Une croissance molle en 2002

De
Publié par

En 2002, la consommation des ménages est restée le seul moteur de l’économie. Les entreprises ont réduit leurs investissements et puisé dans leurs stocks, ceci dans un contexte international peu porteur. Face à la faiblesse de la demande, la croissance de l’économie française a atteint 1 % contre 1,8 % en 2001. Ce ralentissement a entraîné une moindre progression de l’emploi en Pays de la Loire et même un recul dans l’industrie. Le taux de chômage ligérien s’est, lui, stabilisé à un niveau toujours inférieur à la moyenne nationale.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 17
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/pays-de-la-loire
N° 13. Février 2003
Une croissance
molle en 2002
VEC UNE croissance de 1 % enEn 2002, la consommation Ces mouvements de déstockage accom-
France en 2002 et de 0,7 % pagnés du recul de l’investissement ontdes ménages est restée
dans la zone euro, la reprise pesé sur la production manufacturière.le seul moteur de l’économie. A espérée n’a pas eu lieu. Après Cette dernière ne progresserait que deLes entreprises ont réduit
une embellie en début d’année, la situa- 0,4 % en 2002 contre 2,0 % un an plusleurs investissements et puisé
tion économique s’est de nouveau tôt. La production du secteur de la cons-
dans leurs stocks, ceci dans dégradée durant l’été. Le contexte inter- truction connaîtrait une progression voisi-
un contexte international peu national a été marqué par une reprise ne de zéro après quatre années de fortes
porteur. Face à la faiblesse très heurtée de l’économie américaine croissances. L’activité dans les services
de la demande, la croissance et par une faiblesse de l’économie alle- ralentirait aussi avec un rythme de crois-
mande. En France, tout comme dansde l’économie française a sance de 2,6 % en 2002 contre 3,1 %
les Pays de la Loire, la consommation en 2001.atteint 1 % contre 1,8 % en
des ménages est restée le seul moteur2001. Ce ralentissement a Dans cet environnement peu porteur,de l’économie. Grâce à l’augmentationentraîné une moindre l’emploi salarié dans les secteurs
du pouvoir d’achat du revenu disponibleprogression de l’emploi concurrentiels non agricoles devraitdes ménages (+ 3,0 % en 2002), les dé-
en Pays de la Loire et même enregistrer une hausse de 50 000penses de consommation de ces der-
postes sur l’ensemble de l’Hexagoneun recul dans l’industrie. niers ont progressé de 1,8 % en
en 2002. Ce rythme de croissance estLe taux de chômage ligérien moyenne annuelle. La hausse est toute-
nettement plus faible que celui dess’est, lui, stabilisé à un niveau fois bien inférieure à celle des deux an-
années précédentes (+230 000 ennées précédentes. En même temps quetoujours inférieur à la
2001 et + 570 000 en 2000).le recul de l’activité boursière, la deman-moyenne nationale.
de des entreprises est restée déprimée Dans les Pays de la Loire, l’emploi salarié
tout au long de l’année. L’investisse- dans le secteur marchand non agricole a
ment des entreprises reculerait de 1 % crû de 0,7 % sur les trois premiers trimes-
en 2002 après une progression tres de 2002, soit un rythme de croissan-
de 3 % en 2001. Les mouvements deAline CLÉMOT ce trois fois plus faible qu’un an
stocks ont contribué, eux aussi, de fa-Laurence HAUTBOIS auparavant. Ce moindre dynamisme de
Agnès LERENARD çon négative à la croissance du produit l’emploi a entraîné une légère hausse du
intérieur brut. nombre de demandeurs d’emploi.Conjoncture
en 2002
Une croissance molle
Au 30 septembre 2002, le taux de chô- Au cours de l’année 2002, en Pays de davantage en Pays de la Loire. Ils
mage de la région atteignait 7,6 % de la la Loire, la production manufacturière a étaient 66 % dans ce cas au quatrième
population active. souffert de cette faiblesse de la demande. trimestre 2000 (chiffre le plus bas
Elle a crû à un rythme inférieur à celui des depuis 1996).
