Une croissance modérée au premier semestre 2004

De
Publié par

L'économie régionale du Languedoc-Roussillon, après un fléchissement de sa croissance au second semestre 2003, retrouve une croissance modérée au cours du premier semestre 2004. Elle avait maintenu un rythme de croissance plus favorable qu'au niveau national en 2003, mais la nette reprise de la croissance nationale, au cours du premier trimestre, n'a pas entraîné d'accélération de son rythme de croissance.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins

Novembre 2004N° 9 -
Une croissance modérée au premier semestre 2004
Claude MICHEL
L'économie régionale du Languedoc-Roussillon, après un fléchissement de sa croissance au second semestre 2003,
retrouve une croissance modérée au cours du premier semestre 2004. Elle avait maintenu un rythme de croissance
plus favorable qu'au niveau national en 2003, mais la nette reprise de la croissance nationale, au cours du premier tri-
mestre, n'a pas entraîné d'accélération de son rythme de croissance.
Compte tenu de sa faiblesse industrielle, l'économie régionale a moins bénéficié de l'augmentation de la demande
extérieure ainsi que de la reprise de l'investissement industriel. En outre, des restructurations et des réductions d'ef-
fectifs ont affecté plusieurs entreprises industrielles régionales. Le secteur des services continue d'assurer l'essen-
tiel de la croissance régionale.
Avec un tassement de la consommation des ménages, les ventes dans le commerce de détail ont plafonné. La
consommation de biens durables s'est stabilisée après le ralentissement de la fin de l'année 2003 et les ménages ont
maintenu leurs achats de véhicules neufs mais à un moindre niveau. De plus, l'impact de l'augmentation des loyers a
limité le potentiel d'achats de biens de consommation manufacturés et même de produits alimentaires.
Le bilan de l'activité touristique est peu favorable au cours du premier semestre 2004. Le mouvement de baisse de fré-
quentation des campings se poursuit avec la diminution de la venue de touristes étrangers, notamment allemands.
L'amélioration de la fréquentation en août et septembre pourrait limiter les effets de cette baisse. L'hôtellerie homo-
loguée devrait maintenir le niveau de la fréquentation ayant bénéficié également d’une fin de saison bien orientée avec
de bonnes conditions météorologiques.
Tandis que la récolte 2004 s'annonce généreuse en volume, les difficultés de commercialisation persistent pour les
vins AOC dont les stocks élevés tardent à se résorber. Après une nette amélioration des cours des vins de pays et
des vins de tables mais basés sur une faible récolte en 2003, les cours tendent à plafonner.
Les marchés de la construction et de l'immobilier restent très dynamiques. Les carnets de commandes des entre-
prises du bâtiment sont bien garnis tant dans le gros oeuvre que dans le second œuvre. Le volume élevé de loge-
ments neufs mis en chantier augmente mais ne suffit toujours pas à satisfaire la demande et les stocks de logements
neufs disponibles à la vente continuent de se réduire. Les prix continuent d’augmenter dans le logement neuf comme
dans l’ancien. Les signes de plafonnement sont limités par la forte pression d’une demande confortée par des taux
d'intérêts qui restent faibles.
Les travaux publics ont réalisé une très forte activité au cours du premier semestre 2004. L'ensemble de la demande
publique et privée a été soutenu. Le rythme de croissance devrait se poursuivre jusqu'à la fin de l'année 2004.
Cependant des incertitudes relatives à la commande publique pour l'année 2005 étaient signalées par les entrepre-
neurs de travaux publics.
Dans ce contexte économique régional, les entreprises ont recruté dans les secteurs du tertiaire et de la construction,
mais les effectifs continuent de diminuer dans l'industrie. La croissance de l'emploi régional continue, mais à un ryth-
me modéré.
L'écart du taux de chômage régional avec celui de la France s'est stabilisé. Cependant, le Languedoc-Roussillon
conserve un taux de chômage de 13,6 % à la fin du premier semestre 2004 qui reste le plus élevé des régions fran-
çaises.
