Vie des entreprises - La création d'entreprise toujours portée par le tertiaire

De
Publié par

La création d'entreprise en Haute-Normandie reste moins dynamique que dans le reste de la France, même si son évolution en 1998 y est un peu plus favorable. Le taux de création progresse légèrement par rapport à 1997 alors qu'il chute de 1,1 point dans l'hexagone. Le taux de défaillance régional est encore supérieur à la moyenne nationale mais il a diminué plus rapidement en Haute-Normandie en 1997. Les secteurs d'activité les plus exposés au niveau national le sont plus particulièrement dans la région; c'est le cas des transports ou du BTP. La création d'entreprise, essentiellement concentrée dans le secteur tertiaire, a permis de créer ou de sauvegarder 5 600 emplois en 1998. La mobilité des entreprises haut-normandes est principalement limitée à la région, voire à la commune.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 30
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

ACTIVITES ECONOMIQUES
Vie des entreprises
La création
d’entreprise toujours
42
portée par le tertiaire
u cours de l’année 1998, reste faible.La création d’entreprise en
5 240 entreprises ont Au niveau national, on assiste àHaute Normandie reste Aété créées en Haute- un phénomène similaire : le nom-moins dynamique que dans
Normandie. Ce chiffre, proche de bre des créations a diminué dele reste de la France, même
celui de l’année 1997, traduit 1,6% en 1998. Cependant, certains
si son évolution en 1998 y
néanmoins un déclin régulier des secteurs ont dégagé des soldes po
est un peu plus favorable. créations d’entreprises depuis sitifs : c’est le cas de l’immobilier
Le taux de création 1990, malgré une reprise en 1994. (+6,5%), de la santé et de l’action
progresse légèrement par Le même phénomène est observé sociale (+3,2%) et du conseil et as-
rapport à 1997 alors qu’il au niveau national. sistance (+1,6%).
chute de 1,1 point dans En Haute Normandie, le secteur Les nouvelles entreprises peu-
l’hexagone. Le taux de tertiaire enregistre plus de 78% des vent avoir trois origines différentes :
créations. Plus d’une entreprise sur les créations nouvelles appeléesdéfaillance régional est
cinq s’est créée dans le commerce aussi créations "pures", les réactiva-encore supérieur à la
de détail. L’hôtellerie et la restaura- tions (reprises d’entreprises mo-moyenne nationale mais il
tion accueillent plus de 12% des mentanément mises en sommeil) eta diminué plus rapidement
créations, le "conseil et assistance", enfin les reprises, par une personne
en Haute Normandie en
9,8%. La création d’entreprise dans physique ou morale, de moyens de
1997. Les secteurs d’activité cette activité a progressé de 18% production existants. En 1998, sur
les plus exposés au niveau par rapport à l’année précédente. 100 entreprises créées en Haute
national le sont plus Dans le secteur secondaire (22,5% Normandie, on compte 56 créations
particulièrement dans la des créations), c’est dans le bâti- nouvelles, 20 réactivations et 24 re-
région ; c’est le cas des ment et les travaux publics que la prises. La France enregistre un peu
transports ou du BTP. création d’entreprise est la plus plus d’entreprises nouvelles (62%)
forte (12,7%). Dans l’industrie, elle mais seulement 17% de reprises.La création d’entreprise,
essentiellement concentrée
dans le secteur tertiaire, a
LES CRÉATIONS D’ENTREPRISES EN 1998
permis de créer ou Eure Seine Maritime Haute-Normandie France
sauvegarder 5 600 emplois Nombre % Nombre % Nombre % Nombre %
en 1998.
Créations pures 1 076 59,5 1 852 53,9 2 928 55,9 166 191 62,4
La mobilité des entreprises Réactivations 394 21,8 663 19,3 1 057 20,2 55 776 20,9
haut normandes est Reprises 337 18,6 920 26,8 1 257 24,0 44 480 16,7
Ensemble 1 807 100,0 3 435 100,0 5 242 100,0 266 447 100,0principalement limitée à la
région, voire à la commune.