années précédentes. Le ralentissement aUne année difficile
touché diversement les secteurs indus-pour l’industrie ligérienne Poursuite du ralentissement
triels bien implantés dans la région dans le bâtiment
En 2002, selon les chefs d’entreprise,
(agroalimentaire ou encore construction
le rythme de croissance de la demande Dans un contexte économique de faiblenavale et aéronautique). Ainsi, l’agro
adressée aux industriels ligériens est croissance, le secteur de la construc-alimentaire, moins sensible aux aléas
resté inférieur à celui des années tion n’a pu échapper au ralentissementconjoncturels, a en partie ignoré le
précédentes. Cette faiblesse s’explique de son activité. L’essoufflement initiéralentissement. Entre août-septembre-
à la fois par le recul de l’investissement en 2001 s’est poursuivi tant au niveau
octobre 2001 et août-septembre-octobre
mais aussi par les mouvements de dés- national que régional. Selon les entre-2002, le chiffre d’affaires de ce secteur a
tockage et la faiblesse des exporta- preneurs interrogés en octobre 2002,progressé de 2,3 % sur l’ensemble de la
tions. Sur l’ensemble de l’Hexagone, le l’activité régionale a continué de seFrance. Dans la construction navale, la
dégrader au troisième trimestre.recul de l’investissement en valeur at- plaisance a affiché une santé florissante
teindrait 7 % dans l’industrie en 2002.
mais la construction de paquebots a Une nouvelle dégradation
La restriction des dépenses d’équipe- subi la désaffection passagère des croi- de la demande et de la production
ments s’est traduite par une chute de siéristes. Les sous-traitants de la navale dans l'industrie ligérienne
l’investissement en véhicules. L’effort ont vu leurs carnets de commande au cours de l'été 2002
d’investissement s’est surtout porté sur s’amenuiser ; toutefois, les chantiers de
40le renouvellement et la rationalisation
l’Atlantique demeurent optimistes pour
30des équipements. Production2003. Malgré ce signe positif régional, le
20
chiffre d’affaires de l’ensemble du secteur
10de la construction navale, aéronautique et
0La consommation, seul moteur ferroviaire a diminué de 8,1 % entre les
Demandede l’économie en 2002 troisièmes trimestres 2001 et 2002 en - 10
France. Les secteurs industriels les plus Écart entre le pourcentage d'industriels
- 20L’enquête de décembre 2002 confirme la estimant l'indicateur en hausseaffectés en 2002 auront été les équipe- et celui le jugeant en baisse (en CVS)stabilisation de la confiance des ménages
- 30ments électriques et électroniques ainsisur leur situation financière, leur niveau 20011997 1998 1999 2000 2002
de vie et l’opportunité d’acheter depuis que les composants électriques et élec-
Source : INSEE-enquêtes de conjoncture trimestrielles
juillet 2002. Avec une hausse annuelle (enquêtes nationales repondérées selon la structuretroniques avec des diminutions de chif-
de la masse salariale régionale) - prévisions pour fin 2002du pouvoir d’achat des revenus de 3 %
fres d’affaires de respectivement 11 %due à une inflation contenue sur l’année
Un tassement dans l’activitéet 8,2 % en un an sur l’ensemble deet une baisse des impôts, les dépenses
de consommation des ménages du bâtiment neuf en 2002l’Hexagone. Ces secteurs ne sont pas
progresseraient de 1,8 % en moyenne particulièrement concentrés dans la 40annuelle en 2002. Ce rythme est
région mais leurs difficultés ont affaibli le 30toutefois inférieur à celui des deux
dernières années. tissu industriel ligérien. 20
10Après avoir nettement ralenti l’hiver Dans ce contexte de ralentissement
0dernier, les dépenses de consommation Bureaux, locaux national et régional, les effectifs ont baissé commerciaux des ménages ont accéléré aux deuxième - 10
et industriels
en Pays de la Loire sur les trois premierset troisième trimestres de 2002. - 20
LogementsSur cette période, la consommation trimestres de 2002. Les contraintes de Écart entre le pourcentage de chefsneufs- 30