Au second semestre 2004, le dynamisme du secteur des services et la forte activité dans le bâtiment et les travaux
publics devraient soutenir le rythme de croissance de l'économie régionale. Mais celle-ci ne devrait pas s'accélérer en
l'absence d'une forte reprise de la consommation, limitée par la stagnation du pouvoir d'achat soumis à un renforce-
ment de la fiscalité locale.SOMMAIRE
Contexte national et international. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
La consommation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
Commerce et transports . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
Industrie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
Bâtiment et travaux publics . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
Construction de logements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Tourisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Agriculture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
Marché du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Emploi10
Créations d’entreprises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
SOURCES
Les données publiées dans ce document sont issues de différentes sources :
Note d’analyse conjoncturelle de la Direction Générale de l’INSEE
Notes de conjoncture sectorielle de l’Insee Languedoc-Roussillon
publiées à rythme trimestriel ou quadrimestriel :
Industrie
Bâtiment
Travaux publics
Commerce de détail
Commerce de gros
Tourisme
Les statistiques des organismes suivants :
Assedic Languedoc-Roussillon
Direction régionale de l’Equipement
Direction régionale du Travail, de l’emploi et de la formation professionnelle
Note de la Cellule économique régionale du BTP du Languedoc-Roussillon
Note de la Direction régionale de l’Agriculture et de la forêt
La rédaction de cette note a été achevée le 15 novembre 2004.
2 L’économie du Languedoc-Roussillon au premier semestre 2004 © Insee
QQQQQLE CONTEXTE NATIONAL EET INTERNATIONAL
En France, la reprise de la création d'emplois salariés resteEn France la croissance serait de près de 2,4 %
insuffisante pour réduire le chômage dont le taux se main-en 2004
tiendrait aux alentours de 9,8 %. Cela entamerait l'optimisme
des ménages, limitant ainsi leur consommation.Le PIB a fortement progressé en France au premier
semestre 2004. Cette forte croissance a été alimentée simul-
En outre, l'évolution à la hausse des cours du pétrole vatanément par une progression de la consommation des
amputer la croissance. Mais le niveau élevé des cours duménages, la reprise de l'investissement des entreprises et
pétrole, s'il se maintenait, serait davantage préjudiciable à laune forte demande extérieure.
croissance en 2005, l'appréciation de l'euro par rapport au
dollar n'intervenant plus. Cette reprise devrait permettre d'atteindre en 2004 une
croissance de 2,4 % du PIB, malgré le ralentissement de la
consommation des ménages apparu depuis l'été. En effet,
les ménages ne disposent que d'une faible augmentation du
pouvoir d'achat. L’augmentation du pouvoir d’achat resterait
faible en raison de la croissance limitée de l’emploi, de la
Indicateur synthétique du climat des affairesstabilité des salaires et d’une inflation supérieure à 2 %.
dans l'industrie en France Unité : %
130La croissance en France reste supérieure à celle de la zone
euro qui est limitée par la faiblesse de la consommation alle- 120
mande. La zone euro a bénéficié de la reprise de la crois-
sance au cours du premier semestre 2004. Avec cette accé- 110
lération, la croissance atteindrait 2 % en 2004 pour la Zone
euro. Cette croissance résulte surtout de la demande exté- 100
rieure, la demande intérieure restant peu vigoureuse. Ainsi,
90l'environnement international extérieur à la zone euro a per-
mis d'assurer une croissance de la demande extérieure,
80
dont l'Allemagne et la France ont pu bénéficier. Les Etats 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
Unis ont maintenu leur croissance à un rythme de près de Source : INSEE - Niveau 100 moyenne de longue période
3 % par an. Cependant, les effets du renchérissement du
prix du pétrole risquent de réduire cette croissance dans
l'ensemble de la zone euro.
