Une croissance erratique fin 2005

De
Publié par

Au second semestre 2005, la croissance française a été erratique, le troisième trimestre ayant été plus dynamique que le quatrième. Dans les Pays de la Loire, l'emploi salarié a poursuivi sa lente progression et le taux de chômage a reculé. Toutefois, dans l'industrie, l'activité s'est stabilisée alors qu'elle s'est accélérée dans le bâtiment.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Au second semestre 2005, la croissance française a été erratique, le troisième trimestre ayant été plus dynamique que le quatrième. Dans les Pays de la Loire, l’emploi salarié a poursuivi sa lente progression et le taux de chômage a reculé. Toutefois, dans l’industrie, l’activité s’est stabilisée alors qu’elle s’est accélérée dans le bâtiment.
Aline CLÉMOT Christelle RIEG
N° 46. Mai 2006
www.insee.fr/paysdelaloire
Une croissance erratique fin 2005
PRÈSUNPREMIERSEMESTRE2005 secAond semestre a été chaotique. Le pro marqué par un ralentissement de la croissance en France, le duit intérieur brut a en effet rebondi au troi sième trimestre, progressant de 0,7% pour ensuite ralentir en fin d’année (+ 0,4 % au quatrième trimestre). Sur l’en semble de l’année 2005, la croissance française a été modérée, le PIB augmen tant de 1,4 % après 2,1 % en 2004.
Bien que confronté à des prix énergétiques encore élevés, l’environnement international est resté favorable. Toutefois, les exporta tions françaises n’ont pas profité pleine ment du dynamisme de la demande mondiale. Alors que les exportations avaient fortement rebondi au troisième tri mestre, du fait notamment de la déprécia tion de l’euro rendant les produits français plus compétitifs, leur croissance s’est affaiblie en fin d’année. Les importations ont, quant à elles, progressé tout au long du second semestre à un rythme soutenu pour répondre à la demande vigoureuse adressée par les entreprises comme par les ménages. Du fait de ces évolutions, le solde du commerce extérieur a con tribué négativement à l’évolution du pro duit intérieur brut.
Après le ralentissement enregistré au deuxième trimestre 2005, les dépenses de consommation des ménages sont reparties à la hausse au troisième trimestre et sont restées soutenues en fin d’année. Ce dynamisme au second semestre reflète le rebond du pouvoir d’achat. Quant aux dépenses de consommation des adminis trations publiques, elles ont également accéléré au troisième trimestre mais leur rythme de croissance s’est affaibli au dernier trimestre.
Après l’évolution chaotique du début d’an née, l’investissement des entreprises a progressé régulièrement tout au long du second semestre 2005. La hausse a résulté essentiellement de celle des dépenses en produits manufacturés. Sur l’ensemble de l’année, l’investissement des entreprises a progressé plus fortement en 2005 qu’en 2004. Du côté des ménages comme des administrations publiques, l’investissement a été un peu moins dynamique au second semestre qu’il ne l’avait été au début de l’année.