d'entreprises estimant l'activitédes ménages en produits manufacturés en hausse et celui la jugeant en baisseproduction s’atténuent : 82 % des chefs - 40(25 % des dépenses) est restée soutenue (en CVS)
d’entreprises déclarent pouvoir produire - 50grâce au dynamisme de la consommation
1997 1998 1999 2001 20022000
en textile et en biens d’équipement
Source : INSEE-enquêtes de conjoncture trimestriellesdu logement. Le marché de l’automobile,
(enquêtes nationales repondérées selon la structurequant à lui, s’est essoufflé. Les dépenses
de la masse salariale régionale) - prévisions pour fin 2002
de services (48 % des dépenses) ont été
elles aussi, dynamiques. Une dégradation de la demandeLa structure des dépenses
Au cours des quarante dernières années, dans les services à la fin 2002de consommation des ménages
la consommation des ménages a a fortement évolué en 40 ans
40fortement évolué et la structure
Services du budget a changé. La fonction Logement 30
aux entreprisesTransports« alimentation et boissons non
Alimentation 20alcoolisées » est passée de 26,5 %
Loisirs et culture
du budget à moins de 15 % alors que 10Autres biens et services
la fonction « logement, chauffage, Hôtels, cafés, restaurants
0Équipement du logementéclairage » doublait (12 % à 24 %). Services
Habillement, chaussures aux particuliersLe logement a détrôné l’alimentation - 10
Santé Structure de la consommation des ménages
comme premier poste de la consommation en France (en % des dépenses) Écart entre le pourcentage de chefs d'entreprisesAlcool et tabac - 20 estimant la demande en hausse et celui la jugeant 2001depuis 1970. Celle-ci occupe désormais Communications en baisse (en CVS)1960
Éducationla troisième place derrière les transports - 30
0 5 10 15 20 25 30 1997 1998 1999 2000 2001 2002qui représentent un peu plus de 15 %
des dépenses totales des ménages. Source : INSEE-comptabilité nationale Source : INSEE-enquêtes de conjoncture trimestrielles
(enquêtes nationales repondérées selon la structure
de la masse salariale régionale) - prévisions pour fin 2002
2
INSEE PAYS DE LA LOIRE - UNE CROISSANCE MOLLE EN 2002 - FEVRIER 2003La commande publique ligérienne, ali- L’activité devrait se dégrader Une situation plus favorable
mentée principalement par les collectivités dans les services pour le chômage des jeunes
locales, est restée déprimée. Cette baisse dans les prochains mois que pour le chômage
cyclique est traditionnelle dans une an- de longue durée
Dans la région, après avoir connu unenée post-électorale.
augmentation au cours du premier Après une légère inflexion au premier
Cependant, on a dénombré plusieurs semestre, le rythme de croissance de la trimestre 2002, le taux de chômage ré-
grands chantiers routiers (barreau de demande en services s’est stabilisé au gional s’est stabilisé à 7,6 % de la popu-
liaison RN 160/A 87, liaison Angers- troisième trimestre. Selon les chefs d’en- lation active fin septembre. Au-delà de
Rennes, contournement de Clisson, voie treprises interrogés au mois d’octobre, il son niveau inférieur de plus d’un point
express La Roche-Les Sables, etc.). Quant aurait diminué au quatrième trimestre. à la moyenne nationale, le chômage li-
à la demande privée, après une inflexion Ce ralentissement concernerait aussi gérien est caractérisé par trois phéno-
bien les services aux entreprises queen début d’année, elle s’est maintenue mènes touchant aux jeunes, à la
les services aux particuliers. Sur lesaux deuxième et troisième trimestres au population féminine et aux chômeurs de
trois premiers trimestres de l’année,niveau moyen observé depuis sept ans. longue durée.
la croissance du chiffre d’affaires estTout au long de l’année 2002, seuls les
L’évolution du chômage des jeunes estrestée stable, à un niveau proche dechantiers privés ont soutenu l’ensemble
plus favorable dans la région qu’aucelui enregistré en moyenne au coursde l’activité du bâtiment.
