Une économie plus dynamique en fin d'année

De
Publié par

Après un premier semestre 2004 prometteur en France, le troisième trimestre a été décevant pour la croissance. Par contre, le PIB augmenterait de 0,7 % au quatrième trimestre. Au total, la croissance serait de 2,3 %. En Aquitaine, le taux de chômage se stabilise à 9,9 % fin 2004, soit 0,1 point de moins que fin 2003. Le nombre de chômeurs est en augmentation. Le secteur de la construction affiche de bonnes performances en termes d'activité et d'emploi. Dans le secteur agricole, la météo favorable a entraîné une récolte record de vin. Les transports retrouvent un peu de dynamisme. Les exportations se stabilisent. La reprise de l'activité touristique n'a pas été vraiment au rendez-vous dans la région.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 13
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

LE QUATRE PAGES
INSEE AQUITAINE
UNE ÉCONOMIE PLUS DYNAMIQUE
EN FIN D’ANNÉE
Après un premier semestre 2004
prometteur en France,
Une croissance de 2,3 % pour 2004le troisième trimestre a été décevant
% (aux prix de 1995)
1,5 6pour la croissance.
glissement
annuel
Par contre, le produit intérieur brut 1,0 4
augmenterait de 0,7 %
0,5 2
au quatrième trimestre.
0,0 0
Au total, la croissance serait de 2,3 %.
-0,5 - 2Ce n’est pas suffisant pour voir une amélio-
variation
trimestrielle
ration notable du marché du travail.
-1,0 - 4
93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 03 04
Le taux de chômage aquitain se stabilise à
Source : Insee - Comptes nationaux trimestriels, cjo-cvs base 1995
9,9 % en fin d’année, soit 0,1 point de moins
qu’en décembre 2003. Le rythme de croissance en 2004 serait donc 2,3 % en
données corrigées des jours ouvrables (et 2,5 % enLe nombre de chômeurs est brutes). C’est bien mieux que les deux annéesen augmentation.
précédentes : + 0,5 % en 2003 et + 1,1 % en 2002.
Le secteur de la construction affiche
de bonnes performances en termes
Mieux qu'en 2002 et 2003 en France
d’activité et d’emploi.
Annuelles Trimestrielles 2004
Variations cvs, en %
Dans le secteur agricole, la météo favorable (prix constants) 2002 2003 2004 T1 T2 T3 T4
a entraîné une récolte record de vins États-Unis (prix 2000) 1,9 3,0 4,4 1,1 0,8 1,0 0,8
et les difficultés d’écoulement de la Japon . . . (prix 1995) -0,3 1,3 /// 1,7 -0,1 0,1 ///
Zone Euro (prix 1995) 0,9 0,5 2,0 0,7 0,5 0,3 0,2production vont s’en trouver aggravées.
Royaume-Les transports retrouvent Uni . . . . . (prix 2000) 1,8 2,2 3,1 0,7 0,9 0,5 0,7
un peu de dynamisme. Allemagne (prix 1995) 0,1 -0,1 /// 0,4 0,4 0,1 -0,2
Italie . . . . (prix 1995) 0,4 0,4 /// 0,5 0,4 0,4 -0,3Les exportations se stabilisent.
Espagne . . (prix 1995) 2,4 2,5 /// 0,7 0,5 0,6 0,8La reprise de l’activité touristique n’a pas
France . . . (prix 1995) 1,1 0,5 2,3 0,6 0,6 0,0 0,7
été vraiment au rendez-vous dans la région.