Après un premier semestre de croissance molle, la production est repartie à la hausse au troisième trimestre 2005. Le commerce et les services aux particuliers ont en effet bénéficié de la forte augmentation des
Conjoncture
Une croissance erratique
fin 2005
dépenses des ménages. Au dernier triL’acquis de croissance à l’issue du premierÉvolution de l'emploi e mestre, la production s’est accrue moinssemestre 2006 serait alors de l’ordre dedepuis le 4trimestre 1997 fortement. Ce ralentissement s’explique1,5 %. 132 e (base 100 au 4trimestre 1997) notamment par le repli de la production Les dépenses de consommation conser128 Vendée manufacturière : les industries des biensLoireAtlantique veraient leur dynamisme tout au long duPays de la Loire de consommation, des biens d’équipe124Mayenne premier semestre 2006, sous l’effet conSarthe ment et surtout la branche automobile ontMaineetLoire jugué de la progression du pouvoir 120 enregistré un recul de leur production. d’achat et du recul du chômage. L’inves 116 En France, l’emploi salarié des secteurstissement des ménages repartirait début 112 marchands non agricoles a poursuivi sa2006 sur un rythme soutenu. Du côté progression à un rythme modéré. Aprèsdes entreprises, l’investissement enre 108 une année 2004 plutôt morose, l’emploigistrerait une croissance plus modérée 104 a augmenté un peu plus fortement enau premier semestre 2006 que fin 2005. 2005 malgré un contexte économique100 En 2006, l’emploi total devrait accélérer 1998 19992000 2001200220052003 2004 national plus chahuté. Dans les sec grâce à l’augmentation du nombre de teurs non marchands, la progression de Source : Insee, exploitation des bordereaux URSSAF bénéficiaires d’un contrat d’aide à l’em l’emploi a été légèrement plus forte au ploi non marchand (contrats d’avenir ou second semestre qu’au premier. d’accompagnement dans l’emploi) et L’emploi a poursuivi son recul dans l’in Le chômage a, quant à lui, nettementune hausse timide dans le secteur mar dustrie ligérienne. Alors qu’il avait baissé reculé au second semestre, passant dechand. Dans ce contexte de reprise de de 0,5 % au troisième trimestre 2005, le 10,0 % fin juin 2005 à 9,5 % fin décembrel’emploi, le taux de chômagecontinue recul s’est légèrement atténué en fin 2005. raitde baisser pour s’établir à 9,2 % de d’année, atteignant  0,3 %. Tous les sec la population active à la fin du premier teurs industriels sont concernés. La baisse La croissance devraitsemestre 2006. est forte dans l’industrie des biens de s’accélérer en Franceconsommation, avec des pertes, respecti début 2006Accélération de la croissancevement, de  2,3 % et  1,1 % aux troisième de l’emploi ligérien fin 2005et quatrième trimestres 2005. Seules les Pour le début de l’année 2006, la crois industries agroalimentaires ont réussi sance trimestrielle du produit intérieurDans ce contexte économique assez à stabiliser leurs effectifs au second se brut français devrait légèrement accélérer,erratique, l’emploi salarié des secteurs mestre 2005. pour atteindre +0,6 %au premier trimarchands non agricoles a poursuivi sa mestre 2006 puis + 0,5 % au deuxième.lente progression dans les Pays de la Dans les services, l’emploi ligérien a pro Loire. Après avoir augmenté de 0,1% gressé et son rythme de croissance s’est au troisième trimestre 2005, il a accéléré accéléré en fin d’année (+ 0,9 % au der Progression desau dernier trimestre avec une hausse de nier trimestre 2005 après +0,2 %au d’offres d’emplois durablesSur l’ensemble de l’année 2005,0,5 %. trimestre précédent). Dans tous les l’évolution de l’emploi atteint +1,1 %, secteurs, les effectifs ont augmenté, Au second semestre 2005, les flux soit une progression identique à celle notamment dans les activités immobi d’offres d’emploi déposées à l’ANPE enregistrée en 2004. des Pays de la Loire se sont accruslières où la hausse a été la plus forte. de 10 % par rapport au même Dans les Pays de la Loire, la construction semestre de l’année précédente. est restée, au second semestre 2005, Dans le même temps, les flux de Comparé à la France, moins d'offres nouveaux demandeurs d’emploi ontle secteur d’activité le plus dynamique d'emploi durables dans les Pays de régressé de  4,6 %. Les offresen termes d’évolution d’emplois. Les e concernant un