niveau national. En un an, de novembredes six dernières années. Les résultats
Le ralentissement de la croissance a dé- 2001 à novembre 2002, le nombre ded’exploitation se sont dégradés au
sormais touché deux des trois facettes du demandeurs d’emplois de moins de 25deuxième trimestre pour s’améliorer
bâtiment. Il a été plus marqué au troisième ans a diminué de 3,2 % dans la régionau troisième. Ils demeurent toutefois
trimestre dans la construction de bâti- alors qu’il a augmenté de 5,0 % en France.moins satisfaisants qu’au cours des six
ments neufs en raison de la faiblesse de Cependant, la région demeure confrontéedernières années. Le rythme des créations
l’investissement des entreprises ainsi que au chômage des jeunes puisque ceux-cid’emplois dans les services marchands a
dans les travaux d’entretien-amélioration. fortement ralenti. représentaient 23,7 % des personnes à
Ce dernier segment semblait relativement la recherche d’un emploi fin novembre
épargné jusqu’ici mais a souffert à son tour 2002, près de quatre points de plusL’emploi a crû plus lentement
de la faiblesse du climat économique. qu’au niveau France entière. Le marchéen 2002 qu’en 2001
Seule la construction de logements neufs, du travail ligérien est plus favorable aux
Le ralentissement économique, amorcésoutenue principalement par celle de mai- femmes qu’aux hommes.
depuis mi-2001, s’est traduit avec unsons individuelles, est demeurée bien
décalage sur la croissance de l’emploi.orientée sur les neuf premiers mois de Fort tassement de la progressionLe fléchissement de l’emploi salarié ligé-l’année. Plus de 17 400 logements ont de l'emploi salarié en 2002rien observé au premier et deuxièmeété mis en chantier sur les trois premiers
trimestre s’est poursuivi au troisième.trimestres de 2002 contre 14 700 un an 125 eÉvolution de l'emploi salarié depuis le 4 trimestre 1997
(base 100 au quatrième trimestre 1997)Les effectifs du secteur marchand nonauparavant. En raison du dynamisme de la en données corrigées des variations saisonnières (CVS)
120agricole se sont accrus de 0,7 % auLoire-Atlantique et de la Vendée dans la
cours des trois premiers trimestres de
115construction de logements individuels
2002 en données corrigées des varia-(60 % du marché régional), ce rythme ne
110tions saisonnières. Tous les secteurs nedevrait pas avoir fléchi en fin d’année. Une
se sont pas comportés de façon identi-reprise dans la construction de logements 105
Loire-Atlantiqueque. L’industrie régionale a perdu des
Maine-et-Loirecollectifs semble s’amorcer. Malgré 1 300
Mayenne100emplois (- 0,9 % sur les neuf premiers
Sarthepermis de construire délivrés dans le col-
mois de 2002). Dans la construction, Vendée
lectif au troisième trimestre 2002, soit une 95
1998 1999 2000 2001 2002malgré le ralentissement d’activité, les
hausse de 21 % entre septembre 2001 et
Source : INSEE-exploitation des bordereaux URSSAFeffectifs ont progressé légèrement
septembre 2002, la tendance reste infé-
(+ 1,4 %). Les services ont continué de
rieure de 20 % à celle observée en Un taux de chômage globalementcréer des emplois mais à un rythme bien
moyenne sur les cinq dernières années. stable en Pays de la Loiremoins soutenu qu’en 2001 : + 1,6 %
depuis le début de l'année 2002pour les trois trimestres de 2002 contreLe tassement d’activité n’a pas pu inciter
+ 3,2 % un an auparavant.les chefs d’entreprises à recruter. Les ef-
13
Taux de chômage corrigé des
variations saisonnières en fin fectifs n’ont augmenté que très légère- L’intérim, première variable d’ajustement 12 de chaque trimestre (en % des actifs)
ment. Les difficultés de recrutement se de l’emploi, a redémarré au troisième
11sont légèrement apaisées : 73 % des trimestre 2002. Le nombre d’emplois en
10entrepreneurs déclaraient avoir des dif- équivalents temps plein a progressé de
FrancePays de ficultés de recrutement au mois d’octo- 91,8 % par rapport au même trimestre de la Loire
bre 2002 contre 77 % à la même 82001 mais il demeure encore inférieur au
période de 2001. Les situations de tré- niveau de 2000 (- 8,9 %). Sur un an, l’évo- 7
sorerie sont restées stables ; toutefois, lution est restée favorable dans les servi-
6un allongement des délais de paiement ces alors que l’industrie et la construction 20001997 1998 1999 2001 2002
de la clientèle a été constaté. ont diminué leurs effectifs intérimaires.
