Une implantation étrangère encore timide.

De
Publié par

Analyse de l'implantation étrangère dans l'industrie limousine : effectifs contrôlés, part de l'emploi industriel contrôlé par l'étranger. Participation étrangère par activité. Part de chaque pays dans les effectifs industriels des établissements à participation étrangère.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 9
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

contrôlé par l’étranger est plus
élevée qu’ailleurs. Des effets deUne implantation
proximité européenne sont per-étrangère ceptibles en Alsace qui détient la
première place avec 45 % des ef-encore timide fectifs industriels travaillant pour
le compte d’une entreprise étran-
gère. Il s’agit pour l’essentiel de
capitaux allemands, de même
qu’en Lorraine. Les influences de
proximité jouent également en
Rhône-Alpes et en Franche-Comté
(capitaux suisses), ainsi que dans
le Nord-Pas-de-Calais et la Haute-
L’implantation étrangère dans l’in- Normandie (capitaux belges etClaude Mallemanche
dustrie limousine demeure mo- britanniques).
erÀ l’heure de la deste. Au 1 janvier 1998, les ca-
La pénétrationpitaux étrangers contrôlentmondialisation,
étrangère se renforcemajoritairement un établissementl’implantation
industriel sur six. Seulement un Encore timide au regard de laétrangère dans
salarié sur cinq de l’industrie ré- moyenne française, la pénétra-l’industrie limousine
gionale exerce son activité dans tion étrangère de l’industrie li-s’est renforcée au cours
une unité de production à
de la dernière décennie,
participation étrangère
même si elle demeure LE LIMOUSIN DANS LE PELOTON DE QUEUEmajoritaire. Ces données
encore limitée. Elle moyenne France entière : 30,0situent le limousin nette-
27,4concerne ment en deçà des valeurs
principalement les de la France métropoli- 39,834,9
taine, qui s’établissent à 22,7secteurs des biens 34,132,9 +30,9 44,616,322 % des entreprises in-d’équipements et
dustrielles et 30 % des ef- 26,9 36,2intermédiaires. 33,7 23,3
fectifs. Le Limousin se po-L’Union européenne
sitionne en queue de pe- 25,5
35emploie deux salariés 19,5 17,430 27,1loton des régions françai-
25sur trois des ses, il ne devance que
30,9établissements à l’Auvergne et la Bretagne. 26,221,5
participation étrangère, À l’inverse, dans les ré- 34,2
+4,3mais les États-Unis gions situées dans le
sont le premier pays grand quart nord-est, la L'implantation étrangère dans les régions
erdes effetifs contrôlés au 1 janvier 1998
source : SESSI, Insee, Trésorpart de l’emploi industriel en % investisseur.
4 r insee limousin
e ntreprisesmousine s’est néammoins renfor- fectifs contrôlés par l’étranger Tout comme au plan national, l’im-
cée au cours de la dernière dé- s’est accrue de moitié, passant de plantation étrangère concerne
cennie. La région n’est donc pas 14 % à près de 20 %. Toutefois, il surtout les industries des biens
restée à l’écart de la mondialisa- convient de souligner que cette d’équipement et intermédiaires.
tion et de l’ouverture des frontiè- évolution s’est opérée dans un Elle résulte soit d’une exportation
res, puisque la proportion des ef- contexte de recul continu de l’em- de savoir-faire ou d’une avancée
ploi salarié industriel technologique - ce qui est le cas
stricto sensu (hors in- de l’industrie pharmaceutique -
SURTOUT LES BIENS INTERMÉDIAIRES dustries agro-alimen- soit d’une nécessité financière
Fabrication de pâte à papier, taires, énergie, bâti- comme pour la fabrication de pâtepapier et carton
Industrie
pharmaceutique ment et génie civil). à papier, où il faut réaliser de gros
Fabrication de machines
d'usage spécifique Au plan national, seule- investissements en raison de l’in-
Services industriels
Limousindu travail des métaux ment deux secteurs ternationalisation des marchés.
Travail du bois et fabrication France
des articles en bois d’activité voient leurs ef- À l’inverse, la pénétration étran-
Fabrication de machines
d'usage général fectifs contrôlés à plus gère est réduite dans les activi-Fabrication Participation
de meubles
étrangère par de 50 % par des entre- tés à plus faible valeur ajoutéeFab. de prod. en céramique activité (en % des
et de matériaux de construction
effectifs contrôlés
Édition, imprimerie, prises étrangères. Il et à contenu technologique moin-erau 1 janvier 1998)
reproduction
0 20 40 60 80 100 s’agit du traitement de dre, comme les biens de consom-
source : SESSI, Insee, Trésor
l’information et de l’in- mation.
dustrie pharmaceuti-
Les États-Unis en poleque. En Limousin, trois
LES ÉTATS-UNIS EN TÊTE position
secteurs sont dans ce
États-unis cas. La fabrication de Avec près de 30 % des effectifs de
Belgique -Luxembourg pâte à papier et l’indus- l’ensemble des établissements à
Suède trie pharmaceutique se capitaux étrangers de la région,
Limousin disputent la tête du clas- les États-Unis se placent en pre-Allemagne
France
sement avec un taux de mière position. La Belgique etPays-Bas
pénétration supérieur à le Luxembourg occupent la
Royaume-Uni
90 %. Vient ensuite la fa- deuxième place avec 17 % des ef-
Part de chaque pays dans lesItalie
effectifs industriels des éta- brication de machines à fectifs. Viennent ensuite la Suèdeblissements à participation
Suisse
étrangère (en %) usage spécifique qui ap- et l’Allemagne avec un peu moins
0 5 10 15 20 25 30 35
source : SESSI, Insee, Trésor proche les 60 %. de 10 %. Si la part des effectifs
contrôlés par les États-Unis et l'en-
semble des pays de l'Union euro-
Note méthodologique péenne s'avère conforme à celle
Les établissements à participation étrangère appartiennent à des entreprises observée au plan national, le
industrielles dont au moins 20 % du capital social sont détenus par une société Bénélux et la Suède apparaissentétrangère. Compte tenu des informations disponibles, la mesure de
surreprésentés, tandis que l'Alle-l’implantation porte sur les entreprises employant 20 salariés et plus de
l’industrie manufacturière, c’est à dire hors énergie, bâtiment génie civil et magne et le Royaume-Uni se si-
industries agro-alimentaires.
tuent en retrait.
insee limousin r 5

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.