Insee L@nguedoc-RRoussillon iinfo
La llettre dd’information éélectronique
de ll’insee LLanguedoc-RRoussillon
Vous informe
erle 1 mardi de chaque mois
des nouveautés
Languedoc-Roussillondu site internet
Nouveau sur le web
Sélection et présentation détaillée des nouveautés sur le site
L’information du moiswww.insee.fr/lr L’information économique ou sociale marquante commentée
par les experts de l’insee
Publications Vient de paraître
Présentation des dernières publications
Lettre d’information électronique et produits électroniques
Indicateurs conjoncturels régionaux
et départementaux
Accès direct aux dernières mises à jour
© Insee L’économie du Languedoc-Roussillon au premier semestre 2004 3LA CONSOMMATION
Les ménages encore attentistes Les immatriculations semestrielles
limitent leur consommation de véhicules particuliers neufs
en Languedoc-Roussillon
Unité : le véhicule Le moral des ménages est resté réservé jusqu'à l'été 2004.
50 000
En conséquence, au cours du premier semestre, les
45 000ménages sont restés attentistes et ont modéré leurs achats
Toutefois, ils ont surtout maintenu leurs dépenses de textile et 40 000
d'habillement, ainsi que celles en biens durables et pour
35 000l'équipement du logement, de même que leurs achats de
véhicules neufs. 30 000
25 000
Dans l'incertitude du chômage, ils ont maintenu leur épargne
20 000de précaution. Avec les premiers signes de la reprise et dans
s 1 s 2 s 2 s 2 s 2 s 1s1 s 2 s 1 s 2 s 1 s 1 s 1 s 2 s 1l'attente de l'amélioration de leurs revenus, seule une diminu-
1997 2000 2001 2002 20031998 1999 200tion de leur épargne permettrait à nouveau aux ménages
Source : Direction Régionale de l'Equipement
d’augmenter leurs consommations.
Au premier semestre 2004, 38787 véhicules neufs ont étéLes ventes de véhicules neufs se stabilisent
immatriculés contre 38 462 au second semestre 2003 etdans l'attente de la reprise
39010 au premier semestre 2003. Cette stabilisation des
ventes pourrait mettre fin au mouvement de baisse com-L'effet de la reprise ne s'est pas fait sentir sur les ventes de
mencé en 2002.véhicules neufs qui se stabilisent au premier semestre 2004.
L'opinion des ménages reste encore réservée dans l'attente
d'une amélioration de l'emploi et du pouvoir d'achat.
COMMERCE EET TRANSPORTS
les biens de consommation destinés aux ménages, les gros-Un léger rebond à confirmer
sistes prévoient une stagnation de la consommation tant endes ventes du commerce de détail
produits alimentaires que non alimentaires. Seule l'activité
des grossistes en matériaux pour le BTP reste très soutenueDès janvier 2004, les commerçants ont bénéficié d'une amé-
à un haut niveau. lioration de leur activité qui s'est maintenue au cours du pre-
mier semestre 2004. Cette amélioration des ventes a concer-
Cette anticipation négative des grossistes est en phase avecné l'ensemble des produits, alimentaires et non alimentaires.
le plafonnement de la consommation des ménages, limitée
par leur pouvoir d'achat.Mais après l’embellie du printemps, les commerçants ont
enregistré un fléchissement de leurs ventes au début de l'été.
En conséquence, pour faire face à la stagnation de leurs
Un ralentissement de l'activitéventes au cours du troisième trimestre 2004, les commer-
dans les transports çants ont prévu de réduire leurs commandes pour les produits
alimentaires et non alimentaires.