Source : INSEE-taux de chômage calculés selon la définition
du Bureau International du Travail (BIT)
3 INSEE PAYS DE LA LOIRE - UNE CROISSANCE MOLLE EN 2002 - FÉVRIER 2003en 2002
Une croissance molle
Tableau de bord (données au troisième trimestre 2002)
France métropolitaine Pays de la Loire Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée
2001 2002 2001 2002 2001 2002 2001 2002 2001 2002 2001 2002 2001 2002
Évolution de l'emploi salarié sur les trois
pDremiers trimestres CVS (en %) ND N + 2,1 + 0,7 +12,3 +21,+71,+20,+71,+80,+21, -30, +23, + 1,
Nombre d'équivalents temps plein
d7ans l'intérim au mois de septembre5675 16 568 27 36 974 39 010113 664104 797314707234663551683965346411 6 63
Taux de chômage fin septembre CVS
(7en % des actifs) 80, 9, 7,5 7,6 85,6 89, 79, 78, 42, 52, 74, 76, 67, 6,
Créations d'entreprises
s6ur les trois premiers trimestres 2007 92 206 44 8 763 8 636 39669325113641464 518 549191414151472 1 72
-1dont créations pures 1534 27 134 42 5 083 5 055 2523823191103 919 371 362 647 658 882 85
Nombre de logements commencés
a3u cours des trois premiers trimestres2717 09 219 98 14 663 17 404 57452730628552773 9381135137810913389 4 33
Nombre de logements autorisésu cours des trois premiers trimestres2951 77 250 28 17 403 18 860 62610715497342616301921291719984533 4 84
Immatriculations de voitures neuves
a0u cours des trois premiers trimestres10713 80 1 634 88 72 723 63 275343 120246 15112 57191 7949404512121 81151 33190 80 9 86
Nombre de nuitées dans l'hôtellerie
(Dde mai à septembre) en milliers ND N 2 904 2 930 102761129 468 540 153 103 323 332 678 67
Nombre de nuitées dans les campings
eDn milliers ND N 9 290 9 039 197651786 501 560 8888340 2496861 6 28
Source : INSEE
ND : non disponible
CVS : corrigé des variations saisonnières
Toutes ces données sont issues du tableau de bord économique sur internet à l’adresse www.insee.fr/pays-de-la-loire à la rubrique « conjoncture »
Entre novembre 2001 et novembre 2002, Compte-tenu des délais d’ajustementUn tel mouvement s’est amorcé à la fin
le nombre de femmes demandeurs de 2002 mais il reste à la merci de l’évo- habituels de l’emploi aux fluctuations de
d’emploi a reculé de 2,7 % alors que l’activité, les créations d’emplois danslution géopolitique mondiale. La reprise en
celui des hommes a progressé de France est également conditionnée par les secteurs concurrentiels au premier
3,6 %. Le repli de l’emploi industriel et la semestre 2003 se poursuivraient, enl’économie de la zone euro et notamment
progression de l’emploi tertiaire peuvent de l’Allemagne. Au niveau national, si le France, sur le rythme du deuxième
expliquer en partie cette situation. En semestre 2002 (+ 0,2 %). Toutefois, lacontexte s’avérait plus porteur, même en
revanche, le chômage de longue durée décélérant, la consommation des ména- baisse du nombre d’emplois aidés non
est moins favorable ici que dans le reste marchands entraînerait une quasi-stabilitéges demeurerait solide et les contribu-
de la France. Orienté à la hausse depuis tions des variations de stocks à la de l’emploi total. Le taux de chômage
mars 2002, il s’est accru à un rythme augmenterait de nouveau dans les pro-croissance française devraient redevenir
supérieur à celui observé au plan légèrement positives. Les conditions chains mois et atteindrait 9,3 % de la
national. Fin novembre, près de 30 000 population active au 30 juin 2003 enseraient plus propices à un redresse-
personnes étaient inscrites à l’ANPE ment graduel de l’investissement des en- France contre 9,0 % fin 2002.