contrat de plus de sixsemestre 2005la Loire au 2 effectifs se sont accrus de 1,3% au mois en CDD ou en CDI ont été plus quatrième trimestre 2005 contre 0,9 % 50 Part des offres d'emplois durables nombreuses. Au second semestre 45au trimestre précédent. dans les offres déposées 2005, elles représentaient 39 % duà l'ANPE (en %) 40 total des offres contre 35 % un an Dans le commerce, la hausse de l’emploi 35 plus tôt. Toutefois, la part des offresPays de la Loire a été régulière tout au long du second 30 France d’emploi durables reste inférieure% 25semestre, avec un rythme de 0,4% par dans les Pays de la Loire à celle 20trimestre. observée au niveau national (45 %). 15 Les tensions sur le marché du travail, 10 appréciées à partir du rapport desAmélioration 5 offres d’emploi enregistrées sur lesdu chômage dans tous 0 Type AType BType C les départements ligériens demandes d’emploi enregistrées, Type A: emplois durables (contrats dont la durée sont en augmentation. Le ratio estsupérieure à 6 mois) est Type B: emplois temporaires (contrats d'une durée Dans les Pays de la Loire, comme en passé de 0,54 au second semestre de1 à 6 mois) Type C: emplois occasionnels (CDD ou mission d'intérim 2004 à 0,62 au second semestreFrance métropolitaine, le taux de chômage  demoins d'un mois) 2005.s’est replié au deuxième semestre 2005 Source : ANPE après la hausse enregistrée au premier semestre. Fin décembre 2005, le taux de
2INSEEPAYSDELALOIREUNECROISSANCEERRATIQUEFIN2005MAI2006
chômage régional s’établissait à 8,0 % denombre de demandeurs d’emploi inscritsRaffermissement de la demande la population active, soit 0,3 point dedepuis un an ou plus était en repli en Loireindustrielle en fin d'année 2005 moins qu’en décembre 2004. Les Pays deAtlantique, MaineetLoire et Vendée. Écart entre le pourcentage la Loire se placent avec la Bretagne et 35de chefs d'entreprise ligériens estimant l'indicateur en hausse le Limousin parmi les régions les moinset celui le jugeant en baisse (en CVS) Hausse des créations 25 d’entreprises touchées par le chômage. Production 15 Au cours du second semestre 2005, leDans les Pays de la Loire, plus de nombre de demandeurs d’emploi de caté6 500 entreprises ont été créées, réac 5 gorie 1 a diminué de 5,2% (en donnéestivées ou reprises au second semestre corrigées des variations saisonnières)2005, soit une progression de 6 % par  5 Demande dans la région, soit un rythme comparablerapport au même semestre 2004. Au  15 à celui observé au niveau national ( 5,6 %).niveau national, la progression a été Tous les départements ligériens ont enremoins forte (+ 2 %). 25 gistré une baisse du nombre de deman2003 2004 20052000 2001 20021998 1999 Dans la région, les créations pures sont deurs d’emploi. Ce recul a été plus Source : Insee  Enquêtes de conjoncture trimestrielle moins nombreuses : au second semestre sensible en LoireAtlantique et dans le (Enquêtes nationales repondérées selon la structure de la masse salariale régionale) 2005, elles ont représenté 65 % de l’en MaineetLoire (respectivement 6,0 %et semble des créations contre 72% au  6,5 %). En Sarthe et en Vendée la diminu niveau France entière. En revanche, dans le secteur de la construction navale, tion a été moins importante. La Mayenne a elles ont augmenté deux fois plus vite aéronautique et ferroviaire, a marqué le enregistré la plus faible baisse de la région. dans la région que dans l’ensemble de pas en fin d’année. En revanche, l’industrie En 2005, l’amélioration du marché dula France au cours de la même période. des biens intermédiaires a connu une pro travail dans les Pays de la Loire a profité gression de sa production. Les créations d’entreprises, tous types davantage aux hommes qu’aux femmes. confondus, ont progressé dans tous les La production ayant stabilisé son rythme Sur un an, le nombre d’hommes deman secteurs d’activité de la région mais de croissance, les stocks n’ont pas évolué deurs d’emploi a diminué de 5,3 % alors plus particulièrement dans l’industrie et au cours du second semestre 2005: ils que pour les femmes, la baisse a été les services (respectivement + 11 % etsont restés stables, à leur niveau de long de 1,9 %. + 8 %).Tous les départements ligériensterme. Les jeunes de moins de 25 ans sont lesont profité de la hausse des créations