Les transports ont connu des évolutions contrastées avec une
forte chute des transports aériens consécutive à la cessation
d'activité d’Air littoral et à la baisse de trafic du port de Sète.Un risque de stagnation
des ventes des grosssites
Avec le plafonnement de l'activité, les grossistes s'attendent
à un repli de leurs ventes de biens intermédiaires pour l'in-
dustrie et pour les autres secteurs d’activité. De même, pour
4 L’économie du Languedoc-Roussillon au premier semestre 2004 © InseeL’INDUSTRIE
Une reprise grâce au retour des investisse- Opinion des industriels français
ments... sur l'activité passée Unité : %+ 20
Comme au niveau national, les industriels en Languedoc- + 10
Roussillon constatent nettement la reprise. Ils affichent un net
0
regain d'optimisme sur le niveau de la demande, tant natio-
- 10
nale qu'étrangère, et sur leurs activités personnelles.
- 20
Depuis le début de l'année 2004, les investissements sont à - 30
nouveau à la hausse. Ils devraient augmenter de près de 8 % - 40
dans l'industrie en 2004 contre une chute de 6 % en 2003 Les
- 50secteurs des biens de consommation, des biens intermé-
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
diaires et les biens d'équipement qui avaient subi un net flé-
Source : INSEE - Niveau 100 moyenne de longue période
chissement de leurs activités en 2003 sont en reprise en
2004.
Avec une prévision de croissance sans accélération de l'acti-
...mais une reprise sans recrutement vité au second semestre 2004, les industriels ne renforce-
de personnels supplémentaires raient pas leurs effectifs qui continueraient de décroître modé-
rément.
La proportion d'entreprises confrontées à des goulots de pro-
duction a augmenté. Cependant, les industriels n'envisa-
geaient pas de recruter, même avec une augmentation de la
demande prévue au cours du second semestre 2004.
© Insee L’économie du Languedoc-Roussillon au premier semestre 2004 5BÂTIMENT EET TRAVAUX PUBLICS
Une accélération de l'activité
L'activité dans les entreprisesdes entreprises du bâtiment
de gros oeuvre et de second oeuvre
en Languedoc-RoussillonDès le début de l'année 2004, les entreprises du bâtiment ont
unité : solde d'opinions des chefs d'entreprises en %bénéficié d'une accélération du rythme de leur activité. Cette
+ 60
augmentation de l'activité résulte d'abord de la forte activité
+ 40dans le second œuvre, la croissance restant plus modérée
dans le gros œuvre. Ce dernier reste encore bridé par une + 20
augmentation relativement limitée des mises en chantier au
0cours du premier semestre 2004. Outre la construction neuve,
- 20 l'activité du secteur est également renforcée par une forte
Gros oeuvredemande dans le secteur de l'amélioration et de l'entretien. - 40
Second oeuvre
- 60 Les effectifs salariés des entreprises du bâtiment augmentent
20041997 1998 1999 2000 2001 2002 2003au cours du premier semestre. Mais les recrutements
Source : INSEE - enquêtes régionales de conjoncture devraient plafonner au cours du second semestre 2004 avec
une croissance plus modérée de l'activité.
L'activité dans le bâtiment
en Languedoc-RoussillonPour le second semestre 2004, les entrepreneurs du bâtiment
unité : solde d'opinions des chefs d'entreprises en %s'attendent à une croissance contenue de l'activité dans le + 60
observéegros œuvre, mais au maintien d'une forte activité dans le
+ 40
second œuvre. Dans l'ensemble les carnets de commande prévue
+ 20restent bien garnis.
0
- 20
- 40
tendance sur l’activité observée
- 60
Une forte croissance de l'activité 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
des travaux publics Source : INSEE - enquêtes de conjoncture en Languedoc-Roussillon
Au premier semestre 2004, le rythme de croissance de l'acti-
vité a continué de s'accélérer, faisant suite à la nette reprise commandes sont signalisées par les chefs d'entreprises. Ce
du second semestre 2003. Les Travaux Publics bénéficient fléchissement des commandes serait dû à une diminution de
d'une forte demande provenant autant du secteur public que la commande publique.
du secteur privé.
