.conjoncture@banque-france.fr
L'étude de la trésorerie des entreprises industrielles est réalisée à " Tendances Régionales Région 18 " : document téléchargeable
partir des interrogations trimestrielles des informateurs de conjoncturechaque mois sur le site banque-france.fr ou sur simple demande à
pour Tendances Régionales.l'adresse internet suivante : lyon.conjoncture@banque-france.fr
L’année économique et sociale 2006 - Dossier n° 152 15
zz

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.