d’en Les perspectives pour le début d’année principaux bénéficiaires de la décrue dutreprises au second semestre. Le Maineet 2006 semblent plus favorables. Le niveau nombre de demandeurs d’emploi avec uneLoire, la Mayenne et la Vendée ont de la demande adressée aux industriels diminution de 4,5 % sur un an des inscripenregistré des évolutions supérieures à de la région devrait se maintenir en ce tions à l’ANPE. Pour les demandeurs d’emla moyenne régionale. début d’année et la production devrait ploi de 25 à 49 ans et pour les plus de s’accélérer, retrouvant ainsi son rythme 50 ans, la diminution est moins sensible, Stabilisation de l’activité de long terme. respectivement  3,5 % et  2,1 %. industrielle ligérienne Alors que le chômage de courte durée Après un début d’année marqué par leAccélération de l’activité (moins d’un an) s’est replié en 2005, le recul de la demande adressée aux indusdu bâtiment en fin d’année chômage de longue durée (plus d’un an) triels ligériens, le rythme de croissance de Dans les Pays de la Loire, l’activité du bâti a continué d’augmenter. Toutefois, son la demande s’est accéléré. Selon les chefs ment a progressé sur un rythme élevé au rythme de progression a ralenti fortement d’entreprise, la demande s’est raffermie au second semestre 2005, confirmant ainsi en fin d’année. Fin décembre 2005, le dernier trimestre 2005 et a ainsi retrouvé le regain de dynamisme du deuxième un rythme de croissance proche de celui Recul du taux de chômagetrimestre. Elle a bénéficié d’une forte observé sur longue période. Ce rebond au second semestre 2005demande des ménages en matière de a été sensible dans l’industrie des biens logements et d’une reprise des investis 12 de consommation. En revanche, dans le sements en construction des entreprises Taux de chômage corrigé des variations saisonnières secteur automobile, la demande s’est en fin de chaque trimestre (en % des actifs) et des administrations publiques. Ainsi, 11 fortement dégradée tout au long du au cours du second semestre 2005, second semestre 2005. Dans l’ensemble la construction neuve de logements a 10 des secteurs industriels, la demande exté atteint un niveau jamais égalé depuis France rieure a enregistré une accélération en fin ces vingt dernières années. Plus de 9 d’année. 15 500 logements ont été mis en chan tier, soit 3 % de plus qu’au second se 8Le rebond de la demande industrielle ne Pays de la Loire mestre 2004. Alors que les ouvertures s’est pas encore répercuté sur la produc de chantier se sont stabilisées dans 7tion. Selon les chefs d’entreprise, l’activité le logement individuel, le logement col s’est stabilisée au second semestre 2005 lectif est le secteur le plus dynamique 6à un rythme inférieur à celui observé sur 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 avec une augmentation de 17% par longue période. L’activité dans l’industrie Source : Insee, taux de chômage calculé selon la définition rapport au même semestre 2004. du Bureau International du Travaildes biens d’équipement, et notamment
INSEEPAYSDELALOIREUNECROISSANCEERRATIQUEFIN2005MAI2006 3
Une croissance erratique
Tableau de bord du second semestre 2005
France métropolitaine 2004 2005
Pays de la Loire 2004 2005
fin 2005
Loire Maine Mayenne Sarthe Vendée Atlantique etLoire 2004 2005 2004 2005 2004 2005 2004 20052004 2005
Évolution de l'emploi salarié au quatrième trimestre (en %)+ 0,1*+ 0,1*+ 0,5+ 0,5+ 0,9+ 0,7+ 0,3+ 0,3 +0,2 0,1+ 0,2 0,20,0 +0,9 Taux de chômage fin décembre CVS (en % des actifs)10,09,58,3 8,09,18,68,58,7,5 7,22 6,3 6,1 8,3 8,1 Créations d'entreprises au second semestre143 646146 0616 1846 5571 2441 148385 426 810 8342 6502 7221 1911 331  dont créations pures100 979104 7734 2733 952654 750797 887230 271 504 5011 8641 767 Nombre de logements ordinaires commencés au second semestre 179 574201 82615 52215 092582 2001 1251 3148 48745 8512 6025 862806 12 637 Nombre de logements ordinaires autorisés au second semestre234 766259 28416 05318 1164 2401 5921 5491 1324 7786 1327 1992 7583 4151 374 Immatriculations de voitures neuves au cours du second semestre945 900940 10039 28938 9836 4966 5252 6036 5866 53116 4066 9572 57216 3967 200 Nombre de nuitées dans l'hôtellerie de mai à septembre (en milliers)/// ///3 133,43 127,7540,5 575,5153,2 147,8 385,9375,9 691,2 723,71 362,61 304,8 Nombre de nuitée dans les campings de mai à septembre (en milliers)/// ///9 462,59 673,26 765,51 970,31 978,66 595,5480,1 532,1 91,5 88,7 316,8 316,6 * La source utilisée pour la France métropolitaine n’est pas identique à celle utilisée pour la région et les 5 départements CVS : corrigé des variations saisonnières Ces données sont aussi disponibles sur internet à l’adressewww.insee.fr/paysdelaloireà la rubrique « conjoncture »