Après avoir renforcé leurs effectifs les entreprises de travaux
Depuis plus d'un an, l'activité a été particulièrement favorable publics ne signalent pas de goulots de production supplé-
au niveau régional mais également au niveau national. Elle mentaires ni de difficultés de trésorerie. En outre, l'emploi
devrait se poursuivre à un bon rythme jusqu'à la fin de l'année devrait se renforcer, les entreprises continuant de recruter.
2004. Cependant, quelques incertitudes sur les carnets de
Les travaux publics en Languedoc-RoussillonLes travaux publics en Languedoc-Roussillon
opinion sur l'activitéopinion sur les carnets de commandes
unité : solde d'opinions des chefs d'entreprises en %unité : solde d'opinions des chefs d'entreprises en % + 90
+ 90
+ 60
+ 60
+ 30
+ 30
00
- 30
- 30
- 60- 60
observée prévue
- 90
- 90
1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
Source : INSEE - enquêtes régionales de conjoncture
Source : INSEE - enquêtes régionales de conjoncture
6 L’économie du Languedoc-Roussillon au premier semestre 2004 © InseeCONSTRUCTION DDE LOGEMENTS
Une forte augmentation des aurorisations Autorisations de construction de logements
de construction de logements collectifs et mises en chantier semestrielles
en Languedoc-Roussillon
unité : le logement Au premier semestre 2004, 12 300 autorisations de construc- 16 000
Autoriséstion de logements ont été délivrées. La même période en 14 000
2003 comptait 11 247 logements autorisés. Commencés
12 000
10 000
La forte croissance de 9 % des autorisations de construire de
8 000
logements au premier semestre 2004 par rapport à la même
6 000période de 2003 repose uniquement sur l'accroissement des
4 000demandes en logements collectifs. Le volume de la demande
2 000en logements individuels reste stable.
0
s 2 s 2s 1 s 2 s 1 s 1 s 1 s 2 s 1 s 2 s 1
La hausse des autorisations de construire devrait s'accélérer 2000 2001 2002 20031999 2004
et pourrait même dépasser 26 000 logements sur l'ensemble
Source : Direction Régionale de l'Equipementde l'année 2004.
Les mises en ventes logements neufs
Une augmentation des mises en chantier de et l’activité immobilière limités
logements neufs par la faiblesse des stocks
Après une année de nette reprise des autorisations de Au cours du premier semestre 2004, la commercialisation de
construction neuve en 2003 (25 000 logements ayant été logements neufs s'est élevée à 694 logements individuels et
autorisés), la tendance à l’augmentation des mises en chan- 3 115 logements collectifs. Mais l'importance de cette com-
tier se confirme en 2004. mercialisation n'a pas suffi à satisfaire une demande toujours
soutenue.
Au premier semestre 2004, 9 314 logements ont été com-
mencés, soit une augmentation de 754 logements par rapport La commercialisation a couvert un volume quasi équivalent à
au premier semestre de 2003. Sur l'ensemble de l'année celui de la demande. En conséquence, avec des mises en
2004, plus de 20 000 logements devraient être mis en chan- vente rapidement absorbée par les acheteurs, les stocks res-
tier. tent faibles : 309 logements individuels et 1 176 logements
collectifs. La baisse des stocks est surtout sensible pour les
logements individuels en situation de quasi pénurie.
TOURISME
Une stagnation de la fréquentation hôtelière Nombre de nuitées par semestre
au premier semestre 2004 dans l’hôtellerie homologuée 0 à 4 étoiles
en Languedoc-Roussillon
Avec 2,95 millions de nuitées, l'hôtellerie régionale a réalisé unité : milliers de nuitées5 000au premier semestre 2004 une activité peu dynamique dans
4 500la lignée des résultats des années précédentes pour cette
4 000période : 2,94 millions de nuitées en 2003 et 2,96 millions en
3 5002002.