depuis un an ou plus, soit une treprises avec une politique monétaire
Les mois qui viennent se présenteront ainsi
progression de 9,7 % en un an. En plus accommodante, des conditions fi-
sur fond de difficultés sur le front deFrance, l’augmentation annuelle de cette nancières de marché moins incertaines
l’emploi, difficultés atténuées en cas de
catégorie est de 4,8 %. et une croissance de l’endettement
reprise de l’économie mondiale, accen-
maîtrisée. Si les quatre composantes
tuées en cas d’instabilité grandissante.
de la demande française (exportations,Les espoirs au-delà
consommation des ménages, variationdes frontières
de stocks et investissement des entrepri- DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
En ce début d’année 2003, l’attention Bruno TREGOUËTses) venaient à s’améliorer ou à ne plus
est tournée vers une hypothétique RÉDACTEUR EN CHEFse dégrader, la production française
Alain MALMARTELreprise mondiale. Or, dans ce domaine, augmenterait progressivement à un
SECRÉTAIRE DE RÉDACTIONl’incertitude prévaut. Une bonne tenue rythme plus soutenu qu’en 2002. L’éco- Gabrielle PILET
de l’économie américaine dynamiserait nomie ligérienne s’inscrirait alors dans SECRÉTAIRE DE FABRICATION
la production industrielle, le commerce Hélène VERRONun contexte légèrement plus porteur.
MISE EN PAGEmondial s’en trouverait réanimé.
Annick HARNOIS
IMPRIMEUR
La Contemporaine - Nantes
Une saison en demi-teinte Prix : 2,20 €
Photos : INSEEL’activité hôtelière régionale a été satisfaisante pendant l’été 2002.
erDépôt légal 1 trimestre 2003 - ISSN 1633-6283Elle s’est inscrite en légère hausse par rapport à la même période de 2001
CPPAP 0707 B 06116 - Code Sage IETU1344
tant au niveau des arrivées que des nuitées en partie grâce à la progression © INSEE Pays de la Loire - Février 2003
de la clientèle étrangère. Cependant, avec 2 930 000 nuitées, la région n’a Abonnement annuel complet :
Études (mensuel) + Dossiers : 60 €pas retrouvé son niveau de fréquentation de 1999 avant la marée noire
de l’Erika. La baisse des nuitées est de - 4,1 % entre l’été 1999 et l’été 2002. Abonnement annuel Études : 20 €
La fréquentation des campings a déçu lors de la saison 2002. Les nuitées ont diminué INSEE Pays de la Loire
de 2,7 % par rapport à la saison 2001 et de 6,7 % par rapport à 1999. Une météo parfois
105, rue des Français Libresmaussade, des changements de comportements de consommation, l’émergence
de nouveaux modes d’hébergement influent sur la fréquentation des campeurs. La baisse BP 67401 – 44274 NANTES Cedex 2
s’est ressentie de manière plus forte sur le littoral (- 3,1 %) que dans l’arrière-pays (- 1,3 %)
Tél. : 02 40 41 75 75 – Fax : 02 40 41 79 39et touche aussi bien la clientèle française que celle en provenance des pays étrangers.
INSEE PAYS DE LA LOIRE - UNE CROISSANCE MOLLE EN 2002 - FÉVRIER 20034

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.