Le redressement de l’activité dans la consaccéléré en fin d’année avant l’accord Accélération de l'activité truction de locaux non résidentiels initié aude prorogation de la TVA à 5,5 % par la en fin d'année 2005 deuxième trimestre s’est accentué procommission européenne. dans l'entretienrénovation gressivement jusqu’en fin d’année 2005. et dans la construction de locaux Dans les Pays de la Loire, les perspectives Au second semestre 2005, les surfaces d’activité pour le début d’année 2006 sont 50 Écart entre le pourcentage des chefs d'entreprise de locaux non résidentiels mises en estimant l'activité en hausse et le pourcentage très bien orientées dans le bâtiment,40 chantier ont progressé de 16% par de ceux la jugeant en baisse (en CVS) comme en témoigne le niveau historique Travaux d'entretien rapport à la même période de 2004. 30 ment élevé des carnets de commande. Cette progression résulte principale 20 La hausse des permis de construire du ment de la réactivation de la construc second semestre 2005, tant de loge 10 tion de locaux à dominante agricole ments (+ 13 %) que de locaux non résiden 0 (+ 37 %).Les mises en chantier de tiels (+11 %),garantirait une croissanceLogements neufs locaux commerciaux ont augmenté plus 10 soutenue dans la construction neuve. modérément (+ 13 %). En revanche, la Bâtiments neufs  20 Enfin, la prorogation du taux réduit de construction de bureaux et d’équipe TVA continuerait de générer un volume  30 ments collectifs est restée en retraitau d’activité important dans le secteur de second semestre. 40 l’entretienrénovation. L’emploi progres 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 Dans le secteur de l’entretienrénovation,serait au même rythme qu’en fin d’année Source : Insee, Enquêtesde conjoncture nationales repondérées selon la structure de la masse salariale régionale l’activité, qui était en ralentissement sur les2005.trois premiers trimestres, a sensiblement
Solde négatif des échanges en 2005
La France a enregistré en 2005 un déficit commercial record de 22,2 milliards d’euros (solde FabFab  cf. note). Cette mauvaise performance pénalise la croissance. Le solde du commerce extérieur contribue négativement pour  1,0 point à l’évolution du PIB.
Les exportations ont progressé (+ 3,2 %) mais moins vite que la demande mondiale (+ 5,5 %), autrement dit, la France perd des parts de marché. Des ventes insuffisantes en direction des pays émergents en pleine croissance et l’atonie de la croissance en Allemagne et en Italie, nos principaux partenaires européens, ont impacté les exportations. Du côté de la demande intérieure française, la consommation
soutenue des ménages se porte de plus en plus vers des produits fabriqués à l’étranger, d’où l’envolée des importations (+ 6,6 %). Par ailleurs, les prix élevés du pétrole ont alourdi la facture énergétique.
Note:mesure Fab  Fab : échanges mesurés franco à bord (Fab), c’estàdire augmenté des seuls frais de transport jusqu’à la frontière pour les exportations comme pour les importations.
4 INSEEPAYSDELALOIREUNECROISSANCEERRATIQUEFIN2005MAI2006
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Pierre MULLER RÉDACTRICE EN CHEF Emmanuelle WALRAET SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Gabrielle BRIZARD MISE EN PAGE Annick HARNOIS IMPRIMEUR La Contemporaine  SainteLucesurLoire
Prix :2,30
Photos : INSEE e Dépôt légal 2trimestre 2006  ISSN 16336283 CPPAP 0707 B 06116  Code Sage IETU04644 © INSEE Pays de la Loire  Mai 2006 Abonnement annuel complet : Études (mensuel) + Dossiers : 63Abonnement annuel Études : 21
INSEE Pays de la Loire 105, rue des Français Libres BP 67401 – 44274 NANTES Cedex 2 Tél. : 02 40 41 75 75 – Fax : 02 40 41 79 39 Informations statistiques au 0825 889 452 (0,15la minute)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.