3 000
L’évolution moins favorable de l'activité hôtelière depuis 2 500
2002 résulte essentiellement d'une baisse de fréquentation 2 000
estivale, et plus particulièrement de celle de la clientèle 1 500
étrangère. 1 000
s 1 s 2 s 1 s 2 s 1 s 2 s 1 s 2 s 1s 1 s 2
2003 20041999 2000 2001 2002
Un repli de la fréquentation des campings Source : DRT - INSEE
Les campings enregistrent une fréquentation globalement en
baisse par rapport à 2003. Cependant après un net repli de
la fréquentation en juin et juillet, la saison estivale a été plus
satisfaisante.en août et septembre.
© Insee L’économie du Languedoc-Roussillon au premier semestre 2004 7AGRICULTURE
Cette bonne tenue des cours a également bénéficié aux vinsDes conditions climatiques favorables
de pays. Le cours de ces derniers était de 5,10 euros
degré/hecto en janvier 2004 (4,74 en janvier 2003). En juin,L'agriculture n'a pas subi d'aléas climatiques majeurs et a
ils se maintenaient à 5,09 euros/degré/hectolitre en juin 2004même pu bénéficier de bonnes conditions de récolte, tant
(5,08 en juin 2003).pour le raisin que pour les productions légumières.
Cependant, la pluviométrie est restée insuffisante pour com-
Les cours des vins de table et des vins de pays atteignantbler les déficits hydriques dans les départements du Gard et
leur meilleur niveau des années 1999-2000 pourraient pla-des Pyrénées-Orientales.
fonner à ce niveau de prix.
Parmi les difficultés rencontrées, les volumes de production
Cours des vins de table et de paysde melons sont en baisse et les surfaces en salades ont
diminué. Pour les fruits, les productions de pommes et de en Languedoc-Roussillon
Unité : euro/degré/hectolitreraisins de tables sont en repli. 6,0
Vins de pays5,5
La récolte viticole attendue atteindrait en 2004 un volume 5,0
très supérieur à celui de la récolte de 2003 et serait même
4,5
en hausse par rapport au volume moyen des années pas-
4,0sées.
3,5
Vins de table3,0Un net fléchissement des sorties de chais
2,5
20041996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003En 2004, la baisse des volumes en sorties de chais continue.
Source : ONIVINSLes volumes sortis au premier semestre 2004 atteignaient
8,3 millions d'hectolitres, contre 8,9 millions pour la même
période de l'année précédente. La tendance à la baisse Les cours des AOC restent peu dynamiques
depuis le pic du premier semestre 2002 se poursuit.
La tendance baissière des cours des vins AOC en vrac s'est
Cette difficulté de commercialisation après l'embellie de maintenue au premier semestre 2004. Cette tendance a
2002, pourrait cumuler les difficultés cycliques aux condi- concerné tant les AOC Corbières que les AOC Coteaux du
tions structurelles des marchés. Elle intervient à la suite languedoc.
d'une faible production en volume en 2003. Cette faiblesse
des sorties de chaix renforcera les stocks avec une produc- Le cours des AOC Corbières s'élevait à 73,42 euros/hecto
tion de 2004 en nette augmentation des volumes, en janvier 2004, contre 79,53 en janvier 2003. La tendance
à la baisse des cours s'est poursuivie avec un cours établi à
Volume des vins sortis des chais des récoltants 69,80 euros/hecto en juin 2004, contre 77,95 en juin 2003.
en Languedoc-Roussillon Avec un volume de récolte 2004 qui s'annonce en nette aug-
Unité : millier d'hectolitres mentation, la tendance baissière pourrait se poursuivre.6 500
6 000
Le cours des AOC Coteaux du Languedoc s'affichait à 75,32
5 500
Languedoc-Roussillon euros/hecto en janvier 2004, contre 80,91 euros/hecto en
5 000
janvier 2003. En juin 2004, il s'élevait à 80,05 euros/hectoTendance4 500
contre 79,10 euros/hecto l'année précédente. Les profes-
4 000 sionnels restent dans l'attente d'une consolidation des cours
3 500 après le fort rebond en juillet (116,08 euros par hectolitre).