Variations du PIB
Source : Comptes nationaux (11/02/05) - Eurostat (15/02/05)
Les bons résultats de la fin 2003 et du début d’année La fin de l’année 2003 avait été mauvaise sur le plan
2004 ont été stoppés en été. La croissance a stagné de l’emploi. L’emploi régional a renoué avec la
en France au troisième trimestre 2004. L’année se croissance lors des deux premiers trimestres 2004 et a
termine mieux avec un quatrième trimestre plutôt stagné à l’été 2004. L’emploi salarié marchand
traduisant une hausse du PIB de 0,7 % selon aurait donc progressé de 0,2 % en moyenne
l’estimation précoce. trimestrielle entre janvier et fin septembre 2004. C’est
INSEE
AQUITAINE
INSTITUT NATIONAL
DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES
ÉCONOMIQUES
o
N 139
FÉVRIER 2005e e
2004, une année record Le secteur des services (24,8 % de 2 et 3 trimestres de 2004, surtout du
l’emploi salarié) renoue avec la fait des créations par reprise ouUne année record depuis 1976 car ilyaeu255
jours ouvrés en 2004. La moyenne se situe à croissance (1,6 % sur un an) grâce réactivation. La diminution est moins
252.
notamment aux services aux prononcée au niveau national. LesEn 2003 il y en avait 251, et en 2005, il y aura
253 jours ouvrés. entreprises. créations pures, les plus nombreuses,
Les comptes trimestriels publiés par l’Insee
sont stables.
sont “corrigés des jours ouvrables”, cela si- L’industrie (15,5 % de l’emploi salarié)
gnifie qu’ils calculent la progression du PIB en
Récoltes abondantes et prix en baissecontinue à perdre des emplois. Mêmeéliminant les variations du nombre de jours ou-
vrés d’un trimestre sur l’autre. pour les productions végétalesles industries agricoles et alimentaires
excédentaires en termes d’emplois mi Les conditions météorologiques ont été
2003 perdent des effectifs en 2004mieux qu’en 2003 (moyenne - 0,1 %) et globalement favorables à l’ensemble
(-2 % de juin 2003 à juin 2004). des productions agricoles. Le vignobledu même niveau qu’en 2002. En un an,
conjugue hauts rendements etde fin septembre 2003 à fin septembre L’activité industrielle en fin d’année est
accroissement des surfaces. Cela2004, l’emploi salarié marchand a assez bien orientée et le recours à
augmenté de 0,5 % en glissement conduit à une production en 2004 del’intérim reste la variable d’ajustement
annuel et même de 0,8 % si on prend en plus de 9 millions d’hectolitres sur fondpour s’adapter aux mouvements
compte l’intérim. La situation régionale (1) de crise viticole. Restent toujours desd’activité .
difficultés pour écouler les stocks, enreste plus favorable qu’au niveau
Taux de chômage de 9,9 % particulier dans les AOC. Les cours sontnational.
(2)
en recul. La campagne 2003-2004Le taux de chômage en Aquitaine au
Dans la région, la légère progression
(août 2003 à juillet 2004) a bénéficiésens du BIT s’établit à 9,9%àlafin
observée au cours des trois premiers
d’une petite récolte qui a permis unedécembre 2004, identique à celui
trimestres de 2004 concerne tous les
stabilisation des contrats d’achats dansobservé en France à la même date. Il est
secteurs sauf celui de l’industrie où le
le Bordelais, après la forte baisse de la0,1 point en dessous du niveau d’un an
recul de l’emploi décélère sans
campagne précédente. La situation desauparavant. Par rapport aux autres
toutefois s’interrompre. Selon les
e vins de Bergerac était moins bonne.régions, l’Aquitaine reste au 8 rang des
données provisoires, le secteur de la
régions à plus fort taux de chômage. En
construction (environ 6,1 % de l’emploi Blé et maïs retrouvent des niveaux de
er glissement annuel, en décembre 2004,
salarié total régional au 1 janvier production très satisfaisants après les
le nombre de chômeurs s’est accru de
2003) continue à afficher de bons mauvais résultats de 2003. Dans ces
1,8 % dans la région et a diminué de
résultats. La progression des emplois y conditions, à l’inverse de la campagne
0,1% en France. Fin décembre 2004, le
est nettement plus forte que l’année précédente, les prix se situent à des
nombre brut de demandeurs d‘emploi
passée : de fin septembre 2003 à fin niveaux très bas. Le maïs affiche des
de catégorie 1 en Aquitaine s’élève à
septembre 2004, le nombre d’emplois cours moyens sur les six premiers mois
124 421 personnes. Le marché du
augmente de 2,5 % contre 1,4 % de campagne en baisse de 20 % par
travail s’est plus dégradé au niveau
auparavant. rapport à la même période 2003.