Unités : nombre, % Source : INSEE Fichier DEMO/SIRENE
Champ : Industrie, commerce, services marchands hors agriculture et activités financières
AVAL 85 2e TRIMESTRE 1999ACTIVITES ECONOMIQUES
Plus de créations nouvelles... En 1997, moins de défaillances nagé en restant toutefois en Haute
en Haute Normandie Normandie. 2,8% du parc des éta-
En Haute-Normandie, les créa- comme en France blissements haut normands ont chan
tions nouvelles sont un peu plus gé de lieu d’activité en 1998. C’est un
nombreuses en 1998 : plus de Au cours de l’année 1997, la peu plus que l’année précédente.
2 900, soit +4,3%. Leur progres- Haute Normandie a enregistré 1 200 Ces changements de localisation
sion est plus forte en Seine- dépôts de bilan : 19% des défaillan se sont effectués, pour l’essentiel,
Maritime (5,7%) que dans l’Eure ces ont concerné le bâtiment, 18% dans le même département
(0,9%). Ce sont les secteurs du sont intervenues dans le commerce (77,2%). Ce sont souvent des chan
commerce de détail (18%), de la de détail et 13% dans l’hôtellerie- gements de proximité car 39% ont
construction (14,9%) et du conseil restauration. L’industrie a perdu eu lieu à l’intérieur de la même
43
et assistance (14,2%) qui se sont pour sa part 171 établissements commune. Par ailleurs, 20,3% des
révélés les plus porteurs. (14,2%), principalement dans transferts sont le fait d’entreprises
Le taux de création en 1998 l’agro alimentaire, l’imprimerie venant de l’extérieur de la région.
(nombre de créations nouvelles édition et l’équipement mécanique. Globalement, la région compte,
rapporté au parc d’entreprises au La région présente en 1997 un en 1998, 16 établissements de plus
1er janvier 1998) est de 5,7% contre taux de défaillance (nombre de dé qu’en 1993. L’Eure s’est montré
6,2% dans l’hexagone. Il est plus faillances rapporté au parc d’entre plus attractif que la Seine Maritime
élevé dans l’Eure (6,5%) qu’en prises au 1er janvier 1997) de 2,3%, et affiche un solde positif de 90 éta
Seine Maritime (5,4%). supérieur de 0,1 point à la blissements (entrées sorties) alors
moyenne nationale. En 1996, l’écart que la Seine Maritime accuse une
...et moins de réactivations était de 0,2 point. Les secteurs les perte de 74 établissements. Les
plus exposés sont, comme au ni- transferts entre l’Eure et la Seine-ou de reprises
veau national, le commerce de gros Maritime sont peu fréquents ; ils
A cette première catégorie s’ajou (3,1%) et la construction (3,4%). Les n’ont représenté que 2,5% du total
tent 1 060 réactivations, chiffre en transports accusent un taux de dé des transferts.
baisse de 7,4% par rapport à l’année faillance de 3,1%, supérieur de 0,8 Dans les deux départements, les
1997. Les réactivations ont surtout eu point au taux national. transferts les plus importants con
lieu dans le commerce de détail Dans l’immobilier, ce taux suit cernent le secteur du commerce et
(23,5%), l’hôtellerie et la restauration la tendance nationale ; il diminue de la réparation, les services aux
(15,6%) et la construction (13,9%). En- de 1,4 point pour atteindre 2%. entreprises et les transports.
fin, les reprises d’activité (reprise par Toutefois, en 1998, la Seine Maritime
tielle ou totale de moyens de produc a attiré plus d’entreprises qu’elle n’en
tion), au nombre de 1 260, sont a perdu dans ces trois secteurs et no Des établissements
également en chute de 10% par rap- tamment dans les services aux entre peu mobiles
port à 1997. Elles ont eu lieu essentielle- prises. Dans l’Eure, en revanche, c’est
ment dans le commerce (35,7%) et dans Entre 1993 et 1998, 1 400 établisse l’inverse qui s’est produit.