3 000
2 500
Cours des vins rouges AOC en vrac1999 20031995 1997 2001
2002 20041998 20001996 en Languedoc-Roussillon
Unité : euro/hectolitreSource : Direction régionale des Douanes de Montpellier 125
Côteaux du Languedoc
115
Corbières
105
Les vins de table et les vins de pays à leur
95meilleur niveau de prix
85
75Les cours des vins de table ont atteint 4,57 euros le degré
hectolitre en janvier 2004 (3,87 en janvier 2003). Ils se main- 65
tenaient à 4,54 en juin 2004 (4,11 euros degré/hecto en 55
juin 2003). 20041996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
Source : DDAF/SDSA66 - CIVCRVR
8 L’économie du Languedoc-Roussillon au premier semestre 2004 © InseeMARCHÉ DDU TRAVAIL
Un marché du travail plus dynamique au pre- Nombre d’offres d’emplois
mier semestre 2004 Evolution semestrielle en glissement brut
en Languedoc-Roussillon
Au cours du premier semestre 2004, l'ANPE a enregistré Unité : nombre
14 00081174 offres d'emplois, soit une augmentation de 6022 Ensemble de l’offre12 000offres supplémentaires par rapport à la même période 2003. Offre emplois durables
10 000
8 000Après une stagnation des offres d'emplois au cours de l'an-
6 000
née 2003, le Languedoc-Roussillon bénéficie nettement de
4 000l'effet de la reprise en 2004.
2 000
0Davantage caractéristiques de la reprise, les offres d'emplois
- 2 000
durables progressent également au cours du premier
- 4 000
semestre 2004 avec 28138 offres durables enregistrées S1 S1S2 S2S2 S1 S2 S1S1 S2 S1
contre 23101 offres pour le premier semestre de 2003. Les 2001 2003 20042000 20021999
offres d’emplois durables représentent 35 % de l'ensemble
Sources : DRTEFP - INSEE
des offres, proche du niveau national. Après une stabilisation
du volume des offres de travail depuis le second semestre
2002, la reprise au premier trimestre 2004 est particulière-
Le taux de chômage en Languedoc-Roussillonment significative et positive pour l'emploi. L'amélioration du
marché du travail régional est à la fois quantitative et quali- reste stable mais à un niveau élevé
tative avec la progression de la pérennité des emplois
offerts. Le maintien de l'activité de l'économie régionale a permis de
contenir le taux de chômage qui reste stable, tandis que le
Cette tendance régionale est en phase avec la tendance chômage s'aggravait au niveau national. Ainsi, le
nationale et bénéficie directement des conditions favorables Languedoc-Roussillon bénéficiait d'un avantage relatif.
à la reprise. La croissance régionale plus dynamique permet Après une période de dégradation par rapport à la France
de stabiliser le chômage. depuis 1995, l'écart entre le taux de chômage en
Languedoc-Roussillon et celui de la France s'est réduit.
Les demandes d'emplois restent stables Malgré cette relative amélioration, le Languedoc-Roussillon
conserve le taux de chômage le plus élevé des régions fran-
Depuis 2002, les demandes d'emplois sont restées stables. çaises (13,6 %). Les départements du Gard et de l'Hérault
Il y avait 116260 demandeurs d'emploi de catégorie 1 au ont les taux de chômage les plus élevés des départements
30 juin 2004. Ils étaient quasiment autant au 30 juin 2003. de la région.