régional qu’au niveau national en
L’élargissement de l’Europe à 25 pays
Le commerce (14,7 % de l’emploi 2004. La situation ne s’est pas
avec en particulier l’entrée de la
salarié) crée des emplois début 2004, améliorée dans les départements,
Hongrie a des incidences sur le marché
mais plus modestement. De fin excepté celui des Pyrénées-Atlantiques.
du maïs. La Hongrie a connu une
septembre 2003 à fin septembre 2004,
production exceptionnelle et a écoulé,Le nombre de bénéficiaires du RMI ale nombre d’emplois augmente de
faute de moyens suffisants de stockage,augmenté entre décembre 2003 et juin0,6 % contre 0,7 % auparavant.
une partie de sa production en2004 de 5,6 %. À cette date, on compte
Des emplois dans Allemagne et aux Pays-Bas à des prix18 bénéficiaires du RMI pourla construction et les services
130 cassés. De plus l’écart de parité euroIndustrie 1 000 habitants contre 17,1 six mois
125 Construction
Commerce120 dollar pénalise les exportationsauparavant.
Services115
Tous secteurs
110 européennes et la concurrence est rude.
105
Près de 16 000 entreprises se sont100
95
créées en Aquitaine en 2003. Après une D’après les estimations des comptes90
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 erforte augmentation au 1 trimestre prévisionnels de l’agriculture, le
Emploi salarié marchand (hors agriculture) -
e résultat agricole net par actif baisseraitbase 100 4 trimestre 1996 2004 (8 %), le nombre de créations
Source : Urssaf - Traitement Insee (Epure) - Données CVS
au niveau national d’environ quatred’entreprises (données CVS) recule aux
(1)
selon la Banque de France
(2)
Données DRAF-SRSA
oN 139
FÉVRIER 2005points en termes réels en 2004. Il chantiers sont encore en réalisation ou exportations de céréales, tout comme
chuterait aussi au niveau aquitain, en projet (tramway, bouchon l’année dernière. Elles ont diminué du
après deux années de baisse en 2002 ferroviaire de Bordeaux, liaison fait d’une moindre production dans le
(- 14 %) et en 2003 (- 3 %). Bordeaux-Pau...). Sud-Ouest, mais aussi du dévelop-
pement des exportations par la route
Le bâtiment va Du mieux dans les transports
vers l’Espagne. Les agriculteurs de la
L’activité est dynamique au niveau Le trafic aérien semble reprendre dans région ont acheté moins d’engrais
national dans la construction et les la région comme en France. À importés. La récolte de céréales 2004
travaux publics. l’exception de ceux de Biarritz et Agen, est meilleure et le port espère revenir à
les aéroports aquitains ont enregistré une exportation de 1,7 millions de
Dans le secteur résidentiel, la région
une hausse de leur trafic au cours de tonnes en 2005.
enregistre de meilleurs résultats
l’été 2004. Cette croissance s’explique
qu’au niveau national aussi bien Les réceptions de produits raffinés
par de bons résultats sur les vols
pour les logements autorisés que reculent, suite notamment à des
internationaux, liés pour une bonne
pour les commencés. Sur prélèvements importants dans les
partie au développement des liaisons à
les onze premiers mois de 2004, le stocks existants de gazole dans un
bas coût avec la Grande-Bretagne.