les hôtels, cafés, restaurants (28,6%). ments en moyenne par an ont démé- En ce qui concerne les transferts
LES CRÉATIONS PURES EN 1998 PAR SECTEUR D’ACTIVITÉ
Eure Seine Maritime Haute Normandie France
Nombre % Nombre % Nombre % Nombre %
Industrie agro alimentaire 8 0,7 23 1,2 31 1,1 2 006 1,2
Industrie (hors IAA) 93 8,6 133 7,2 226 7,7 10 672 6,4
Construction 214 19,9 223 12,0 437 14,9 21 667 13,0
Commerce et réparation automobile 295 27,4 575 31,0 870 29,7 46 709 28,1
Hôtels, cafés, restaurants 41 3,8 60 3,2 101 3,4 7 725 4,6
Transports 63 5,9 87 4,7 150 5,1 6947 4,2
Services aux entreprises 213 19,8 425 22,9 638 21,8 42 915 25,8
Autres services aux particuliers 149 13,8 326 17,6 475 16,2 27 550 16,6
Ensemble 1 076 100,0 1 852 100,0 2 928 100,0 166 191 100,0
Unités : nombre, % Source : INSEE Fichier DEMO/SIRENE
Champ : industrie, commerce, services marchands hors agriculture et activités financières
AVAL 85 2e TRIMESTRE 1999ACTIVITES ECONOMIQUES
TAUX DE DÉFAILLANCE EN 1997
CRÉATION D’ENTREPRISE, Taux de défaillance en 1997
Nombre de défaillances
(en %)CESSATION, DÉFAILLANCE,
Haute TRANSFERT 1996 1997 France
Normandie
Une entreprise est une personne
juridique, physique ou morale, Industrie (hors IAA) 196 171 2,7 2,5
Construction 248 232 3,4 3,3exerçant pour son propre compte
Commerce et réparation automobile 53 53 2,7 2,6une activité non salariée. Une
Commerce de gros 107 88 3,1 3,4entreprise peut se composer de
Commerce de détail 237 214 2,1 2,0plusieurs établissements.
Hôtels, cafés, restaurants 161 155 3,1 2,8La création d’entreprise est
Transports et communications 60 78 3,1 2,3enregistrée dans le répertoire SIRENE
Activités immobilières et financières 46 50 2,0 1,9lors de la déclaration de son premier
44 Services aux entreprises 109 107 1,7 1,8établissement par l’entrepreneur.
Autres services aux particuliers 40 54 1,1 1,1Cette déclaration précise l’origine
Ensemble 1 257 1 202 2,4 2,3de la création (nouvelle, achat ou
prise en location gérance d’un fonds
Unités : nombre brut, % Sources : INSEE Fichier DEMO/SIRENE et BODACC
existant...) et la date du début Champ : hors agriculture, administration publique, éducation, santé, action sociale,
activités associatives, services domestiques et activités extra territorialesd’activité. La création est localisée à
l’adresse du premier établissement
immatriculé dans SIRENE.
TYPOLOGIE DES TRANSFERTS ENTRE 1993 ET 1998 EN HAUTE NORMANDIE
Établissements Répartition (en %)CESSATION D’ACTIVITÉ
ET DÉFAILLANCE Transferts internes à la Haute Normandie 8 507 79,7
Une entreprise cesse son activité
Transferts intracommunaux 4 164 39,0
lorsque son dernier établissement
dans l’Eure 1 047 9,8
cesse son activité ou est transmis à en Seine Maritime 3 117 29,2
un autre exploitant.
Transferts intercommunaux mais intradépartementaux 4 072 38,2L’information sur les créations
dans l’Eure 1 124 10,5d’entreprises est de bonne qualité,
en Seine Maritime 2 948 27,6
les créations étant enregistrées de
façon exhaustive dans SIRENE. Transferts interdépartementaux 271 2,5
En revanche, les cessations ne sont de l’Eure vers la Seine Maritime 107 1,0
pas toujours déclarées, hormis les de la Seine Maritime vers l’Eure 164 1,5
défaillances dont le jugement
Transferts entre la Haute Normandie et le reste de la France 2 164 20,3
d’ouverture de la procédure de
de l’Eure vers le reste de la France 487 4,6
redressement judiciaire fait l’objet
du reste de la France vers l’Eure 577 5,4
d’une publication dans le BODACC
de la Seine Maritime vers le reste de la France 587 5,5
(Bulletin officiel d’annonces civiles et
du reste de la France vers la Seine Maritime 513 4,8
commerciales).