La stabilisation de la demande d'emplois résulte d'une crois-
sance minimale suffisante jusqu'à la fin de l'année 2003 et Taux de chômage au sens du BIT (cvs)
de l'augmentation des offres d'emplois du premier semestre
Languedoc-Roussillon et France2004. unité : %
18,0
Languedoc-Roussillon
16,0
14,0
12,0Evolution récente des demandes d'emploi
Franceindice base 100 en décembre 1999120 10,0
115 8,0
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003France 2004110
Source : DRTEFP - INSEE
105
100
Languedoc-Roussillon
95
90
20042001 2002 2003
Sources : INSEE - DRTEFP
© Insee L’économie du Languedoc-Roussillon au premier semestre 2004 9EMPLOI
bâtiment progressent légèrement, environ 400 salariés sup-Une croissance de l'emploi salarié
plémentaires. A l'inverse, les effectifs salariés de l'industriesous l'impulsion du tertiaire
régressent de près de 1200 salariés. La tendance à la repri-
se dans le secteur de l'industrie reste insuffisante pour assu-Dans le secteur marchand et pour les seuls établissements
rer des recrutements supplémentaires.de 10 salariés, les effectifs sont en très nette hausse au pre-
Au-delà des établissements de 10 salariés, la progression demier semestre 2004. Près de 1 900 salariés supplémentaires
l'emploi global régional doit prendre en compte les effectifsont été enregistrés au cours de cette période par rapport au
des établissements de moins de 10 salariés du secteur mar-dernier trimestre 2003. Après une quasi-stagnation en 2003,
chand, les salariés des secteurs non marchands et les effec-l'accélération du rythme de croissance de l'activité est donc
tifs non salariés dont l'augmentation repose sur les créationstangible.
d'entreprises, en particulier artisanales qui ont augmenté au
premier semestre 2004.La croissance de l'emploi résulte surtout d’une forte poussée
dans le secteur tertiaire qui compte près de 2700 emplois
supplémentaires à la fin du premier semestre 2004 par rap- Nombre de salariés en Languedoc-Roussillon
port au quatrième trimestre de 2003. Les effectifs dans le
dans les établissements de 10 salariés et plus
Unité : le salarié
300 000Evolution de l’emploi en Languedoc-Roussillon
Ensemble
dans les entreprises 10 salariés et plus 250 000
unité : indice base 100 en 1998 Tertiaire 130 200 000
tertiaire
150 000120
bâtiment 100 000
110
Industrie50 000industrie
100 Bâtiment
0
T2 T2 T4T4 T2 T4 T2 T2T4T390 T1 T1 T3 T1 T3 T3 T1T1
2000 2001 20021999 2000 2003 2003 20042001 2002 2004
Source : ASSEDIC
Sources : ASSEDIC - INSEE
LES CRÉATIONS D’ENTREPRISES
Les créations d'entreprises à leur plus haut Créations d'entreprises
niveau historique en Languedoc-Roussillon
Unité : l’entreprise créée
5 700
Avec 11 000 créations brutes au premier semestre 2004, le
5 300
Languedoc-Roussillon a assuré le plus haut volume de créa-
tion d'entreprises jamais réalisé au cours d'un premier 4 900
semestre. Il s'inscrit en hausse sur la même période de l'an- Languedoc-Roussillon
4 500née précédente. En 2003, 18 000 entreprises avaient été tendance
créées. En 2004, le nombre de créations pour l'ensemble de
4 100
l'année devrait approcher les 20 000 unités sur la base de la
tendance actuelle. 3 700
2001 20041995 1996 1997 1998 1999 2000 2002 2003
Source : INSEE-Sirene
Le secteur tertiaire toujours en tête Le dynamisme des créations reflète bien entendu la reprise
de l'activité mais également le développement des activités
Parmi les secteurs ayant enregistrés le plus grand nombre de nécessaires aux besoins des nouvelles populations consécu-
créations, le secteur tertiaire arrive en premier avec les créa- tives aux flux migratoires mais peut constituer une opportuni-
tions dans les commerces, cafés hôtels restaurant, et les ser- té pour les chômeurs en periode de moindre croissance de
vices aux particuliers. Le secteur de la construction bénéficie l'emploi. Les départements de l'Aude, du Gard et de l'Hérault
également d'un mouvement de créations. sont les principaux bénéficiares de la création des entreprises
régionales
10 L’économie du Languedoc-Roussillon au premier semestre 2004 © Insee

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.