nombre d’autorisations dépasse contexte de tension sur les prix du
L’augmentation du nombre de
32 500 logements, niveau jamais pétrole. Les hydrocarbures, en légère
passagers est spectaculaire à Bergerac,
atteint depuis vingt ans. Le nombre de baisse de juillet à octobre, se redressent
où la liaison aérienne Bergerac-Londres
mises en chantier est aussi très élevé à la fin de l’année. Les investissements
de Ryanair est désormais desservie par
avec plus de 24 000 constructions sur de manutention de Sea Invest à Bassens
un gros porteur. A Pau, la progression
onze mois. Ces hausses concernent en devraient permettre de dépasser
du trafic dépend de la ligne Pau Londres
premier lieu le secteur collectif. Mais le l’actuel record de 340 000 tonnes de
de cette même compagnie. Grâce à la
secteur de la maison individuelle est tourteaux d’oléagineux importés. Les
reprise du trafic international, les vols
aussi en expansion. Ces chiffres laissent investissements de Michelin, Lafarge et
entre Roissy, Pau et Bordeaux ont
supposer une activité soutenue pour d’importateurs de bois devraient
augmenté. A l’opposé, la liaison
l’année 2005. favoriser des trafics existants
Roissy-Biarritz est en forte baisse cet
(butadiène, bois tropicaux..) ou
été. Pour ces trois aéroports, les liaisons2004, une année faste pour le logement
Années glissantes nouveaux (”laitiers”).Les éléments
avec Orly stagnent ou diminuent,Milliers de logements Dernier point : nov -2004
19 d’Airbus A380 contribuent pour 800
Passage de Siclone à Sitadel concurrencées par le TGV notamment17
15 tonnes au chapitre des importations.
sur Paris-Bordeaux.13
Individuel
11
9 Le port de Bayonne a fini l’année avecCollectif L’aéroport de Bordeaux-Mérignac
7
5 un trafic en augmentation, et ce malgrébénéficie du “hub” ibérique (= nœud
3
Jan Jan Jan Jan Jan Jan Jan Jan Jan Jan Jan Jan Jan la baisse importante des exportations ded’interconnexion) mis en place par la93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05
Source : Direction régionale de l'Équipement maïs. On observe une diversification
Siclone-Sitadel - Logements commencés compagnie Régional du groupe Air
des trafics. Les entrées de marchandisesFrance. Les lignes régulières à
augmentent, liées à une hausseDans le secteur non résidentiel, les destination de l’Afrique du Nord et de
importante des produits pétroliers. Lessurfaces de locaux mis en chantier Genève bénéficient d’une forte hausse.
sorties de marchandises continuent àaffichent une hausse de 12 % (sur onze
Agen n’avait plus de liaison avec Paris diminuer (maïs, produits pétroliers), àmois) après une année 2003 un peu
depuis début 2004 du fait de la faillite l’exception des métallurgiqueschahutée, résultat plus satisfaisant
de son opérateur Air Littoral. Cette (billettes d’acier, Aciérie dequ’au niveau national.
liaison a repris fin décembre 2004 avec l’Atlantique).
L’activité régionale dans les travaux la compagnie portugaise Aéro Condor ;
publics reste satisfaisante, malgré Le trafic voyageurs TER (mesuré enà partir de janvier 2005, trois vols
l’impact des gels budgétaires de voyageurs-kilomètres) progresse depuisquotidiens sont prévus.
le mois de mai 2004. De novembrel’année. La demande des collectivités
2003 à novembre 2004, la progressionlocales reste essentielle, le secteur des Le trafic du Port de Bordeaux est, avec
atteint 4,4 %. Auparavant, il affichaittravaux publics réalisant 70 % de son 8,1 millions de tonnes en 2004, en recul
chiffre d’affaires pour le compte d’une de 3 % par rapport à 2003. L’essentiel une diminution de 2 % en 2002 et de
maîtrise d’ouvrage publique. De vastes de la baisse est imputable aux 1 % en 2003.