Ensemble des transferts concernant la Haute Normandie 10 671 100,0
TRANSFERT
Unités : nombre, % Source : INSEE DEMO/SIRENE
Champ : industrie, commerce, services marchands hors agriculture et activités financièresLe transfert d’établissement
correspond à la notion courante de
déménagement. Il résulte de la
internes à la Haute Normandie, ce Haute Normandie, la création to-création d’un établissement par
sont les établissements des services tale d’entreprise a permis de créertransfert géographique d’activité
total ou partiel (déplacement des aux entreprises qui sont les plus ou sauvegarder 5 630 emplois sala
salariés et des moyens physiques de mobiles (5,1%). Viennent ensuite riés. 51,6% ont été pourvus dans le
production) en provenance d’un
les transports (4,6%). Les entrepri- tertiaire et en particulier dans le
autre établissement appartenant à la
ses de l’Eure sont un peu moins commerce (1 074 emplois), les ser-même entreprise. Dans ce bilan,
seuls les transferts complets sont mobiles : 2,7% d’entre elles ont vices aux entreprises (11,1%) et
retenus, autrement dit ceux dont la changé de localisation. l’hôtellerie (10,2%). 14,1% ont con-
fermeture totale au lieu de départ cerné le bâtiment. Chaque entité
est suivie d’une création en un lieu
créée a généré en moyenne 1,1 sala
d’arrivée différent.
5 630 emplois créés rié. C’est un peu plus qu’au niveau
Dans cet article, les données ou sauvegardés national.
concernent le champ de l’industrie, Les créations pures ont permis
du commerce et des services
Un des principaux enjeux écono l’embauche de 1 240 salariés dès
marchands, hors agriculture et
miques de la création d’entreprise leur démarrage, essentiellementactivités financières.
réside dans la création d’emplois. En dans les secteurs de la construction
AVAL 85 2e TRIMESTRE 1999ACTIVITES ECONOMIQUES
LA CRÉATION D’ENTREPRISE DE 1987 à 1998
CRÉATIONS NOUVELLES DE 1987 À 1998En 1998, la création totale
110d’entreprise diminue en
Haute Normandie comme
en France. La baisse est plus 100
prononcée dans l’Eure qu’en Eure
Seine Maritime 90
essentiellement en raison
France
d’une stagnation des 80
Haute Normandiecréations pures et surtout 45
Seine Maritime
d’un net recul des reprises. 70
En Seine Maritime, en
revanche, si le marché des
60
reprises est encore atone, la 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 19 98
création pure progresse de
3,9%.
Depuis dix ans, la création
REPRISES DE 1987 À 1998
totale d’entreprises dans la
110région s’inscrit dans une
tendance à la baisse
100beaucoup plus marquée
Euredans la région, et
notamment en 90
FranceSeine Maritime, que dans le
reste de la France. Le 80
différentiel de croissance a Seine Maritime
atteint 17% en 1996 ; il est 70
proche aujourd’hui de 15%. Haute Normandie
C’est en Seine Maritime que 60
la création d’entreprise est 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 19 98
la moins dynamique avec
un écart de croissance de
CRÉATIONS TOTALES DE 1987 À 1998plus de 20% avec
l’ensemble français. Dans 120
Eurel’Eure, en revanche, la
création d’entreprise a
110
évolué de façon moins
heurtée et s’avère même,
100
Francecertaines années, un peu
moins récessive qu’au
90
niveau national. Le marché
Haute Normandie
des reprises est en net retrait
80
par rapport à 1997, mais il
Seine Maritimereste encore beaucoup plus
70
dynamique que dans le
département voisin, la
60Seine Maritime, qui accuse
1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 19 98
un retard de près de 7 points
par rapport au marché Unité : indice base 100 en 1987 Source : INSEE Fichier DEMO/SIRENE
Champ : industrie, commerce, servicesnational.
(18,5%), du commerce de détail alimentaire (9,1%), la construction entités reprises. Les réactivations,
(13,4%) et des services aux entrepri (13,3%), le commerce de détail enfin, ont généré 410 emplois sa-
ses (21,3%). Les reprises ont permis (12,1%) et l’hôtellerie-restauration lariés
la sauvegarde de 3 980 emplois, con (9,3%). L’ensemble regroupe André BOHL
Christian CAMESELLAcentrés dans les secteurs de l’agro- 43,8% du total des employés des
AVAL 85 2e TRIMESTRE 1999

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.