oN 139
FÉVRIER 2005oN 139
FÉVRIER 2005
Le fret ferroviaire continue à chuter au Provence-Alpes-Côte d’Azur,Reprise des importations
%
20,0deuxième semestre 2004, aussi bien en Rhône-Alpes et Midi-Pyrénées. Par
15,0
Exports
10,0réception qu’en expédition. Les Imports contre, elle n’est qu’au douzième rang
5,0
produits chimiques occupent le 0,0 des régions pour la fréquentation
- 5,0
premier rang des marchandises étrangère. L’évolution de 2003 à 2004- 10,0
- 15,0
transportées ; les entrées augmentent la place aussi au douzième rang des- 20,0
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4
03 03 03 03 04 04 04 04plus que les sorties. Le trafic de régions françaises, très proche du
Source : Direction des douanes
(glissement trimestriel des échanges en valeur)quelques autres produits reste orienté à résultat national (- 1 %). Parmi les
la hausse : ferrailles, matériaux de régions mieux placées se trouvent
principaux sont l’Espagne, l’Allemagneconstruction, expéditions d’engrais. Le l’Île-de-France, Midi-Pyrénées et
et le Royaume Uni. Les exportations de
marché des ferrailles est en pleine Languedoc-Roussillon, mais aussi le
boissons - 1,3 milliards d’euros - ont
expansion. Le plan fret présenté littoral atlantique, Bretagne exceptée.
nettement chuté en 2004, tandis queannonce des hausses de tarifs et des
celles des produits de la constructionfermetures de gares qui profiteront sans
Élisabeth Nadeauaéronautique se redressent auxdoute au transport routier de
alentours de 1,5 milliards d’euros. Les
marchandises.
importations de produits pétroliers
Les exportations à la peine raffinés ont fortement gonflé la note des
achats à l’étranger. En 2004, la Russie POUR EN SAVOIR PLUS...En 2004, les exportations régionales
devient le cinquième pays fournisseur Site Internet : www.insee.fr/aquitaine -(données des Douanes au 11 février
de la région. rubrique “La région en faits et chif-2005), 11,2 milliards d’euros, restent
fres” - Thème Conjoncture
stables tandis que les importations, Toujours moins d’étrangers “Agreste Aquitaine” n° 2 - février 2005 :
8,4 milliards d’euros, progressent de
Le bilan agricole aquitain 2004 - Baisse
Le bilan de la saison touristique est6 %. Au niveau national, les sensible du revenu agricole.
maussade pour les hôtels. Il révèle uneexportations augmentent de 5,6 % et les “Le Quatre Pages Insee Aquitaine”
meilleure performance pour lesimportations progressent plus vite n° 137 - janvier 2005 Saison hôtelière
2004 : des espoirs de reprise déçus - 2,20campings, après pourtant un été 2003(8,6 %). Les parts de la région dans les
euros
pas très réussi (canicule, Prestige,échanges extérieurs nationaux
“Insee première n° 1002” - janvier 2005orages …). Le résultat estival est des’élèvent en 2004 à 3,4 % pour l’export
La hausse des créations d’entreprises se
17 millions de nuitées pour les hôtels etet 2,4 % pour l’import. poursuit en 2004 - 2,20 euros
les campings. La fréquentation
“Insee première n° 1003 “ - février 2005Les échanges aquitains avec les étrangère est de moins en moins Une médiocre saison d’été pour l’hôtel-
Etats-Unis, après une forte diminution lerie et le camping en 2004 - 2,20 eurosimportante au fil des années.
en 2002 et 2003, ont repris un peu de “Note de conjoncture INSEE” -
vigueur en 2004. Ce pays reste le L’Aquitaine se situe toujours à la Décembre 2004 - 8,5 euros.
premier client de la région, il concentre cinquième place des régions françaises “Informations rapides INSEE” sur le site
21 % des exportations en 2004. Les pour le nombre des nuitées dans internet www.insee.fr/ les grands indica-
teurs.autres partenaires commerciaux l’hôtellerie, derrière l’Île-de-France,
Rédaction terminée le 16 février 2005
Directeur de la publication : François Elissalt
Rédacteur en chef : Élisabeth Nadeau - Secrétaire de fabrication : Daniel Lepphaille
INSEE Aquitaine - 33, rue de Saget - 33076 Bordeaux cedex
Tél. 05 57 95 05 00 - Fax : 05 57 95 03 58 - Minitel : 3617 INSEE - Internet : www.insee.fr
er© INSEE 2005 - n° ISSN 1283-6036 - Dépôt légal 1 trimestre 2005
Composition et impression : Insee Aquitaine
Code Sage IA13908
Prix : 2,2 € - Abonnement : France : 12 numéros 22 € - Étranger : 27 €

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.